De retour à Jolly Harbour


Advertisement
Published: December 19th 2015
Edit Blog Post

Absaroque à notre arrivée           Absaroque à notre arrivée           Absaroque à notre arrivée

Le bateau est rangé dans un enclos de l’autre côté de la route en été et ramené près de l’eau pour le travail de préparation.
Nous sommes arrivés le 4 novembre à Antigua, sans problème, avec tout juste une heure de retard. Nous nous sommes installés dans la belle chambre que nous avions eue en avril au Jolly Castle, petit hôtel qui nous avait même envoyé un taxi à l’aéroport.



Le lendemain matin, Absaroque venait tout juste d’être amené dans l’enclos de travail quand nous sommes allés le retrouver.



Une semaine complète de travaux avant de remettre notre corneille à l’eau : nettoyage habituel mais aussi un changement d’un passe-coque, deux changements d’étoupe dans les presse-étoupe (arbre d’hélice et safran) et une réparation sur la coque. Il y a eu aussi la réfection de la petite ligne blanche au-dessus de la ligne de flottaison et évidemment la peinture antisalissure. Nous avons également pris livraison du nouveau dodger-bimini, une mini cure de rajeunissement (un face-lift comme a si bien dit Trish, l’ancienne propriétaire de notre bateau).







C’est donc le « vendredi 13 » novembre qu’Absaroque a mis les pieds dans l’eau. Espérons que cela portera chance pour la saison!







La météo qui nous avait gâtés jusqu’ici, décide
Le nettoyage intérieur avance vite et on commence le nettoyage extérieur.Le nettoyage intérieur avance vite et on commence le nettoyage extérieur.Le nettoyage intérieur avance vite et on commence le nettoyage extérieur.

La « moustache » laissée par l’eau de mer doit être enlevée.
de mettre le nouveau dodger à l’épreuve. Oups! La fermeture éclair du pare-brise laisse pénétrer l’eau! Et on découvre par la même occasion que le calfeutrage sous le bois de la console laisse passer l’eau, donc ça coule en dedans… Nous prenons contact avec Antigua Sails qui va installer un rabat sur la fermeture éclair. Il faut juste amener le dodger à English Harbour. Gros dilemme, car nous avons découvert que l’écran du GPS est brûlé sur plus de 80% de sa surface. Aller ancrer dans une baie peu connue pour nous et sans tracé, avec un écran déficient, heu… ça ne nous tente pas vraiment. Nous irons donc en autobus… quand Graham sera de retour!! Dans une semaine. (soupir)







Le 3 décembre, nous faisons un premier déplacement jusqu’à Deep Bay, 5 miles nautiques; tout semble bien aller sauf que mon capitaine, voulant bien faire, a mis trop d’étoupe dans le presse-étoupe de l’arbre d’hélice : ça chauffe beaucoup trop. Il faudra en enlever! Mais c’est facile à faire.



Bonne nouvelle : le dessal fonctionne à merveille. Tout ne peut pas mal aller n’est-ce pas? Ben… l’éolienne qui fonctionnait bien jusqu’à maintenant a jeté la serviette…! OK, il faut vraiment qu’on aille à St-Martin car les 8 batteries qui nous fournissent l’électricité nécessaire à notre petit confort datent de 2010, et 5 ans c’est la longévité moyenne des batteries dans les Antilles! Gloups…







Donc depuis la fin novembre, nous regardons sérieusement la météo pour prendre la mer. Finalement, nous considérons que nous avons des conditions moyennes et quittons Antigua le 10 décembre, au petit matin.







La traversée jusqu’à Nevis se fait au vent arrière et avec une mer de 3 à 5 pi dans le derrière. On roule pas mal mais tout va bien. Une bonne nuit de repos dans Whitehouse Bay, St-Kitts, et nous reprenons notre voyage à 6h00 du matin derrière St-Kitts et St-Eustatius avant de pointer sur St-Martin. On a le vent de travers et la mer sur la fesse, ça roule encore! Pour préparer le repas de midi, mon capitaine va fouiller dans le garde-manger… j’entends un grand AAHHH! M…!! les tiroirs l’attaquent à chaque roulis du bateau!! Bon, deux mains ne sont pas suffisantes pour attraper ces sept tiroirs qui vont
Une petite en plus de la grosse     Une petite en plus de la grosse     Une petite en plus de la grosse

impressionnant quand même!
et viennent; je descends donc secourir mon capitaine.











À part cela, tout a bien été; à 16h00, nous jetons l’ancre temporairement dans Simpson Bay pour attendre l’ouverture du pont de 17h00. Au coucher du soleil, à 17h39, nous sommes installés dans le lagon, derrière la colline Nettle.







Une bonne douche chaude, un petit souper et un gros dodo!!







Les obligations douanières et le téléphone occupent notre première journée. Comme St-Martin est pour nous du terrain connu, nous y retrouvons l’équipage de Perséphone, juste à côté de nous dans le lagon, et les Bulliard, à terre, qui nous amènent faire les courses tout de suite le dimanche!







Nous sommes ici pour plusieurs, plusieurs semaines; le temps de faire réparer l’éolienne, de changer les batteries, de faire venir un nouvel écran pour le GPS et de terminer la confection des côtés du bimini pour pouvoir fermer le cockpit complètement. Nous passerons donc le temps des Fêtes ici! Alors il faut sortir les décorations. Un plongeon dans la cabine avant
Les réparations se font sur plusieurs jours Les réparations se font sur plusieurs jours Les réparations se font sur plusieurs jours

la fibre de verre, la « putty » en rose, couche de primer en gris et finalement le noir!
et voici notre « beau » sapin.







Nous vous souhaitons à tous de profiter de ce temps des Fêtes en famille, entre amis et sans manteau? Car il paraît qu’il fait chaud au Québec. Bisous et à l’an prochain!


Additional photos below
Photos: 28, Displayed: 25


Advertisement

Deuxième grosse affaire, le passe-coque.       Deuxième grosse affaire, le passe-coque.
Deuxième grosse affaire, le passe-coque.

Les passe-coque ont été installés sur des planches de bois recouvertes de fibre de verre. Avec le temps, le scellant a laissé pénétrer l’eau et le bois a pourri sans qu’on puisse le voir.
Il faut donc retirer le vieux. Méthode rapide : 6 minutes chrono!!        Il faut donc retirer le vieux. Méthode rapide : 6 minutes chrono!!
Il faut donc retirer le vieux. Méthode rapide : 6 minutes chrono!!

De gauche à droite : insérer une pinoche de l’extérieur, scier ce qui dépasse, utiliser une perçeuse pour faire un trou du diamètre du passe-coque, arrivé à la fibre de verre décoller le collet du passe-coque avec un tournevis, retirer le reste de l’intérieur!
Et voilà le nouveau mis en place.Et voilà le nouveau mis en place.
Et voilà le nouveau mis en place.

Ces trous sont toujours dans les fonds et difficiles d’accès.
Suivant : les presse-étoupe.      Suivant : les presse-étoupe.
Suivant : les presse-étoupe.

Position très agréable aussi pour le capitaine.
On termine à l’extérieur On termine à l’extérieur
On termine à l’extérieur

avec la nouvelle ligne blanche et la peinture antisalissure.
Ne pas oublier de mettre du lanocote sur l’héliceNe pas oublier de mettre du lanocote sur l’hélice
Ne pas oublier de mettre du lanocote sur l’hélice

et de changer l’électrode sacrificatrice sur l’arbre
Voilà notre corneille prête pour une nouvelle saison!Voilà notre corneille prête pour une nouvelle saison!
Voilà notre corneille prête pour une nouvelle saison!

La peinture noire a été faite le matin de la mise à l'eau!
On a bossé tous les jours On a bossé tous les jours
On a bossé tous les jours

mais le décor pour se rendre au travail est plutôt beau!
Il fait chaud dès le matin et il pleut souvent (la nuit)              Il fait chaud dès le matin et il pleut souvent (la nuit)
Il fait chaud dès le matin et il pleut souvent (la nuit)

cet ibis prend la fraîche dans la mare à la sortie de l’hôtel.
Jour J.      Jour J.
Jour J.

Mise à l’eau!
On continue avec d’autres tâches maintenant.On continue avec d’autres tâches maintenant.
On continue avec d’autres tâches maintenant.

Le capitaine refait les épissures de sa main de fer.
À l’ancre dans Jolly Harbour,           À l’ancre dans Jolly Harbour,
À l’ancre dans Jolly Harbour,

nous avons droit aux beaux couchers de soleil.


Tot: 2.663s; Tpl: 0.089s; cc: 11; qc: 58; dbt: 0.0491s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb