Santiago, Chile (No Pablo Espagnol ou Les Saisons Inversées)


Advertisement
Chile's flag
South America » Chile » Santiago Region » Santiago
July 18th 2018
Published: July 21st 2018
Edit Blog Post

16 juillet



L'avion de LATAM Airlines dans lequel je prend place soudainement apparaît dans le brumeux ciel de Santiago,

flou comme une silhouette derrière un rideau de douche.

Le capitaine murmure alors quelques mots en espagnol dans son micro:

je devine un "prepare for landing".

Par les hublots, les ailes oscillent comme si l'astronef cherchait ses instincts perdus de les battre

et de reprendre de l'altitude.



Ceinturant Santiago, une mâchoire de montagnes semblent carrément avaler notre atterrissage.

L'avion tire la draperie de brouillard et bientôt,

colle ses pneus sur le tarmac salivé de la capitale chilienne.

Il est alors 17h00.



Un avion d'Aeromexico m'a d'abord amené en escale à Mexico City pour un quatre heures d'attente en pleine nuit.

Perdu dans l'aéroport, j'y ai tendu ici et là mon billet à la recherche de la Gate qui devait, au final, m'amener au Chili.

Je devais donc passer ici d'Aeromexico à LATAM Airlines.

C'est un "No Pablo Espagnol" que je répondais aux douaniers et aux policiers qui m'esquissaient une incompréhensible réponse à ma question.

"Donde?..... No Pablo Espagnol!"

(Je ne parle pas un traître mot d'espagnol, vous l'aurez deviné).



Épuisé par mes recherches, je m'étais alors logiquement rapiécé une réponse sensée.... pour enfin pouvoir m'écraser et m'endormir en paix devant ce que je croyais être ma Gate pour Santiago.



"...No Pablo Espagnol, No Pablo Espagnol maudit. Ça n'a aucun sens tout ça...." que je m'étais soudainement dit en sursautant de ma couchette de bancs,

1 heure avant l'heure fatidique de mon vol.

Et puis voilà que tout s'est allumé: je ne me trouvais pas nécessairement devant la mauvaise Gate.....

c'est que je ne m'étais vraiment pas assoupi dans le bon Terminal!

...






17 juillet


"Il meurt lentement celui qui ne voyage pas..." Pablo Neruda




La température est automnale sur Santiago.

Les chiliens portent la tuque, le foulard et le manteau molletonné dans les rues de la capitale.



Le 8 degré celsius annoncé aujourd'hui devrait descendre davantage demain.

À Santiago, une température de 0 degré, voire -1 avec précipitations est prévu pour cette nuit.

Moi qui voulais me précipiter vers Mendoza en Argentine demain matin,

en passant par la frontière terrestre de la cordillière des Andes (le col vers la frontière Chili/Argentine atteint 3832 mètres à cet endroit)...

merde... j'ai maintenant de sérieux doutes sur la possibilité de cette option.

Je devrai forcément mettre mon plan initial sur la -glace- .... et peut-être partir directement vers le nord chilien alors, là où se trouve sans doute le soleil.

...



Je rejoins ce matin le -Free Walking Tour- au coeur de la ville,

et puis je visite la maison-musée du poète Pablo Neruda aussi, au pied de la montagne Cerro San Cristobàl qui surveille la capitale du haut de ses 870 mètres.

Les nuages couvrent la ville mais tout de même, je me lance dans la montée de la montagne centrale.



Tout en haut, je m'accoude à un comptoir d'une cabane stratégiquement construite sous le téléphérique du Cerro San Cristobàl.

Ici nous est servi des sodas et des breuvages.

Sur le réfrigérateur, un petit téléviseur nous dévoile qui est le vrai père de Maria dans un tragique soap opera latin.



" Camera in your bag. Ladrón. Thief" que me Google-translate la joviale barrista qui s'active à diluer mon café instantané du fond de sa boíte.

J'acquiesce donc à sa recommandation en cachant nerveusement l'imposante machine au fond de mon packsack.

Arg. Je vais donc devoir surveiller mes arrières ici, ce qui, malheureusement, devrait faire diminuer considérablement le nombre de mes prises de vue sur la ville.





De retour à l'auberge, on me confirme: le passage de la frontière terrestre vers Mendoza (Argentine) sera fermé demain (cerrado), dû à la température changeante des hautes altitudes.

J'ouvre donc sans attendre mon Lonely Planet et me pointe, un peu au hasard, un endroit vers le nord du Chili: un, deux, trois, La Serena ce sera.

Ça sonne bien ça, La Serena.



Je partirai donc demain, déjà, en direction de l'été.

Les saisons sont inversées ici: le soleil se cacherait supposément dans le nord.





Etienne X



Notes à Moi-Même:

1- Ne pas manger au restaurant Gastro Hub de l'aéroport de Mexico City.

2- Vu à Santiago:

A) Il y a une station de Métro ici qui s'appelle Cumming

B) Il y a un sandwich au porc ici qui s'appelle le Dalai Lomo

C) Il y a des cafés louches ici qui sembleraient être aussi des stripclubs: on les appelle les Coffee & Legs.

3- J'ai appris les mots Ladrón (voleur) et Cerrado (fermé)


4- 1 tiers de la population chilienne demeure à Santiago


Additional photos below
Photos: 10, Displayed: 10


Advertisement



Tot: 2.52s; Tpl: 0.059s; cc: 31; qc: 131; dbt: 0.103s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 3; ; mem: 1.6mb