Rio de Janeiro


Advertisement
Brazil's flag
South America » Brazil » Rio de Janeiro » Rio de Janeiro
February 10th 2015
Published: February 14th 2015
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0


6 février 2015 - Jour 112

On quitte Florianopolis ce matin un peu déçus de ne pas avoir pu profiter des plages à cause de la pluie. Espérons que ce sera mieux à Rio pour la visite de la ville et surtout qu'on aura du soleil pour nos ultimes jours de plage sur la côte! Donc aujourd'hui, nous embarquons pour notre dernier long trajet de 20h en bus de nuit. Bon, nous le prenons à 12h30 mais ça reste un bus de nuit. J'ai eu très peur sur le début du trajet car le chauffeur conduisait super mal, du genre à accélérer hyper fort pour planter sur les freins juste après. 20h d'une conduite comme ça, c'est pénible, surtout quand t'es sensé dormir. Mais heureusement, on a changé de chauffeur vers 18h et on a tout de suite remarqué la différence. Sinon il n'y a vraiment rien de particulier à signaler sur cette journée... Une fois la nuit tombée, je n'ai pas super bien dormi dans ces sièges, il y avait quelque chose qui ne me convenait pas au niveau de leur inclinaison, j'avais hyper mal au dos, le repose-pied m'a fait mal aux genoux et aux chevilles et on était vachement coincés par les sièges de devant. Bref, pas top. Heureusement que c'était le dernier trajet. Et sinon au milieu de la nuit, il y a la vieille du siège derrière nous qui a tapoté sur la tête à Alex pour le réveiller. Elle s'est mis à lui baragouiner une tirade en portugais avec les yeux larmoyants dignes d'une mendiante, en fait elle voulait qu'Alex aille lui chercher de l'eau au fond du bus. Et vous savez quoi ? Il y est allé ! 4h du mat, réveillé en pleine nuit par une pleureuse brésilienne et lui il se lève pour aller lui chercher de l'eau, trop gentil cet homme...



7 février 2015 - Jour 113

8h30, nous voici enfin arrivés à RIO ! Et il ne pleut pas, youhouhou ! Comme d'hab, avant de quitter le terminal, on va réserver nos prochains billets de bus pour nous rendre sur la côte, entre Rio et Sao Paulo. On aurait voulu se laisser plus de flexibilité pour ces derniers jours de voyage mais avec le carnaval qui approche, les prix vont flamber et les disponibilités se réduire, on ne peut pas se permettre de faire les déplacements et les réservations d'hôtels en last minute. Nous avons donc décidé de rester 3 jours complets à Rio (+ le jour d'arrivée et de départ) et de filer juste avant le début des défilés des écoles de danse. On va tout de même pouvoir profiter du carnaval de rue comme ils disent, avec beaucoup de défilés et d'animations tout au long de cette semaine.



Nous prenons un taxi pour nous rendre directement à notre hôtel. Notre budget ne nous permettant pas de loger dans les grands hôtels le long des plages, nous sommes assez éloignés du centre mais très proches du Corcovado qu'on voit d'ailleurs depuis l'hôtel. Notre chauffeur a un peu zigzagé pour s'y rendre, on avait l'impression de se rendre au bout du monde, la route est très pentue et très sinueuse sur cette colline où les voitures croisent à peine mais on verra par la suite que quand on prend le chemin direct, c'est beaucoup plus facile d'accès. La maison est très sympa, en pleine nature, avec un très joli jardin arboré, une piscine, billard et la vue sur le Corcovado ! C'est une affaire familiale tenue par un oncle et son neveu mais alors ils n'étaient pas bien organisés du tout ce matin. L'oncle était absent, le neveu ne trouvait pas notre réservation, lui devait partir, on a dû attendre jusqu'à 11h le retour de l'oncle pour pouvoir enfin prendre possession de notre chambre. Le type est très sympa et très bavard mais on ne comprend pas toujours ce qu'il veut nous dire... Après notre long trajet, on s'accorde une douche et une sieste avant de décider de la suite du programme.



Nous repartons donc en début d'après-midi en direction du centre. On prend quelques repères dans le quartier en descendant de notre colline à pied et on s'arrête dans les environs pour manger un morceau. Il y a déjà plein de monde dans la rue qui sont déguisés pour se rendre à un défilé, il va vraiment y avoir de l'ambiance! Mais avant ça, nous devons trouver une laverie, nous prenons donc un bus pour aller plus rapidement au centre. Mais ce qu'ils appellent le "centre" est plutôt le quartier des affaires, donc désert un samedi après-midi, ce n'est pas le centre genre commerces et shopping auquel on s'attendait. Du coup, on prend un métro cette fois pour se rendre le long des plages, là il devrait y avoir de l'animation. Effectivement, à peine sortis du métro à Copacabana on tombe sur toute une troupe de carnavaliers. Et on trouve enfin une laverie, 2 minutes avant qu'elle ferme, ouf ! Puis nous partons découvrir cette fameuse plage de Copacabana. Elle est vraiment hyper grande, même s'il n'y a pas grand monde en cette fin d'après-midi voilée, à part les sportifs: jogging, vélo, bodybuilding, football, volley et raquettes de plage. Je suis d'ailleurs bluffée par ce dernier sport. J'adore les raquettes de plage façon touriste mais là, c'est la version pro, avec des filets derrière eux pour arrêter les balles car ils s'envoient des monstres pétées! Je n'ose même pas imaginer la douleur si tu te prends une de ces balles sur le corps!



Bref, on passera le reste de la journée à flâner le long de la plage en faisant les petites boutiques en attendant que la nuit tombe pour aller souper. On avait imaginé aller voir le quartier animé de Lapa ce soir mais on est trop crevés, on se garde ça pour un autre soir, d'après ce qu'on nous a dit, la fête ici, ce n'est pas que le samedi soir!



8 février 2015 - Jour 114

C'est dimanche et on nous a déconseillé de faire les visites de touristes (genre Corcovado) aujourd'hui à cause du monde. On a aussi demandé s'il était possible de faire la visite du stade de foot de Maracana un dimanche mais ce n'est pas non plus possible car il y a un match. Ah, il y a un match? Et ça coute cher les billets? Même pas ! Du coup le programme de la journée, ce sera plage pour commencer et le match pour finir.



Direction donc Copacabana. On loue 2 chaises et 1 parasol pour environ 5 francs la journée, c'est pas les mêmes tarifs qu'en Méditerranée... La plage étant hyper large, ils ont installé à différents endroits des tuyaux d'arrosage pour humidifier le sable afin que tu puisses rejoindre le bord de l'eau sans te brûler les pieds. J'admets que c'est super pratique mais alors quelle catastrophe écologique! Surtout que ces mêmes tuyaux finissent en douches qui coulent en permanence! Bizarrement, on n'a pas le sentiment qu'il y ait tellement de monde que ça, ça doit être les dimensions de la plage qui donnent une sensation d'espace. Une fois installés, on découvre tout le commerce parallèle de la plage: des classiques vendeurs de paréos et chapeaux, en passant par les porteurs de bière, de caïpirinhas et même des cuistos qui se baladent avec un grill portatif pour griller la viande à la demande. Moralité, une fois que tu es installé sur ta chaise, pas besoin d'en bouger pour quoi que ce soit ! Et alors que les poubelles se remplissent, là aussi il y a des gens qui viennent les vider au fur et à mesure, en faisant le tri sélectif à notre place. C'est pas la première fois qu'on voit ça mais je trouve vraiment odieux que des gens soient obligés de fouiller les poubelles à la main pour faire le tri que chacun pourrait faire en amont avec des poubelles adaptées.



Nous quittons la plage en début d'après-midi, histoire de rejoindre le stade vers 16h, on nous a dit que ça suffirait pour le match qui débute à 17h. Ce sont 2 petites équipes qui jouent aujourd'hui, il ne devrait pas y avoir foule aux guichets. Mais on s'est fait piéger par le métro. A cause du carnaval de rue, il y a plusieurs stations qui sont fermées, on n'a donc pas pu faire la connexion où on voulait, on a perdu beaucoup de temps à devoir aller la faire ailleurs. Du coup on arrive un peu à la bourre au stade et alors que le match commence dans 30 minutes il y a encore une énoooorme file à la billetterie ! On prend notre mal en patience et pendant ce temps il nous semble comprendre qu'il y a une majorité de supporters pour l'équipe verte et bordeau. On arrive enfin au guichet alors que le match commence et on prend 2 bonnes places pour seulement 35 francs! Alors qu'on est encore dans les couloirs du stade à rejoindre nos places, le premier goal est marqué, zut on l'a raté! Voilà, on va enfin pénétrer sur les gradins, je m'attendais à être impressionnée par ce stade mythique de 80'000 places mais en fait pas du tout ! Franchement, il a l'air tout petit ! Et vide !!! OK, c'est pas une grande rencontre, mais quand même, et en plus les billets sont pas chers, je comprends pas pourquoi c'est aussi vide. Mais alors il y a de l'ambiance ! Bon, pas quand l'équipe blanche et rouge a égalisé parce qu'ils ont vraiment très peu de supporters dans le stade. Mais alors que la tension monte vers la fin du match, l'équipe locale a marqué le 2 à 1, on en a pris plein les oreilles !!! Parce qu'en fait on était quand même plus de 15'000, on aurait pas dit. Je n'ose même pas imaginer le boucan d'enfer que ça doit être quand il y a 80'000 spectateurs dans le stade. Au final c'était quand même vachement cool de pouvoir assister à un match au Maracana !



Après ça on reprend le métro pour aller souper dans le quartier réputé animé de Lapa. Alors qu'on cherchait notre route en sortant du métro, une grand-mère a voulu nous aider mais comme elle n'arrivait pas à nous expliquer, elle a proposé qu'on l'accompagne. On s'est donc retrouvés à porter ses affaires et à marcher à 2 à l'heure en attendant qu'elle puisse nous indiquer quelle rue prendre. Une fois là-bas, oui, il y a beaucoup de bars avec des groupes, on en choisit un pour souper mais sinon le quartier n'est pas génial. De manière générale, on a le sentiment qu'à Rio dès que tu quittes les avenues ultra touristiques, ça pue, au propre comme au figuré d'ailleurs ! On ne s'attarde donc pas dans ce quartier et on rentre en taxi à notre hôtel. C'est seulement au moment de prendre une douche qu'on constate les dégâts de notre 1ère journée de plage: malgré la crème solaire et le parasol on a de sacrées rougeurs! Alex a brûlé sur les bras le peu de temps où on a marché pour rejoindre la plage, puis sous le parasol et moi j'ai brûlé aux endroits où j'avais mal ou pas étalé la crème solaire. Le soleil sous les tropiques, ça ne pardonne pas, il faudra qu'on soit plus prudents.



9 février 2015 - Jour 115

Bien qu'il ait fait très beau ces derniers jours à Rio, le ciel était toujours un peu chargé. J'ai d'ailleurs appris que l'été ici est aussi la saison des pluies, ce qui explique ces quelques averses soudaines qui peuvent se produire mais qui restent insignifiantes à côté des 2 jours de pluie qu'on a eus à Florianopolis. Tout ça pour dire qu'aujourd'hui le temps s'annonce radieux avec un beau ciel bleu, c'est pourquoi nous avons décidé d'aller visiter les 2 attractions les plus populaires de Rio: le Corcovado et le Pain de sucre.



Notre hôtel étant situé tout proche de la station de train qui mène au Corcovado, nous commençons par lui ce matin. Il n'y a pas trop de file et embarquons assez rapidement dans ce train à crémaillère qui grimpe raide pour atteindre le haut de cette colline qui domine la ville. Une fois en-haut, c'est presque triste à dire mais c'est plus la vue qui en jette que le Christ en lui-même. La statue est bien sûr impressionnante par ses dimensions mais ça reste une statue, pardon Jésus... Mais cette visite me permet d'ajouter une 3ème merveille du monde à ma liste ! Nous faisons le tour des différentes plateformes qui permettent d'admirer la ville et redescendons pour l'heure du repas.



Puis nous prenons le bus pour rejoindre le bord de mer et le téléphérique du Pain de sucre. On a à nouveau perdu beaucoup de temps dans les transports car nous devons désormais compter avec la circulation d'un jour ouvrable et en plus de ça notre bus a mis énormément de temps à venir, du coup il est archi-plein et fait une tonne d'arrêts pour laisser descendre les gens. Et pour couronner le tout, nous sommes descendus à ce qui nous paraissait être un point assez proche du téléphérique mais on a encore dû marcher un sacré bout pour le rejoindre! Mais la bonne nouvelle c'est qu'il n'y a personne dans la file, on a pu embarquer immédiatement! Au passage on a appris que ce téléphérique a été le 3ème du monde à être créé, chapeau! Et que la montagne s'appelle Pain de sucre car elle évoque les blocs de sucre raffiné et placés dans des moules en argile pour être transportés par bateau à l'époque du commerce de la canne à sucre. On se rend directement à la 2ème station la plus élevée pour avoir une vue panoramique sur la ville. C'est vraiment un drôle d'endroit où ils sont venus construire cette ville. Avec toutes ces collines et ces baies, ce n'est à priori par l'endroit le plus adapté pour bâtir une cité... Mais alors que c'est joli! Malgré la métropole, il y a beaucoup de végétation et une tonne de plages! Et d'ici on voit parfaitement le contraste entre la ville et les favelas, avec le Corcovado qui surplombe le tout. En fait, le sentiment qu'on a c'est que Rio est une ville jolie à regarder mais pas forcément à visiter. On changera peut-être d'avis demain car on va faire une visite guidée plus en détails de la ville mais c'est le sentiment qu'on a pour le moment. On passe pas mal de temps là-haut aux 2 stations à observer la vue jusqu'en toute fin d'après-midi puis on rentre directement à l'hôtel se faire quelques parties de billard en attendant l'heure d'aller souper dans notre quartier ce soir.



10 février 2015 - Jour 116

Rendez-vous à 9h30 ce matin pour participer au Free Walking Tour de Rio. C'est une promenade de 3h à travers la ville pour aller découvrir quelques lieux emblématiques. Ce sont de vrais guides touristiques qui font la visite, à côté de leur job, afin de faire découvrir aux touristes que Rio ce n'est pas seulement les plages et la caïpirinha. Et c'est gratuit ! Arrivés au point de rendez-vous, nous sommes plutôt nombreux mais comme nous choisissons la visite en espagnol nous serons dans le plus petit groupe de 10 personnes. La visite débute sur la place où se trouve le théâtre municipal récemment rénové, la bibliothèque municipale (en travaux) ainsi que le gouvernement de la ville. En fait de nombreux bâtiments sont actuellement en rénovation en prévision des JO de 2016. Tout ceci se situe dans le quartier d'affaires de la ville. La guide nous explique qu'ici le week-end c'est mort, effectivement c'était par ici que nous étions passés samedi. Puis nous nous mettons en route en direction de l'escalier en céramiques de Selaron. C'est un artiste un peu fou dont la maison était située au milieu de cet escalier. Lors du Mondial de 1950, des habitants ont peint les escaliers aux couleurs du Brésil et Selaron y a contribué en commençant à décorer les côtés de l'escalier avec des carreaux de céramique. Séduits par le résultat la population lui a demandé de continuer et de faire tout l'escalier, ce à quoi il a répondu qu'il n'avait pas l'argent pour acheter autant de carreaux. Et c'est ainsi, par le bouche-à-oreille, que les gens ont commencé à lui apporter des céramiques de partout à travers le monde pour pouvoir terminer son oeuvre. L'escalier est vraiment très beau mais il y avait tout un groupe de clochards qui y dormait lors de notre passage, c'est bizarre de faire des photos juste à côté d'eux. Et ça craint quand même un peu quand la guide te demande de ne pas trop t'éloigner pour qu'elle ne te perde pas de vue...



Puis nous rejoignons le quartier de Lapa, le quartier de la fête. La guide explique que pour venir ici de nuit, il faut prendre le taxi ou le bus, surtout pas venir à pied... Ooops, c'est ce qu'on a fait l'autre soir... Mais on avait notre petite grand-mère, on était en sécurité ! Et juste à côté de ces rues ultra animées se trouve la cathédrale de Rio. En fait on l'avait vue l'autre soir, illuminée de rouge, mais on n'avait pas compris que c'était la cathédrale car elle ressemble à une pyramide maya! De l'extérieur, c'est vraiment très moche mais à l'intérieur il y a 4 énormes vitraux très beaux et la structure a été pensée pour que l'air circule bien sans climatisation et qu'il n'y ait pas besoin d'éclairage artificiel, c'est plutôt malin.



Nous rejoignons ensuite le centre marchand, c'est donc là que se cachaient les boutiques de la ville! Elle nous emmène voir une confiserie très ancienne dans un très beau bâtiment d'époque où se réunissaient les grands dirigeants. Accessoirement, c'est aussi le premier endroit de Rio qui a eu l'électricité et qui a vendu du Coca. C'est là, au milieu de toute cette foule, qu'une touriste du groupe anglophone s'est fait voler à l'arrachée son collier en or, on a assisté à toute la scène, depuis l'arrachage, la poursuite des flics et l'arrestation de 2 voleurs. La guide nous le confirme: il ne faut aucun bijou apparent en ville et surtout pas de collier!



Puis nous terminons la visite sur une autre place où nous en apprenons un peu plus sur l'histoire de la ville. Je vais tenter de vous faire un résumé. D'abord, d'où vient le nom de la ville, qui veut dire littéralement Rivière de janvier. Ce sont les portugais qui, à leur arrivée, ont cru qu'ils naviguaient sur une rivière et non dans une baie et c'était en janvier. Tout con. A la base ils venaient pour chercher de l'or mais ils ont trouvé un arbre dont la poudre extraite de l'écorce permettait de teindre les vêtements en rouge et ont décidé de s'établir ici pour en faire le négoce. Cette poudre était appelée "brasa", braise, qui a ensuite dérivé pour donner le nom du pays Brasil. Mais la topographie du lieu ne se prêtant pas à l'établissement d'une ville (comme on l'a vu hier depuis le Pain de Sucre), c'est pourquoi ils ont dû assécher une grande partie de la mer et raboter des collines pour créer des terrains plats. C'est là qu'un mythe s'effondre: les plages de Rio ne sont pas naturelles, elles sont artificielles !!! Et pour terminer la leçon d'histoire, voici comment sont nées les favelas. Alors que Napoléon mène ses guerres en Europe, les rois portugais décident de fuir au Brésil. Rio procède alors à un nettoyage de sa ville afin de faire bonne impression pour l'arrivée de la famille royale et ils repoussent donc toute la classe ouvrière à l'extérieur, sur les collines, pour les éloigner du centre. On en aura appris des choses aujourd'hui!



Après cette visite fort intéressante, on reste encore en ville pour manger un morceau et faire un peu les boutiques en attendant que le soleil se fasse moins violent car nous nous rendons ensuite à la plage d'Ipanema pour le reste de la journée. Personnellement, je préfère la vue d'ici que depuis Copacabana mais à part ça elles sont très similaires. Ici aussi les voleurs sont très actifs puisqu'on a vu 2 personnes aller annoncer un vol de sac. Nous on reste prudents et on ne va pas se baigner en même temps pour surveiller nos affaires. Sinon on a aussi assisté à une demande en mariage! On y reste jusqu'au coucher du soleil et pour souper, puis on rentre préparer nos sacs car demain nous descendons la côte sud pour aller à Ubatuba, réputée pour ses plages et ses surfeurs.


Additional photos below
Photos: 19, Displayed: 19


Advertisement



18th February 2015
Copacabana

Oh! On voit même pas un petit string...
18th February 2015
Le match

Effectivement il n'a pas l'air grand de l'intérieur mais de l'extérieur oui!
18th February 2015
Le Corcovado

Jésus dit à ses disciples; mais putain c'est où l'Amérique?!
18th February 2015
Cathédrale

On dirait plutôt un pénitencier...
18th February 2015
Ipanema

Beau!!!!!!!

Tot: 0.129s; Tpl: 0.036s; cc: 17; qc: 77; dbt: 0.036s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.5mb