12 kilomètres à pied, ça use, ça use...


Advertisement
Iceland's flag
Europe » Iceland » North » Húsavík
May 16th 2010
Published: June 6th 2010
Edit Blog Post

Le 16 mai,

Aujourd'hui, on se lève à 8:00, il fait beau. Nous avons une grosse journée de prévue. On déjeune dans notre belle petite cuisine puis on prend la direction d'Husavik, petite ville côtière célèbre pour être un bon point de départ pour partir en mer voir des baleines. Par contre, nous avons décidé de laisser tomber cette activité. Le froid d'hier nous a dissuadé d'aller faire un tour sur l'océan Arctique, et Carl est plus que sujet au mal de mer. Je pense que simplement parler de bateau lui donne mal au coeur...

Après une heure de route, on arrive à Husavik. C'est très mignon, le petit village est enclavé dans un cirque de montagnes enneigées et vers la gauche, on a une belle vue sur des fjords avec d'autres montagnes enneigées. L'océan est très bleu, les petits bateaux sont vraiment typiques, avec coque en bois et mâts. En voyant cela, je regrette de rater l'excursion aux baleines, mais Carl ne veut vraiment pas y aller. Il me propose plutôt d'aller visiter le musée de la baleine, de l'autre côté du port. On arrive devant le musée à 9:50 mais celui-ci ouvre à 10:00. On attend un peu et à 10:00 tapant, le gardien du musée arrive en auto et nous ouvre la porte. On débute notre visite, il y a plein de squelettes de baleines et de panneaux d'information. Carl se renseigne sur la chasse à la baleine. Les islandais ont des quotas très stricts et ne peuvent chasser que 2 espèces de baleines loin d'être menacées. Pour ma part, je suis plus intéressée par l'histoire de l'orque du film Free Willy, Kieko. Imaginez-vous que comme dans le film, Keiko était gardé dans de mauvaises conditions dans un zoo au Mexique. À la suite du film, une association a été fondé pour sauver Willy (Keiko) pour vrai. Il a été progressivement réhabilité et ramené à sa mer natale, en Islande. Son gardien l'emmenait faire des promenades en mer (!) et lui a appris à chasser jusqu'à ce qu'il puisse vraiment retourner à la nature. Malheureusement, il n'a pas survécu longtemps, il recherchait constamment le contact avec les hommes et est mort 2-3 ans après avoir été relâché. C'est fou, en captivité ces animaux ont une espérance de vie 2 à 4 fois moins longue qu'en liberté... Et devinez qui on croise dans le musée??? Les belges!!

Nous avons passé une heure dans le musée. On sort, on retourne à la voiture et devinez ce qu'on croise: le musée du phallus! Et oui!!! Toute une collection de phallus de différents mammifères islandais. Ne manque que celui de l'Homo Sapiens mais certains représentants de l'espèce ont signé une carte de don d'organe à leur mort. La collection devrait donc être complétée un jour. Malheureusement pour nous, le musée était fermé jusqu'au mois de juin, mais l'extérieur du musée était à lui-même assez évocateur! On cherche une épicerie ouverte pour s'acheter de quoi dîner. L'épicerie de la ville est fermée, on se rabat sur le nec plus ultra islandais: la station-service. Il s'agit du resto de la place, un fast-food bien dans les normes. Carl commande 2 hot-dog et une frite, moi j'opte pour un hamburger avec frites. La dame au comptoir demande à Carl ce qu'il veut dans ses hot-dog. All-dress qu'il répond... Alors, en plus de la saucisse façon caoutchouc, la dame met toutes sortes de trucs dont des flocons croustillants de nature indéterminée et une espèce de sauce brune. Vous auriez du voir la tronche de Carl à ce moment! Il demande que le second hot-dog soit avec moutarde et oignons seulement... Il s'avèrera que la moutarde était en fait l'espèce de sauce brune précédemment utilisée... Je suis un peu inquiète pour mon hamburger, surtout quand la fille me dit qu'il n'y a plus de mayonnaise, seulement de la «icelandic sauce». Oki que je réponds, ça va devoir faire l'affaire. On va à une table et on goûte nos repas. Pour Carl, c'est l'horreur, il mange de peine et de misère un hot-dog et me fait jeter le reste dans les poubelles... Mon hamburger, par contre, est excellent! Et les frites aussi, heureusement pour mon beau Carlo!

On part en direction du parc national Jokull...... (nom imprononçable et impossible à écrire, désolée). On s'arrête en chemin sur la péninsule de Tjornes, d'où l'on a une vue magnifique sur l'océan, des oiseaux, des falaises,etc. De là, on part faire une petite randonnée d'où l'on peut supposément voir des failles entre les plaques tectoniques. On a été bien déçus, il n'y avait rien à voir sauf un cadran solaire, snif!On continue vers le parc national. On veut aller visiter le canyon d'Asbyrgi et surtout la chute d'eau Dettifoss, la plus puissante d'Europe. Malheureusement, la route pour se rendre à cette dernière ferme durant tout l'hiver, elle était encore fermée avant notre départ pour l'Islande. On se croise les doigts pour que la route soit ouverte aujourd'hui, mais avec nos expériences avec la neige ces derniers jours, on est peu confiants. On demande au garde du parc, en effet, ça ne passe pas... Je suis pas mal déçue, mais bon, pas question de tenter le passage et de s'embourber comme hier. On décide plutôt de faire une randonnée. Le guide nous suggère une belle promenade de 12 kms, supposément la plus belle randonnée dans ce coin-ci du parc. On part. On marche d'abord dans un champ puis on dois faire un peu d'escalade pour monter une paroie à même la roche à l'aide d'une corde. Ensuite, on commence à marcher sur le bord d'un canyon. Le but est de se rendre tout au fond, où le canyon fait un U puis de piquer à travers le haut-plateau pour se rendre à un autre canyon contenant une rivière pour repique ensuite à travers le même plateau, mais plus au nord, pour revenir à notre paroi d'escalade avec cordes et cie. De là, on pourra retourner au bureau du parc et à la voiture en 15-20 minutes de marche supplémentaire dans un champ. Tout un programme donc!

On débute la randonnée et on grimpe sans trop de problèmes sur la paroi rocheuse. De là-haut, la vue est très belle, le ciel est dégagé, on voit les montagnes enneigées des environs ainsi que plusieurs parois rocheuses parallèles à notre canyon. C'est peut-être des failles entre des plaques tectoniques? Carl commence à analyser la situation au sujet de notre randonnée: il se rend compte que le dépliant dit que la balade prend entre 3 et 4 heures. Selon lui, on devrait compléter le tout en 3 heures ou un peu moins... Erreur!!!! Ce n'est qu'après 1hre15 de marche qu'on parvient finalement au fond du canyon, ce qui correspond environ au 1/3 de la balade. Faites le calcul! Carlo trouve déjà cela pénible, il n'a pas déjeuné et pris un dîner plus que frugal. Le fond du canyon est en forme de fer à cheval. On dit que cela correspond à l'empreinte du cheval du dieu Odin qui aurait jadis passé ici! Ensuite, on marche une bonne 1hre15 à travers le haut plateau. Il y a tout plein de brousailles multicolores, je suis contente. Tout le voyage, j'ai fait une fixation sur les couleurs, les contrastes, la lumière, etc. Carl, lui, veut absoluement voir un renard arctique. On voit des traces qui nous laissent penser que, peut-être, il s'agit bien d'un renard. Seul problème, les traces suivent notre petite trail à travers les mini-buissons, sans jamais déroger. On pense alors à un chien... mais comment un chien aurait-il pu réussir à escalader la paroi rocheuse??? Mystère!!!! On arrive finalement au canyon contenant une rivière. L'eau est basse, on voit les berges rocheuses qui prennent plus de place que l'eau dans le lit de la rivière. C'est étrange, c'est pourtant cette rivière qui, 25 kilomètres plus loin, forme la chute d'eau Dettifoss, la plus puissante d'Europe. C'est bien joli, on poursuit notre randonnée et retournons sur le haut plateau pour rejoindre notre paroi avec la corde. La fatigue me gagne moi aussi, la descente de la paroi est particulièrement pénible. On finit par revenir à la voiture... Et là, ce n'est pas fini, il nous reste +/- 2 heures de voiture pour revenir à notre chalet.

On décide que Carl conduit et que moi, je préparerai le souper une fois au chalet. Carl ne doit pas être tellement pressé d'y retourner parce qu'au lieu de prendre le chemin du retour, il tourne sur une route permettant d'atteindre le fond du canyon en voiture... U-turn et direction Myvatn, notre maison pour la nuit. Une fois arrivés, Carl cante dans le lit, il réussit à ronfler en moins de 2 minutes. Je prépare des pâtes au Beikonostur, une merveilleuse invention islandaise que l'on devrait définitivement importer... il s'agit d'une tartinade au fromage, genre Philadelphia, mais assaisonnée au bacon.... ça fait des merveilles dans les sandwichs le midi ou pour une recette de pâtes minutes!!!!! Miam! Après le souper, à 20:00, on se dit qu'on va faire un petit dodo de 15-20 minutes, juste pour recharger un peu les batteries avant de retourner, pour une ultime tentative, au volcan Krafla... Finalement, la petite sieste a duré toute la nuit, à l'exception d'un petit réveil à 22:30, le temps de prendre ma douche et une photo du soleil pour vous montrer que le soleil de minuit, c'est pas du bluff!


Additional photos below
Photos: 29, Displayed: 28


Advertisement

Il a neigé la nuit dernièreIl a neigé la nuit dernière
Il a neigé la nuit dernière

Cratère Hverfell, escaladé hier soir
Le petit point au loin, c'est moi!Le petit point au loin, c'est moi!
Le petit point au loin, c'est moi!

Nous sommes en route vers le cadran solaire


6th June 2010

Les imprévus
Tu ne savais pas que Carl n'aimait pas l'eau ??????? En passant s'il ne mange pas plus il va finir par maigrir

Tot: 1.03s; Tpl: 0.184s; cc: 11; qc: 30; dbt: 0.018s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb