Exploration des Grenadines


Advertisement
Published: August 5th 2011
Edit Blog Post

En ce 8 mai, nous voici donc à la porte d’entrée des Grenadines : Bequia. Ce n’est pas la première fois que nous nous arrêtons ici, cela nous donne un sentiment d’assurance réconfortant; de temps en temps c’est bon de savoir où aller sans avoir à éplucher les cartes. Nous nous approchons de la plage de façon à être bien à l’abri d’une éventuelle houle. On peut s’y rendre à la nage et nous profitons de la plage pour la première fois! Nous sommes heureux de constater que peu importe le nombre de fois qu’on arrête à une place, il y a toujours quelque chose à découvrir.
Nous connaissons le marché de poisson et nous y faisons l’achat d’un superbe thon qui nous donne 4 filets pour autant de repas et cela pour moins de 14us$! Oui, nous achetons notre poisson car, pour nous, le coût de revient est nettement moins cher pour le poisson acheté que pour le poisson pêché (quand il y en a…).

Nos amis de Journey nous rejoignent et nous appareillons pour les îles situées entre Bequia et Carriacou, les Grenadines.

Notre première destination, Canouan. C’est la plus grosse île après Bequia. La grande baie
La boulangerie de Bequia        La boulangerie de Bequia        La boulangerie de Bequia

Bon pain pas cher!
de Charlestown abrite les mouillages de la compagnie Moorings, importante organisation de location de voiliers dans les Antilles. Il est impossible de s’amarrer à ces mouillages mais on peut facilement ancrer dans moins de 20pi d’eau ou encore prendre des mouillages offerts par une organisation locale. En ce 12 mai, une bonne houle du nord agite le mouillage et donne un aspect de cascade à l’accostage au quai de l’hôtel Tamarin. On visite la petite ville à pied : cimetière et petits marchés de légumes et de poissons…
Nous nous rendons à pied de l’autre côté de l’île pour découvrir Windward Bay délimitée par un banc de corail; c’est une « piscine » d’environ 6pi de profondeur moyenne à explorer en bateau seulement par temps très calme (ce qui n’est pas le cas en ce moment) car Éole nous caresse avec des vents de 20kn.

Le 16 mai, le vent tombe un peu; nous nous rendons dans les Tobago Cays. Une autre belle navigation d’à peine une couple d’heures. C’est ça que les gens viennent chercher en louant des bateaux ici…
Nous allons ancrer au sud de l’île Baradal, dans 10pi d’eau cristalline. Le vent se maintient entre 10 et 15 nœuds, suffisamment calme pour ne pas avoir trop de clapot et idéal pour l’éolienne! Nous y passons plus de trois jours à plonger avec les tortues et marcher sur les iles environnantes. Un petit paradis qui mérite sa réputation. Le 21 mai, nous quittons ce parc par le Sud et allons nous ancrer dans Saline Bay, sur la rive ouest de l’île de Mayreau. Avec nos amis nous explorons le monde sous-marin de cette baie et sommes ravis d’y voir des langoustes (enfin!! Nos premières langoustes en eau libre mais hors saison… snif) et même des calmars!

Les jours passent et nous rapprochent de la date de retour au Québec, nous devons penser à remonter vers Ste-Lucie. Le 23 mai donc, nous laissons Journey descendre jusqu’à Union et remontons sur Mustique où nous retrouvons Lynn et Ken de SilverheelsIII. Une ile privée, où il est obligatoire de prendre un mouillage (pas cher de toute façon). Le mouillage est tranquille et l’eau… superbe! Nous faisons un premier tour à pied et puis un autre en vélo!! Dommage que nous n’ayons pas assez d’argent pour devenir propriétaires sur cette île de riches… Tout est beau et propre. Ne vient pas sur cette île qui veut; aucun bateau de plus de 25 passagers ne peut accoster ici.
Seule ombre au tableau dans ce paradis, mon capitaine semble être au prise avec une crise d’arthrite sévère qui l’oblige à se bourrer d’antis inflammatoires; hisser la grand-voile est de plus en plus pénible et même le peu de vélo sur l’île le fatigue rapidement.

Pour notre grand bonheur, la météo se maintient au beau et nous repartons vers Bequia le 26 mai. Procédures de douanes et préparation pour le retour vers Ste-Lucie occupent les deux jours que nous y passons. Nous sommes très satisfaits de notre séjour aux Grenadines : du vrai beau temps et de la belle voile…



Additional photos below
Photos: 41, Displayed: 25


Advertisement

Première maison de pierres que nous voyons encore utilisée,Première maison de pierres que nous voyons encore utilisée,
Première maison de pierres que nous voyons encore utilisée,

ici, c’est le bâtiment du cimetière.
Nous avons surnommé Canouan « l’île parfumée »       Nous avons surnommé Canouan « l’île parfumée »
Nous avons surnommé Canouan « l’île parfumée »

partout les odeurs sont agréables; fleurs ou feuilles on ne sait pas… mais ça sent bon!
La Windward Bay,      La Windward Bay,
La Windward Bay,

on ne peut y aller en bateau que par temps très calme, ce qui n’est pas le cas présentement. La plage et l’eau sont invitantes mais le vent rend la baignade moins intéressante.
Une vue du point le plus haut de notre randonnée    Une vue du point le plus haut de notre randonnée
Une vue du point le plus haut de notre randonnée

regard vers la baie de Charlestown
Un lunch dans les Tobago Cays       Un lunch dans les Tobago Cays
Un lunch dans les Tobago Cays

soupe de tomates et concombres froide avec plantain grillé!
La plage de l’île Baradal          La plage de l’île Baradal
La plage de l’île Baradal

cette île est un refuge pour les tortues, on peut y nager près d’elles.
Vue d’une des îles des Cays sur le « bout du monde »         Vue d’une des îles des Cays sur le « bout du monde »
Vue d’une des îles des Cays sur le « bout du monde »

une île et des récifs le plus à l’Est des antilles!


Tot: 2.533s; Tpl: 0.047s; cc: 11; qc: 30; dbt: 0.0215s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb