Pattaya, la Dévergondée


Advertisement
Thailand's flag
Asia » Thailand » Central Thailand » Pattaya
April 16th 2011
Published: April 17th 2011
Edit Blog Post

8-9 avril 2011



Je suis de retour à Bangkok.

Ce sera un deux jours à revoir ce que j'ai déjà vu.

Je reprend une chambre dans le même guesthouse que lors de mes derniers séjours dans la capitale.

Plus vraiment de surprise.



Je dois me lancer dans une nouvelle aventure.

Pas question de rester un jour de plus dans la capitale.



Je m'informe sur les environs de Bangkok, question de me trouver un endroit où miser mes derniers jours.

Pas trop de bus cette fois-ci s'il-vous-plaît.



Je me décide enfin.

Bon.

Je ne voulais pas nécessairement voir et visiter cet endroit,

honnêtement:

c'est que j'ai une bonne idée de ce qui s'y passe.

Mais bon, j'ai besoin de bouger de Bangkok pour quelques jours...

et je ne verrai jamais si je n'ose pas m'y rendre et l'explorer: direction Pattaya (la maudite).



Ceux qui en ont entendu parler se font leur propre idée sur l'endroit.

Bon... alors je vais confirmer ou infirmer ce qu'on en dit.



C'est un trois heures de minibus pour s'y rendre à partir de Khao San Road, Bangkok.





Pattaya est la plage la plus à proximité de la capitale thaïlandaise.

L'endroit est réputé pour être l'un des lieux les plus pervertits de toute l'Asie (!!).





C'est en après-midi que j'y pose les pieds.

Le minibus dans lequel je prenais place avec 6 autres touristes masculins me dépose sur une importante rue commerciale.

J'y trouve un shopping Mall longeant une plage touristique.

Burgerking, McDo, Subway et autres chaînes de restos s'y sont installés.



Je m'aperçois bien vite que ce n'est pas une destination touristique ordinaire ici.

Ohhh que non.

Je ne suis pas une personne outré facilement mais ici, ma morale en prend pour son rhume.

Côté ''sex scene'', ce que j'ai vu de Bangkok ressemble à un caniche à côté du Dubberman qu'est Pattaya.

Les ''soi'' (petites rues) toutes parallèles sont illuminées d'invitations aux bas instincts mâles: massages érotiques, bars-à-gogo, meeting bars (MEATing bars plutôt), prostituées... partout!

Et c'est loin d'être discret.

Sexy Thai girls et ''ladyboy'' (ishhh) partout.

On ne sait plus trop qui-est-ce-qui-est-quoi ici.

Un homme? Une femme? Une pute? Une caissière de dépanneur?

J'ai l'étrange impression que toutes les femmes jouent les putains ici.

Et pas mal d'hommes thaïs aussi (!!)

Trop.

Cité du vice.



On dirait que toutes les femmes ont un prix accroché à leur robe,

commun accord chez le sexe féminin à Pattaya.

Moeurs très très légères,

s'en est dangereux.

Et dire que la nuit n'est même pas encore tombée!





Les touristes ont l'air de prédateurs, et les femmes, de proies consentantes.

Testostérone.

Ça sent le désir à plein nez.



La jungle touristique est constituée majoritairement de russes mâles, seuls, passés la cinquantaine (c'est, dit-on, la Mafia russe qui à la main mise sur Pattaya).

C'est plutôt choquant de voir les têtes grises ici, aux bras de poupées thaïlandaises à la majorité parfois discutable.

Mais bon.

La demande est là... et l'offre l'est encore davantage!







Le soleil se couche, et je me lance dans la faune nocturne de Pattaya.



Les ''Meating bar'' sont alignés les uns à la suite des autres dans les ¨soi¨.

Il y a (et je vous le jure) plus de 50 filles thaïlandaises pour 1 touriste mâle en cette basse saison.

C'est com-plè-te-ment dément.

Chacune tente de vous convaincre de boire à leur bar.

Leurs techniques sont parfois discutables en matière de bienséance. (Mon entre-jambes n'est pas supposé me servir de poignée de main!)



Je suis débordé d'offres.

J'en ai assez... je change de rue... oh god!

C'est encore pire!

De l'offre, il y en a encore plus.



Je me décide enfin... et j'entre dans un des endroits.

C'est un tout petit bar.

Il y a 12 filles à l'intérieur: leur rôle est de faire boire les clients et de les convaincre de ne pas changer de lieu.

Comme je disais, c'est la basse saison en Thaïlande.

Nous sommes... 2 clients dans le bar.



J'ai beaucoup beaucoup d'attention.

Évidement.

Bière, pool, bière, pool: je m'y amuse vraiment.

Je me met à déconner avec l'attroupement féminin.

Fous rires et joie de vivre.

Bon d'accord, elles sont payées pour ça.

Mais au delà de ça, je crois qu'elles aiment bien ma... personnalité... et ma couleur de peau... et mon portefeuille aussi.



À 1 heure du matin, trois d'entre-elles m'invitent à aller clubber au centre-ville.

J'accepte.

Je quitte donc le petit bar avec les trois filles et me retrouve au coeur du nightlife de l'incroyable Pattaya.

Afterhour.

Musique techno.

Le party est endiablé.


Il y a foule dans l'arène de danse: que des hommes blancs, fêtards en vacances... et une quantité innombrable de thaïlandaises sexy sur le party.

Folie nocturne.

Hédonisme.

SinCity.

Nuit blanche... blanche blanche blanche.





10 au 15 avril



Ce qui est le plus étrange ici (et ce qui donne le plus dur coup à ma morale) est que la vie du ''red light'' est carrément en harmonie avec la vie normale des gens ''normaux'' de Pattaya.


Pattaya: 107 000 habitants.

Ce n'est pas qu'un petit village confiné au tourisme sexuel: c'est une réelle destination touristique où des familles viennent y faire du shopping.

C'est plutôt weird tout ça.

Comment ne peut-on pas trouver ça weird et dérangeant... alors que des enfants lavent les verres dans les bars de stripteaseuses?

Un cirque.

Il n'y a plus aucune morale ici.

Mais pourquoi ai-je l'impression d'être le seul offensé par ce que je vois?

Pourquoi les autorités ne réagissent pas sur certains excès?

Pourquoi les locaux semblent trouver ça normal qu'un vieil homme soit assis, seul, à la même table de resto qu'une gamine thaï d'à peine 8 ans en robe de princesse... qui n'est clairement pas sa progéniture?

Il y a un côté très très sombre à Pattaya.

C'est à se poser plein plein de question.

Choquant. Malsain. Inacceptable.

Malheureusement, tout semble tomber rapidement dans la banalité ici.



Je pensais sincèrement ne pas rester ici plus que deux jours.

Deux jours, c'est bien suffisant pour comprendre ce qui s'y passe.



Et c'est alors que la fête a éclatée: Nouvelle Année thaï (ou le WaterFestival)

Le WaterFestival a lieu partout en Thaïlande, en avril, d'une durée de 3 (à Bangkok m'a-t-on dit)... à 10 jours (Pattaya).

Je voulais vivre l'événement à Bangkok, sur Khao San Road, mais bon... j'ai été prit dans un party de fous!

Complètement fou!

Comme vous pouvez vous l'imaginer, ils ont le sens du Party à Pattaya.



WaterFestival: la plus grande guerre d'eau au monde.


Ce sera un quatre jours à arroser et à se faire arroser non stop... de midi à 18h00... à courir dans les rues, armé de fusils à l'eau et de bassines.

Et croyez-moi, malgré toute l'eau déversée sur la ville durant ces derniers jours... Pattaya est loin de se refroidir.

Joie de vivre.

L'ambiance est plus que festive.

Ce sera du plaisir intense pendant quatre jours... pour enfin, épuisé, quitter Pattaya... et retourner ''relaxer'' sur Khao San Road, à Bangkok.

Je ne croyais pas pouvoir connaître plus fou que Khao San Road .... et bien voilà, j'ai été servit.



Etienne X



Note à Moi-Même:

Question graphique: l'impact ne sera pas le même si on nomme son restaurant le ''Welcome Number One'' versus le ''Welcome No. One''

Advertisement



Tot: 2.141s; Tpl: 0.052s; cc: 39; qc: 156; dbt: 0.0866s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.8mb