Kandy / මහ නුවර , Sri Lanka (ou Comment Assister à un Mariage Hindou)


Advertisement
Sri Lanka's flag
Asia » Sri Lanka » Central Province » Kandy
March 28th 2015
Published: April 5th 2015
Edit Blog Post

25 mars



Situé au creux d'une vallée, Kandy est une ville active et importante pour les bouddhistes.

On y retrouve un temple sacré où une dent (!) de Bouddha y est coffré, relique qui fait non seulement la fierté de la ville, mais celle du Pays tout entier.

On charge 10$ aux touristes pour voir la porte derrière laquelle le trésor, l'émail magique se trouve.

Bon. Il faut avoir la Foi pour y croire j'imagine.



Alors que je marche le long d'une route sinueuse en direction d'une imposante statue bouddhiste veillant sur Kandy, un rythme de percussions attire mon ouïe vers une entrée dans le creux d'une pente descendante.

Je m'approche de l'air musical

lorsqu'un moustachu en toxedo m'aborde.

"Wedding" qu'il me dit en dodelinant de la tête comme un "bubblehead".

Mariage hindou.



La salle louée pour l'occasion est saturée de saris et de beaux costumes.

"Come come" qu'il me dit.

Le pingouin moustachu me tire alors le bras comme un gamin qui tire son père vers une confiserie

et il m'amène à l'intérieur de la fête.



Floc!

Subitement, on me salit le front d'un troisième œil poudreux...

et puis je me retrouve là

rapidement

parmi la foule assise devant les futurs mariés hindous

qui s'échangent des colliers de pivoines odorantes dans l'ambiance tapageuse des roulements de doigts qui pianotent sur les tablas.

"Come come" que la moustache me redit en m'agrippant la main cette fois, et en me tirant de force vers la scène

comme un poisson qu'on mouline vers la chaloupe.

"I'll stay in the back.

The back.

I'll stay.

In the back"

Mais il est trop tard, je suis prisonnier de l'engrenage de la cérémonie maintenant.

On m'amène fièrement, et on me poste à deux doigts des mariés...

aux côtés d'un rondouillard en bedaine qui s'occupe à mouvoir un panier d'où sort une flamme qui encense la salle bruyante d'une collante odeur de patchouli.

On me tend solennellement une gamelle bondée d'arachides et de cubes de sucre en guise d'hosties.



Il fait chaud dans le feu de l'action.

Je mâche l'offrande sucrée, je sue, et les odeurs florales et l'encens me collent à la peau.

Je suis aux premières loges.

Je suis un invité de marque.

"I'll go in the back. Je back" que j'informe le pingouin moustachu.

Je n'en peux plus d'être le clou du spectacle

alors que les mariés font leurs vœux solennels, englobés d'une irritante bulle grouillante de percussions, de fumée et d'espoir.



"I'll go in the back" que je confirme, alors que je m'éclipse en tentant, au passage, de ne rien accroché au décor.



Je finit par sortir de la salle en toussotant

alors que la moustache me suit en battant de la queue comme un chien content.



Sans surprise, il me refile son adresse postale... tout en m'agrippant une dernière fois la main, puis en la reniflant et en la collant à son front comme si j'étais un quelconque guru.

Je me dis que vouloir partir un secte, je pourrais certainement trouver des adeptes ici-même.

Voilà.

Il suffit d'un peu de curiosité, d'audace et de chances...

pour que s'allume la magie du voyage.





Note à moi-Même:

Demander son chemin à n'importe qui

sauf un chauffeur de tuk tuk.





26 -27 -28 mars



Je me pose pour quelques jours à la bien touristique Kandy, question de souffler un peu après ces interminables trajets passés dans les transports publics (et merdiques) sri lankais.



Bouddha doré ou de blanc immaculé

Ceux debout ou allongés

Les méditatifs et les enseignants

Les pensifs et les dormants

Ceux gigantesques, assis à la cime des hommes

Et puis ceux accessibles, comme des figurines immobiles

à la croisée des chemins.



Bouddha à la montagne

Et Bouddha dans les caves.

On se déchausse et on se rechausse.

Et puis les boîtes à donations partout jumelées

À chacune des statues glorifiées.



Le bouddhisme n'est pas que dans le cœur des gens.

il est aussi à portée de mains.



...



Je passe donc ces journées aux environs de Kandy, à découvrir les nombreuses représentations de Bouddha qui observent scrupuleusement la vie de la majorité bouddhiste sri lankaise.

Je me repose aussi au jardin botanique où l'infestation des macaques à moumoutes amuse les visiteurs.

Tous photographient en rafale les bêtes qui pincent les puces sans pudeur de l'arrière-train de leurs voisins.



Ça fascinera bien toujours les singes ce visage qui ne sourira jamais, caché sous la queue.



Demain: départ pour Anuradhapura, de plus en plus au Nord de l'île.



Etienne X



Notes à Moi-Même:

1- Désavantage de la grande chaleur: je sue en mettant mes bas.

Avantage de la grande chaleur: mon café reste chaud plus longtemps.



2- L'air climatisée donne la grippe. Rien de plus paradoxal qu'une sinusite à 30 degré Celsius.


Additional photos below
Photos: 18, Displayed: 18


Advertisement



Tot: 0.099s; Tpl: 0.058s; cc: 11; qc: 28; dbt: 0.0156s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.2mb