Gangtok (India) to Katmandu (Népal) ( ou Quand deux têtes valent mieux qu’une )


Advertisement
Nepal's flag
Asia » Nepal » Kathmandu » Durbar Square
March 24th 2007
Published: February 8th 2013
Edit Blog Post

24 mars:

On quitte Gangtok ce matin pour se rendre à la "Kakarvitta border", poste frontalier entre l’Inde et le Népal. Ce sera un cinq heures de route à faire pour s’y rendre.

On partage une jeep avec deux coréennes qui cognent des clous, une mignonne israélienne en leggings, un homme d’affaires népalais… et une famille de six indiens qui dégobillent à tour de rôle par les fenêtres. Au Canada, quand un passager est malade, le chauffeur arrête la voiture sur le bord du chemin. Mais pas en Inde. Sans même ralentir d’une miette, notre chauffeur lève rapidement les yeux pour regarder dans le rétroviseur. Il constate les dégâts.

Il étire alors le bras… et lève le son de la radio. Ça va au moins enterrer les rugissements gutturaux qu’il doit se dire.

Pouah! Une odeur d’estomac envahit soudainement la jeep.

Ça sent les sucs gastriques et les épices.



J’ai mes écouteurs accrochés à mes tympans, un foulard de cowboy sur le museau et des lunettes soleils vissées à mes orbites.

Je me concentre.

J’aimerais être dans ma bulle.







La jeep nous débarque à la frontière Kakarvitta.

On entre au Népal à pied.

On obtient notre visa quand même rapidement, on change nos roupies indiens pour des roupies népalais et on quitte en bus pour Katmandu (capitale du Népal).



Je nous prévois une ride longue et chiante d’une durée de 14 heures.

Je vais essayer de me concentrer.

Je vais vouloir être dans ma bulle.



25 mars:

C’est interminable!!

Le 14 heures devient un 20 heures de route.

Ouf!

C’est un 20 heures à se faire friser les oreilles par le Dance-Boomboom-Goa-Trance indien que crache les speakers cheaps de la boîte de ferraille roulante.

Ouf!

En plus, on a droit à un flat, et puis une batterie à plat durant le trajet de nuit.

Je fais le décompte : trois flats et une batterie morte en 10 jours de transport.

Pas de prévoyance ici. On agit sur le tas.



On arrive enfin à Katmandu.

On n’est pas trop dépaysé.

Ça ressemble beaucoup à l’Inde ici, à part la monnaie dans nos poches et les marques de clopes.



Le Népal est le paradis du trekking. On va sans aucun doute se lancer bientôt dans un trek dans les environs de la capitale.



On se trouve présentement un Guest House dans le quartier Thamel, LE quartier touristique de Katmandu.

Vous pouvez me croire, on n’est pas les seuls touristes dans le coin! Ouaip. On est pas mal dans la haute saison.



Note à Moi-Même:

Il nous reste 1 mois pile à voyager.



26 mars:

On découvre Katmandu aujourd’hui. Je suis agréablement surpris par l’ambiance du quartier Thamel. Les gens sont avenants. C’est un grand plaisir d’être ici.

Les rues du quartier sont bourrées de belles boutiques qui vendent dix fois plus cher tout ce qu’on aurait pu acheter à moindre prix en Inde. Les masques indigènes à 20$ sont rendus à 200$. Mais c’est correct. Les décors indiens à 20$ se sont aussi mutés en décors népalais à 200$.



On se sent un peu plus chez nous ici. Il s’agit de sortir un peu du quartier touristique de Thamel pour retrouver du total dépaysement.



Des têtes de chèvres et de porcs attendent preneurs sur les tables des boucheries.

Tout se mange. Rien ne se perd.



On va ensuite visiter les temples de Durbar square. Quelle chance, il y a en ce moment une fête religieuse qui a lieu sur le site.

Un prêtre décapite deux buffles devant des adeptes qui s’exaltent. Offrande aux Dieux hindous. Les buffles ici n’ont malheureusement pas la même chance que les vaches sacrées. On a droit de les martyriser ceux-là.

Le sang mi-coagulé serpente maintenant sur le sol asphalté du lieu de culte.

Dites-moi, est-ce que le motif religieux donne à l’Homme tous les droits?



On va souper dans un restaurant italien plutôt chic du quartier Thamel ce soir.

Je me commande un spaghetti carbonara.

Il y a des languettes de bacon grand comme des doigts mêlées à mes pâtes.

Je pense aux deux buffles sacrifiés.

Je pense à la tête porcine à mohawk de la table du boucher.

Je pense au vilain sanglier dans les Teenage Mutant Ninja Turtles.



Bien nourri, on retourne à notre Guest House.

En pleine pénombre, un chinois aux allures d’un dragon s’approche soudainement de moi.

"Hasssissssss? Madgic mussssssroom? Opium?" qu’il m’offre en sussssurant comme un serpent

Oh! L’opium est maintenant accessible ici. C’est la première fois qu’on me l’offre celle-là.

On est près de la Chine.



27 mars:

On passe une autre journée à relaxer dans le quartier Thamel.



Demain, on part pour un trek de 8 jours dans la vallée de Katmandu.

Pas besoin de porteurs ou de cuisinier cette fois. C’est qu’on aura besoin que d’un guide bilingue pour découvrir le Helambu trek.

Altitude maximum à atteindre : 3510 mètres.



J’aurai les poches pleines de noix et de barres Mars cette fois. On apprend de nos erreurs.



Je ne suis pas très inquiet.

Côté trek, le Népal est bien mieux organisé que le Sikkim.



Itinéraire de l’Helambu trek:



Jour 1- Sundarijal to Chisapani

Jour 2- ...to Kutumsang

Jour 3- ...to Mangengoth

Jour 4- ...to Tharepati

Jour 5- ...to Melamchi gaun

Jour 6- ...to Tarkeghyang

Jour 7- ...to Thimbu

Jour 8- ...to Katmandu.



....plein de beaux noms de villes comme ça.



Etienne X le Routard


Additional photos below
Photos: 8, Displayed: 8


Advertisement



Tot: 0.052s; Tpl: 0.017s; cc: 12; qc: 33; dbt: 0.0086s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.3mb