Valle Del Elqui & Mamalluca, Chile (Quand Saturne est un Cyclope)


Advertisement
Chile's flag
South America » Chile » Coquimbo Region » Vicuna
July 22nd 2018
Published: July 27th 2018
Edit Blog Post

20 juillet



Derrière La Serena s'élève l'imposante Cordillière des Andes qui délimite la frontière avec l'Argentine.

Au niveau de la ville, un entonnoir déverse des confluents de rivières à partir des sommets jusqu'à l'Océan,

formant ainsi une vallée fertile dans les montagnes, là où poussent des jardins de papayes, des plantations démesurées d'avocats

et des vignobles de raisins Muscatel avec lesquels sont produit des vins sucrés,

et puis le fameux Pisco aussi, fierté festive du Pays.



En matinée, un mini-bus s'arrête devant mon Hostal pour justement me permettre de m'injecter dans la Valle Del Elqui.

Je suis le touriste canadien dans le lot de latina familia en vacancia.



Je m'assied en avant: Felipe le guide-chauffeur est le seul à pouvoir me répondre en anglais.

Sans attendre, Felipe actionne le moteur

et nous partons vers les montagnes à première vue, désertique et infertile.



Bien vite, on atteint un passage qui nous dévoile tout le contraire: un rivage verdoyant apparaît soudainement,

au pied d'un impressionnant barrage retenant l'eau minéralisée déversée par le décor andin.

Le mur a été érigé par les allemands me dit-on (c'est qu'ils s'y connaissent en mur les allemands).

Ces derniers ont, depuis longtemps, un lien particulier avec le Chili.



Dans la vallée, les vertes plantations contrastent soigneusement avec l'aridité du flanc des montagnes, malgré la saison.

Les vignobles parfaitement alignés viennent poncer les dénivellations rocailleuses aux angles du paysage.



On teste ici des jus de papaye et des vino blanco,

et puis on se grise de Pisco dans les distilleries aussi, là où les cuves en cuivre condensent le nectar sucré du muscat.

...



Vers 17h00, on me détache à Vicuña (+ ou - 27 000 habitants), joli village au creux des montagnes, là où un autre mini-bus devrait me cueillir à 19h30 tapant.



Tout au sommet des montagnes de la vallée Del Elqui, des observatoires y sont postés, nombreux, à fixer les planètes à la nuit tombée.

La température sèche et l'altitude de son décor font du Chili un Pays privilégié pour observer les étoiles et leurs constellations.

Plus de 60%!d(MISSING)es observatoires importants ont été installés ici, au Chili, dont beaucoup sont autour de nous présentement, dans les hauteurs environnantes de la vallée.

Le plus impressionnant des observatoires ouverts au public se nomme Mamalluca (-Maman qui accueille- en langue Aymara),

et c'est justement là que doit m'amener le mini-bus, dès la disparition de la lumière solaire.



Jamais je ne pourrai être plus près de la voûte céleste que ce soir, à Mamalluca.

...



Le transport est à l'heure, et j'y entre sans aucune attente: c'est que je n'avais aucune idée de l'existence de cet endroit avant cet après-midi.

C'est Felipe le guide-chauffeur de la Vallée Del Elqui qui m'a parlé de l'excursion.

"You can see Saturn" m'avait-il dit pour me convaincre.

("Ver Saturno, es para niños" qu'il m'a alors dit,

ou quelque chose du genre).



Alors me voilà dans le mini-bus spatial, muet avec les familles de chiliens, en direction du ciel

et de la lune aussi, chef d'orchestre de milliers d'étoiles.



On serpente dans la noirceur comme sur une rampe de lancement.

On n'y voit rien de rien... jusqu'à rejoindre tout en haut, cette barrière semi-éclairée derrière laquelle une large sphère annonce la présence de l'observatoire.

Un demi-globe incisé semble fixer le ciel sur le site comme dans les documentaires d'astronomie

ou comme dans Tintin et l'Étoile Mystérieuse aussi.



Je suis invité à rejoindre le groupe -habla Inglés- de 6 personnes...

alors que le tour régulier en -español- regroupe au moins une centaine de touristes.

Le téléscope sera définitivement plus accessible en anglais.



Un petit astronome discret nous accueille et se lance savamment dans des descriptions presque sensuelles de la galaxie.

Il chuchotte dans l'éclairage stellaire, comme s'il nous expliquait la copulation d'une rare espèce de papillons endémiques.

"Sometimes, Jupiter goes behind the Moon. Occultation is a magnificent moment".

L'astronome presque fou a des allures de rat de bibliothèque Asperger .



"Let's look at Saturn" qu'il me dit tout bas comme si la planète siestait dans le firmament.

Je pose alors l'oeil sur le trou de serrure du téléscope et Hula Hoop,

j'aperçois le cerceau de Saturne tout là-haut.



C'est que Saturne existe hors des encyclopédies maintenant,

et j'en suis convaincu,

Saturne est certainement un cyclope.



Etienne X



Notes à Moi-Même:

1- À cause de la haute densité des minéraux dans la vallée Del Elqui, aucun paysage n'est aussi magnétique qu'ici.

2- Avec quoi cueille-t-on la papaye?

Avec une foufourche.


Additional photos below
Photos: 12, Displayed: 12


Advertisement



Tot: 1.571s; Tpl: 0.078s; cc: 16; qc: 25; dbt: 0.02s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.3mb