Le Salar d'Uyuni


Advertisement
Published: December 27th 2014
Edit Blog Post

Depuis Potosi, 4h de bus suffisent pour rejoindre Uyuni.

Pour aller voir le salar (désert de sel) plusieurs groupes rencontrés sur notre route nous ont recommandé une bonne agence, Blueline (pour ceux que ça intéresse). On réserve notre tour sur 3 jours, avec Grober, un très bon guide.

Jour 1 : Le Salar

Nous partons le lendemain matin, avec 3 brésiliens qui ont également booké un tour. Tous les déplacements se font désormais avec un gros 4x4 conduits par Grober. Durant les 3 jours, il sera donc chauffeur, guide et cuisinier.

Premier étape à l'extérieur d'Uyuni, le cimetière de trains. Il s'agit d'anciennes locomotives et anciens wagons venus d'Europe pour avoir une deuxième mais sont tous aujourd'hui hors d'état. Etant donné qu'il y a de très nombreux 4x4 de touristes, on ne s'attarde pas. Grober veut que l'on soit les premiers sur chaque site ce que nous apprécions !

On entre rapidement dans le désert de sel. Il s'étend sur 1 210 600km², à 3653m d'altitude. Le salar comporte plusieurs sites d'extraction du sel et regorge de lithium en sous-sol, qui devrait bientôt alimenter l'économie bolivienne. Bref, ici le sol est blanc à perte de vue, difficile de regarder l'horizon sans lunettes de soleil, et il est impératif d'utiliser une bonne crème solaire.

Nous faisons d'abord halte sur la Isla Incahuasi (ou Isla del Pescado). Bien qu'elle ne soit pas entourée d'eau, mais de sel, c'est un des rares morceaux de terres qui sort de la surface du salar. Ici, il n'y a que des cactus. On peut grimper rapidement au sommet pour profiter d'un bon point de vue sur l'étendue blanche.

L'après-midi, nous faisons l'activité préférée des touristes (car nous en sommes), on fait des photos rigolotes avec les effets spéciaux que peut offrir le salar. En effet, avec un peu d'imagination, le sol blanc permet de capturer des objets et personnes sur différents plans en donnant l'impressions qu'elles sont très proches voire collées. => Voir nos quelques photos (si vous êtes curieux, je paries qu'on en trouve des tonnes sur google image).

Nous quittons le salar avant la nuit, car il n'est pas question d'y dormir. Nous rejoignons un petit hôtel dont les murs et le mobilier sont entièrement réalisés en sel. On dîne, et on joue aux cartes avec nos brésiliens en échangeant pas mal de plaisanteries et des boissons locales.

JOUR 2 :

Le Salar c'est fini. Dans la région de Los Lipez, nous partons ce matin voir les paysages du sud-ouest de la Bolivie et les curiosités qu'ils comportent. Tout d'abord quelques volcans, dont certains atteignent près de 6000m d'altitude, puis quelques lagunes peuplées de flamands roses. Un peu plus tard, nous nous arrêtons devant l'arbre de pierre (Arbol de Pierra). Il s'agit simplement d'un gros rochers dont l'érosion provoquée par le vent a fini par lui donné l'apparence d'un arbre.

L'après-midi, nous arrivons dans la Reserva Nacional de Fauna Andina Edouardo Avaroa, où il faut payer un droit d'entrée plutôt cher. On oublie vite ce petit détail en arrivant sur la Laguna Colorada, un grand lac d'altitude (4278m) très coloré, le rouge étant dominant. Sa couleur est due aux micro-organismes qui s'y développent. On y trouve également de très nombreux flamands roses, les 3 espèces vivant en Amérique du Sud y sont représentées.

Nous passons la nuit dans un autre village au milieu de nulle part, et il faut se coucher tôt ce soir.

JOUR 3 :

Petit-déjeuner englouti, nous partons vers 4h30 avant le lever du soleil. Il s'agit une fois encore d'être les premiers sur les sites avant que les vagues de touristes nous y rejoignent.

Première halte à Sol de Mañana pour visiter un champ de geysers. Il est constitué de mares de mares de boue en ébulition et d'importants nuages de fumée sulfureuse s'échappent du sol. L'odeur est très nauséabonde...

Nous quittons ce site pour arriver plus loin aux Termas de Polque, un bassin d'eaux thermales où l'eau jaillit à 30°C. On se jette dans l'eau immédiatement (après avoir enfilé un maillot de bain bien sûr). L'air étant très froid, c'est un pur bonheur de goutter à cette chaleur, qui plus est pendant le lever du soleil !

Il est temps de rejoindre la frontière avec le chili. Les trois brésiliens avec nous terminent leur tour ici et partent dans le pays voisin. Sur la route, nous nous arrêtons quelques minutes pour admirer deux nouvelles lagunes : La lagune blanche, dont le nom vient de son eau laiteuse, et la lagune verte, dont l'eau de la même couleur ne permet le développement d'aucune forme de vie.

Nous disons au revoir à nos compagnons brésiliens et gardons contact. Pour nous il faut à présent remonter vers Uyuni, on roule pas mal. On s'arrête dans un très charmant village de montagne pour déjeuner. Il y a de très nombreux lamas que l'on peut approcher discrètement.

L'après-midi, Grober nous fait une petite surprise. Nous nous arrêtons à proximité de la Valle de rocas, dans un endroit appelé Catal, qui n'est pas indiqué sur les cartes touristiques. L'endroit est divin. On se croirait dans un espèce de canyon, peu profond. Entre les parois rocheuses, il y a de grandes étendues d'herbe ou d'eau, dans lesquels vivent des lamas, différents oiseaux, et même quelques ânes.

En reprenant la route, on croise d'autres volcans, villes, villages, jusqu'à arriver à Uyuni.

Notre tour fût vraiment très sympathique et enrichissant. On écrit un mot flateur sur une grande feuille, que l'agence pourra afficher pour témoigner de notre expérience auprès des prochains touristes.


Additional photos below
Photos: 32, Displayed: 25


Advertisement



Tot: 0.063s; Tpl: 0.02s; cc: 7; qc: 45; dbt: 0.0094s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.3mb