Flinders Ranges et Broken Hill : dernière escapade australienne


Advertisement
Published: June 2nd 2011
Edit Blog Post

Bénéficiant d’un peu de « temps bonus » après notre programme de base, nous avons décidé de nous lancer une dernière fois sur les routes de la fameuse « Aussie », tellement plaisantes pour conduire, et avons ainsi décidé de faire notre dernière escapade plus au nord d’Adelaïde. En effet, après cette étape, l’aventure australienne va prendre fin. Nous allons petit à petit revenir sur nos pas (Adelaide puis Sydney) pour repartir depuis Sydney le mardi 7 juin.

Nous partons donc pour 2 destinations différentes : les Flinders Ranges, chaîne de montagne emblématique de l’Australie du sud et Broken Hill, ville de l’outback en Nouvelles Galles du sud. Le point commun des deux lieux : l’outback ! Ayant été profondément marqué par notre passage dans les terres centrales de l’Australie, dans le pur outback, nous avons eu envie de le retrouver une dernière fois, avant de partir…

Pour cela, nous avons reloué une autre voiture, probablement la dernière avant un bon moment. Et pour cela, la meilleure des affaires ! Avec un petit sourire, un peu de pression et un peu de « grande gueule », nous avons écopé d’une Nissan toute neuve (13’000km au compteur) pour moins de 50.- AUD $ par jour, toute assurance comprise ! Beau !

A nous la route !!!


Flinders Ranges : la rude nature à l’ouvrage

Cette ancienne chaîne de montagnes au cœur de l’outback de l’Australie du sud présente des sommets déchiquetés, une faune dite particulièrement dense et d’abondantes ruines de villages issues d’un climat local dur et intraitable.
C’est dons sans surprise que nous avons ajouté cette destination à notre feuille de route. D’autant plus que nous avions déjà tenté d’y poser notre pied lors de notre périple en van. Un temps des plus menaçants nous avait contraints à prendre plutôt la route de Coober Pedy et d’y revenir par la suite si nous avions encore un peu de temps.
Et bien au final, du temps, on en avait bien assez : nous avons décidé d’y consacrer 3 jours.

Le premier jour, une petite trotte de 400 km depuis Adelaide nous a permis de rejoindre notre camping, à Hawker (300 habitants et tout autant de corbeaux), au pied des « Flinders ». Les logements étant rares, ou très onéreux, dans cette destination touristique très prisée, nous avons opté pour une cabine toute équipée dans un camping. Excellente surprise car c’est grand, c’est propre et il y a même une TV :D. Ahhhh, quand on voyage « sac à dos », un studio de 40m2 nous semble être un palace :D ! Prise en main du lieu clé, petit repas et repos s’uniront pour clôturer cette première journée.

Le 2ème jour, en pleine confiance devant des éléments matinaux plutôt coriaces, épais nuages et vent glacial, nous prenons la route du Wilpena Pound, l’attraction majeure du coin.
Ce cratère elliptique de 80 km2 flanqué de crêtes rocheuses est, pour certains, un cratère de météorites. Ce qui laisse songeur quant à la taille des météorites. Si si 80 km2 :D. Pour peu, on pourrait se croire dans « Deep Impact » ou « Armaggedon ». Cette théorie parait tout de même bien fantaisistes :D.

Quoi qu’il en soit, après 50 km nous rejoignons le parc national des « Flinders » et arrivons au pied de l’énorme cratère. Vu d’en bas, cela ne paraît pas si impressionnant. Nous décidons donc de poser la caisse et de prendre un peu de hauteur par-delà les sentiers du coin. Une petite balade de 2h au cœur de la forêt et de la caillasse nous permet d’atteindre un point de vue « honorable » pour une série de clichés. Bien que le coin tend à regorger de point de vue spectaculaire, le froid et le vent nous fit comprendre que 2h à pied c’est déjà bien assez :D.

Cependant, fascinés par une faune locale des plus abondantes, nous avons tout de même parcouru une partie du parc en voiture en roulant très très prudemment. En effet, la densité de la faune est vraiment très impressionnante. Durant nos 3 mois passés en Australie, jamais nous n’avions vu autant de kangourous et d’émeus. Un pur bonheur de voir tous ces locaux brouter librement en pleine nature ou sautiller dans tous les coins. Par contre, la conduite est assez… tendue car c’est bien « collineux », ça tourne et on se dit qu’à chaque virage peut survenir une bête. Heureusement pour tout le monde, nous avons rejoint notre point de chute en fin d’après-midi sans avoir shooter quoi que ce soit !

Le 3ème et dernier jour nous nous sommes contentés d’une ballade en voiture de 2h dans les environs, puis d’un repos au chaud pour profiter à fond de notre cabine clé :D.

Ces quelques jours dans les Flinders ont donc été très agréables, mêlant un bon bol d’air frais, de magnifiques paysages, une faune d’exception et un très bon camping :D.
Nous étions donc prêts à affronter la route en direction de Broken Hill…

Broken Hill : vestiges d’une puissance minière

Après la partie « nature et montagne », voilà la partie « ville et outback ».
Broken Hill est une ville de plus de 18'000 habitants, appartenant à l’Etat de la Nouvelle Galles du sud (comme Sydney). Elle se situe d’ailleurs juste à la frontière avec l’Australie du sud, pour la petite histoire, elle a même bataillé dans le passé pour appartenir plutôt à l’Australie du sud. Mais étant trop importante financièrement pour la Nouvelle Galles du sud, elle fut contrainte de rester dans cet Etat. En signe de rébellion, les habitants de Broken Hill adoptèrent alors l’horaire de l’Australie du sud, 30 minutes de décalage avec la Nouvelle Galles du sud… :o)
Broken Hill est une ville étonnante par sa localisation. Elle nous a d’ailleurs fait penser un peu à Alice Springs, en moins bien tout de même… En effet, elle se situe au milieu de nulle part. Elle ne possède pas de « périphérie », tout est très centralisé, donc lorsque l’on sort de la rue principale ou du quartier d’habitations, on se retrouve tout de suite dans l’aridité et l’austérité de l’outback. En été, il doit y faire bien chaud ! (mais nous on a eu froid ! :o))

Broken Hill est surnommée SilverCity. Pas pour rien d’ailleurs. La Ville de l’Argent. Eh oui, comme beaucoup d’autres villes australiennes, Broken Hill est une ville minière. Sa naissance eut lieu lorsqu’un certain Charles Rasp, simple main d’œuvre chargé de l’entretien de la barrière anti-dingo, découvrit un filon d’argent en 1885. Il fonda alors une énorme compagnie, Broken Hill Proprietary Compagny, qui allait devenir la plus grosse société australienne et un géant mondial dans le domaine !
Actuellement, le site de Broken Hill a beaucoup perdu de sa splendeur. Nous avons vu plusieurs photos du passé où la ville était fleurissante, beaucoup de bâtiments et de sites miniers n’existent plus. Mais le forage et le travail à la mine sont encore d’actualité. Broken Hill reste encore un site très important étant donné qu’elle abrite les gisements d’argent, de plomb et de zinc les plus importants du monde !

Nous avons pris place dans un charmant vieil hôtel réaménagé en « Bed and Breakfast » par les propriétaires, Robert et Virginnia ! Joli endroit, magnifique et grande chambre, l’accueil fut très convivial. En effet, Rob, la quarantaine bien entamée, bon bidon, petite bière en main, clope en bouche, très chaleureux fut des plus sympathiques, en tout cas le premier jour ! …
Dès notre premier soir dans la chambre, nous nous sommes rendus compte que nous n’étions pas seuls…. La chambre était habitée ! …………. Il ne s’agissait pas du fantôme des lieux mais plutôt de la faune locale intense… En y regardant de plus près, nous nous sommes bien vite rendu compte qu’il y avait une foule d’insectes morts sur le sol, sous les lits, dans les coins, près des murs… Des abeilles ? Des grandes mouches ? D’autres bestioles dont on ne connaît pas le nom ? … La réponse allait vite venir.
Nous nous couchons, nous éteignons les lumières et……. Ben ressent « comme un truc qui lui est tombé dessus » ! On allume et on se retrouve nez à nez avec une petite sauterelle !
Voilà !!! C’était des sauterelles ! On allume tout, on commence la chasse ! En analysant la pièce, on se rend compte qu’il y en a un sacré paquet ! Certaines semblent même mortes mais ne le sont pas ! Simple subterfuge !
On comprend pourquoi il y avait un spray posé sur une table de nuit « Insect Spray ». On trouve dans les cadavres du coin également une bonne grosse sauterelle d’environ 7-8 cm et 3 perce-oreilles vivants ainsi qu’un joli cafard sur le mur, antennes alertes. Miam….
La nuit qui suivit ne fût malheureusement pas la meilleure que nous avons passée ! Rien qu’à l’idée de s’endormir la bouche entrouverte au bord du lit et d’avoir une sauterelle qui vous saute dessus, pas simple pour s’endormir !
C’est donc totalement plissés et avec une tête de vainqueurs que nous attaquons le premier jour de visite de la ville. Mais avant ça, petit passage par la case « Rob ». On s’est quand même dit qu’on allait lui dire un petit quelque chose au sujet du zoo gratuit qui siège dans sa chambre numéro 4.
Faisant mine d’être totalement surpris par nos dires, Rob vient examiner lui-même la chambre. Sur ce, il nous dit que ce ne sont que de simples criquets ! Et juste une bonne grosse sauterelle ! Vexé par notre remarque, il s’en va de la chambre en nous disant qu’on dormira bien la nuit prochaine ! Bien sûr ! Après tout, des criquets et des sauterelles par dizaine dans une chambre d’hôtel en pleine ville goudronnée, c’est tout à fait normal !
A notre retour, la chambre avait tout de même été poutsée de fond en comble par la charmante employée de ménage ! …..
On ne recroisera par hasard plus une seule fois Rob durant notre séjour ! … :o)

Bon, on part donc prendre l’air frais, pour tenter de se réveiller un peu… Le classique « mostly sunny » de la météo est de nouveau mensonger à cœur ! Beaux gros nuages habituels. Cela sera d’ailleurs le point négatif de cette escapade : nous avons certes retrouvé l’outback, mais sous un ciel bien moins généreux que la première fois. Il est du coup beaucoup plus terne à nos yeux, comme sur les photos….. dommage dommage. Mais on dirait que depuis quelques semaines, c’est un peu notre pain quotidien ! Il est temps de partir d’ici… :o)

Nous parcourons donc la ville de Broken Hill à pied d’abord, sur les principales rues. Comme souvent dans les villes minières : des artères très larges, des bâtiments tous issus du fameux style « ruée vers l’or » et une particularité tout de même : les noms des rues sont pour beaucoup tout droit venus du tableau des éléments de Mendeleiev ! Argent Street, Cobalt Street, Iode Street, Oxide Street, Sulphur Street et j’en passe… Marrant.
Sinon de manière générale, Broken Hill n’est pas forcément une très belle ville… En son centre, la ville possède un gros « pit » étant le site de la principale mine. Mais pas d’accès pour les touristes, nous n’avons donc pas pu plonger nos yeux dedans.
Une autre particularité qui nous fait bien nous rappeler que nous sommes dans une ville minière : nous avons visité le mémorial de la ville qui fait honneur à tous les travailleurs morts à la mine ! Tout daté depuis 1890 à nos jours. Ça fait un peu peur ! Déjà, l’âge de certains fait frémir : 16 ans, 18 ans, une bonne partie la trentaine, certains plus âgés. Et il est écrit en face de chaque nom la cause de la mort. Ça c’est encore plus dramatique : écrasement par un chariot, empoisonnement, étouffement, explosion, chute dans un trou, poussière sur les poumons, crise cardiaque, et j’en passe ! Pas très heureux tout ça !
Broken Hill reste une ville spéciale mais, ayant passés avant elle par Kalgoorlie-Boulder, bien plus impressionnante, la ville ne nous a pas particulièrement transcendé !

Heureusement qu’il y avait Silverton à 25 km de là ! :o)
Silverton compte aujourd’hui 25 habitants ! Pas un de plus ! :o)
C’est en fait un ancien centre minier qui à son apogée, en 1885, comptait passé 3000 habitants. La plupart ont déménagé à Broken Hill lorsque les mines d’argent proches fermèrent.
C’est maintenant un village fantôme étonnamment bien préservé qui a tout du petit village de Western ! Si ce n’est que la décoration locale est quelque peu perturbée par certaines voitures à l’allure un peu spéciale……

Explications :
Silverton a été le lieu de tournage de Mad Max 2, en 1981. Comme Coober Pedy qui avait servi de lieu de tournage pour Mad Max 3, nous retrouvons donc des photos de Mel Gibson et des objets insolites dans tout le village. Même un musée y est consacré, dans lequel les photos étaient interdites, dommage, il y avait quelques beaux clichés du tournage ! Mais on a tout de même pu prendre quelques images en mémoire dans le garage local, abritant les plus beaux spécimens de véhicules du film ! A vous les photos !

Après avoir encore fait quelques photos de la plaine de Mundi Mundi, plaine spectaculaire proche de Silverton, nous quittons les corbeaux et les plaines sèches, toujours sous un ciel bien nuageux. Certains sites intéressants proches de Broken Hill n’étaient pas accessibles à notre voiture 2x2. Vu l’état de certaines voitures rencontrées en ville, on veut bien le croire, il faut un sacré 4x4 pour s’aventurer plus loin ! :o)

Ce n’est qu’en quittant Broken Hill que le soleil est venu nous narguer, nous permettant tout de même de faire quelques belles photos de ce somptueux paysage qu’offre l’outback australien. Toujours accompagnés par quelques kangourous au bord des routes, nous rejoignons Adelaide, après 1660 km, pour les derniers jours en Australie du sud.




Il est temps de faire une petite conclusion au sujet de ce magnifique pays qu’est l’Australie. Cette énorme contrée nous a amené un lot de découvertes exceptionnelles, on peut le dire. Ne serait-ce que pour ses côtes de fou, son outback saisissant ou sa faune impressionnante ! Quels souvenirs !
Nous partons le 7 juin, après quasiment 3 mois sur ses terres. Le temps est passé vite. Nous pourrions encore tellement faire, mais nous sentons que c’est le moment de passer à autre chose, ne serait-ce que pour la sensation « d’avancer ».

Nous avons passé par diverses étapes lors de ces 5 mois de voyage (eh oui, déjà la moitié !). C’est vrai qu’à la fin de la Nouvelle-Zélande, qui a représenté plutôt des vacances bienvenues, après le travail et le froid de l’hiver suisse, on avait la sensation que le voyage commençait vraiment à ce moment-là. En se rendant compte qu’on ne rentrait pas à la maison après nos vacances, la sensation de « longueur » prenait toute son ampleur.
Arrivés en Australie, nous réalisions petit à petit que le voyage allait être long. Positif car ça veut dire qu’on ne retravaille pas tout de suite, négatif car on se rend compte que la maison est encore loin, et elle commençait à nous manquer sérieusement.
Puis on ne sait pas pourquoi, les choses ont changé. Nous sommes rentrés dans une routine de voyageurs, le voyage c’est notre vie. On se lève tous les jours sans se poser trop de questions et on part découvrir les alentours. Et le temps s’est alors arrêté.
Se dire maintenant que ça fait 5 mois qu’on voyage, on n’y croit pas trop… un bon moment oui mais pas 5 mois ! Et pourtant…

L’Australie restera un pays mythique dans nos esprits. Nos idées de base ont été confirmées mais nous avons aussi été surpris plus d’une fois par ses paysages, son climat, son style de vie. Et l’aventure en van restera un point fort de ce voyage !

Donc voilà, l’Océanie, c’est fini. On attaque l’Amérique !

Nous sommes désolés d’avance pour les âmes sensibles à certains noms à consonance très paradisiaque, mais pour notre première destination américaine, nous avons décidé de faire un petit tour par le nord, avant de descendre définitivement vers le sud.

Notre prochaine halte : Hawaii. Les volcans, la mer, les fleurs en collier, les plages, Aloha !
Nous nous octroyons des « vacances dans les vacances » une petite semaine. A la base, ce n’était pas vraiment voulu. Mais les vols pour passer en Amérique du sud n’étant pas très nombreux depuis l’Océanie et souvent onéreux, nous avons préféré faire le trajet comme cela.
Nous allons donc profiter de recharger un peu les accus car quand même, même si on y croit pas, voyager, ça fatigue !

On en profite pour vous remercier de nous suivre par l’intermédiaire de ce blog, c’est toujours très plaisant pour nous de partager nos humbles aventures avec vous.
On espère donc que vous serez encore courageux, comme ceux qui sont arrivés au bout de ce post, et que vous serez aussi là pour la deuxième partie du voyage… ;o)
Alors à tout bientôt, sur terres américaines !



Additional photos below
Photos: 25, Displayed: 25


Advertisement



2nd June 2011

Hi Freedolin's !
Wouaaaah!!! Les blog posts s'enchaînent à la vitesse grand V des kil' parcourus!! Que diable! Mais qu'avez vous fait pour vour paumer à Canberra alors que nous tous ici vous avions fermement déconseillé voire interdit d'y aller pour éviter de vous geler les noix et bétonner l'objectif de cet appareil photo qui semble être "trop d'la balle!?" Vos pics sont juste infernales et rappellent Ô combien les souvenirs s'embrument... Bon vous m'direz : ça fait déjà 11 ans que les apôtres, grampians et autres 3 frangines ont passé devant mes mirettes... Par contre, les odeurs des giant spare ribbs, des boutanches de shiraz sur les beaches au sunset, des VB, XXXX, et autres fish'n'chips remontent aisément à la surface!!! Merci pour ça, c'est ... heu comment dire... de l'HUILE!! ;-) Have fun guys et contrôlez que la Nissan soit équipée de pneus neige!! Ici, je confirme, les bâtons de glace s'affolent et Jean Rossé s'apoge...
19th June 2011

Réponse 2 (la 1ère a bugué!)
Hello Blaisouille ! Merci pour ton beau message. Malgré vos avertissements, on a quand même voulu jeter un coup d'oeil à la capitale australienne, mais promis, ça sera la dernière fois ! :D En 11 ans, c'est sûr, rien n'a changé. Si ce n'est les prix !!! On se retrouve presque à 100.- la nuit pour 1 chambre dans un backpacker! Hum... En effet, c'est l'huile, tu as bien déchiffré cette fameuse expression :D Bon été, à tout bientôt!

Tot: 1.833s; Tpl: 0.029s; cc: 11; qc: 29; dbt: 0.013s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb