Ça chauffe dans l'Okanagan


Advertisement
Canada's flag
North America » Canada » British Columbia » Kelowna
August 14th 2021
Published: October 19th 2021
Edit Blog Post

Le 14 août 2021,

La journée commence par un petit-déjeuner absolument gargantuesque servi dans des sacs de papiers bruns, à la mode covid-19. Ça nous cale l'estomac pour les prochaines heures et peu après, nous quittons Revelstoke en direction de la vallée de l'Okanagan. Après un petit 25 minutes de route, nous parvenons à notre première activité de la journée, le Skytrek. Plusieurs parcours sont disponibles: arbre-en-arbre pour adultes, tyroliennes, murs d'escalade, etc. Nous, nous y sommes pour le jungle-gym pour les enfants de moins de 12 ans, et le parcours d'hébertisme pour enfants de 5 ans et plus. On est un peu déçus de ne pas pouvoir profiter pleinement des installations, mais comme on doit suivre la plus jeune à la trace dans le jungle-gym, nous avons tout de même notre compte d'exercise. Pour cette section, aucun équipement n'est requis, les petites grimpent, rampent et terminent le parcours par une tyrolienne, tout cela dans un univers de câbles et de cordages, au dessus du sol. Après quelques tournées du jungle-gym, nous entraînons les grandes vers le parcours pour enfants. Elles revêtent l'équipement nécessaire: harnais, casque et cordage de sécurité. Ça y est, elles sont prêtes. À côté de nous,
Mélie fait un breakdown: elle veut y aller aussi mais n'a pas l'âge requis. Rien qui ne peut s'arranger par une visite à la boutique de souvenirs pour y acheter de petits bracelets pour elle et ses soeurs!



Nous revenons vite pour voir nos grandes faire leurs preuves sur le parcours... Les débuts sont peu glorieux, Maé restant coincée avec son harnais dans le premier obstacle, comme plusieurs autres enfants après elle. À force de persévérer, elle parvient à poursuivre le parcours, mais demeure craintive. Mélie est finalement bien contente d'être au sol avec nous, et non dans les airs comme ses grandes soeurs. Danaé progresse facilement, Maé la suit du mieux qu'elle peut. À l'avant-dernier obstacle, le plus haut, c'est trop pour ma belle Maé. Malgré tous nos encouragements, elle refuse de poursuivre. C'est alors qu'on fait appel à la rescue-team, soit l'unique jeune employée placée au début du parcours et responsable d'harnacher les enfants. On se croirait dans un film: elle prend son sac de sauvetage, met son harnais de sécurité, grimpe l'échelle et fait une tonne de noeuds et d'opération avec ses cordes, pour finalement faire redescendre Maé par une échelle, un bon 15 minutes plus tard. C'est hyper-professionnel, ils ont vraiment mis le paquet. On se serait attendu à une telle complexité pour un sauvetage délicat en pleine montagne, alors que là, il s'agissait de faire descendre une échelle de 3 mètres à une fillette de 6 ans... Bref, Carl et moi on rigole un peu, mais nous sommes bien heureux de pouvoir serrer Maé dans nos bras pour la rassurer, et on remercie chaleureusement la jeune sauveteure.



Il est temps de quitter le Skytrek, nous roulons toujours dans les fumées des feux de forêts. On croise plusieurs villes où des banderoles et pancartes de remerciements pour les pompiers ponctuent le paysage. Nous nous arrêtons pique-niquer dans l'une de ces bourgades, au bord d'un petit lac anonyme. On se croirait plutôt dans le film Brume... Après le repas, on repart rapidement car nous voulons aller visiter la Kangaroo Creek Farm, qui ferme à 15:00. Ouf, ce sera un peu juste pour la visite, nous aurons à peine 45 minutes sur place... Carl se prend pour un pilote de formule-un afin de nous faire gagner quelques minutes, et on parvient enfin à la ferme. Sur place, deux grands pâturages nous attendent.
Dans le premier, on retrouve des kangourous, des capybaras, des bébés émeus, un immense hérisson ainsi qu'un minuscule phalanger volant que tient dans ses mains un employé. On se promène au beau milieu de toute cette ménagerie et on peut flatter chacun de ces animaux. L'expérience est unique! On apprécie énormément notre moment puis on prend quelques minutes pour aller voir les perroquets, abrités dans un bâtiment de ferme. Ceux-là, avec leur gros bec, me tiennent en respect. On poursuit ensuite notre visite par le 2e enclos. Encore plus de kangourous, et aussi, de très mignonnes petites chèvres. C'est maintenant l'heure de la fermeture, et je comprends mieux pourquoi ils ferment si tôt: les animaux doivent en avoir assez de se faire minoucher toute la journée, même si, pour la plupart, ils somnolent tandis que les touristes les touchent et les flattent respectueusement.



Nous reprenons notre chemin. Nos deux plus jeunes font bon usage de leur tablette mais Danaé, l'aînée, commence à virer au vert de toute cette route. La pauvre a le mal des transport. On tente de la soulager en arrêtant quelques minutes à l'épicerie, mais il faut poursuivre jusqu'à Penticton. Pauvre cocotte, la route
lui semble interminable. On arrive finalement au Tiki Shores Motel, notre hébergement pour les 3 prochaines nuits. Le thermomètre de la voiture affiche 39 degrés et, en sortant de l'auto, une odeur âcre de fumée nous accueille. Ça chauffe dans l'Okanagan. Nous sommes bien heureux d'être arrivés cependant, mais on déchante vite en voyant notre hébergement, aussi riquiqui que notre voiture, et définitivement pas le plus propre qu'on ait vu. Une grande piscine, avec un beau gros cerne noir au niveau de la ligne d'eau, nous attend. Avec les 39 degrés ambiants, on ne fait pas trop les difficiles et on se laisse tenter par une baignade. Au retour, on salue nos voisins de chambres, qui passent le temps sur des petites chaises de plastique, coincés entre leur voiture et leur porte de chambre, un joint à la main. Hello Penticton!



Le 15 août 2021,

C'est aujourd'hui que débutent les vacances dans les vacances, soit un petit séjour de farniente à la plage. Et ça tombe bien, la plage du lac Okanagan est juste de l'autre côté de la rue. Il suffit de traverser la route puis d'étendre sa serviette, et ça y est. La plage
a été fraîchement travaillée pendant la nuit, l'eau est chaude, le sable est doux, le soleil est de la partie, et il annonce encore une fois plus de 35 degrés. La journée promet! Le nec plus ultra, pour les filles, c'est la glissade qui permet de tomber les deux fesses directement dans l'eau. On passe un super avant-midi à barboter, à glisser et à construire des châteaux de sable. Malgré l'atmosphère enfumée, je profite des paysages ambiants, formés de collines bordées de buissons et bruyères, un petit clin d'oeil méditerranéen. Pour en rajouter, dans les environs, on retrouve une multitude de vignobles, qu'on ne visitera malheureusement pas, faute d'être particulièrement family-friendly comme attraction touristique... Avant d'attraper un coup de chaleur avec les 40 degrés ambiants, on retourne à nos pénates pour le dîner et une petite sieste. L'après-midi se termine doucement quand nous ressortons, cette fois pour un tournoi familial de mini-golf: équipe Papa-Maé contre l'équipe Maman-Danaé. Mélie, pour sa part, se sert du bâton comme d'une arme de destruction massive. À trois ans, jouer au mini-golf, c'est assurément un sport dangereux pour les personnes autour... Après une chaude lutte, c'est Papa et Maé qui remportent la partie. Comme récompense,
Maé pourra choisir la prochaine gourmandise au menu: crème glacée, beignes, sucreries? Ce ne sont pas les choix qui manquant dans la petite zone touristique de Penticton. En attendant, je dois aller cuisiner le souper dans notre micro-chambre du Tiki Shores Motel. Il faut bien avoir accès à une cuisine tout équipée pour n'avoir, dans cette cuisine, aucun plat ou plaque allant au four, aucune tasse à mesurer, un manque criant d'ustensiles, niet, niet, niet... La réception réussit, de peine et de misère à me trouver une vieille plaque à pâtisserie. Ça fera l'affaire, personne ne mourra de faim ce soir!



Le 16 août 2021,

Le temps a drastiquement changé depuis hier. C'est frais, à peine 20 degrés, et nuageux. Ou peut-être enfumé, on ne sait plus trop. On traverse tout de même la rue pour aller passer l'avant-midi à la plage, beaucoup plus calme qu'hier. On peut assister, en continu, au ballet aérien des avions et hélicoptères utilisés pour combattre les feux de forêt. On les voit faire des aller-retour incessants vers le lac Okanagan pour se remplir la panse d'eau. C'est que ça brûle à à peine 10 kilomètres d'ici... On craint un peu
pour notre sortie de la vallée, prévue le lendemain... Google nous informe d'ailleurs que la route de montagne que l'on devait prendre est à risque de fermeture imminente en raison des incendies... Tant pis, il nous reste toujours l'option de l'autoroute. Mais quelques heures plus tard, nous apprendrons aux nouvelles la fermeture de cette même autoroute, un feu s'étant propagé d'un côté à l'autre des voies.. La télévision en présente des images apocalyptiques... Bon... il ne reste plus qu'à se croiser les doigts pour que la route panoramique soit praticable, mais nous n'avons pas l'esprit tout à fait tranquille.



Pendant l'après-midi, je profite de la sieste de Mélie pour emmener Maé faire un tour à «l'épicerie» du coin... Le commerce est parfait si vous voulez faire le plein de loteries ou de boissons énergisantes, ou encore, si vous voulez faire l'achat-à l'unité- d'un jus de 200ml. Pour ma part j'achète le seul légume de l'étalage, un maigre concombre, et trouve quelques collations pas très santé pour les filles. De retour vers le Tiki Shores, on passe devant un lot de maisons abandonnées où squattent un groupe de 3 chevreuils... Vraiment, Penticton est un drôle d'endroit: touristique et
un peu kitsch en bord de plage, plutôt glauque dès qu'on s'en éloigne. On profite de la fin de journée pour jouer les touristes à gogo au volant d'un vélo tandem-familial. Nous ne sommes pas très glorieux au volant de notre bolide, mais nous ne sommes pas les seuls à avoir de petits problèmes de frein ou de direction... Chose certaine, on rigole beaucoup et on profite de l'expédition pour faire un arrêt beignes, la récompense choisie par Maé hier, à la suite de sa victoire au mini-golf. Et après le repas, on remet ça avec une nouvelle dose de sucre en allant manger un bon cornet de crème glacée. On aime ça les vacances!


Additional photos below
Photos: 30, Displayed: 29


Advertisement














Tot: 0.055s; Tpl: 0.013s; cc: 13; qc: 28; dbt: 0.0276s; 1; m:domysql w:www (10.17.0.13); sld: 1; ; mem: 1.1mb