Saint-Pétersbourg


Advertisement
Russia's flag
Europe » Russia » Northwest » Saint Petersburg
December 25th 2015
Published: January 17th 2016
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0


Vendredi 25 décembre 2015



Tradition oblige, à l'approche de nouvel-an, nous on s'enfuit ! Et cette année on voulait une destination typiquement hivernale, raison pour laquelle on s'envole pour la Russie ! Et comme on arrive même à prendre toute la semaine de congé, on aura le temps de visiter Saint-Pétersbourg et Moscou. Oui mais voilà, il fallait que je tombe malade le 24... Moi qui ne suis jamais malade, voilà que je vais me traîner un rhume carabiné pendant les vacances, youpie...



Le trajet se passe plutôt bien même si on a dû se lever à 4h en ce matin de Noël. On doit malheureusement faire une longue escale à Amsterdam mais on a trouvé une zone de repos dans l'aéroport avec des fauteuils super confortables pour faire la sieste.



Arrivés à Saint-Pétersbourg, on avait organisé le transfert avec notre hôtel, le chauffeur nous attend donc à l'arrivée. Il parle très bien anglais et fait le guide touristique pendant le trajet. La ville nous fait immédiatement une excellente impression. Tous les bâtiments sont magnifiques! Le chauffeur nous montre un monument à gauche, puis à droite, puis en face, on n'a pas le temps d'en observer un qu'il y en a déjà un autre! En tout cas, il l'aime sa ville ! Notre hôtel est situé dans le centre, juste à côté de la fabuleuse église du Sauveur-sur-le-Sang-Versé. Elle est fortement inspirée de la basilique de la Place Rouge à Moscou, avec des coupoles colorées typiquement russes. On pose nos affaires à l'hôtel et on ressort illico pour aller manger. On se dirige ver la Nevski Prospekt, la plus grande et fameuse avenue de St-Pétersbourg. Avec toutes les décos de Noël, elle est juste splendide! On se trouve un petit resto sympa sur l'avenue et on rentre à l'hôtel pour une bonne nuit de sommeil.





Samedi 26 décembre 2015



Le premier objectif de la journée était d'aller acheter nos billets de train pour le transfert à Moscou avant de nous rendre au musée de l'Ermitage. Optimistes, on avait donc fixé le réveil relativement tôt à 8h00. Mais la sonnerie à peine éteinte, on entend qu'il pleut à grosses gouttes... Pas très motivant tout ça... Changement de programme: on ira d'abord à l'Ermitage qui est juste à côté et on ira acheter les billets en sortant puisqu'on peut les prendre à la borne automatique. Du coup, comme le musée n'ouvre qu'à 10h30, on repousse un peu le réveil.



L'extérieur du musée de l'Ermitage est déjà très beau puisqu'il s'agit du Palais d'Hiver des anciens tsars. Et une fois à l'intérieur, tous les commentaires qu'on avait pu lire s'avèrent vrais: c'est un musée dans le musée. Il ne faut pas seulement regarder les oeuvres, il faut surtout regarder autour car tout est splendide! Les parquets, les plafonds, les moulures, les rideaux, les portes, tout est d'époque! Ah oui, les fenêtres aussi mais j'aurais préféré qu'ils les rénovent car elles ne sont pas bien isolées du tout et laissent passer d'affreux courants d'air. Je suis congelée et j'ai malheureusement laissé mon écharpe au vestiaire auquel on ne peut plus accéder... Ca ne va pas aider mon rhume...



Le musée est un vrai labyrinthe composé de plusieurs bâtiments, même avec le plan on arrive quand même à se perdre. Mais il paraît que c'est normal. Après avoir déjà couvert une bonne partie da la visite, on fait une pause pour aller manger vers 13h. Mais là, surprise, malgré le gigantisme du lieu, il n'y a qu'une microscopique cafétéria qui sert des petites salades et des sandwichs sous vide. Je n'ose même pas imaginer l'anarchie que ça doit être en haute saison quand le musée est plein et que tout le monde veut manger en même temps. Et ça leur ferait aussi une énorme rentrée d'argent supplémentaire s'ils aménageaient une vraie cafétéria. Bref, on se contente de ces affreux sandwichs et on repart pour la visite guidée en anglais de la salle des diamants. On a pris ce supplément pour voir un oeuf de Fabergé qui est exposé dans cette salle avec d'autres pièces d'exception en or et en diamants. Mais il s'avère que c'était une grosse arnaque! Il y a bien quelques oeuvres de la maison Fabergé mais pas de fameux oeuf et les autres pièces sont certes très belles mais ne méritent pas cet accès limité dans lequel, en plus, on ne peut pas faire de photo.



Après cette visite, on voulait terminer l'itinéraire qu'on s'était fixés mais on apprend qu'une partie des oeuvres qu'on voulait voir a été déplacée dans une autre section du musée, un bâtiment de l'autre côté de la place. Celui-ci est inclus avec notre billet d'entrée, on récupère donc nos affaires au vestiaire et on essaie de s'y rendre. Car ce ne sera évidemment pas si facile. En théorie, il suffit de traverser la place. Oui, mais il y a un spectacle sur la place, que des policiers on fermé avec des barrières. On a bien essayé de leur montrer nos tickets pour leur faire comprendre qu'on voulait juste aller dans le bâtiment, pas voir le spectacle, mais tout ce qu'on a compris c'est: Niet! Et évidemment, personne ne parle anglitski. Bon, faisons le tour de la place, ils seront peut-être plus conciliants de l'autre côté. Il a fallu un peu insister mais on a finalement réussi à se faufiler derrière des russes qui avaient réussi à passer. Nous voici donc dans le bâtiment d'en face. J'avoue, je sature un peu de tous ces portraits kitsch. Je préfère les oeuvres plus contemporaines mais il n'y en a pas beaucoup ici. Au moment de partir, on se retrouve dans une partie ultra moderne du bâtiment, complètement démesurée, dans laquelle il y a une expo temporaire de photos de Steve McCurry. Le nom ne me dit rien mais j'ai déjà vu plusieurs de ses photos, notamment le portrait de la fille afghane, qui a gagné plusieurs prix. Toutes ses photos sont magnifiques, les couleurs sont sublimes et elles dégagent toutes une émotion incroyable. Cela restera une jolie surprise de cette visite à l'Ermitage. On sort finalement à la fermeture, il fait déjà nuit. En même temps, à St-Pétersbourg à cette saison, le soleil se lève vers 10h30 et se couche vers 15h30...



Direction le ticket office de la compagnie de trains pour acheter nos billets pour Moscou. On a vérifié sur internet, les trains Sapsan sont de bonne qualité à un prix raisonnable et correspondent à nos TGV. On sait exactement quel horaire et catégorie on aimerait et l'hôtel nous a gentiment écrit tout ça sur un papier au cas où la borne ne fonctionnerait pas. Celle-ci fonctionne parfaitement, mais même en anglais, on galère pour faire la réservation. Heureusement, une employée arrive à notre rescousse mais elle ne parle pas un mot d'anglais! C'est quand même incroyable qu'à notre époque on soit obligés de faire du mime pour réussir à se faire comprendre... Bref, entre les instructions notées sur notre papier et nos gesticulations, on a enfin réussi à acheter nos billets.



Après tout ceci on se cherche un restaurant autour de la Nevski et on tombe sur un petit restaurant espagnol très sympa! De manière générale, la cuisine est très internationale ici, on trouve vraiment de tout, ce ne sera pas un problème de se nourrir.



Et pour terminer, cette fois on a activé une appli podomètre pour savoir combien de kilomètres on fait vraiment lors de nos journées marathon: 14 km.





Dimanche 27 décembre 2015



Après s'être enfermés au musée hier, on part aujourd'hui pour notre première exploration de la ville. On a pris des vêtements bien chauds pour pouvoir être dehors toute la journée mais il ne fait pas si froid que ça à St-Pétersbourg, entre -2 et -4, pas besoin de sortir les couches thermiques, il vaut mieux les garder pour Moscou où il fera plus froid.



On commence par faire le tour des bâtiments de l'Ermitage qui sont aussi beaux à l'extérieur qu'à l'intérieur. On continue dans le quartier en passant derrière les bâtiments de l'Amirauté, devant la statue de Pierre le Grand pour arriver devant la magnifique cathédrale St-Isaac avec son somptueux dôme recouvert d'une centaine de kilos d'or que l'on voit briller loin à la ronde. C'est un magnifique point de vue où de nombreux jeune mariés viennent faire leurs photos de mariage.



On repasse devant l'Amirauté pour aller longer la rivière Neva où on se retrouve complètement exposés au vent, gla gla... On arrive au théâtre Mariinsky qui a la particularité d'avoir une scène immense. Il paraît qu'à cause de cette scène, les ballets ont dû être adaptés pour occuper tout l'espace à disposition. Ce sera un petit regret du voyage de ne pas pouvoir y entrer car on a bien pensé à regarder pour acheter des billets de ballet pour le Bolchoï à Moscou (qui était évidemment sold-out) mais pas pour le Mariinsky où je pense qu'on aurait pu en trouver. Tant pis...



On commence à avoir faim mais on continue encore un peu la visite dans ce quartier jusqu'à un bâtiment qu'on voit pointer au-dessus des toits. On ne sait pas exactement ce que c'est, il ne figure pas sur nos cartes mais ça ressemble à une très jolie église blanche avec des coupoles bleues à petites étoiles jaunes. Bon, il faut vraiment qu'on fasse une pause pour manger et se réchauffer mais évidemment, maintenant, on ne trouve plus un seul restaurant. On marche encore un bon moment et on s'engouffre dans le premier qu'on trouve. C'est un restaurant oriental, on commande 2 soupes et des rouleaux de printemps. 40 minutes après, les soupes arrivent enfin! Heureusement, elles sont hyper bonnes mais on attend toujours les rouleaux de printemps. On attend, on attend... Impossible de demander où ils en sont, personne ne parle anglais. Bref, on demande l'addition, ils n'ont pas compté les rouleaux de printemps, on peut reprendre notre visite, 2h après...



Un peu plus loin on tombe sur un marché de Noël. Et oui, en ce 27 décembre les marchés de Noël sont encore en activité puisque chez les orthodoxes, Noël c'est le 7 janvier. On en profite pour faire le tour et acheter une déco en forme de poupée russe qui viendra orner notre sapin.

On passe devant une autre cathédrale (ils ont combien de cathédrales dans cette ville?) puis on rejoint la Nevski Prospekt que l'on remonte. Tous les bâtiments de cette avenue sont fabuleux. Pour ceux qui s'y connaissent, il paraît que c'est un vrai cours d'architecture de la descendre. Nous on se contente de l'admirer avec toutes les lumières de Noël.



Nous voici de retour vers ¨notre¨ église où on fait un peu de shopping pour s'acheter quelques souvenirs. Avec mon rhume, je suis vraiment épuisée après une journée pareille dans le froid, on s'accorde une petite pause à l'hôtel avant de ressortir pour souper dans un restaurant géorgien qui nous a été recommandé plusieurs fois. C'est très bon mais alors il y a une tonne d'ail ! Ca débouche le nez l'ail?



Bilan podomètre: 19 km





Lundi 28 décembre 2015



Encore une belle journée marathon en perspective puisque c'est notre dernier jour à St-Pétersbourg et qu'il y a encore plusieurs quartiers que l'on aimerait voir. Mais commençons à côté de l'hôtel par cette fabuleuse église du Sauveur-sur-le-Sang-Versé. Après l'avoir admirée plusieurs fois par jour, on se décide quand même à y entrer pour la voir de l'intérieur. Elle est entièrement recouverte de fresques en mosaïques qui sont réalisées avec un niveau de détails impressionnant! On peut également y voir une chapelle commémorative pour le tsar Alexandre II à l'endroit exact où il a été assassiné et qui donne donc ce nom à cette église qui a été érigée en sa mémoire.



Nous continuons notre visite en passant devant le Musée Russe et le Palais de Mikhaïlovski puis traversons les Jardins d'été, qui, comme leur nom l'indique, sont plus sympas en été. Mais cela nous permet surtout de rejoindre la Neva et de traverser pour aller sur l'île Petrogradskaya. Là, on débouche tout d'abord sur la grande mosquée qui témoigne d'une certaine tolérance religieuse puisqu'une part importante de la population russe est musulmane. Lors de sa construction, elle était même la plus grande mosquée d'Europe. On fait une pause (rapide cette fois) pour manger dans cette zone avant de repartir avec la visite de la forteresse Pierre-et-Paul. Sa construction fut particulièrement difficile car elle est édifiée sur un sol très marécageux - comme toute la ville d'ailleurs. Elle fut commandée par Pierre le Grand lors de la guerre contre les Suédois mais comme elle fut terminée après le conflit, elle ne servit jamais de forteresse militaire et fut recyclée en prison. Elle offre un magnifique point de vue en face sur l'Ermitage et pendant qu'on admire la vue, d'autres se baignent !! Si, si, et comme si ça ne suffisait pas, ils font même leur gym en sortant de l'eau gelée ! On reprend notre parcours, toujours sur l'île Petrogradskaya et on se rend jusqu'à la cathédrale du Prince Vladimir.



On change de rive et on passe sur l'île Vassilievsky où une magnifique rangée de bâtiments et de monuments longe la Neva jusqu'à 2 statues de sphinx. J'avoue qu'on a un peu le sentiment de faire ce qu'on appelle du tourisme d'asiatiques, à courir après les points d'intérêt de la carte mais avec le peu d'ensoleillement de la ville à cette saison, on n'a juste pas le temps de faire autrement. Et finalement, tous ces bâtiments sont bien souvent des musées et l'Ermitage nous a déjà bien rassasiés de ce côté-là.



Nous terminons donc notre visite de la ville en retraversant pour le centre et en rejoignant notre quartier en passant par un pont en bois très mignon, gardé par 2 lions de bronze. Il est déjà temps de préparer le transfert pour Moscou. Saint-Pétersbourg nous laissera un très bon souvenir mais avec ce sentiment bizarre de n'avoir pas forcément dégagé beaucoup d'émotion. Je pense que l'énergie de la ville doit être complètement différente au mois de juin, lors des Nuits blanches, quand le soleil se couche à peine.



Bilan podomètre: 17 km


Additional photos below
Photos: 20, Displayed: 20


Advertisement



Tot: 2.544s; Tpl: 0.056s; cc: 15; qc: 64; dbt: 0.0518s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.5mb