La journée sans fin...


Advertisement
Published: September 8th 2018
Edit Blog Post

Jour 6:



Aujourd'hui, c'est la plus grosse journée du voyage: on veut monter au nord de l'île et visiter le zoo, un jardin et une cascade, rien de moins. Un très ambitieux programme quand on voyage avec un bébé et deux jeunes enfants... Par chance, grâce à Mélie, on est debout vers 5:30, de quoi partir tôt! Après avoir rempli l'auto avec des collations à profusion, on part. Sur le chemin, on croise les véhicules officiels du Tour de vélo de la Martinique, qui se termine aujourd'hui même dans notre village d'adoption, Sainte-Anne. Ouf, on se dit que notre journée sur la route nous permettra d'éviter la cohue et la foule de l’événement! Après 1hre30 de route où les filles ronflent à l'arrière, on parvient au Zoo de la Martinique. Quel charmant petit zoo! Il est construit sur les ruines d'une habitation sucrière mais ces ruines sont intégrées dans le zoo et dans les habitats des animaux, wow! Aussi, on retrouve partout des explications à la fois sur l'histoire de l'endroit et sur les animaux, vraiment génial. Tout est accessible en poussette et les filles sont ravies de l'activité. Elles apprécient aussi la petite exposition sur la piraterie!



L'heure du dîner approche et on file un peu plus au nord. On traverse le village de Saint-Pierre, qui a jadis été complètement détruit par le volcan de la Montagne Pelée, triste événement ayant fait un peu plus de 28 000 morts, rien de moins... Comme on doute un peu, beaucoup, de l'intérêt de visiter l'endroit pour les filles (qui réclament déjà avec insistance le dîner) on ne fait que passer sans s'arrêter pour se diriger plutôt vers le Domaine d'Émeraude, parc écologique ayant une jolie crêperie. On s'installe en terrasse au restaurant et on commande des crêpes tout à fait divines. Seule ombre au tableau: les moustiques! On se fait littéralement dévorer, le dîner en devient presque une expérience d'endurance pour la santé mentale...La Lorraine, bière locale qu'on goûte pour la première fois, nous aide à tenir le coup. Après le repas, on visite le Domaine, qui présente les différentes écosystèmes et l'écologie de la Martinique dans un superbe cadre. Il y a également quelques brèves randonnées dans la forêt tropicale. Je parcours la plus courte, une quinzaine de minutes à peine, avec Mélie dans le porte-bébé. Heureusement que Carl ne s'y est pas risqué avec les 2 grandes, on aurait entendu rouspéter et rechigner pendant un long moment car le sentier grimpait pas mal... Mélie et moi on termine en nage... Heureusement, notre dernier arrêt de la journée est une baignade dans une jolie cascade!



On reprend l'auto pour une vingtaine de minutes pour parvenir à la cascade du Saut Gendarme. La route qui y mène est sinueuse et très pentue, c'est la galère avec un grand G pour réussir à se stationner de manière à peu près sécuritaire. On doit descendre un court sentier pour arriver à la cascade, et c'est là qu'on peut constater que c'est un lieu de rassemblement très couru des martiniquais, il y a vraiment beaucoup de monde... En bas, on doit aussi traverser un petit ruisseau en équilibre sur des pierres, vraiment winner avec un bébé dans les bras, sans parler des grandes qui ne peuvent le faire sans assistance... On commence à douter de ce projet de se baigner dans la cascade, mais bon, on (j'ai) tellement vendu l'idée aux filles que Danaé ne parle que de ça... On traverse. Carl se remplit les souliers d'eau dans le ruisseau comme un champion, puis moi et les filles on se change comme on peut derrière un écran de serviette... Il se met à pleuvoir mais les grandes et moi on se dirige quand même vers le bassin de la cascade. Les grosses roches font mal aux pieds. La pluie s'accentue. Maé, devant l'opacité de l'eau, prend peur et ne veut pas se tremper le petit orteil mais Danaé veut absolument aller barboter sous la chute. L'eau du bassin est glacée. Il pleut maintenant à verse. Carl prend Mélie, la protège de la pluie et retraverse le ruisseau comme il peut pour aller s'abriter dans la voiture avec le bébé. Maé pleure. Danaé insiste pour y aller. Je fais un in & out dans l'eau avec elle. «Bravo Danaé tu as nagé dans la cascade»... Rattrape et console Maé. Rhabille les filles. Rhabille maman. Vêtements trempés. Ruisseau avec fille #1. Ruisseau avec fille #2. Auto. Enfin. Épique. Fail.



On regarde notre GPS. Retour à la maison prévu à 16:25, dans environ 1 heure. On devrait survivre jusque là. Nous sommes à une trentaine de minutes de notre appartement quand on tombe à l'arrêt sur l'autoroute... Un bouchon de circulation monstre.C'est la troisième guerre mondiale
sur notre banquette arrière, les filles s'impatientent et le bébé hurle... On voit plusieurs voitures faire demi-tour. On n'y comprend rien. Après de longs kilomètres à pas de tortue qui mettent nos nerfs à rude épreuve, on arrive à un policier qui nous annonce que la route est fermée à la circulation pour encore une grosse heure en raison du tour cycliste?!?! Fermeture de route?!?! Annoncée nulle part?!?!?!? Sérieusement? Il nous dit que si on veut retourner tout de suite à notre village, en raison de la topographie de l'île, la seule option est de parcourir la moitié de l'île en sens inverse un détour d'une heure et demie...On ne sait pas trop quoi faire, on reprend le chemin en sens inverse pour quelques kilomètres puis on décide d'aller manger au village du Diamant, plus à l'ouest. Sauf que nous sommes dimanche, plusieurs restos sont fermés. On trouve finalement un fast-food aux couleurs locales, Poyo Rico. On essaie de booster le moral des troupes en annonçant aux filles qu'elles mangeront de bonnes croquettes de poulet, menoum-menoum. Le sourire revient. Au moment de payer, problème de carte de crédit. La Amex ne passe pas. La Visa non plus. Pas plus de chance avec Mastercard. Problème de terminal... On sort le bon vieux portefeuille, mais pour ajouter encore un peu plus de piquant à notre journée, on se rend compte qu'entre la visite du zoo, la crêperie, le parc écologique et le plein d'essence, notre portefeuille est presque à sec, pas de quoi payer le souper, et la réserve de comptant est à l'appartement. Pas grave (sauf pour l’orgueil). Il y a un guichet au coin de la rue. En chemin, je me dis que le comble, ce serait que le guichet soit hors d'usage... Et bien oui, le *&$$&!"/ de guichet avait effectivement une belle pancarte «Hors d'usage» bien en évidence. Rendu là, mieux vaut en rire... On change de restaurant pour un autre où le terminal de cartes de crédit est en fonction. Nouveau drame social pour les filles qui doivent renoncer à leurs croquettes de poulet pour manger des sandwichs... Danaé ne s'en sort pas trop mal avec son sandwich au thon, mais Maé n'est pas du tout contente de son sandwich au jambon... Après le repas, on reprend la route de Sainte-Anne, cette fois sans encombre, à notre grand étonnement. On anticipait presque une crevaison ou un pépin mécanique en chemin...On arrive finalement à bon port à 19:30, enfin... Non mais quelle journée!



Jour 7:



Aujourd'hui, on veut se remettre de nos émotions de la veille. On programme donc une journée bien pépère à la plage de la Pointe-Marin, notre quartier général. Il y a bien de l'ambiance car c'est aujourd'hui la finale de la Coupe du Monde: France contre Croatie. On entend résonner des «Vive la France» bien sentis car plusieurs familles suivent le match à la radio au bord de la plage! C'est bien animé et agréable. On se fait un petit pique-nique créole en bord de mer puis on regagne l'appartement pour la sieste. On enchaîne ensuite avec notre traditionnel duo piscine et repas en terrasse pour terminer cette journée tranquille.


Additional photos below
Photos: 50, Displayed: 27


Advertisement














Tot: 0.092s; Tpl: 0.05s; cc: 7; qc: 30; dbt: 0.016s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.2mb