Île de Gorée, Sénégal (Peut-être plus tard madame)


Advertisement
Published: March 7th 2018
Edit Blog Post

28 février



De retour à Dakar, j'organise mon départ pour aller, cette fois, passer deux nuits sur l'île de Gorée, baignant dans l'océan tout au sud de la ville.

(l'île de N'Gor était, elle, située tout au nord).

C'est Abdoulaye le taximan qui me déposera au port de Dakar.

De là, un traversier plein à fendre m'amènera sur Gorée, l'incontournable lieu touristique du Sénégal.



La majeure partie des visiteurs s'y rendent pour la journée seulement, pour ensuite retourner à Dakar le soir venu.

Pour ma part, je prévois y passer deux nuits, question de palper l'ambiance de l'île après le départ du dernier traversier.



Sans surprise, je pose pied sur Gorée accompagné d'une vague de vacanciers majoritairement sénégalais ou français.

De curieux voyageurs blancs habillés d'un beige safari ou vêtus de toges à l'africaines brillent dans le lot de visiteurs.

Une femme blanche un peu amaigrie, suivit par sa progéniture mulâtre s'y trouve aussi.

Camouflée par une draperie bleu turquin et jaune à la sénégalaise, cette dernière tire ses deux poussins sous sa robe en caquetant.

"Qui prend mari, prend pays" comme dit le proverbe.



L'architecture ici nous ramène dans le temps des colonies.

"Gorée a des allures de La Havane, m'avait dit Martine,

mais en mieux entretenu".



Vieux fort et canons: c'est que l'Europe s'est longtemps disputé l'île, et pour de bonnes (sic) raisons à l'époque.

C'est d'ici que de nombreux négriers envoyaient leurs esclaves outremer: en Europe et dans le sud des États-Unis particulièrement.

Beaucoup des esclaves travaillant dans les champs de coton américains à l'époque avaient passé par Gorée.

(sur trois siècles, plus de 1 300 000 d'africains ont été déportés à partir d'ici).



Évidement, les vendeurs sur l'île s'accrochent aux touristes comme si leur vie en dépendait

(hmm, c'est presque ça pour vrai, non?)

"Étienne! Étienne! Tu viens voir ma boutique maintenant?"

Il s'agit de se présenter qu'une seule fois pour qu'on se rappelle de vous à jamais.

...



La fin d'après-midi est sur son élan, et bientôt, le dernier bateau pour le port de Dakar quitte le quai de Gorée.

La majeure partie des vendeurs itinérants et des guides quittent alors à son bord.

L'île reprend son souffle alors que les restaurants se vident comme à un appel au cyclone.

Le cœur de Gorée se remet à battre normalement, maintenant redevenu un paisible village insulaire.



Une sérieuse partie de foot débute alors sur un terrain de sable inégal où un large baobab se tient en plein centre comme une gigantesque betterave.

Au soccer, il n'y a certainement pas meilleur défenseur qu'un baobab dois-je vous avouer.



Le soleil achève bientôt sa descente vers l'horizon alors que la partie de foot se termine dans une sérieuse engueulade en wolof.

C'est sérieux le foot au Sénégal.

Presqu'autant que la lutte.



Enfin, je peux sortir mon trépied et arpenter les passages de l'île, Nikon à la main,

(presque) sans nervosité dans la pénombre.

Je refuserai de m'accorder ce plaisir en plein Dakar par contre.

À la nuit tombée, la capitale sénégalaise peut devenir un terrain de jeux pour les petits criminels.

"Ne va pas sur la route de la Corniche le soir" m'avait bien avertit Martine en ajoutant que "trois -US Marines- qui se croyaient au dessus des avertissements y se sont fait attaquer en joggant récemment".

Voilà. J'éviterai donc la Corniche le soir à Dakar car

1- je ne suis pas au dessus des avertissements

2- je ne suis pas un -US Marine-



1 mars



Je prend mon café instantané à l'auberge Fiirek ce matin, accompagné de Frank Zappa et de deux françaises en congé de leur aide humanitaire.



Sous mes volets cette nuit, une guerre de chats a éclaté en wolof.

Une question de territoire paraît-il.

C'est que l'île de Gorée est infestée de chats de gouttières.

Ils se tiennent tranquilles durant le jour ceux-là, longeant les murs, oreilles basses.

Mais la nuit venue, ils se lionnifisent (!) et éventrent les sacs poubelle en rugissant.



Bientôt, la marée de visiteurs se remet à monter sur Gorée alors que les traversiers accostent les uns à la suite des autres.

Le même manège que la veille reprend.

"Étienne! Étienne! Tu viens voir ma boutique maintenant?"

"Peut-être plus tard madame. Peut-être plus tard".



Etienne X



Notes à Moi-même:

1- Les Sénégalais n'aiment pas les chiens. Les chiens sont impurs pour les musulmans.

2- A) Quand on trouve un 2000 francs CFA par terre, on se sent bien.

B) Quand on prend un 2000 francs CFA trouvé par terre

et qu'on le donne à un serveur qui en arrache plus que soi, on se sent très bien.


Additional photos below
Photos: 7, Displayed: 7


Advertisement



Tot: 2.579s; Tpl: 0.087s; cc: 28; qc: 151; dbt: 0.0986s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 2; ; mem: 1.7mb