Gondar (ጎንደር), Ethiopia (ou Le Goudron des Dieux)


Advertisement
Ethiopia's flag
Africa » Ethiopia » Amhara Region » Gondar
March 13th 2019
Published: March 13th 2019
Edit Blog Post

7 mars

"Un homme affamé n'a souvent qu'à se lécher les doigts" Proverbe Éthiopien



(Toujours à Bahir Dar)

Il est 9h00AM et je quitte mon auberge pour rejoindre la station de mini-bus de Bahir Dar.

C'est un 20 minutes de marche qui me sépare du chaotique enclos à transporteurs.

Malgré que je sois sur la route historique et que les villes que j'ai prévu à mon itinéraire sois aussi les arrêts prévilégiés de la majorité des touristes en Éthiopie, clairement, encore peu d'entre-eux osent sortir de leurs tours organisés.

On m'offre beaucoup d'attention sur le chemin de la station.

Les regards se tournent vers moi et me fixent sans gêne comme si j'étais infecté par une quelconque maladie de la peau.

Les passants, les "shoe shine boys", les vendeurs de montres ou de lunette-soleil bas de gamme, les fillettes derrière leur pèse-personne (on peut ici, à tout moment, connaître son poid pour 1 Birr (5 sous canadien), tous s'intrigue à mon passage.

Je souri en semant des Salam (bonjour) aux secondes alors qu'on me souri en retour.

On s'intérresse beaucoup trop à moi ici.



À l'approche de la station, des rabatteurs s'activent et m'entourent alors que je leur invente un rendez-vous pressant avec de faux amis pour les semer.



À la gare de mini-bus, je me laisse guider par un jeune chauffeur qui me dirige vers sa boîte mécanisée qui prévois rejoindre Gondar.

On agrippe mon packsack et puis on le hisse sur le toit du bus avec les poches de riz et les javelots de canne-à-sucre ficelés.

Une vingtaine d'éthiopiens m'encerclent alors que j'observe le chauffeur passer un cordage dans les gances de mon bagage, debout sur la toiture comme un sbire.

Un des balafré du groupe des vingts démarre une conversation déjà entammée quelque part:

"Where you from? You like Ethiopia? You like football?"

"Canada. Ice hockey Canada" que je lui répond presqu'inutilement alors que la conversation mène certainement à un cul-de-sac.

Certains rigolent, d'autres clignent des yeux.

Je le redis: j'ai beaucoup trop d'attention.



J'entre dans la carcasse du mini-bus et trouve un peu de confort acoudé à la fenêtre du fond.

Des vendeurs ambulants m'offrent par mon hublot des livres en amharique, des bouteilles d'orangeade, des touffes d'herbage à l'allure de ciboulette ou des ceintures en cuirette alors que l'engin avale de plus en plus de passagers.

À mes côtés, une femme bien mise prend place.

Éthiopienne vivant en Nouvelle-Zélande, la dame rejoint sa famille à Gondar pour quelques mois, me-dit-elle, question de régler de l'héritage.

L'odeur de son cou vient parfumer le mini-bus

alors que devant moi, une vieille corneille tatouée d'une croix éteinte entre les yeux

sent fort le caca.

Je ne sais pas si c'est son linge, sa main gauche ou bien sa bouche, mais une odeur infecte d'excréments vient solidement annihiler les efforts de coquetteries de ma voisine de banc.

À côté de la femme qui pue, un paysan qui semble être son mari est content:

le monsieur vient de s'acheter un nouveau râteau.



Maintenant gonflé de passagers, le mini-bus s'actionne et tente de se frayer un chemin au travers de l'achalandage de la station de bus extérieure de Bahir Dar.

J'ouvre au maximum ma fenêtre alors que le groupe des vingts éthiopiens sur le quai salue mon départ en me suivant du regard.

J'ai l'air d'un gros chien qui cherche de l'oxygène.

C'est exactement pour ces situations-là que j'amène habituellement un chiffon rouge de cowboy en voyage...

...



On arrive en banlieu de Gondar après un 4 heures de mini-bus.

J'ai l'impression de m'être fait mettre en conserve au départ de Bahir Dar.



C'est dans un bajaj (tuktuk) que je roulerai les derniers kilomètres afin de rejoindre mon hôtel au coeur de la ville.



Quoi-qu'un peu glauque, le L-Shape Hotel de Gondar m'offrira une grande chambre en coin, à son troisième étage, là où se trouve un lit king impéccable et une terrasse privée où je pourrai observer incognito les mouvements louches de la ville à la nuit tombée.

Ce sera certainement l'une de mes plus belles trouvailles d'hôtel en Éthiopie.

Prix de ma loge: 300 Birr (un peu moins que 15$ canadien).



8 mars



Au centre de la ville se trouve une large fortification à l'intérieur de laquelle d'impressionnantes ruines prouveraient la puissance passée du royaume de Gondar.

J'erre d'un monument à l'autre, sous le soleil tapageur, alors que presque personne s'y trouve.

Quelques familles ou couples d'éthiopiens apparaissent quelques fois au tournant d'un corridor, envoyant leurs enfants me saluer en éclaireurs.

Souvent, les gens me regarde du coin de l'oeil, faignant de ne pas être tant surpris de me voir ici.



Accroupit autour des murs de la fortification, des vendeurs font frire des samosas,

et puis d'autres aussi emboîtent en balustrade des petits bancs en peau de chèvre, spécialité de la région qu'il vendront assurément qu'aux éthiopiens en vacances.

...



Depuis mon arrivée ici, les catholiques orthodoxes ont entamés un genre de jeûne végétalien de 40 jours et 40 nuits s'étirant jusqu'à Pâques (Fasting).

Bon. Me voilà donc dans ce piège à carnivores qui fera très souvent disparaître la viande de mon assiette.

Pas de fromage, pas de poisson, pas d'oeufs non plus dans la diète des éthiopiens pour les semaines à venir.

Je l'écris, et ça me fait pleurer.

Heureusement, on arrive à tout trouver quand même... mais si personne en mange de la viande, imaginez de quel racoin de la cuisine elle sortira cette mi-cuisse de poulet ou ce poisson dé, re et redécongelé.... (quand ce ne sera pas du thon en canne).



Mieux vaut manger des légumes donc, de l'injera aussi (grande crêpe éthiopienne) car premièrement, c'est bon pour la santé, deuxièmement, c'est bien préparé, mais surtout, ça ne me fera pas vider le corps par les deux bouts.

Les éthiopiens ne mangent pas beaucoup au départ.

Alors, dans les moments religieux comme celui dans lequel je suis tombé, les éthiopiens perdent très vite l'appétit.

Mais pour le café (bouna) par contre, on en bois ici presque sans compter.



Partout dans le Pays, presqu'assis par-terre, des femmes à la peau roussit comme de la crème brûlée prépare religieusement du café fort, presqu'alcoolisé, qu'elle réchauffe sur des supports chauffés par de la braise.

Couvert d'un châle à la Marie-Madeleine, elles le verseront dans de petits gobelets de céramique, faisant mousser le goudron en remontant haut leur carafon en ibis.



Combien de fois aujourd'hui me suis-je retrouvé là, raz-le-sol, à m'enfiler des espressos d'Arabica à 0.50$ (10 Birr) en félicitant les dames pour leur nectar magnifiquement apprêtés?

4,5,6 fois?

"Good Coffee?" qu'elles me demandèrent presqu'à chaque fois, alors qu'à tous les coups, je leur répondais un "e tafta" (Good Coffee) bien honnête, en m'illuminant et en m'exhaltant comme si je venais de boire le meilleur café du monde,

comme si les dames avaient reçu le don du Saint-Barrista,

comme si à chacun des cafés, je venais de m'enfiler d'un trait le goudron des Dieux.



Boire le café en Éthiopie est non seulement un mode de vie, mais une identité nationale.

Couvrant le sol d'herbage sacré et brûlant de l'encens, la cérémonie du café est une communion, une messe quotidienne qu'on multiplie maintes fois, jours après jours.



On oubliera de manger mais on oubliera jamais de s'arrêter pour un "bouna".



Etienne X



Demain: départ pour un trek dans les montagnes du Simiens.



Notes à Moi-Même:

1- La plus vieille plantation de café Arabica serait ici, en Éthiopie.

2-Vu dans les menus en Éthiopie

- Pline omelet

-Pototo chips

-Spagetti withcariborana

-Spagheet w. meat saucs

-Macroni with meat

-Rice sauted with cooked & chpped vegtabel

-Fish sanduwich

-Pizza maregarita

-Hawuin Pizza

-Hawoyan Pizza

-Special Pizza, tomato souce peeper oinion tuna cheese

-Vegtable burger

-Chiz Burger

-Cake double checolet

-Cake Black Foreset

-Pawpaw juice


Additional photos below
Photos: 10, Displayed: 10


Advertisement



16th March 2019

orthographe
toi quiest fort en orthographe meme si c est en suppose anglais c ext pas toujours facile a decortiquer et c esttres particulier. Au quebec sa passerait pas ahah

Tot: 2.363s; Tpl: 0.111s; cc: 16; qc: 24; dbt: 0.0329s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb