Las ultimas aventuras de Colombia


Advertisement
Colombia's flag
South America » Colombia » San Agustin
February 3rd 2014
Published: February 3rd 2014
Edit Blog Post

Des aventures a San Augustin, ce n'est pas ce qui a manqué! J'arrive le soir vers 11h, le petit pueblo me semble charmant même dans l'obscurité. J'ai besoin de me poser quelques temps dans un même lieu pour faire partie d'un projet. J'arrive a la Casa del Sol Naciente et on m'accueille avec de la bonne nourriture et un feu de camp. Jai l'impression d'être arrivée au paradis. Un petit coin tranquille dans les montagnes, l'endroit est magnifique. La première journée de bénévolat se passe bien, sauf que la dame me laisse a l'hostel beaucoup plus longtemps que prévu. Le jour suivant c'est la même chose. Le jour d'après aussi. A ces heures prolongées s'ajoute la découverte d'une femme avec un tempérament impossible a tolérer et une humeur exécrable. Jamais rien qu'on fait bien, toujours quelque choses a redire et des accusations de toutes sortes qui jaillissent sans raison. Pas pour rien que tous ses volontaires sont partis avant le temps, c'est une femme qui se refuge dans la religion et la supposée paix que cela lui apporte pour oublier toutes les horreurs qui se sont passées dans sa vie. Un mari disparu dans la jungle, un de ses fils qu'on a tué, sa fille qu'on a violé... Ca fait beaucoup de mauvaises aventures, mais rien qui n'excuse la façon dont elle traite ses volontaires ainsi que ses hôtes et hôtesses.

Apres 5 jours de stress, je n'en peux plus, je men vais et c'est la crise totale. Je pars vers un autre hostel et c'est la pagaille, je suis une fille sans coeur et sans volonté qui ne connait rien de la vie et qui n'a pas de parole. Merci Clemencia pour ces dernières paroles si agréables. Je déconseille a quiconque de mettre le pied dans cet endroit, qui pourtant est un petit paradis dans le milieu de la nature avec une vue sur un canyon magnifique.

Je pars vers Bambu Hostel, un petit hostel super sympa avec des prix abordables. Nous passons le reste du temps a visiter les environs avec mes 2 amis : Tomas et Felipe. Deux garçons que j'ai rencontre a la Casa del Sol, mes compagnons de San Augustin. Nous allons découvrir d'abord l'estrecho del rio Magdanela, un endroit super joli ou l'on peut observer le rio Magdalena. Mais dans ce lieu qui semble si paisible, nous vivons une expérience assez troublante et triste. Nous sommes sur le bord de l'eau et nous apercevons un couple qui se baigne... Nous avons l'impression que l'eau est très agitée et le courant très fort. Juste quand nous nous levons pour aller les prévenir, les deux se font emporter. L'homme s'accroche a une roche, mais la femme ne réussit pas a s'agripper, elle tombe et passe plusieurs amonts de roches, c'est mauvais signe. Nous partons a la course a la recherche de la femme afin de l'aider, nous longeons la rivière sans nous arrêter, en criant et en la cherchant des yeux. Au début, nous avons espérance de la retrouver, mais 15 minutes passent, puis 30, puis 1 heure, puis 2... Toujours pas de signe de vie. Son ami la cherche désespérément, il crie son nom et pleure. Puis, nous arrivons a un moment où il n'est plus possible de continuer, il n'y a plus de route. L'homme entre dans l'eau et tente daller plus loin, nous le mettons en garde et lui crions de sortir. Il n'écoute rien. D'autres gens arrivent dont un monsieur avec un corde qui le sort de l'eau. Si ce n'avait été de la corde, celui-ci se serait fait emporter de même. Nous nous postons chacun a différent niveau de la rivière a la recherche du corps. A la fin, nous devons partir afin de revenir avant la nuit. C'est trois jeunes gens abasourdis et troublés qui reviennent d'un pas lasse et préoccupé. C'est dans ces moments que l'on se rend compte que la vie peut nous être enlevée a tout moment... Le lendemain nous rencontrons l'ami de la jeune femme. Ils ont retrouves le corps juste un peu plus loin que l'endroit ou l'homme s'était précipite dans l'eau, comme s'il savait qu'elle se trouvait juste la, un peu plus loin...

Apres cette expérience, nous visitons des endroits merveilleux, la Chakira, el Tablon, le site archéologique de San Augustin, El Alto de los Idolos. Chaque endroit regorge d'un patrimoine important. Ces lieux ont été reconnus comme patrimoine mondial par l'UNESCO. "Il s'agit du plus grand ensemble de monuments religieux et de sculptures mégalithiques de l'Amérique latine." Sculptures de divinités et animaux mythiques y sont représentés dans un décor naturel incroyable. Pour ceux et celles qui désirent en savoir plus, voici un site interessant : http://whc.unesco.org/fr/list/744/

Nous allons manger tous les jours dans un resto qui s'appelle saludarte, un petit
resto avec des mets végétariens et un personnel incroyable. San Augustin m'aspire, m'attrape, je suis charmée par ce petit village et j'y reste près de deux semaines. Je n'ai aucune envie de partir le temps venu, mais je dois reprendre la route vers Popayan, la ciudad blanca (la ville blanche).

Arrivee a Popayan apres 5 heures de route, je suis accueillie par mon Couchsurfer Daniel, qui vient me chercher au terminal. Un gars super sympathique, qui parle même le français car il a vécu en France. Il me fait faire un tour de la ville, me fait gouter aux plats typiques dont le tamal de pipian (une pâte fait a base de mais fourrée avec pomme de terre et des arachides) le champús (un breuvage a base de maïs avec des morceaux de fruits) et les empanadas de pipian. Plus tot en Colombie jai aussi eu la chance de gouter el agua panela con queso (eau de sucre de cannes avec un morceau de fromage), el avena (jus a base de gruau).

La cuisine colombienne sort du lot des autres pays qui le succèdent vers le sud. Il y a une plus grande diversité en ce qui concerne la nourriture et celle-ci est beaucoup plus savoureuse. Pour finir cette rubrique concernant les saveurs de la Colombie, je vous laisse la recette de tamal de pipian : TROP DELICIEUX! 😊 http://www.mycolombianrecipes.com/tamales-de-pipian-pipian-tamales

Nous passons donc la soirée en compagnie dune de ses amies, nous allons dans un bar et goutons le canelazo, un mélange alcoolisée d'aguardiente (alcool au gout d'anis), de cannelle et de jus frais. Le tout est bouilli afin de servir le breuvage chaud. Excellent!! Vraiment Daniel est super, je ne peux espérer mieux pour cette première soirée a Popayan.

Le lendemain, je change de couchsurfer car Daniel part vers Cali. Je vais chez Hannier, un gars super intéressant et très conscientisé par la situation des autochtones en Amérique latine, plus précisément en Colombie. Il me fait part de la situation de ceux-ci. Il existe plus de 102 peuples autochtones en Colombie et leur situation est extrêmement délicate. Dans un article du Devoir, en 2009, on lisait qu' " au cours des sept dernières années, 1244 autochtones ont été victimes d'assassinat, tandis que 71 149 ont été forcés de quitter leur territoire traditionnel. Ces violences ne sont pas le fait d'un seul groupe armé comme plusieurs tendent à le croire, mais bien du feu croisé de toutes les factions combattantes impliquées en Colombie: l'armée officielle, la guérilla des FARC et les paramilitaires." Hannier me raconte que l'armée colombienne part dans les montagnes pour enlever et tuer des enfants autochtones, pour leur mettre ensuite des habits de l'armée afin qu'ils soient reconnus comme des enfants "morts au combat". Vraiment épouvantable car ces actions sont promues par le gouvernement colombien et exécutées par son armée. Bien sur, la grande majorité des colombiens n'auront jamais accès a cette information, n'entendront jamais parler de ces injustices, ces actions infâmes. Mais la plupart ne chercheront toutefois pas a le savoir, a pousser plus loin et a démystifier la situation concernant la cultura indigenas. voici l'article du devoir en question: http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/278290/libre-opinion-pour-les-peuples-autochtones-de-colombie

Je me suis presque étouffée en lisant le partie qui concerne le rôle du Canada dans l'aide pour la protection des droits des autochtones en Colombie, (comme mentionné dans cet article). Belle façon de terminer un article et de faire paraitre le Canada comme un sauveur alors que la situation des peuples des premières nations de notre pays est plus que catastrophique, et ce en grande majorité a cause des actions des gouvernements canadiens et québécois. Enfin bref...

La situation en Colombie a changée depuis les 20 dernières années. Elle s'est largement améliorée et plusieurs endroits sont totalement sécuritaires. Toutefois, il y a certains régions où il est impossible de s'aventurer. La guérilla est toujours présente, mais seulement dans certaines régions ou même la police ne met pas les pieds. C'est le cas d'ailleurs pour le département de Putumayo, département du sud ou même les gens du pays ne se rendent pas. Ce conflit n'est pas terminé, mais il semble que la Colombie et les FARC font état de progrès malgré tout.

En partant de Popayan, je prend un bus de nuit vers Ipiales. Ville de frontière assez mignonne en comparant avec certaines villes de frontières notamment en Equateur et au Pérou. Le trajet est long, le chauffeur s'arrête a chaque 30 minutes et arrête le moteur, ferme les lumières. Personne ne dit rien, je me questionne a savoir pourquoi on s'arrête autant... Le lendemain, une madame explique que la veille, la guérilla a tué un policier et que ces derniers temps, ils s'en prenaient aussi souvent aux autobus voyageurs. Je n'arrive pas a voir le lien avec les arrêts si fréquents, était-ce pour se cacher? pour ne pas attirer l'attention? je ne sais pas trop, mais ce que je sais, c'est que je suis contente d'arriver saine et sauve a Ipiales pour ma dernière excursion avant de passer a l'Equateur: visiter la cathédrale de las lajas.

La Colombie est un pays fascinant, avec une histoire incroyable et un présent tout aussi intéressant. Ce fut pour moi un réel coup de coeur, notamment pour les gens qu'on y rencontre. Des gens de coeur, de confiance. Des gens ouverts, adorables, accueillants, tout simplement merveilleux. Mon expérience avec la Colombie ainsi que les Colombien(ne)s fut incroyable. C'est un pays avec des ressources naturelles et humaines très riches, avec des endroits plus que magnifiques et une nature unique. Il suffit d'y mettre le pied pour s'animer devant toute sa beauté, pour vouloir y rester, ou y retourner. C'est sans doute un de mes coups de coeur de l'Amérique latine, ou pays ou je remettrai les pieds tôt ou tard..

C'est en passant la frontière a pied et en jetant un dernier coup d'oeil derrière moi avant de repartir vers de nouvelles aventures que je dis au revoir a cette belle Colombie et a ses habitants si charmants. Hasta Pronto Colombia !

Advertisement



Tot: 0.054s; Tpl: 0.02s; cc: 9; qc: 46; dbt: 0.0165s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb