San Pedro de Atacama


Advertisement
Chile's flag
South America » Chile » Atacama
November 30th 2014
Published: December 5th 2014
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0


29 novembre 2014 - Jour 43

2ème jour de suite où on se lève à 4h du mat, on commencerait presque à avoir l'habitude! On a quand même décidé de faire l'excursion pour aller voir les geysers du Tatio qui sont paraît-il plus impressionnants que ceux de Bolivie. On nous a prévenus qu'il ferait très froid car on doit monter à 4200m, on a donc sortis les vêtements thermiques et on a bien fait, la température est de -7 degrés ce matin. On arrive sur place pour le lever du soleil, le site est effectivement beaucoup plus grand qu'en Bolivie et ici il y a des geysers qui crachent de l'eau, pas uniquement de la fumée. C'est marrant, il y en a même plusieurs qui fonctionnent en tandem: quand l'un crache l'autre est éteint et inversément. La guide nous explique qu'il y a eu plusieurs entreprises qui se sont installées sur le site pour tenter d'exploiter cette énergie géothermique. La dernière tentative date de 2008 et s'est soldée par un cuisant échec. Ils ont creusé un trou trop grand qui a provoqué une colonne d'eau de 60m de haut qui a eu pour effet "d'éteindre" tout le site des geysers puisque toute la pression souterraine était concentrée là-bas. Après 26 jours, la seule solution qu'ils ont trouvée a été de boucher le trou avec du ciment. Cette entreprise détient le record de l'amende la plus élevée que le Chili ait jamais infligée. L'ancien président en place à cette époque avait alors décrété qu'il ferait protéger le site pour qu'aucune entreprise ne puisse venir l'exploiter. Mais ce n'est toujours pas le cas à ce jour. Les intérêts économiques sont probablement trop importants mais ce serait dommage que ce site devienne industriel et qu'il soit fermé au tourisme.



Comme en Bolivie, il y a également une piscine thermale où l'on pourrait se baigner mais il y a très peu de temps à disposition, on préfère visiter le reste du site. En redescendant avec le bus on s'arrête près d'une lagune où on a la chance de voir tout un troupeau de vigognes en train de boire au milieu de la lagune. Même au Pérou on avait pas pu en approcher de si près. On fait encore un arrêt dans un village microscopique de 5 habitants qui vivent uniquement des arrêts des bus touristiques. On sera de retour en ville à midi pour dîner et récupérer notre lessive.



A 16h on part pour notre deuxième excursion à la Vallée de Lune située dans le désert d'Atacama. Ce désert est le plus sec du monde, il n'y pleut pratiquement jamais car les nuages n'arrivent pas à passer la Cordillère des Andes d'un côté et le courant de Humboldt de l'autre côté. Dans ce désert, il y a un salar (sur lequel on fait l'impasse), des dunes, des lagunes et plusieurs vallées. La vallée de la Lune ressemble à une énorme arène rocheuse avec des cavernes et des sentiers, dont la roche saline très blanche étincelle à la lumière de la lune, d'où son nom. Une fois sortis de la Vallée, on grimpe sur une montagne en face pour avoir une vue panoramique de tout le désert. Le vent s'est levé et il soulève le vent qui vient nous fouetter le visage et les jambes. Nous on est équipés mais certains membres du groupe galèrent pour faire la montée un peu technique. Et il y a aussi cette nana en mini-jupe qui se fait un selfie à peu près tous les 3 mètres... pfff, on a pas gagné avec ce groupe...



Une fois tout le monde redescendu dans le bus, on se rend à la Vallée de la Mort pour observer le coucher du soleil. Elle tient son nom du fait qu'à l'époque les malades étaient isolés là-bas. La vallée en elle-même est très belle mais le point de vue pour le coucher du soleil n'a rien d'extraordinaire. A part ce caillou où tout le monde va jouer avec la mort pour se faire prendre en photo les bras en l'air alors qu'il risquent de chuter à chaque rafale de vent. Ils nous font froid dans le dos.



On est de retour au centre à 20h30 pour aller souper. On dit au revoir à notre guide Klaus à qui je demande de transmettre mes salutations à sa grand-mère. Parce que sa grand-mère s'appelle Elba! Un jour je finirais par en rencontrer une autre en chair et en os!



30 novembre 2014 - Jour 44

Le matin on profite de rester tranquilles à l'hôtel et surtout on se prépare psychologiquement pour notre trajet en bus pour Santiago de 23h, youhou! On a acheté suffisamment de provisions pour les repas qu'on devra faire à bord car la compagnie ne sert que des snacks. Les bus et les routes sont bonnes au Chili, sur le principe on part assez optimistes pour ce trajet. Mais ça ne durera pas... On arrive comme prévu au terminal à 14h et là les ennuis commencent. On devait faire un premier trajet de 1h30 pour rejoindre Calama et là-bas changer de bus et de compagnie pour Santiago. On nous apprend qu'il y a eu un accident sur la route qui provoque un bouchon de 4h, le premier bus ne pourra pas venir! Ce qui veut dire qu'on n'attrape pas notre connexion à Calama, aïe aïe aïe. On fait des allers-retours entre les bureaux des 2 compagnies pour trouver une solution: on peut quand même partir aujourd'hui mais beaucoup plus tard et on perd en confort car on avait réservé des sièges "lit" et on n'aura plus que des "semi-lits". Mais on n'a pas vraiment le choix. On se tape aussi 3h d'attente à Calama dans un terminal de bus hyper glauque où même les chiens errants viennent dormir. Même l'agent de sécurité vient nous prévenir qu'il a repéré plusieurs pickpockets. On a trouvé refuge dans un petit resto en face, tout aussi glauque, avec des laveurs de voitures qu'on a pris pour des vendeurs de drogue. On quitte enfin Calama à 22h, avec déjà 5h de retard sur le programme initial... Heureusement le bus est de bonne qualité, même en semi-lit, et on s'endort assez rapidement, malgré un gros ronfleur à proximité.


Additional photos below
Photos: 11, Displayed: 11


Advertisement



Tot: 0.085s; Tpl: 0.019s; cc: 15; qc: 73; dbt: 0.0243s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.5mb