Mendoza


Advertisement
Argentina's flag
South America » Argentina » Mendoza » Mendoza
January 28th 2015
Published: February 1st 2015
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0


25 janvier 2015 - Jour 100

Waouw, centième jour de voyage, ça en jette ! Et pourtant la journée ne sera pas très intéressante puisque aujourd'hui nous faisons le transfert d'Ushuaïa à Mendoza. Nous avions d'abord pensé faire le trajet en bus mais il s'est avéré que ça nous revenait pratiquement au même prix de le faire en avion pour beaucoup moins de temps, malgré une escale à Buenos Aires. Nous quittons donc le bout du monde par les airs, en direction de la région des vins.



Le choc thermique est au rendez-vous. A peine sortis de l'avion, on enlève les couches au fur et à mesure avant même d'avoir récupéré les bagages. On demande au chauffeur de taxi combien il fait: 38 mais parce que c'est couvert, sinon c'est 43. Ah voilà... C'est déjà la fin d'après-midi lorsque nous arrivons à l'hôtel pour déposer les bagages et ressortir aussitôt en short et en tongs. Il est dimanche, la ville est très calme mais l'office du tourisme est encore ouvert pour nous renseigner sur les activités de la région. En chemin on est contents de voir que les prix dans les vitrines sont beaucoup moins chers que ce que nous avions vu jusqu'à maintenant en Patagonie. Ca tombe bien car avec une chaleur pareille il va falloir qu'on achète quelques vêtements plus légers. En tout cas ici, toutes les filles sont en mini-short!



26 janvier 2015 - Jour 101

Premier objectif ce matin: aller acheter d'autres chaussures à Alex. Nous sommes chacun partis avec une paire de baskets et une paire de chaussures de marche montantes (et des tongs). Malheureusement ses baskets n'ont pas tenu le coup et ça fait plusieurs semaines qu'il ne met plus que les chaussures montantes, ce qui n'était pas un problème en Patagonie. Mais avec la chaleur qu'il fait ici, les chaussures montantes sont immettables et les tongs pas assez confortables pour une grosse journée de marche. On fait donc un petit tour shopping pour lui trouver des baskets légères et j'en profite pour acheter un petit top au passage.



Puis nous réservons notre excursion pour aller visiter les vignes et les bodegas, à cheval. On ne va quand même pas quitter l'Argentine sans avoir fait un tour à cheval. Et la région s'y prête plutôt bien. Même si je ne bois pas de vin, ça doit quand même être intéressant de visiter une bodega et de voir tout le processus de fabrication du vin. C'est donc réservé pour mercredi.



Et pour terminer la journée, nous avons prévu de nous rendre au gigantesque parc General San Martin, en bordure de la ville. C'est un héros national très populaire, c'est lui qui est parti depuis Mendoza avec tout une armée, a traversé la Cordillère des Andes pour aller chasser les Espagnols et libérer ainsi l'Argentine, le Chili et le Pérou. Dans chaque ville en Argentine, il y a soit une rue soit une place qui porte son nom. Et ici à Mendoza, dans le parc, il y a une gigantesque statue en-haut d'une colline, la colline de la gloire, qui lui est dédiée. Mais avant de s'attaquer à cette colline on découvre d'abord le reste du parc. A cette heure, toute la ville fait la sieste à cause de la chaleur et on décide d'en faire autant en se trouvant un petit coin d'herbe à l'ombre. A notre réveil, il y a un stand de jus de fruits qui a été monté non loin de là, ce sera parfait avant de reprendre notre promenade. Le parc est immense et abrite tous les clubs sportifs de la ville: le club nautique, le club hippique, le golf (non, nous n'irons pas), le tennis, le stade de foot, etc. Et tout le monde fait son jogging ici. Le seul défaut du parc c'est que les rues sont très mal indiquées et notre plan pas très détaillé, résultat des courses ont s'est un peu égarés et on est en train de faire un énorme détour pour aller à cette colline. On a bien failli rebrousser chemin mais on a quand même fini par atteindre cette fameuse statue qui valait effectivement la visite. Mais pas question de refaire tout ça à pied pour le retour, on attrape un bus pour nous ramener au centre, qu'on n'a d'ailleurs pas payé car le chauffeur n'a pas eu la patience de faire payer notre course sur la carte magnétique d'un autre passager. Tant mieux pour nous. Nous qui pensions faire une petite journée tranquille nous avons finalement crapahuté toute la journée !



27 janvier 2015 - Jour 102

Alors comment dire qu'on a grave foiré aujourd'hui... L'objectif était de prendre un bus pour se rendre au parc naturel de l'Aconcagua pour atteindre le mirador de la montagne du même nom, plus haut sommet de la Cordillère des Andes. Accessoirement, il y avait aussi 1 ou 2 autres points d'intérêts dans le même coin. On se lève comme des fleurs, on prend notre déjeuner tranquilou et au moment de partir à l'arrêt de bus, je vérifie quand même ce qu'ils disent dans le guide. Ouuuups, c'est 3h de trajet pour s'y rendre! J'avais pas du tout souvenir d'avoir lu ce tout petit détail. On aurait dû se lever beaucoup plus tôt si on voulait faire l'aller-retour dans la journée. Avec les horaires du bus, c'est déjà foutu. Bon bah on va passer au plan B, je crois qu'on va finalement se faire la journée tranquille qu'on voulait faire hier. Et c'est peut-être pas plus mal parce qu'Alex traîne une crève d'enfer depuis Ushuaïa, une journée de flemme ne devrait pas lui faire de mal.



Résultat des courses, on se rend quand même au terminal de bus pour réserver nos billets pour Buenos Aires et on fait le tour des coins de la ville qu'on n'avait pas encore vus. Après dîner on rentre faire une sieste à l'hôtel et en fait on n'en ressortira que pour aller se trouver un truc à manger. Une vraie journée de repos. Ca aurait été plus sympa si l'hôtel avait eu une piscine mais tant pis...



28 janvier 2015 - Jour 103

C'est parti pour notre excursion à cheval! Après avoir récupéré tous les participants nous nous rendons dans une estancia en périphérie de la ville, tenue par un couple argentino-belge. Trop mignon, la Belge qui n'était venue ici que pour quelques mois est tombée amoureuse du gaucho argentin et a décidé de rester. Après ces présentations, nous faisons connaissance avec nos chevaux. Nous sommes rassurés de voir que tout le monde a un niveau débutant, on ne devrait pas être trop à la traîne. Pour moi ce sera Cheval (ils se sont pas foulés pour le nom) et pour Alex, bah il a déjà oublié son nom. Comme quoi, un nom à la con se retient mieux. Tous deux sont particulièrement hauts, c'est déjà pas facile de monter dessus. On nous explique le maniement des rênes façon argentine, à une main, et mon Cheval répond plutôt bien. Nous nous mettons donc en route à travers les plaines arides pour rejoindre la plus vieille bodega de Mendoza. Le trajet est agréable et après environ 1h30 nous atteignons les terres de la bodega et traversons les vignes qui sont bientôt prêtes à être récoltées ainsi que les vergers d'oliviers et de pruniers.



Arrivés à la bodega, nous abandonnons nos chevaux pour la visite des lieux. Là, on nous explique tout le processus de fabrication du vin, depuis la grappe, la fermentation, les analyses et l'embouteillage. Evidemment la visite se termine par une dégustation à laquelle j'arrive à échapper sans me faire lyncher, ouf. Lors de cet "apéro" nous faisons connaissance avec un couple suisse-allemand, en voyage de 9 mois, ainsi qu'une américaine qui vit à Buenos Aires. Cette fille a juste le job parfait. Elle est prof de maths (ok, elle aurait pu choisir une autre matière) dans une école internationale où elle donne les cours en anglais. Absolument tous ses frais sont couverts par son école: loyer, assurances, billets d'avion, etc. Le salaire qu'elle touche lui sert juste à se nourrir et comme argent de poche. Et comme son école suit le cycle américain mais qu'on ne peut pas priver les élèves sud-américains de leur été, elle a des grandes vacances 2 fois par année scolaire! Elle a été engagée en Argentine pour 3 ans et a déjà prévu de partir dans une autre partie du monde pour les 3 années suivantes. Tous frais payés. Trop la classe.



Puis nous remontons à cheval pour le retour. Nous sommes 3 en tête de peloton a avoir pris un peu plus d'aisance sur nos montures mais le guide ne nous laisse pas partir au trot, nous devrons nous contenter d'un pas rapide. Je suis un peu frustrée car j'aurais pensé qu'on nous laisserait un peu plus de liberté en Argentine. A chaque fois que j'ai fait une balade à cheval j'ai plus eu le sentiment que c'était le cheval qui guidait plutôt que moi. Tandis que là, j'avais vraiment l'impression que mon Cheval répondait bien aux ordres, j'aurais bien voulu essayer d'aller à plus vive allure pour savoir une bonne fois pour toutes si je sais monter à cheval ou pas. Il faudra que je découvre ça à une autre occasion, peut-être en prenant une leçon privée dans un manège, s'il n'y a pas l'effet de groupe ça peut déjà changer la donne. Si quelqu'un a des bons plans, je suis preneuse. Bref, malgré ça nous sommes quand même rentrés avant tout le monde à l'estancia où le repas de midi nous attend - même s'il est déjà 14h - , le traditionnel asado (barbecue) argentin. Une bonne viande, du chorizo, du boudin, pommes de terre et salade, un vrai régal! Mais ce qu'on ne nous a pas dit lors de la réservation, c'est qu'il y a une piscine... Ceux qui ont été avertis avaient donc prévu leur maillot de bain, nous on se contente de tremper les pieds avec les quelques autres qui n'ont pas été informés, dommage.



Nous serons de retour en ville en fin d'après-midi, ce qui nous laisse un peu de temps à l'hôtel avant de partir pour le terminal de bus pour un trajet de nuit à destination de Buenos Aires. Cette fois on voyage avec une plus grosse compagnie que lors du dernier trajet, nous aurons de vrais sièges cama et même les repas à bord. Et alors que nous quittons la ville, le "steward" nous distribue des cartons de bingo en attendant que le repas soit prêt! Alors ça, c'est du jamais vu, un bingo dans le bus! Et devinez qui a gagné?.... C'est MOI !!! Je me suis même éclaté les doigts en levant la main pour crier mon bingo car j'ai oublié que les bus sont bas de plafond... Et qu'est-ce que j'ai gagné?... Une bouteille de vin, youhouhou ! Pour quelqu'un qui ne boit pas et qui voyage avec un espace de stockage limité, c'est vraiment le cadeau idéal... Après toutes ces émotions, on nous sert les plateaux repas puis on s'installe assez confortablement pour la nuit.

Advertisement



10th February 2015
Sur mon Cheval

C'est pas bien de jouer avec la nourriture!!!
10th February 2015
Sur Pipiruchi

Deux beaux étalons!

Tot: 2.57s; Tpl: 0.054s; cc: 15; qc: 68; dbt: 0.0539s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb