Ouest qu'on va! Récit 11


Advertisement
United States' flag
North America » United States » New York » Westfield
October 25th 2013
Published: October 26th 2013
Edit Blog Post

Samedi 12 octobre 2013

Nous avons dormi dans un Koa Kampground vieux de 40 ans sous le couvert de très grands pins Pondérosa, quel plaisir de voir une rare forêt d’arbres matures au-dessus de nos têtes! Ici à Flagstaff la température est beaucoup plus froide en raison de la haute altitude (7,200 pi.) et la neige commence très tôt. On prévoyait -3°C la nuit dernière, ce n’était pas chaud. Il y a d’ailleurs un très gros centre de ski alpin au nord de la ville sur la belle montagne enneigée, le San Francisco Peaks de 13,600 pi.! Une telle montagne doit avoir de belles côtes, avis aux amateurs…

Venons-en au cœur du sujet : comme nous vous l’avions mentionné à la fin du blogue 10, le Grand Canyon ouvre ce matin et où nous allons nous y diriger rapidement pour obtenir un site de camping. Le principe des réservations ne fonctionne pas encore aujourd’hui et ce sera «first come, first serve»; il n’y aurait qu’un seul camping d’ouvert et nous ignorons le nombre de places disponibles. Nous craignons seulement que tous les campings environnants se vident vers ce grand parc national! Nous nous trouvons à 70 miles (112km) de distance, presqu’en ligne directe. N’ayant pas été informé de cette réouverture hier soir, nous aurions repris notre route vers l’est et il aurait été trop tard (chanceux quand même et comme on dit toujours, bénis des dieux!) Nous prenons donc la 89 nord et plus loin tournons sur la 64 ouest et remarquons le peu de trafic!? Sont-ils tous passés avant nous?!...

Nous vous mettons en contexte : le «Grand Canyon National Park » existe depuis 1919, faisant suite à l’arrivée massive de premiers touristes qui profitaient de la construction au début du siècle d’une voie ferrée (le Grand Canyon Railroad) et de sa désignation en « National Monument » par le président Roosevelt en 1908. Ils n’étaient pas les premiers à découvrir ce grand parc de 1.2 millions d’acres s’étendant sur 446 km (277 miles) de longueur est-ouest, creusé à même le grand Plateau de Colorado depuis 5 à 6 millions d’années par les eaux tumultueuses de la rivière Colorado. Comme déjà mentionné, la rivière prend sa source au Colorado dans les Rocky Mountains et se tarit au Mexique quelques 2333km (1450 miles) plus au sud-ouest. À la fin de la dernière ère de glace il y a environ 12,000 ans, le volume de la rivière était au moins 10 fois supérieur à celui d’aujourd’hui, l’effet de l’érosion était nettement plus important, elle entraînait avec elle des tonnes de sédiments grugeant ainsi les parois rocheuses. Plusieurs civilisations anciennes y ont vécu : des traces de vie humaine remontent à l’ère paléo-indienne voilà 9 à 12 mille ans (ex. pointes de flèches), précédant l’ère archaïque de 2,500 à 9,000 ans. Les ancêtres Pueblos y ont vécu de 800 à 1300 de notre ère et par la suite différentes tribus indiennes migrèrent dans la région (Hualapai, Havasupai, Paiute et Navajo). Au milieu du 16ième siècle, les indiens guidèrent les explorateurs espagnols vers la «South Rim» (ou rive sud). La plus grande exploration fut cependant celle de John Wesley Powell en 1869, vétéran de la guerre et amputé d’un bras, qui y mena une expédition en descendant le Colorado à l’aide de chaloupes de bois.

Tout au fond du canyon les premières couches de roches furent déposées il y a plus de 1,800 millions d’années tandis que les couches supérieures beaucoup plus jeunes remontent à 270 millions d’années!!...Au plus profond la rivière Colorado coule 1 mile (5280 pi.) plus bas que la «South Rim», cette dernière ayant une altitude moyenne de 7000 pi. La «North Rim» quant à elle (que nous n’avons pas vu) se trouve à une altitude moyenne d’environ 8,000 pi. La largeur du canyon varie de 6.4 km à 29 km (4 à 18 miles) avec une largeur moyenne de 16 km (10 miles)...quelle immensité!

Le Grand Canyon est un désert semi-aride où se trouvent des plateaux à différents niveaux, des murs abrupts, des bassins désertiques dans les profondeurs et des forêts dans les parties les plus élevées. Mais c’est avant tout un désert où abondent plantes et vie sauvage : cactus et fleurs sauvages couvrent les rives tandis que les milieux plus froids et humides où descendent cascades d’eau et ruissellements sont couverts de fougères. Chaque année plus de 20,000 adeptes de descentes de rivières s’y aventurent accompagnés de guides professionnels dûment licenciés et accrédités par le parc. Ils y découvrent toute cette flore magnifique et avec un peu de chance peuvent y voir entre autres mouflons, coyotes, couguars, serpents à sonnettes et nombreux oiseaux de proie. La vie animale dans le Grand Canyon remonte à plus de 630 millions d’années!!...

Nous arrivons enfin à la barrière du parc, notre passe annuelle nous fait économiser un autre 25$ de frais d’entrée (elle est rentabilisée depuis longtemps). Le seul camping ouvert est encore 22 miles plus loin (35 km)!! Nous reprenons la course contre la montre espérant qu’ils ne seront pas tous entrés par l’autre voie menant au parc plus à l’ouest car de notre côté, c’est assez tranquille et on ne fait pas la file! Longeons finalement la South Rim et apercevons cette immensité devant nous à certains belvédères, nous avons le souffle coupé; cependant le temps presse et nous y reviendrons, direction camping. Parvenons à la barrière du « Mather Campground » du parc sans service et il y a beaucoup de place, nous sommes finalement parmi les premiers arrivés!!...Après avoir pris possession des lieux, nous allons enfin voir une des 7 merveilles du monde à partir du Centre d’information touristique d’où part la «South Rim Trail » longeant la rive sud sur des dizaines de kilomètres dans la section touristique développée par le parc. Il reste de la neige un peu partout, il est tombé 6 pouces de neige hier ici!! Nous nous trouvons devant l’immensité, l’infini, c’est gigantesque! Nous marchons durant plusieurs kilomètres pour découvrir de magnifiques monuments rocheux à l’intérieur du canyon tels que le Temple d’Isis, le Temple de Bouddha et la Pyramide de Khéops. Devant, en plus du canyon de la rivière Colorado coulant d’une belle teinte verdâtre d’est en ouest ne pouvant être aperçue que de certains angles, s’étend devant nous un autre majestueux canyon : le « Bright Angel » où se trouve le Phantom Ranch fournissant chambres et sites de tente au plus profond du canyon après plus de 12 à 15 kilomètres de marche selon le sentier utilisé! On y aperçoit le Kaïbab Bridge construit de 1924 à 1925 traversant la rivière Colorado pour atteindre le Phantom Ranch de l’autre côté; à l’époque on y descendait dynamite et matériaux à dos de mules par le sentier du même nom construit auparavant à flanc de falaise et encore utilisé aujourd’hui pour y accéder. Nous admirons des échantillons de roche remontant jusqu’à 900 millions d’années placées bien en vue le long du sentier, c’est hallucinant de pouvoir y toucher, « dur comme fer » est la juste expression! Moi qui collectionne les roches, quel rêve serait d’en rapporter une dans notre jardin!...

Dimanche 13 octobre 2013

Le camping est toujours peu occupé, mais où sont donc tous ces visiteurs que nous avions imaginés qui, comme nous, se seraient précipités pour entrer après tant d’attente et d’espoir?! Il a gelé la nuit dernière, sommes en haute altitude (plus de 7,000 pi.). Heureusement le soleil est omniprésent et réchauffe l’habitacle rapidement.

Notre projet est d’aller au village Grand Canyon quelques kilomètres plus loin où se trouve le chic hôtel El Tavor, fait de bois rond et construit en 1905 juste à côté de la gare amenant les touristes de la petite ville de Williams plus au sud-ouest jusqu’ici (encore aujourd’hui), des résidences touristiques des boutiques, des ateliers d’art indien Hopi etc. Après avoir reluqué dans quelques-unes de ces attractions, nous allons faire le sentier « Bright Angel Trail », du moins une portion car le sentier complet nous amènerait jusqu’au fond du canyon au Phantom Ranch 15.6 km plus loin, il faut penser retour! Nous descendons un magnifique sentier aménagé à flanc de falaise sur des kilomètres très souvent en lacet, c’est très agréable et surtout impressionnant de se retrouver dans le cœur de ce géant. La chaleur se fait de plus en plus enveloppante, le climat tout au fond est 20° plus élevé qu’à la surface! L’été elle est suffocante mais par contre aujourd’hui elle est très confortable contrairement en hauteur où il ventait et faisait froid. Nous nous réchauffons, le rythme est bon, il faut rester vigilant pour poser le pied au bon endroit et pas question de regarder en arrière en marchant, la marche est généralement haute! Les bâtons sont fort utiles, ils amortissent les compressions répétées sur les genoux. Nous descendons jusqu’à 1500 pi. de dénivellation et 3 kilomètres plus bas avec plusieurs arrêts photos irrésistibles! Les photos qui accompagnent ce blogue parlent d’elles-mêmes, il n’y a de mots juste pour exprimer toute la beauté ainsi que l’émotion ressentie durant ce parcours! Un éventail de formes et de couleurs variant selon l’éclairage du jour, l’angle du soleil, la clarté du paysage (pollution venant du sud-ouest et surtout de la Californie parfois importante mais très acceptable aujourd’hui), tous ces facteurs contribuent à nous offrir un spectacle à l’infini d’une rare beauté!...

Au retour, l’après-midi commence à s’achever, nous avons droit à une palette de couleurs plus intenses et prononcées, les ombres de tous ces géants s’allongent dans les profonds méandres et lentement, la froideur du soir reprend sa place! Nous remontons en silence, ne voulant rompre cette mystérieuse magie, savourant et s’appropriant chaque paysage, chaque paroi, chaque détour, nous aimerions ne jamais oublier et graver à jamais ces images, étrangement comblés!...



Lundi 14 octobre 2013

Il a fait encore -2°C la nuit dernière, c’est là que la laine mérino prend tout son sens, d’autant plus sans électricité. Heureusement notre chauffage au propane est toujours de service au réveil (trop bruyant la nuit). Le parc offre un service de navettes gratuites pour les sections où nous ne pouvons aller en voiture c’est-à-dire aux extrémités est et ouest du centre névralgique où nous nous trouvons (camping, centre des visiteurs et village entre autres). Nous prenons la navette cette fois vers l’est pour le sentier Kaïbab Trail aboutissant au pont du même nom traversant la rivière Colorado et au Phantom Ranch (comme le sentier d’hier), cette fois 12.8 km plus loin. Plus court mais plus difficile. On constate son vieillissement (commencé en 1924), plus inégal, beaucoup d’usure et de pierres, parfois du vieux pavé, beaucoup de sections avec billots dénudés en travers des marches, il faut faire très attention où on pose le pied.

Nous descendons longuement jusqu’à un point de pause où sont arrêtés plusieurs cavaliers et leurs montures en repos. Non pas des chevaux mais bien des mules tout comme lors de la construction des sentiers et du pont dans les années 20, transportant matériaux et tout le chargement! Aujourd’hui on s’en sert pour amener les touristes dans le canyon aller-retour; leur promenade n’est cependant que de courte durée, ne descendant que de quelques kilomètres mais suffisamment pour avoir le vertige surtout lors de la descente; utilisant le même sentier que nous, nous devons nous coller à la paroi pour laisser passer le convoi, c’est la règle. Dans ces circonstances, je préfère être à pied contre la paroi qu’assise à dos de mule à descendre ou monter sur le bord!

Le seul moyen d’aller au Phantom Ranch demeure à pied : généralement on descend par la 12.8 km et on remonte par la 16 km (Bright Angel Trail) en raison du quelques points d’eau dans ce sentier, détail d’importance surtout l’été!! Aucun autre moyen de transport possible pour les touristes. Quant au ravitaillement pour l’auberge, il se fait par caravane de mules tout comme dans les films; nous en apercevons une au loin venant vers nous, 2 cavaliers et une douzaine de mules chargées de sacs et de bagages reliées les unes aux autres. Mes questions sont : quelle différence avec l’âne et pourquoi de mules et non des chevaux? Les réponses du cowboy (et ils en sont de vrais) viennent rapidement : la mule est un croisement du cheval et de l’âne, plus grande et beaucoup plus endurante et intelligente que l’âne, et beaucoup moins fragile que le cheval, particulièrement pour ses chevilles, de grosses chevilles robustes et habiles dans les surfaces inégales et difficiles des sentiers.

Ce sentier nous séduit tout autant que celui d’hier, différent et aussi généreux de paysages et de couleurs, les photos encore cette fois vaudront mille mots : Kaïbab Trail! Là encore nous avons descendu de quelques kilomètres avant de reprendre le chemin inverse, cela nous permettant de voir d’autres perspectives sous une lumière différente d’un œil nouveau! Quelle autre magnifique randonnée et que de souvenirs emmagasinés!...

Au retour reprenons la navette et nous allons faire tout le trajet vers l’ouest sur le Hermit Road où nous n’avons pas accès, trajet de 9 arrêts sur plusieurs kilomètres de route. Le Hermit Trail tire son nom d’un canadien « Louis Boucher » venu s’établir dans une petite maison au bord du Grand Canyon à la fin du 19ième siècle et ayant développé un sentier atteignant le fond du canyon. Nous débarquerons aux principaux arrêts où se trouvent les plus belles vues et nous marcherons un sentier longeant la South Rim vers l’ouest avant de reprendre la navette. L’après-midi tire finalement à sa fin, les ombres s’allongent et cette perspective sera le dernier souvenir de notre visite à ce Grand Parc hors de l’ordinaire!...

Mardi 15 octobre 2013

Nous avons très bien dormi malgré les -5°C. Encore ce matin nous mettons le chauffage à plein régime avant de sortir du lit! C’est le départ de Grand Canyon, nous devons maintenant penser au retour à la maison. Il faut retourner à Flagstaff pour reprendre la route vers l’est (I40). Sur le chemin à deux voies nous y menant un jeune daim court vers nous de manière erratique, nous allons le frapper car il ne dévie pas de notre voie! Heureusement nous avons le temps de freiner brusquement en déviant un peu et par chance personne ne vient en sens inverse! Ouf!!...Pas de dommage, juste quelques objets déplacés vers l’avant dans le véhicule sans plus! Nous l’avons échappé bel! Au loin le San Francisco Peaks est encore plus enneigé que lorsque nous sommes arrivés à Flagstaff l’autre jour, brillant fièrement sous le soleil!

Nous finirons par atteindre un camping d’état (toujours en Arizona plus à l’est sur la I40) où se trouvent des ruines du peuple Pueblo: le « Homolovi Ruins State Park », ces indiens étant les ancêtres des indiens Hopi actuels. Nous traversons un autre grand désert sec et aride et c’est dans ce même climat que nous trouverons notre parc d’état. Ce parc a pour mission de protéger les ruines du dépouillement et de la destruction depuis 1968 et on y trouve un centre de recherches archéologiques d’importance sur le 13ième siècle où une « flood » de la Petite rivière Colorado a exproprié un village tout entier plus au nord (1200 à 2000 habitations). Plusieurs sites où les visiteurs sont admis demandent au public le respect des nombreux artéfacts de vases et objets décoratifs. Nous sommes très surpris de la liberté qui nous est accordée, laissés à nous-mêmes, nous circulons à travers bases de maisons des siècles anciens et milliers d’artéfacts partout sur le sol de chaque côté des sentiers! De nombreuses affiches signalent de les laisser sur place et d’être respectueux des lieux, sans plus!...Assez hallucinant!…Je me permets de ramasser quelques jolis cailloux du désert comme on en voit rarement, ils s’ajouteront à ma collection!...

À suivre!!...

P.S.: nous vous avons inclus beaucoup de photos de nos 2 sentiers, c'est pour que vous ayez la chance de bien le visualiser et le faire à votre tour, mettez-vous dans le contexte et bonne route!!...


Additional photos below
Photos: 116, Displayed: 33


Advertisement



26th October 2013

quelle générosité de votre part pour toutes ces photos.....
merci tellement pour toutes ces photos, on s'y croirait presque si ce n'était que de ressentir la chaleur du soleil. c'est absolument splendide! et toutes les explications qui viennent avec les photos .... chapeau à vous deux et merci encore! Guylaine
26th October 2013

Merci beaucoup Guylaine, c'est toujours un réel plaisir de lire tes commentaires! Sommes rendus dans l'état de N.-Y. Bye et bises, H. & G. xxxx
26th October 2013

Vertige
Marraine, je trouve que parfois tu es trop proche du bord de la falaise. Georges, surveille-là quand même! Merci pour ces belles photos. Dans ma jeunesse, en 1968, je suis déjà descendu dans un canyon (Ce n\'était pas le Grand Canyon) à dos de mule. C\'est pas reposant. J\'ai hâte de vous revoir! Bizoux!

Tot: 0.071s; Tpl: 0.023s; cc: 13; qc: 30; dbt: 0.01s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.3mb