Turquie, premier jour. Istanbul.


Advertisement
Turkey's flag
Middle East » Turkey » Marmara
July 8th 2014
Published: August 15th 2014
Edit Blog Post

Istanbul, Route 39 Hostel,10:34.




Le départ à 5h du matin est rude, grosse flemme de parler au taxi qui m’emmène à l’aéroport. Nouvelle appréhension au contrôle, encore une fois injustifiée.

Je décolle et atterris à Istanbul deux heures plus tard. Je commence à être rodé, car la routine s’installe machinalement : contrôle des passeports, récupération des bagages, retrait de lires turques, éviter les taksi (oui, ils s’appellent comme ça) escroqueurs, et monter dans le bus direction place Taksim.

Le premier constat que je fais dans le bus, c’est que c’est beaucoup plus vert qu’au Liban, dans les villes en tous cas. De nombreux parcs bien entretenus jalonnent le trajet du bus : on voit que c’est un pays dynamique où il y a du travail et de l’argent. Et on comprend pourquoi car nombreux sont les gens dehors à en profiter en buvant une bière à l’ombre ou en pique niquant. Le bus longe le Bosphore qui étincèle sous le soleil de midi, et je commence à apercevoir avec excitation plusieurs mosquées style ottoman aux multiples minarets.

Le bus s’arrête et nous lâche. Tout va très vite : nous ne sommes pas place Taksim, et immédiatement une pluie de taksis s’abat sur nous. Difficilement, j’empoigne mon sac et m’extirpe de la cohue. Bon… et maintenant ? Sans me décourager, je demande à quelqu’un la direction de la place… qui est en fait deux rues plus loin.

La place Taksim est la grande place d’Istanbul, l’équivalent de la Place Rouge pour Moscou ou Tian an Men pour Pékin. Elle était le lieu des protestations de 2013, dont le point de départ était l’occupation du Parc Gezi mitoyen. La place abrite le Monument de la République, qui commémore la création de la République turque, ainsi qu'un bâtiment de division des canalisations d'eaux (qui est à l'origine du nom de taksim, qui signifie « division » en arabe). Des affiches du Président Erdogan (réélu il y a trois jours) flottent fièrement sur les immeubles les plus grands de la place. Je traverse au milieu des pigeons, tourne à droite, descend une rue, et arrive à l’hôtel. Quelques minutes plus tard, me voilà dans la chambre. Pas de lit superposé ici, mais un accueillant lit de deux places. Le temps que je m’installe et que je prenne une douche, il est 13h. J'ai deux options : faire quelque chose (j’avais repéré sur Internet un musée de la calligraphie qui me tentait bien)… ou une sieste. La deuxième m’a l’air bien plus alléchante, mais, un fois de plus, je me force à découvrir l’endroit dans lequel je suis.

Je prends le tram, et descends au Grand Bazar. Le musée est censé être dans le coin, mais impossible de le dénicher. Je demande à plusieurs personnes qui cherchent ardemment à m’aider mais personne ne semble savoir où il est. Dépité, j’abandonne et me promène aux alentours du Grand Bazar. Curieux, je finis par rentrer, et découvre un spectacle à couper le souffle.

Essayez d’imaginer une rue étroite et couverte d’un toit. De chaque côté de la rue, des dizaines de magasins, de stands et d’étals qui s’étendent littéralement à perte de vue. Emerveillé, je marche une dizaine de mètres et arrive à un carrefour. Ma « rue » en rencontre une autre, perpendiculaire. Même chose, celle-ci continue à perte de vue. L’ensemble est en fait un immense quadrillage de longues rues couvertes sur lesquelles des centaines de marchands proposent leurs articles.

Cette immensité se double d’une certaine magie. En effet, mon attention est constamment attirée par les lumières, par les innombrables couleurs qui étincèlent et les multiples odeurs qui m’assaillent. C’est vraiment magnifique, on a l’impression d’être dans la caverne d’Ali Baba ou d’Aladdin.

Des étoiles dans les yeux, je me perds avec enthousiasme dans ce grand bazar qui porte si bien son nom. Bijoux, lampes, étoffes, épices, jouets, vêtements, décorations en tous genres, sans oublier les vendeurs de nourriture proposant des plats et des pâtisseries toujours plus étranges et attirantes ; pour un peu on se serait cru revenu au temps de l’Empire Ottoman.

Je ne sais pas trop comment, je finis par émerger de cette fourmilière chatoyante, et reprends mes esprits. Un jus d’orange frais, et retour à l’hôtel pour une petite sieste. Je me réveille pour aller chercher ma belle à l’arrêt de bus où j’ai été déposé ce matin. Je n’ai pas l’heure exacte de son arrivée, juste des estimations assez vagues. J’attends cinq minutes, dix, vingt… toujours rien.

Au fur et à mesure que défilent les secondes, je m’imagine le pire. Peut-être a-t-elle eu des problèmes au contrôle des passeports, peut-être qu’elle s’est endormie et a raté sa correspondance, peut-être s’est-elle trompée de bus. Après tout, c’est le premier voyage qu’elle fait seule, et je n’ai aucun moyen de la joindre. Alors que je commence à envisager les options possibles, le bus finit par arriver.



Je l’aperçois fière et sereine à la fenêtre et me rassure immédiatement. Un peu en retrait, je l’observe descendre, prendre son sac, et me chercher du regard dans la foule. Je la laisse mariner quelques secondes, et viens la retrouver. Fière et déterminée, avec les deux mains posées sur chaque bretelle de son sac, elle a l’air prête pour partir à l’aventure. Je suis content de la voir après cette semaine tout seul au Liban, et de son côté, elle semble rayonner.



PS : Les photos que vous voyez ne sont pas toutes de moi. Mes bagages n'ont pas été expédiés à Bruxelles à mon retour, aussi n'ai-je que les photos de mon portable à vous montrer, étant donné que mon appareil photo était dans le sac... Comme elles ne sont pas super, je les complète avec d'autres trouvées sur Internet, histoire de vous donner une image fidèle (et agréable) de ce que j'ai vu. J'essaierai de réactualiser tout ça dès que j'aurais récupéré mon appareil photo.


Additional photos below
Photos: 14, Displayed: 14


Advertisement



20th August 2014

Nioudai
Je reprends la lecture où je l'avais laissée. Et je suis content de constater que j'ai du retard ! =) Et comme ça me met de bonne humeur : https://www.youtube.com/watch?v=R2ZQIMPzqOY

Tot: 2.971s; Tpl: 0.062s; cc: 15; qc: 68; dbt: 0.0596s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 4; ; mem: 1.4mb