Philippines on a first glimpse


Advertisement
Philippines' flag
Asia » Philippines » Cordillera
November 25th 2010
Published: December 11th 2010
Edit Blog Post

Amazing rooftopAmazing rooftopAmazing rooftop

Oh my Gulay !, Baguio
Le hasard (mais existe-t-il vraiment ?) m'a fait recroiser un CS de Beijing qui me croyant aerophile m'a appris en dix secondes comment voler pas cher jusqu'aux Philippines. Ca m'apprendra a lui rire au nez en lui declarant mon mepris pour la chose volante, toujours est-il que grace a lui j'arrive a Clark, pres d'Angeles, pas mal au nord de Manille ce qui tombe plutot bien parce que je n'ai pas vraiment prevu d'aller y trainer mes guetres. En sortant de l'aeroport je musarde, avise un stand de nourriture locale et en decouvrant le gout du Philippin pour le vinaigre, la friture et le piment j'apprends que faire du stop sera impossible. J'ai repere sur un depliant touristique consulte a la volee a l'aeroport qu'une ville s'appelle Baguio ; qu'y a-t-il a Baguio c'est ce que nous n'allons pas tarder a savoir, car me voici dans le bus qui y mene. Premieres impressions de campagne philippine, forcement frustrantes car le bus filant je ne peux pas me consacrer a tout, mais fuir la civilisation etait une urgence alors il faut parfois consentir a quelques sacrifices. Six heures plus tard je debouche dans l'obscurite d'une ville qui n'est pas si petite, rate mon coup moi =p J'avise un local qui se propose de m'offrir (enfin de me faire payer) un toit, et apres un petit marchandage hop je file sur ses traces. Il est volubile, moi tout autant mais il a son diplome de tong tout terrain, moi pas. Je reconnais donc sa superiorite en m'ouvrant un bon peu de la plante du pied sur un trottoir, et je claudique jusqu'a mon prochain toit pour me debarasser de mon gros sac, et prendre une pitance bien meritee. Le Philippin est causeur, sans rien chercher je rencontre deux energumenes, dont un qui me rencarde pour le lendemain et une decouverte de la ville en sa compagnie, banco !

Un poignet tordu, un doigt casse c'est penible mais on peut faire avec. L'inconvenient de la plante de pied c'est qu'a moins d'envisager des solutions extremes (bequilles, fauteuil, amputation) elle est sollicitee tous les deux pas. Du coup meme moche le centre commercial me permet de me fournir tant en cartes qu'en bandages sans faire de douloureux allers-retours dans toute la ville. Les Philippines seront decidement le pays de toutes les renonciations, puisque je me porte acquereur d'un Lonely Planet en plus de ma carte routiere. Je me dis qu'avec plus de 7000 iles au compteur et trois semaines devant moi un petit debroussaillage n'est pas idiot...d'autant que j'apprends que pour pas trop cher je peux etendre mon visa a 2 mois, ce qui je le sens me tente deja. Retrouvailles avec Andrew, aussi fretillant de discuter de tout en bondissant entre les sujets qu'inapte a sortir du centre commercial, qui est vraisemblablement son terrain de jeu favori. J'arrive a le convaincre tout de meme d'aller souper ailleurs, mais sa louloute etant sur les genoux on se quitte avec rendez-vous le lendemain devant la cathedrale...saint auspice ;-)

En fait rien du tout, le rendez-vous capote, et apres quelques recherches (je voulais faire l'extension de visa seance tenante, mais le voyageur au long cours a tendance a ne plus vraiment se rappeler des jours, et ces feignasses ne bossent pas le samedi =p ) je saute dans le bus pour Kabayan, ca a l'air joli. Et on met un bon cinq heures pour y arriver, mais en effet c'est sympathique, un peu paume dans la montagne et avec un joyeux sommet a prendre d'assaut. Au detour d'une guest house je croise deux francais en vadrouille, soiree papote et en revenant au logis une belle brochette de Philippins s'apprete a se croquer le mont Pulag aux aurores. Mon petit pied n'est pas encore au mieux de sa forme mais ca devrait faire l'affaire, on se rencarde donc pour 5 heures le lendemain. Ils font partie d'une assoc, les Philippines Skyrunners, et je comprends assez vite pourquoi : ils aiment bien monter les montagnes en courant (ca alors ;-) ). La premiere heure est douloureuse, mais le temps quasi royal et les alternances foret tropicale/plaines herbeuses fait oublier tout ca, et on se retrouve au sommet apres quatre petites heures. La descente se fait au petit trot, mais c'est finalement pas plus mal, ca evite de se fatiguer les genoux. Vaine tentative de pouce pour rallier mon camp de base, c'est trop tard ; je me trouve donc un toit chez une sympathique tenanciere avec qui on refait le monde avant de prendre un repos bien merite !

Le lendemain padre Antonio va precher des l'aube, et avec une charite toute chretienne il me fait l'honneur de sa selle arriere pour une heure et demie de moto bondissante. Un camion maraicher finit le boulot, et apres avoir recupere mon gros sac je continue a pied. Une petite heure plus tard c'est au tour d'une jeepney de me pousser de vingt kilometres, arretons-nous pour presenter un peu la bete. Les modeles originaux etaient des jeeps de l'armee americaine trafiquees, et depuis ces longs engins resistants comme des clous de cercueils et joliment barioles ecument tout le pays, transportant sur des routes improbables des poids non moins invraisemblables, et parfois aussi des gens (majoritairement meme). Une fois que l'interieur est rempli le toit est disponible, et meme si ce dernier arrive a saturation il y a des marchepieds pour une demi-douzaine de passagers supplementaires les grands jours. On se separe a une patte d'oie et je m'offre trois heures de marche pour arriver a Buguias, ou la fete bat son plein car le barangay captain a ete fraichement elu. Un barangay est la plus petite unite de village des Philippines, et le captain est l'equivalent de notre maire. A peine le temps d'ouvrir la bouche je me retrouve avec une pleine assiette et une centaine de paires d'yeux qui me scrutent attentivement. Entre deux bouchees je leur narre mon periple, les gratifie d'un petit concert et me fais embarquer un peu plus loin par une voiture qui passait par la. Deux bus plus loin me voici a Sagada, mais nuitamment donc difficile d'apprecier un paysage qu'on me promet grandiose.

Avec le soleil c'est effectivement bien joli ; je profite de ce beau temps pour aller faire de la speleo avec Chris, un guide local qui me renseigne sur une des particularites du lieu : les cercueils suspendus. Traditionnellement les Igorot ne voulaient pas etre enterres, et suspendaient donc les cercueils dans des endroits aussi varies qu'inaccessibles. Tout au long du chemin qui mene a la caverne on voit en effet au loin des grappes de derniere demeure, avec en point culminant l'entree de la grotte : plus de cinq cents boites pour certaines plusieurs fois centenaires, saisissant. Mais la descente n'attend pas, et c'est parti pour trois petites heures a jouer des pieds, des mains et du derriere pour ressortir trempes mais heureux de ce petit voyage au centre de la terre. Comme on a sympathise durant notre progression souterraine on profite de la soiree pour sceller cette amitie autour d'un bon verre de gin (bon OK c'etait une bouteille), en jouant aux flechettes et papotant
Peaceful breakPeaceful breakPeaceful break

On the way to Kagayan
avec l'assemblee. Parmi les multiples differences avec la Chine une est des plus savoureuses : quasi tout le monde parle un bon anglais, et c'est un vrai plaisir. Le lendemain devait etre balade, mais je croise Chris au matin et ils vont tuer le cochon pour un anniversaire ca sera donc une journee cuisine/soleil a jouer avec le singe du copain en question...j'aime ce pays =D


Additional photos below
Photos: 47, Displayed: 27


Advertisement

Over the torrentOver the torrent
Over the torrent

Climbing mount Pulag
RainbowRainbow
Rainbow

Climbing mount Pulag
Rainbow IIRainbow II
Rainbow II

Can you see it ? =p
KiddosKiddos
Kiddos

Badabak


11th December 2010

Je suis décidément grand fan de ton blog, l'ami. Meme si je ne commente pas tout, tout est lu le jour de parution :) J'aime assez les skyrunners, je m'identifie! (sauf que moi c'est la montagne d'a cote). Comment va ce pied??? Un beso Amigo!
13th December 2010

encore du bon boulot
encore et toujours des photos qui mettent l'eau a la bouche et donne envie de reprendre ce sac à dos qui vient seulement d'etre rangé...Bonne route vieux routard, tes aventures et tes rencontres (improbable et chaque fois plus puissante) n'en finissent pas de me faire rêver.
13th December 2010

trip and drunk
semble bien que ton voyage c'est aussi la découverte des alcools locaux.... hips !!!!
14th December 2010
200 meters below the surface...

et la , j'adore ! a tres bientot Alyne
24th April 2011

tu trouves toujours des trucs de dingue !! La speleo arrive aux philippines j'adhere !! Et je crois que tu vas me faire aimer ce pays en un rien de temps xD Que la crapahute soit bonne et le pied en bonne sante :)

Tot: 3.132s; Tpl: 0.056s; cc: 7; qc: 53; dbt: 0.0441s; 3; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb