Kyoto, Himeji, Osaka et Nara : plongée dans le Japon historique


Advertisement
Japan's flag
Asia » Japan » Kyoto » Kyoto
September 7th 2009
Published: September 18th 2009
Edit Blog Post

This content requires Flash
To view this content, JavaScript must be enabled, and you need the latest version of the Adobe Flash Player.
Download the free Flash Player now!
 Video Playlist:

1: Nara - Attaque de biches 39 secs
Tribulations dans le vieux Kyoto

Le 2 septembre aux aurores, tout droit débarqué du bus de Hiroshima, je pose un premier regard un peu plissé sur Kyoto, l'une des nombreuses cités qui se firent pour un temps capitale impériale. Soleil radieux et ciel pur sur la ville, encore un belle journée qui s'annonce.

Je ne pensais pas pouvoir être encore impressionné par une gare, après avoir vu la Hauptbahnhof de Berlin. Et bien, celle de Kyoto a réussi à me souffler. Hypermoderne, en plus d'abriter un nombre incalculable de restaurants, cafés et magasins, le palace le plus luxueux de la ville, un musée et un théâtre, c'est aussi un espace de rencontres en plein air agréable, sur plusieurs étages, d'où l'on peut profiter de belles vues sur la ville. Ce sera mon point d'arrivée et mon point de départ pour ces quatre jours passés dans le coin.

Je laisse mon barda dans le backpacker encore ensomeillé où j'ai réservé une nuit et je me lance direct dans les petites ruelles de Kyoto. La largeur de ces vieilles rues laisse à peine la place pour le passage d'une voiture. Tout est calme, pas le moindre bruit de chaînes, pas l'ombre d'un loubard en vue. Quelques japonais matinaux entre deux âges, en pantalons noirs et chemise blanche, mallette à la main ou au guidon, se rendent au boulot. Les bâtiments dépassent rarement deux étages ; les plus anciens sont en bois et disposent d'une porte d'entrée coulissante ; certains arborent d'étranges enseignes dont les caractères me sont hermétiques ; presque tous sont garnis de plantes et de bonzaïs, en pot ou en pleine terre. Voila le décor qui accompagnera mes foulées durant presque toute la journée.

Au fil de mes pas, je finis par arriver au Palais impérial, résidence secondaire de la famille de l'Empereur du Japon, ce qui explique que les lieux ne se visitent que sur appointement. Une petite pause dans le parc du palais pour étudier la carte prise à la volée le matin même et je repars vers le nord-ouest de la ville ; un nom a attiré mon attention : le Pavillon d'Or. C'est pas le Temple d'Or, mais presque. Cette petite merveille fut bâtie à la fin du XIIIe siècle par un certain... Yoshimitsu. Et oui, on est plus proche de Tekken que des théories fumeuses de Grand Aigle ! L'histoire ne dit pas si ce Shogun portait une armure intégrale et pouvait se tenir en équilibre sur la pointe de son sabre. On sait en revanche qu'après s'être retiré du pouvoir, il s'est fait aménager ce lieu pour finir sa vie dans la paix et la sérénité. Et il a donné bien du mal à ses esclaves pour en faire un endroit époustouflant. Le pavillon, dont les deux derniers étages sont entièrement recouverts de feuilles d'or, est le seul bâtiment de l'époque à avoir résisté à l'usure du temps. Il est élégamment posé au bord d'un étang, au beau milieu d'une forêt dont les couleurs changent tout au long de l'année. A deux pas de là, le temple Ryoanji est aussi sensé être un lieu fameux. Je dis "sensé", car le coin ne m'a pas vraiment impressionné. Il est vrai qu'après le Pavillon d'Or, on peut se sentir un poil blasé en voyant un jardin de pierres, où quelques rocs surnagent sur une mer de cailloux. L'essence du jardin zen, paraît-il. Mouais, je n'ai pas été très réceptif, sans doute un brin trop fatigué.

Himeji-jo : les souvenirs d'un ninja

Le lendemain matin, je suis parti à l'aube pour Himeji, à 1h30 en train classique au sud-ouest de Kyoto, via Osaka. Cette petite bourgade située en bord de mer est réputée pour son château-fort, construit sur une colline dominant la ville.

Alors là attention, chef d'œuvre ! Absolument grandiose, cette majestueuse et imposante forteresse nacrée aux toits noirs paraît sortir tout droit d'un film de samuraï. En fait, l'endroit m'a paru étrangement familier, il me semblait m'y être déjà rendu, il y a fort longtemps. Bizarre. Puis je me suis souvenu… A l'époque, je portais un costume de ninja noir et un katana en bandouillère, j'avais les cheveux gris et je bondissais de toit en toit avec l'aisance d'un félin. Je m'appelais Rikimaru et je combattais les démons dans le Japon médiéval de Tenshu ! Comme je n'avais pas ma tenue sur moi ce jour-là, je suis cette fois passé par la porte d'entrée principale, en m'acquittant du droit d'entrée, comme tout le monde. Cela m'a permis de goûter à la magie des lieux sans me presser, en attendant que les nuages se dispersent un peu pour prendre fugitivement quelques clichés.

Sur la trace des Samuraïs au château d'Osaka

En revenant de Himeji, je me suis arrêté une après-midi à Osaka, une autre mégapole portuaire japonaise. Le château de la ville, entièrement restauré et très moderne à l'intérieur, diffère beaucoup de la vieille forteresse de Himeji, mais n'en reste pas moins impressionnant. Entièrement rénové, il abrite un musée retraçant l'histoire de Hideyoshi Toyotomi, le seigneur qui fit construire cette place forte et qui, le premier, unifia le Japon à grands coups de sabre. La visite enchantera les fans d'histoire, de batailles épiques ou d'objets anciens. J'ai pour ma part particulièrement apprécié les armures de samouraï personnalisées, portées par les plus redoutables guerriers de l'époque L'une d'entre elle arbore sur le casque une paire de cornes noires légèrement recourbées qui doit faire un bon mètre, tandis que le couvre-chef d'une autre ressemble à s'y méprendre à celui de Dark Vador, 350 ans avant que l'ami Lucas ne déclenche la Guerre des Etoiles. Pour qui ne craint pas de se luxer la nuque, le musée propose même une séance d'essai avec des répliques. J'ai eu droit à tout ça à l'oeil ; facile quand on connaît un membre du staff. Arigato kozaimasu Ms Miwa !

Nara : le plus grand chalet du monde

C'est dans une large vallée au sud-est de Kyoto que se trouve Nara. Son passé de capitale y a laissé d'anciens temples et monuments, aujourd'hui classés au patrimoine mondial. Dès ma sortie du train, je n'ai pas résisté à la tentation de me faufiler dans une boulangerie "Vie de France" afin de m'approvisionner en en-cas pour la journée. Je suis ensuite parti explorer quelques temples dans cette ville paisible qui, comme Miyajima, a semble-t-il été colonisée par les cervidés. Puis, j'ai rapidement cédé à l'appel des hauteurs et me suis engagé sur une route forestière menant vers le sommet des collines environnantes. Un joli panorama m'attendait là, ainsi qu'une armée de biches en manque de mandarines, qui ne me laissèrent que peu de répit pour casser la croûte.

C'est en milieu d'après-midi que je finis par découvrir l'imposante silhouette du temple Todai-ji. 57 m sur 50, pour une hauteur fleuretant avec les 49 m, c'est à ce jour la plus massive des structures en bois de ce monde. Et cela se remarque ! Je n'ai jamais vu de temple aux proportions si titanesques. Et le pire - je sais que c'est pas ça le pire, mais bon - c'est que cette version de
l'édifice, vieille de quelque 400 ans, est globalement un tiers plus petite que le temple d'origine, dont la hauteur dépassait les 65 m, au VIIe siècle de notre ère. Ça mériterait presque de figurer parmi les merveilles de Civilization, non ?!

Japanese Stories

Pour clore ce deuxième chapitre japonais, je vous livre dans le désordre quelques faits qui ont amusé ou surpris le voyageur que je suis dans sa découverte du Japon.

Onsen
Après la Russie et la Chine, j'ai testé à Kyoto les bains publics japonais. Ici, comme ailleurs dans le pays, il convient de connaître l'étiquette pour ne pas faire de faux pas. On entre dans les bains avec rien d'autre que son linge et son produit de douche, tout le reste au vestiaire. Avant d'aller faire trempette, on s'installe sur un petit siège devant une douche et on se lave convenablement, histoire de se décrasser, en évitant d'éclabousser ses voisins. On peut ensuite profiter des différents petits bassins aux eaux curatives surchauffées ou aller suer un bon coup dans le sauna. A la sortie, on repasse bien sûr par la case douche. Un grand moment de détente et de convivialité entre hommes.

Sake
Après une dégustation dans les règles de l'art, je suis arrivé à une double conclusion surprenante. D'abord, le sake est plutôt agréable à boire. Ensuite, contrairement au vin blanc, c'est le sake sec que je préfère par rapport au sake doux. J'ai également appris que le sake de qualité se boit froid, ce n'est que la piquette qu'on boit tiède, il paraît que ca passe mieux.

Taxi
Ici la profession de chauffeur de taxi semble être prise très au sérieux. Je n'ai jamais vu des chauffeurs aussi soignés, ils sont tous en costard. Chose inédite, certains, prêts à accueillir le client, attendent même avec la porte arrière déjà ouverte. En fait, j'ai remarqué par la suite qu'ils disposent au volant d'une commande spéciale pour ouvrir et fermer la porte arrière.

/bow
Ce n'est pas un mythe. Voila sans conteste la commande la plus utilisée par les Japonais à longueur de journée. La courbette semble être de rigueur aussi bien entre vieux amis que pour de parfaits inconnus. Je me suis trouvé par hasard à la fermeture d'un grand magasin à Kyoto. Alors que je me dirigeais vers la sortie, tous les employés de rayon, attendant le départ des derniers clients, me gratifiaient l'un après l'autre d'une profonde révérence que, un peu gêné, je tentais de leur rendre maladroitement. Je me suis aussi amusé de voir comme le commerçant japonais se met à parler une fois que l'on arrive à la caisse. Je ne sais pas ce qu'il peut bien dire, mais il parle beaucoup, semble commenter ce qu'il fait et accompagne souvent chacun de ses geste d'un Hai énergique, ce qui m'arrache toujours un petit sourire.


Additional photos below
Photos: 13, Displayed: 13


Advertisement



18th September 2009

Ah Astro le petit robo tout une époque :) jolis tous ces temples et palais, architecture clée ! Profite bien du temps chaud et ensoleillé par là-bas car ici depuis début septembre c'est l'automne ! Sinon je trouve ta photo d'osaka by night particulièrement réussi, on dirait qu'elle sort tout droit de Gotham City ou de Blade Runner :) Ps : on attend les sumos par ici :)
19th September 2009

Tres juste pour Astro, je vois que t'oublies pas tes fondamentaux. Ici, on l'appelle Atom, et je peux vous annoncer en avant premiere la sortie le mois prochain de Atom : le film :) Merci pour la photo d'Osaka, les photos de nuit c'est pas toujours simple ! Sinon pour te rassurer, l'automne débarque aussi par ici, on commence a descendre sous les 20 degrés au matin. La barre au sud toute se profile ! PS : je bosse actuellement sur les Sumos, ils devraient etre en place pour saluer le début de la semaine prochaine, d'ici la bon week-end, plus que 2 avant la Plaque Aion, tenez bon ! :D
20th September 2009

Astrooo le petit robo ! effectivement la belle époque ! Sinon comme le dis Ben ici l'été à bien fais ces bagages :/ et la saison des vendanges va commencer, avec tous ce que tourne autour, tel que soupe aux choux avec saucissons de la région, jus et mou de raisin frais ! Sans oublier les traditionnels BRISOLEE ! Mais bon je veux surtout pas de faire envie Heinn :P Allez va dans ton sud toi tu surement croiser qqc stars qui passe aussi leur hiver au soleil ! Allez merci encore pour ces magnifiques images et bonne continuation...
21st September 2009

Astro boy
J'ai oubliai de le dire dans mon dernier message. Pour info, Astro Boy est l'œuvre magnifique d'Osamu Tezuka. Depuis quelques temps je m'adonne à la lecture de Manga. Je suis devenu fan de ce dessinateur exceptionnel. A tous, Lisez Vampires ! Pierro

Tot: 1.414s; Tpl: 0.046s; cc: 10; qc: 58; dbt: 0.0339s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 3; ; mem: 1.4mb