Miyajima & Hiroshima : Premiers pas au Japon


Advertisement
Japan's flag
Asia » Japan » Hiroshima
September 2nd 2009
Published: September 15th 2009
Edit Blog Post

Usual Suspect

Il aura fallu attendre l'arrivée au Japon pour que je sois l'objet du premier contrôle digne de ce nom à la frontière. Très courtois, mais strict. A l'aéroport de Fukuoka, prise de photos et d'empreintes digitales au bureau d'immigration, interrogatoire et fouille à la douane. J'ai visiblement plus l'air du trafiquant de drogues que de l'honnête juriste en vacances prolongées. Are you really a lawyer? me demande l'officier en charge du contrôle, avant d'ajouter, derrière son masque de chirurgien blanc : Do you carry cannabis or drugs in your bags? Il se décide finalement à passer au peigne fin le plus petit de mes bagages ; la taille de l'autre a dû le décourager… Rien à signaler. Rien non plus sur ma personne. Tout est en règle, Welcome to Japan Sir!

Budget budget

Dès le début de mon séjour japonais, j'allais être confronté à cette évidence à laquelle je m'étais pourtant préparé : voyager au Japon coûte cher, surtout pour qui vient de passer un mois en Mongolie et deux mois en Chine. Même la Corée reste globalement presque deux fois moins onéreuse. Bon n'exagérons rien non plus. Ce sont avant tout les déplacements qui grèvent fortement le budget, pour le reste, il est toujours possible de se loger et de se nourrir à prix raisonnable.

Ici plus qu'ailleurs le gain de temps est précieux et se paie très cher. 70 min dans le Shinkansen (le train à grande vitesse) entre Fukuoka et Hiroshima et ce sont presque 100 balles qui s'envolent. Par comparaison, 4 heures en TGV chinois me coûtaient 25 francs, 2 heures en KTX coréen, 40 francs. Il faut dire que l'autre option, le bus, se traîne sur les autoroutes entre les deux villes en presque 6 heures, pour un tarif à peine deux fois moins cher que le train. Pas la peine! Sur bien des tracés, le Shinkansen est même plus rapide que l'avion, si l'on compte les heures d'attente aux aéroports et, surtout, il a l'avantage de vous poser directement au centre ville. Ceci explique sans doute le prix des billets. Quant au fameux Japan Railways Pass, un abonnement qui peut vous permettre de voyager sur la plupart des lignes, il coûte au minimum 300 balles (pour 7 jours) et ne peut s'obtenir que contre un bon d'échange qui, lui, n'est délivré qu'à l'étranger, mais pas au Japon. Allez comprendre! Bref, j'ai été ravi de tester le Shinkansen sur cette première étape, mais, pour la suite du voyage, je vais opter pour les bus de nuit, qui, en plus d'être abordables et relativement confortables, permettent d'économiser une nuit d'hôtel. Un bon deal pour celui qui ne craint pas d'être bon plissé deux jours par semaine.

Mystique Miyajima

En 1643, un érudit confucéen chinois ayant parcouru à pied le Japon décrivait Miyajima comme l'un des trois plus beau lieu du pays. Plus de 450 ans plus tard, et même s'il s'agit là du premier site nippon qu'il m'est donné de visiter, je ne peux qu'accorder mes pensées avec celles de ce vieux sage.

Miyajima est une île couverte de forêts située à quelques brasses de la banlieue sud-ouest de Hiroshima. Du haut de ses 535 m, le Mt Misen est le toit de l'île et un lieu sacré vénéré depuis des temps immémoriaux. Il est facile de passer la journée entière à arpenter les sentiers forestiers qui serpentent sur la montagne et mènent d'un temple à l'autre ; j'ai d'ailleurs bien failli me perdre en empruntant un petit chemin longeant une arrête, qui n'était plus entretenu depuis belle lurette. Mais mes efforts ont été récompensés tout au long du parcours : dès que le terrain se dégage, les vues sur la côte et les îles environnantes sont toutes plus sublimes les unes que les autres.

Vous n'aurez cependant pas besoin de vous aventurer en forêt pour croiser cerfs, biches et faons. Les mascottes de Miyajima viendront vous accueillir dès votre sortie du ferry. Gare à vos possessions, car les bêtes sont peu farouches et plutôt du genre curieuses ; elles essayent de goûter à tout ce qui passe à portée de museau. J'ai d'ailleurs dû changer de spot pour casser la croûte assez souvent, car les petites pâtisseries achetées chez le Chassot local semblaient les intéresser au plus haut point.

Miyajima est aussi et surtout le lieu où fut construit, face à la mer, voici plus de 1'400 ans, un sanctuaire shinto appelé Itsukushima. Cet ensemble de temples aux couleurs orangées repose sur des pilotis au bord du rivage et, à la marée descendante, les eaux se retirent jusqu'à la Porte O-Torii. Ah ça c'est une autre merveille : 60 tonnes, près de 17 m de haut et jusqu'à 24 m d'envergure, pour cette structure en bois de cèdre et de cyprès, typique de l'architecture shinto, qui repose sur les flots devant le sanctuaire. Si le lieu ne manque pas de charme durant la journée, c'est au crépuscule qu'il se magnifie pour devenir carrément grandiose. C'est là que j'ai vraiment compris pourquoi le vieux confucéen fut ébloui par cet endroit. Le soleil disparaît lentement derrière la Porte et embrase la mer et le ciel ; on se tait et on savoure ces instants précieux, les yeux rivés sur cette structure surréaliste qui semble trop parfaite pour être de ce monde.

Hiroshima : devoir de mémoire

Le matin du 6 août 1945, le ciel était clair au-dessus de Hiroshima. Le destin de la ville était scellé. A 8h15, la première bombe A utilisée au cours d'opérations militaires explosait à 600 m au-dessus de Hiroshima. Mis à part quelques structures en béton armé, tout fut complètement rasé au sol sur 2 km à la ronde. Jusqu'à 4 km de l'épicentre, bâtiments et humains s'embrasèrent instantanément. Le monde venait d'entrer dans l'ère nucléaire.

Pourquoi Hiroshima fut choisie ? Pourquoi utiliser la bombe alors que la paix avait été signée en Europe et que le Japon n'était manifestement plus en mesure de gagner la guerre dans le Pacifique ? Quelles ont été les conséquences de ce choix ? Ce sont quelques unes des questions auxquelles le Musée du Mémorial de la Paix de Hiroshima tente d'apporter des réponses et, pour autant que je puisse en juger en tant que néophyte, de manière étonnamment objective.

Depuis la fin des années 60, la ville s'est érigée en symbole de paix, dénonçant régulièrement les essais nucléaires et la course à l'armement auxquels se livrent les "grands" de ce monde. Elle a choisi de conserver le Dôme de Genbaku, ruines d'un hall d'exposition construit selon les plans d'un architecte tchèque, afin de rappeler aux générations futures les affres de la guerre et de promouvoir la paix dans le monde. A l’exception de ce squelette d'acier et de béton, Hiroshima ne semble plus porter aujourd'hui le moindre stigmate de ce passé douloureux. C'est une cité moderne et branchée qui a émergé des tas de gravats radioactifs et de cendres fumantes, formidable signe d'espoir témoignant que le temps et la volonté des hommes peuvent aussi accomplir des miracles.

Je garde un souvenir à part de cette ville, de ceux qui vous touche un peu plus et vous font réfléchir, faisant naître la conscience de se trouver en un lieu hautement symbolique, que l'Histoire a marqué d'un destin si particulier. C'est aussi ici, bien installé dans le Jardin Shukkeien, que j'ai achevé la lecture des Oasis interdites d'Ella Maillart. Une aventure d'une autre trempe, à travers la Chine des années 30, alors que Japonais, Russes, Musulmans et Britanniques se livrent à des luttes d'influence pour dominer le pays. Un récit formidable dans lequel je me suis souvent retrouvé et qui a l'avantage de remettre à leur juste place les insignifiants problèmes ou inconvénients qui croisent parfois la route du voyageur moderne.

Premiers pas et premiers doutes envolés

Et ouais, comme vous pouvez le constater à travers ces premières lignes, les réserves émises avant que je m'embarque pour le Japon ne se sont nullement confirmées. Ici aussi, le charme opère rapidement. Je sens que je vais me plaire dans ce pays où il y a tant à découvrir. Prochaine destination : Kyoto et ses environs, pour une plongée dans le Japon traditionnel.


Additional photos below
Photos: 14, Displayed: 14


Advertisement



15th September 2009

La lache pas Gabe !
Salut Gabe ! Heureux de voir que ta visite du Japon n'est pas entaché par l'osmose de séjour sud coréen :) Bonne suite chez les sumos :) PS : on t'a repéré Gabe avec la mer derrière on sait que c'est un montage :D
15th September 2009

Enfin des nouvelles ! Effectivement comme d'habitude des paysages magnifique, continue comme ça mec !
16th September 2009

Et oui je commencais a prendre pas mal de retard, j'en ai toujours d'ailleurs. Je vais tacher de bosser un peu ces prochains jours ! Aaah Gabe s'est fait repéré, mince, pourtant je me suis donné du mal pour ramper tel le pur sur les rochers :p A + les gueules !
17th September 2009

tout pête!
Salut Ferd! Fait gaffe aux radiations quand même... Profite pour nous et que J.N.Takagy te bénisse! And the road again...

Tot: 2.404s; Tpl: 0.065s; cc: 12; qc: 65; dbt: 0.0562s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb