Le vagabond à Victoria Foss


Advertisement
Zambia's flag
Africa » Zambia » Livingstone
August 11th 2018
Published: August 11th 2018
Edit Blog Post

P1110245P1110245P1110245

Victoria Falls!
L’une des parties du voyage théoriquement les plus « challenging » au niveau de la logistique était de se rendre de Kasane au Botswana à Livingstone en Zambie, à proximité des chutes Victoria. L’option 1 était d’engager une compagnie qui nous mènerait du point A au point B. Option très simple, mais dispendieuse puisqu’on charge habituellement autour de 60 à 70$US par personne pour un trajet de moins de 100km et de moins de deux heures (aller simple). L’option deux était d’engager des taxis locaux et de traverser la frontière à pied. Cette option semble peu populaire puisqu’on retrouve peu d’informations sur Internet, à part que le poste frontière est assez chaotique.

Nous avons opté pour l’option 2 et finalement il n’y avait pas grand défi. Expérience intéressante quand même : taxi vers le poste frontière de Kazangula; poste d’immigration du Botswana; traversée du Zambèze sur un gros ponton/traversier; poste frontière de la Zambie; puis taxi pour couvrir les 60km jusqu’à Livingstone. Nous avons quitté Kasane vers 7h30 et sommes arrivés à Livingstone un peu passé 9h00, le tout pour moins de 10$US par personne. Le poste frontière se comparait un peu à ceux de l’Amérique du Sud, en un
P1110365P1110365P1110365

La vagabond s'en va à Victoria Falls
peu moins pire.

Pour ce petit détour de deux jours, nous voyageons léger en laissant nos valises à Kasane et en emportant le stricte minimum. Mon petit sac à dos est peu logeable donc j’ai dû traîner mon linge dans un sac de plastique. Pour une raison quelconque, Richard trouvait ça hilarant que je traîne mon sac de plastique comme un vagabond à la frontière.

Première impression de Livingstone, Zambie : c’est bizarrement religieux avec des églises de toutes les dénominations un peu partout et des affiches de prédicateurs promettant miracles et paradis. Sinon, ça a un peu une vibe « caraïbes ». Nous séjournons au New Fairmount Hotel and Casino. C’est un peu de la fausse représentation puisque ce n’est pas un hôtel de la chaîne Fairmount (loin de là) et il n’y a pas (plus) de casino. C’est un gros hôtel colonial qui devait être très « class » à une certaine époque, mais qui tombe un peu en ruine si on y regarde de plus près. Quand même bon service et bon rapport qualité-prix.

La premier après-midi, nous visitions les chutes Victoria depuis le côté Zambien. Le parc est à environ 10 km de
P1110175P1110175P1110175

En attente du traversier vers la Zambie
Livingstone. Pour s’y rendre, on peut prendre un taxi (10$US) ou un minibus local (5 kwachas = 0.50$). Comme les minibus partent près de l’hôtel, nous avons tenté l’expérience. On s’installe et il faut attendre qu’il soit plein pour qu’il parte. Ça doit avoir pris une vingtaine de minutes. Ils voulaient ajouter une dernière personne à côté de nous mais on a acheté un siège supplémentaire parce que 1)on voulait partir; et 2)c’était physiquement impossible de faire fitter une quatrième personne. Ils ont réussi à packter 17 1/2 personnes (1/2=bébé) dans une minivan. Heureusement, le trajet ne prend qu’une quizaine de minute.

Nul besoin de dire que les chutes Victoria sont très impressionnantes. Il y de nombreuse façons de classer les chutes dans le monde (hauteur, largeur, débit d’eau, nombre de chutes), et les chutes Victoria se classent comme le plus large rideau d’eau au monde (donc probablement les plus larges). Elles font 1.7 km de large à la frontière de la Zambie et du Zimbabwe et 500 millions de litres d’eau du Zambèze tombent dans un canyon chaque minute. Du côté de la Zambie, on a une vue plus obstruée des chutes, mais on peut longer la rivière
P1110176P1110176P1110176

Hmmm...
avant le plongeon. On peu aussi descendre au fond du canyon, ce qu’on a fait à la hâte juste avant la fermeture du parc.

De retour à Livingstone, nous sommes allés souper au Zambezi Café, reconnu pour sa cuisine africaine. Richard y est allé avec la traditionnelle pizza Margaritta pour ménager son système digestif alors que JS et moi avons opté pour la « African and Caribbean Platter », un assortiment de six ou sept plats. À part les ribs de crocodiles, il n’y avait rien de super exotique. C’était surtout la façon d’apprêter qui différait un peu. Quand même bon, mais tout goûtait un peu la même chose.

Mercredi matin, Richard réalisait enfin son rêve de faire un safari à pied et il nous l’offrait en même temps (Merci!). Le parc Mosi-oa-Tunya ne compte pas parmi ses habitants de gros carnivores comme les lions ou léopards, donc c’est relativement sécuritaire de s’y promener à pied. Il faut quand même faire gaffe puisqu’il y a des éléphants, rhinocéros, buffle, etc. Nous somme donc accompagnés par un guide (très motivé et intéressant) et un ranger armé. Les premières 90 minutes ont été assez tranquilles puisqu’on n’a pas vu grand-chose.
P1110205P1110205P1110205

Très polyvalente Mama Mwenshi!
On a rapidement croisé un troupeau d’éléphant, mais on a dû les contourner de très loin, le guide étant un peu nerveux. À force d’examiner des traces dans le sable et la fraicheur des cacas, le guide nous a mené jusqu’à deux des treize rhinocéros du parc : une mère et son petit d’environ six mois. Nous avons dû rester à environ 100 mètres d’eux même s’ils étaient extrêmement zen et ne semblaient pas se soucier de nous. Par la suite, nous avons vu des zèbres, des girafes, des babouins, un phacochère (pumba), et beaucoup d’oiseaux. Un bon succès finalement. On ne peut pas s’approcher aussi près des animaux que dans un safari en jeep/bateau, mais on a un tout autre point de vue et il y a un certain élément de danger.

Après une pause de quelques heures, nous reprenons un minibus pour la frontière avec le Zimbabwe. On bat le record de la veille avec 20 passagers, donc un pratiquement assis sur mes genoux pendant le tiers du trajet. On fait un court arrêt pour regarder ceux qui sautent en bungee du haut du pont séparant la Zambie et le Zimbabwe puis on traverse vers ce pays.
P1110220P1110220P1110220

Minivan ultra-logeable
Le site pour observer les chutes du côté du Zimbabwe est beaucoup plus vaste. On peut les observer de face, sur toute leur largeur. Encore une fois magnifique et très mouillant. Par contre, comme il fait très chaud (autour de 33) et très sec, on sèche en un instant.

Après quelques heures, on remarche vers la frontière en arrêtant à toutes les deux minutes pour prendre en photo des babouins qui font des singeries. Les habitants de la place doivent les considérer comme des rats donc ils ne doivent pas comprendre notre fascination.

J’ai acheté mes première « pichochines ». La règle de négociation du 50% (offrir la moitié du prix initial puis de chaque contre-offre) ne fonctionne pas ici puisqu’ils partent à un prix ridicule. Pour un petit rhinocéros en bois, il partait à 350 kwachas et j’ai fini par payer 20 (2$US). Puis j’ai acheté un billet de 50 milliards de dollars du Zimbabwe pour 10 kwachas alors qu’il partait à 200. Au cours des années, il y avait tellement d’inflation au Zimbabwe que l’argent ne valait plus rien. Une livre de beurre coûtait des milliards de dollars. Ils ont appuyé sur « reset » plusieurs
P1110217P1110217P1110217

Il reste juste 10 passagers à embarquer
fois et le taux de change est redevenu relativement normal (1$Can = 277$Zim). Ils vendent maintenant les vieux billets aux touristes « en joke ». C’est presque assurément des faux par contre.

Leonard, le chauffeur de taxi qui nous avait conduits de la frontière à Livingstone, était au rendez-vous devant notre hôtel mercredi matin. Nous avons refait le trajet inverse vers Kasane pour récupérer notre voiture et retraverser en Namibie. Cette petite escapade nous aura fait passer par quatre pays en trois jours et aura ajouté trois pages d’étampes dans notre passeport: une à chaque sortie ou entrée de pays, donc : Namibie(s)-Botwana(e)-Botswana(s)-Zambie(e)-Zambie(s)-Zimbabwe(e)-Zimbabwe(s)-Zambie(e)-Zambie(s)-Botswana(e)-Botswana(s)-Namibie(e) = 12 étampes plus un visa.

Nous reprenons la route pour retraverser les presque 1000km de la bande Caprivi. On coupe le trajet en deux en arrêtant à Kongola, au Mukulo Camp, pour coucher dans des cabanes/tentes rustiques avec beaucoup d’insectes et de bruits de la nature, donc les grognements d’un hippopotame qui passe ses nuits à proximité. Moi et JS faisons un safari/tour en bateau sur le ponton du propriétaire. C’est assez impressionnant de voir comment il arrive à trouver son chemin parmi un dédale de petites rivières qui se croisent dans toutes les
DSCN0411DSCN0411DSCN0411

Richard et JS photographies Victoria Foss
directions. On voit surtout des oiseaux, mais on finit par trouver quelques hippopotames, ou du moins, leurs yeux et museaux qui sont les seules parties qui sortent de la rivière.

Après une nuit peu productive pour certains, on reprend la route en arrêtant quelques heures dans le parc national Mahango. On est là au début de l’après-midi, ce qui est probablement le pire temps pour voir des animaux. On voit néanmoins des dizaines de gazelles, des zèbres au loin, des koudous et quatre ou cinq gigantesques éléphants, dont un qui traverse la route directement devant l’auto. Après un diner de biscuits et de chips (notre diète entre 8h00 et 18h00 est vraiment excellente…) du supermarché de Divandu, le seul à 300km à la ronde, nous nous rendons à Rundu pour passer la nuit au Tambuti Lodge. Le restaurant se spécialise dans la cuisine africaine et j’essaie les « vers mopane », des vers récoltés en saison dans les arbres mopanes qui poussent partout ici. Je pensais pas en avoir un gros bol plein. C’est pas trop pire puisqu’ils étaient bien épicés, mais ça a un goût terreux et c’était pas assez croustillant. J’ai pas fini mon bol…Sinon on
P1110279P1110279P1110279

Coucher de soleil du côté de la Zambie
a commandé du steak d’oryx et du steak de gazelle. Quand même bon, mais surtout à cause de l’assaisonnement.

Demain, nous allons visiter le parc national Etosha, l’un des plus prisés d’Afrique.


Additional photos below
Photos: 28, Displayed: 28


Advertisement

P1110286P1110286
P1110286

African and Carabean Platter
DSCN0336DSCN0336
DSCN0336

Notre Steve Irwin zambien
DSCN0369DSCN0369
DSCN0369

Rhinos durant safari à pied
P1110309P1110309
P1110309

Zimbabwe!
P1110246P1110246
P1110246

JS à Victoria Falls, Zimbabwe
P1110324P1110324
P1110324

Richard à à Victoria Falls, Zimbabwe
P1110330P1110330
P1110330

Moi à Victoria Falls, Zimbabwe
DSCN0422DSCN0422
DSCN0422

Tentative de photo panoramique avec un gars qui vient gacher le tout au bout
P1110349P1110349
P1110349

Babouin qui gère la circulation à la frontière
P1110362P1110362
P1110362

Je suis milliardaire!
DSCN0509DSCN0509
DSCN0509

Hippo gêné à Mukulo Camp
P1110390P1110390
P1110390

Pic Nic dans notre tente à Mukulo Camp


Tot: 1.038s; Tpl: 0.067s; cc: 22; qc: 82; dbt: 0.0444s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.6mb