RÉTROSPECTIVE DE NOTRE AVENTURE AUX BAHAMAS


Advertisement
Published: July 15th 2011
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0

Lake Champlain - Bahamas


POST MORTEM / RÉTROSPECTIVE DE NOTRE AVENTURE AUX BAHAMAS

Le capitaine et son matelot (sa mémoire devrais-je dire) font un retour sur les 8 derniers mois afin de vous présenter une rétrospective de leur merveilleuse aventure aux Bahamas, soit la réalisation d’un rêve de longue date !

NOTRE PÉRIPLE DE QUELQUES 250 JOURS ALLER / RETOUR VERS LES BAHAMAS C’EST :

Plus ou moins 3 mois de préparation à temps plein pour entre autres :
- la lecture des différents documents, guides et livres de référence pour le voyage du lac Champlain au Bahamas
- l’obtention des différents permis, notamment le cruising permit aux USA et le permis d’entrée pour Charlie aux Bahamas
- l’abonnement à un service de remorquage aux États-Unis : Boat US (qu’on a utilisé 1 fois parce qu’on s’était enlisé dans l’ICW ...)
- les négociations pour trouver la police d’assurance bateau pour les USA et les Bahamas répondant à nos besoins (ex : couverture pour la période des ouragans en Floride)
- la recherche pour les assurances médicales hors Québec nous convenant
- l’achat de matériels tel les cartes et guide de navigation, les livres de lecture, les DVD, etc
- la préparation d’un kit de survie en mer
- la liste, l’achat, l’inventaire et la localisation des produits alimentaires, des médicaments, des produits de nettoyage, sans oublier les produits de beauté pour la madame ... et autres pour 8 mois
- l’installation d’un nouveau système de navigation (GPS et radar)
- l’installation d’un système de chauffage central
- la conversion des toilettes permettant l’évacuation en mer
- l’achat et l’installation d’une génératrice et d’un congélateur

Un parcours :
- de près de 4 000 milles de navigation à voile et à moteur, à une moyenne de 6,5 milles à l’heure (faite le calcul en temps … si vous faites en auto 65 milles à l’heure, il nous en prends donc 10 heures pour en faire autant en voilier …)
- à travers 8 états des États-Unis (New York, New Jersey, Maryland, Virginie, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Georgie et Floride)
- en visitant plus de 25 îles des Bahamas : Bimini, les Berry’s Island (Bird Cay), Nassau, les Exumas (Normand’s Cay, Walderick Exuma Park, Staniel Cay, Black Point, Little Farmer Cays, Stocking Island (Monument Beach et Sand Dollar Beach), Great Exuma Island (Georgetown), White Cays, Emerald Bay, Galliot Cay), Long Island (Salt Pond), Euleuthera (Rock Sound, Governor Harbour, Hatchet Bay, Spanish Well, Royal Island), les Abacos (Lynyard Cay, Man O War, Marsh Harbour, Great Guana Cay, Hope Town, Treasure Cay, Green Turtle Cay, Great Sale Cay)
- la plupart du temps à l’ancre sauf pour quelques 15 jours de marina et quelques 30 jours de mooring

C’est aussi quelques appréhensions :
- en regard du manque de soins médicaux aux Bahamas : les soins médicaux ne sont pas facilement accessibles – sur certaines îles des infirmières et quelquefois un médecin sont présents ½ journée par semaine – il ne faut donc pas être malade le lendemain de leur visite …
- de la rareté des pièces mécaniques du bateau : peu ou pas de mécanicien disponible aux Bahamas et pièces de rechange quasi impossible à trouver (il faut les commander des USA à des prix exorbitants)
- au début surtout concernant la navigation dans des eaux peu profondes des Bahamas (entre 7 à 8 pieds en moyenne) : on finit facilement par s’y habituer et devenir confiant avec l’expérience
- la vie à deux 24 heures par jour, 7 jours par semaine pendant 8 mois pour la première fois dans un endroit plutôt restreint …

Des coups de cœurs assurés (les +)
- Le « get together » en famille pour souligner notre départ à l'automne 2010
- La limpidité de la mer bahamienne, surtout aux Exumas (on pouvait apercevoir les sillons dans le sable à plus de 50 pieds de profondeur en eau calme)
- Les rencontres amicales tout au long du voyage
- Les paysages (couchers de soleil et levers de soleil et de lune, les îles, les plages de sable)
- Le sentiment de sécurité partout aux Bahamas (sauf dans les grandes villes comme Nassau)
- La pêche en haute mer (mahi-mahi, thon, maquereau, bar jack, amberjack, red snaper, baracuda), la pêche aux conchs et aux crabes et la chasse aux langoustes
- La cueillette de noix de coco
- La navigation en mer de jour et de nuit, l’immensité de la mer, le sentiment de liberté
- Le spectacle des dauphins autour de Miralo en navigation
- Les poissons volants à la poursuite de nourriture marine
- La plongée en apnée sur les coraux des Bahamas
- La visite de mon frangin Joslyn et de ma filleule Pénélope aux Abacos
- Les commentaires reçus de nos familles et amis à travers notre blog
- La découverte des petits villages bahamiens et l’accueil chaleureux du peuple bahamien
- La vieille dame bahamienne qui s’est arrêtée en plein milieu de la route pour nous offrir de nous reconduire à notre bateau lorsque nous revenions de l’épicerie les bras pleins
- Le confort et la sécurité de Miralo qui nous a bien servi en tout temps
- Les nombreux 5 à 7 et les soupers gargantuesques cuisinés avec le résultat de nos pêches de la journée (et qui nous ont fait prendre quelques livres en souvenir …)
- Les excursions sur les îles à pied et à vélo et les promenades sur la plage
- Charlie, notre petit rayon de soleil, la voir courir sur la plage et s’amuser dans l’eau
- La conch chowder de Serge (et Luc un p’tit peu …) au cury et lait de coco
- Les petits villages de pêcheurs le long de l’ICW (notamment, Georgetown, Beaufort NC, Fernandina Beach, Wrigthsville Beach)
- Les villes américaines historiques le long de l’ICW (telles St-Augustine, Charleston, Beaufort SC)
- La plus belle journée : notre journée paradisiaque à White Cay avec Océana 1, le 27 janvier 2011 - le paradis sur terre, on se croyait seul au monde sur une mini île avec une mer calme et un ciel bleu azure
- Une sortie en mer de 125 milles (24 heures) à voile sans virement de bord, c'est-à-dire sur le même tack !

Ce qu’on a le moins aimé (les -)
- La navigation dans l’Intracoastal Waterway (ICW) : la couleur brune de l’eau, le traffic maritime (ex : les barges), la profondeur et l’étroitesse du canal, l’ouverture des ponts qui n’en finit plus, les courants et marées
- L’obtention de la météo (système VHF non suffisant aux Bahamas)
- Le manque de temps pour flâner sur la plage (il y a toujours quelque chose à faire sur un bateau : préparation de la route, ménage intérieur et extérieur, réparations de toutes sortes, lavage, épicerie, etc)
- La difficulté de trouver du signal internet adéquat (faut avoir de la patience, ce qui manque parfois à mon chum …)
- La complexité en approvisionnement d’eau potable : transport de l’eau dans des bidons de 5 gallons en dinghy (c’est dur pour les épaules et le dos …)
- La phobie des landromats en ce qui concerne Serge …
- Et pour Francine : le ménage, le ménage et encore le ménage intérieur du bateau (ça revient beaucoup trop souvent)
- La difficulté du nettoyage extérieur de Miralo (l’eau claire étant rationnée, il faut souvent attendre la pluie)
- L’eau de mer à notre grande surprise qui est très grasse si bien qu’elle dégage une odeur nauséabonde (vraiment dégueu ...) sur les vêtements non rincés à l’eau claire
- La période des fêtes de Noël sans nos familles
- Les crabs pots et les filets de pêcheurs dans la mer, dans l’ICW et sur le Bank aux Bahamas rendant la navigation souvent difficile
- Une nuit à New York (le 1er octobre 2010) : vents violents (avec des pointes de 45 à 55 nœuds) mêlés aux marées et aux courants de la rivière Hudson – impossible de dormir dans ces conditions, les bateaux autour de nous chassant dangereusement
- Une nuit à Black Point aux Bahamas (le 6 janvier 2011) : vents de l’ouest de 30-35 nœuds sans protection accompagnés de violents orages résultant en une nuit très mouvementée et sans sommeil

Des équipages extraordinaires rencontrés sur notre trajet, notamment :
- La Grenouille : Caroline et Paul, avec qui nous avons navigué et passé du bon temps (sur l'ICW et en mer) pendant plus de 2 mois depuis New York jusqu’au Bahamas
- Océana 1 : Aline et Luc, avec qui nous avons navigué pendant près de 2 mois aux Bahamas et partagé plein d’activités comme la cueillette de noix de coco, la chasse aux langoustes, la pêche aux conchs et la pêche en haute mer, les explorations sur les îles désertes, sans compter tous les 5 à 7 et les repas mémorables et que nous avons quitté la larme à l’œil à la hauteur du Tropique du Cancer alors qu’ils continuaient leur merveilleuse aventure de plusieurs années autour du monde
- Que Syrah : Chantal et Daniel, un autre cockpit central que nous avions déjà croisé à la marina Gosselin il y a deux ans et avec qui nous avons partagé un souper mémorable à un resto super sympathique à Beaufort en Caroline du Nord
- Angili : Andrée et Gilles qui nous ont si bien reçu sur leur cruiser pour des 5 à 7 et des bonnes bouffes et pour partager la pêche en haute mer aux Exumas
- Grand Pas 1 : Françoise et Michel, des personnes super gentilles qui ont fait la traversée du Golf Stream en flottille avec nous et avec qui nous avons passé de bons moments dans les Berry’s Island et à Nassau
- Franlou : Louise et Franz, nos amis de la marina Gilbert Brook au Lac Champlain, pour leur hospitalité et leur générosité , qui nous ont chaleureusement accueillis à Hollywood en Floride et ont gentiment mis à notre disposition leur voiture pour les courses de dernière minute avant la traversée aux Bahamas et qu’on a retrouvé plus tard aux Abacos.
- Gulliver : Marie et Claude que nous avons rencontré à Euleuthera ainsi qu’aux Abacos et avec qui nous avons partagé quelques 5 à 7 et quelques bons repas
- Liberty V : Bev et Greg nos amis australiens avec leur accent incroyable et leur joie de vivre et avec qui nous avons également partagé quelques 5 à 7 et un super repas aux conchs fraîchement sortis de la mer
- Messenger : Lisa et Scott des amis ontariens qui ont partagé une sortie en mer avec nous et que nous avons croisé à tout moment au cours de notre voyage
- Amadon Light : Jeanne et John, des américains de la Virginie qui vivent sur leur trawler l’été sur la Cheasapeake Bay et qui nous ont gentiment reçu pour un 5 à 7 dans leur maison sur l’île de Spanish Well aux Bahamas où ils vont passer tous leurs hivers
- Sans oublier tous les autres équipages du Québec, de l’Ontario et des États-Unis que nous avons salués d’une façon ou d’une autre sur notre trajet, pour ne nommer que Les Roberges, L’Audacieux, Globe Trotteur, Orion, Lily Pong, Quado, Nine Cloud, Satisfaction, L’Envoilée, Voyage, L’Albatros, Prana, Compass Rose, Blessedspirit, Chantebrise II, Carpe Diem, etc

Des données sur la consommation d’essence, l’entretien moteur et l’entretien du bateau
- 480 gallons US de diesel
- 760 heures de moteur (75% moteur et 25% voile) - pas assez de navigation à voile ...
- 5 changements d’huile et filtres
- 1 joint d’étanchéité pour la pompe à eau du moteur
- 1 hélice pour moteur hors bord du dinghy
- 2 interrupteurs pour la pompe à eau de mer
- 2 changements des anodes
- 1 macérateur
- 1 circuit de contrôle électronique du système de chauffage central
- la coque du bateau est un peu endommagée : un peu de gelcoat à refaire à certains endroits
- le nettoyage de la coque submergée en plongée avec bouteille

Quelques notes sur le stockage de denrées alimentaires et autres pour les Bahamas
- 100 bouteilles de vin (on avait des amis qui nous aidaient pour la consommation …)
- 10 caisses de 24 caisses de bière (à part celles prises par Serge dans les p’tits bars bahamiens)
- 10 caisses de 24 bouteilles d’eau naturelle
- 5 caisses de 24 canettes de boisson gazeuse et d’eau pétillante
- 10 litres de lait
- 30 litres de jus d’orange
- 500 « pipis » pads pour les petits besoins de Charlie
- 96 rouleaux de papiers de toilette
- 10 boîtes de kleenex et un vingtaine de rouleaux d'essuies tout
- jus de légumes, sauce et pâte à spaghetti, condiments
- du cannage, du cannage et encore du cannage en trop grande quantité (on pensait avoir des problèmes d’approvisionnement en fruits et légumes, ce qui n’a pas été le cas)

Et si c’était à refaire :
- N'importe quand, on repartirait, mais en s'assurant de faire quelques ajustements dans la vie de tous les jours
- On penserait sérieusement à ajouter certains équipements à bord de Miralo pour nous faciliter l’existence, notamment : un désalinateur d’eau, un système de communication satellite (pour météo, internet, téléphonie), une radio onde courte récepteur-émetteur, un radeau de sauvetage (survie), des balises de détresse, un dinghy plus adapté à la mer
- On ferait le moins possible de navigation sur l’ICW et le plus possible par la mer
- On irait probablement porter le voilier en Floride sur la fin de l’été, puis on retournerait en début d’année pour faire la traversée vers le Sud et profiter davantage de la chaleur

Somme toute, Miralo ne nous a pas déçu que ce soit pour son confort ou pour la sécurité à son bord, et ce tout au long de notre aventure !

Vous découvrirez également dans ce blog un registre de nos plus beaux souvenirs en quelque 150 photos qui ont été disposées par thèmes les unes à la suite des autres (pour faciliter le visionnement des photos, cliquez sur la première photo qui s'agrandira et vous permettra de voir la totalité des photos) :
- À commencer par une série de photos sur Miralo au Paradis
- Suivi de magnifiques paysages bahamiens
- Pour ensuite suivre nos sorties et navigation en mer
- Et vous donner l'eau à la bouche en regardant le fruit de nos pêches hauturières et sous-marine
- Et vous présenter les gens qu'on a rencontré et notre visite du Québec
- Ainsi qu'une partie de notre parcours à partir du Lac Champlain jusqu'en Floride par la Hudson et l'Intracoastal Waterway
- Pour terminer par des photos de notre petit rayon de soleil, Charlie

Et pour clôturer l’aventure sur une super bonne note, nous avons reçu à la maison à la fin du mois juin dernier, la visite de nos amis Aline et Luc d’Océana 1 qui étaient de passage au Québec pour quelques semaines, s’en retournant gaiement à bord de leur voilier à Grenade afin de poursuivre leur périple autour du monde ! Qui sait, peut-être irons-nous leur faire un petit coucou un de ces jours sur leur parcours dans le Sud ou dans les Europe.

L’ÉQUIPAGE DE MIRALO
FRANCINE, SERGE & CHARLIE ~~~_/)~~~~~~_/)~~~
~~~~~~~~~~~~~~~~~~








Additional photos below
Photos: 154, Displayed: 32


Advertisement



Tot: 3.426s; Tpl: 0.061s; cc: 9; qc: 53; dbt: 0.0535s; 3; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 3; ; mem: 1.4mb