NOUS AVONS TOUCHÉ LES ABACOS


Advertisement
Bahamas' flag
Central America Caribbean » Bahamas » Abaco » Marsh Harbour
February 28th 2011
Published: February 28th 2011
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0

MARSH HARBOUR


Et oui, depuis 1 semaine déjà que nous sommes aux Abacos ! C'est très différent des Exumas, à tout le moins de ce qu'on a vu jusqu'à maintenant des Abacos. L'eau est moins limpide et nous constatons un différence dans la température, les Abacos se situant au nord des Bahamas. On ne peut pas dire par ailleurs que c'est déplaisant, loin de là. Comme nous venons d'un pays nordique, nous sommes très confortables avec ce type de climat qui est un peu moins lourd et humide que dans les Exumas.

Dimanche le 20 février : Spanish Wells, Eleuthera. On déménage ce matin. On se rend à Royal Island, une toute petite île à l’ouest de Spanish Wells (environ 7 nm). Et cette fois, on quitte à la marée haute pour s’éviter un stress inutile. Ainsi, nous ajoutons 3’2’’d’eau sous la coque, donc au lieu de naviguer dans 5’8’’ à 6’d’eau, nous naviguons dans un peu plus de 9’ d’eau. Beaucoup plus sécuritaire. Nous touchons Royal Island 1h30 plus tard et mouillons dans la baie de Royal Harbour où nous serons à l’abri des forts vents annoncés pour la nuit. Nous nous préparerons pour la traversée de l’océan vers les Abacos prévue demain matin tôt, très tôt (quasiment cette nuit, en tout cas pour moi …), c'est-à-dire qu’il faut se lever vers 4h00 am … des vacances vous dites ??? grrrr, mais bon, il faut ce qu’il faut … Aussi, dans l’après-midi on fait le tour de la baie en dinghy à la recherche de conchs. On ne trouve rien, niet … Pourtant cette baie dont le fond est un mélange d’herbes et de sable devrait être propice pour les conchs. Sûrement que les pêcheurs du coin le savent aussi et qu’ils ont ratissé le fond bien avant nous. On se couche de bonne heure ce soir.

Lundi le 21 février : Abacos, on s’en vient ! On lève l’ancre à 5h30 am. Il fait encore nuit, mais la lune nous éclaire bien pour nous faciliter la sortie de la baie. Nous devrons traverser le passage de Eggs Island et tout se passe numéro un. On a droit à un éclatant levé de soleil sur la mer ! Les bateaux Gulliver et Liberty VI sont partis de Spanish Wells ce matin et nous suivent à 1h30 environ derrière nous. Nous avançons à voile/moteur avec des vents sud/est de 8 à 12 nœuds et des vagues de 6 à 8 pieds que nous recevons sur le tribord avant et qui ralentissent fortement notre course. Malgré cela, nous maintenons une vitesse de croisière de 6 à 6.5 nœuds. Peu après notre départ, un immense barracuda mord à la ligne à pêche de Serge. Il doit faire 36 à 38 pouces de long et près de 20 livres. On le rejette à l’eau après qu’il ait déchiqueté la moitié de notre filet de pêche … Dans l’avant-midi, quelques touches sur ma ligne à pêche (y’en a même un qu’est parti avec des morceaux de mon leurre …). Puis en après-midi, quel beau cadeau du ciel : un banc de dauphins (une quinzaine environ) viennent nous saluer et nous accompagnent pendant un certain moment. Ils nous font tout un spectacle autour du voilier. Qu’ils sont gracieux ! Une belle traversée de 10 heures sur 55 nautical miles par une journée ensoleillée et une mer foncée bleu « outre-mer », très profonde (entre 10 000 et 15 000 pieds en moyenne). Nous jetons l’ancre aux Abacos vers 15h00 près de Lynyard Cay. Nos amis de Gulliver et de Liberty VI suivent peu après. Nous nous retrouvons tous pour un 5 à 7 à bord de Gulliver.

Mardi le 22 février : Nous traversons en dinghy le canal de Lynyard Cay pour aller à la chasse aux conchs. Nous nous rendons dans une petite baie dont le fond est idéal. Nous jetons l’ancre du dinghy et explorons les alentours en snorkling. Nous sommes choyés et en moins d’une heure de plongée, nous réussissons à ramasser une quinzaine de conchs que nous irons nettoyer sur la plage près du mouillage de Miralo en songeant aux repas que nous nous préparerons avec cette cueillette fructueuse (notamment, salade de conchs, conch chowder, conch fritters) tout en ayant une petite pensée pour nos amis Aline et Luc d’Océana 1. Puis dans l’après-midi, nous recevons une invitation à nous joindre à un groupe de gens de voile pour un souper aux hot-dog autour d’un feu de camp sur la plage. Nous nous y rendons avec Marie et Claude de Gulliver ainsi que Bev et Greg de Liberty VI. Belle soirée qui nous permet de faire connaissance avec d’autres navigateurs dont plusieurs sont originaires de l’Ontario. On y rencontre également un jeune couple en lune de miel … pour 1 an !

Mercredi le 23 février : Une autre journée passablement remplie. En compagnie de Gulliver et de Liberty VI, nous nous rendons en dinghy à Little Harbour pour visiter la fonderie artisanale où nous pourrons voir à l’œuvre Greg, le petit-fils du sculpteur Randolph Johnston qui s’est établi avec sa famille à Little Harbour il y a 60 ans, où il a d’abord élu domicile dans une grotte avant de construire sa maison sur l’île. Nous avons également visité le musée où sont exposées les pièces de collection en bronze de la famille Johnston. Ensuite nous nous sommes rendus au sympathique resto-bar le Pete’s Bar (Pete étant le fils de Randolph Johnston et le père de Greg). Le clou de la journée : souper aux conchs à bord de Miralo. Marie de Gulliver prépare une salade de conchs avec du pain maison, Bev de Liberty VI les conchs fritters avec une sauce typiquement australienne et Serge, devinez ? Et oui, sa désormais célèbre conch chowder au lait de coco et curry. Un autre repas mémorable. Nous devons porter très attention lors de nos conversations avec Bev et Greg avec leur accent australien très prononcé. Particulièrement Greg qui utilise plusieurs expressions locales (slang australien) au point où nous devons le faire répéter souvent pour bien saisir. C’est leur première rencontre avec des canadiens français. Selon eux, l’approche est beaucoup plus facile avec nous qu’avec les canadien anglais ou les américains qui n’ont pas beaucoup le sens de l’humour selon lui …

Jeudi le 24 février : Seulement 4 dodos avant l’arrivée de Joslyn et Pénélope à Marsh Harbour. Nous avons bien hâte de les accueillir ! Ce matin nous levons l’ancre pour nous diriger vers Man-O-War Cay, une petite île près de Marsh Harbour. Nous naviguerons par le Abacos Sea, cette mer intérieure peu profonde où nous devrons avancer en zigzaguant pour éviter les hauts fonds de sable ou de corail. Le Abacos Sea est séparé de la mer par une série de petites îles dont Man-O-War. Nous décidons de prendre un mooring près de la marina. C’est assez rock’roll comme manœuvre à effectuer pour réussir à s’accrocher à un mooring : le capitaine devra se frayer un chemin à travers les nombreux bateaux attachés aux moorings dans cette minuscule baie, dont plusieurs sont privés et sont installés parmi les moorings de la marina … Aussi, nous devrons accéder à la baie à la marée haute pour éviter de drainer le fonds… tellement qu’au souper, nous entendons un drôle de bruit … C’est la marée basse, et nous croyons avoir touché le fond. Après vérification au profondimètre, nous constatons qu’il n’y a que 5’5’’ sous la coque, alors que notre quille en fait 5’8’’… Pas de panique, c’est en sable et tout va entrer dans l’ordre lorsque la marée va recommencer à monter. Dans l’après-midi nous avons fait une promenade avec Charlie dans le mini village de Man-O-War qui nous fait penser un peu à Spanish Wells, mais en beaucoup plus petit. Après avoir arpenté les deux rues parallèles de l’île, nous nous rendons sur la plage du côté de l’océan Atlantique. Ici, la vente de boisson alcoolisée n’est pas permise, ni au resto, ni dans les commerces …

Vendredi le 25 février : Nous attendons la marée haute pour quitter notre mouillage (soit autour de 12h30). Nous nous arrêtons au quai de service pour faire le plein des réservoirs d’eau, d’essence et de diesel. Nous avons la visite de l’équipage du voilier québécois Solitaire 1, Catherine et David qui viennent nous saluer et que nous rencontrons pour la première fois. Ils nous indiquent qu’ils suivent notre blog depuis longtemps et qu’ils ont déjà l’impression de nous connaître !!! Ils sont installés pour l’hiver à un mooring à Hope Town (Abacos) et ils reviennent aux Abacos depuis 5 ans. Nous traversons le Abacos Sea pour nous rendre à Marsh Harbour où nous y jetterons l’ancre en attendant l’arrivée de notre visite. Au programme pour les prochains jours les corvées habituelles : épicerie, lavage et ménage … Ce soir à Marsh Harbour c’est le Junior Junkanoo auquel nous nous rendons. Le Junkanoo est une fête typique bahamienne dont les origines sont africaines et où les bahamiens défilent dans les rues au rythme de la musique « junkanoo », c'est-à-dire tambours, clochettes et sifflets et tous portent des costumes hauts en couleur qu’ils ont fabriqué à partir de papiers mâchés. Le Senior Junkanoo qui aura lieu demain soir se prolongera jusqu’aux petites heures du matin … C’est une fête semblable au festival de Rio de Janiero au Brésil, criminalité en moins. Les bahamiens sont des gens plutôt pacifiques.

Samedi le 26 février : Journée d’exploration dans Marsh Harbour : en avant-midi dans le secteur « ville » et en après-midi du côté des marinas. Il faut marcher pas mal pour se rendre d’un endroit à l’autre (banque, landromat, épicerie, boulangerie, etc.), mais tout se trouve près du grand boulevard Don McKay. Lorsqu’on se promène dans le secteur des marinas c’est plus touristique et parsemé ici et là de boutiques de toutes sortes très coquettes. Il y a beaucoup de voilier à l’ancre dans la baie de Marsh Harbour. L’eau est très brouillée et pas du tout invitante à la baignade qui est d’ailleurs fortement déconseillée ici.


Dimanche le 27 février : Journée ménage, Miralo se fait beau pour la visite qui arrive demain ! Bien oui dans moins de 24 heures, mon frérot Joslyn et ma filleule Pénélope seront avec nous pour la semaine. Au programme, sortie en mer pour pêcher et faire de la voile, plongée en apnée sur les coraux, pêche aux conchs, exploration des cays dans le sud des Abacos. Souhaitons que dame nature soit clémente pour notre visite, même si selon la météo, on risque de se faire brasser pendant quelques 2 à 3 jours ... on va faire avec, pas le choix.

À la prochaine !


L’ÉQUIPAGE DE MIRALO
FRANCINE, SERGE & CHARLIE ~~~_/)~~~~~~_/)~~~
~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Additional photos below
Photos: 36, Displayed: 29


Advertisement



Tot: 1.786s; Tpl: 0.055s; cc: 9; qc: 60; dbt: 0.034s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb