Olkhon Island : Une semaine au grand air sur les rives du Baïkal


Advertisement
Russia's flag
Europe » Russia » Siberia » Lake Baikal
May 17th 2009
Published: May 18th 2009
Edit Blog Post

Dimanche 10 mai, 8h00, dans un petit hôtel d'Irkutsk. J'émerge difficilement, les yeux bon plissés, un arrière goût de vin moldave au fond de la gorge. Ouh pas simple! Hier, c'était le jour de la victoire en Russie, une grande fête patriotique commémorant la fin de la 2e guerre mondiale et la victoire sur les Nazis. Voyageurs danois, anglais, écossais, hollandais, suisses et personnel russe de l'hôtel, nous sommes tous sortis pour voir le feu d'artifice et nocer jusqu'a 4h du matin à grand renfort de bière, de champagne russe et de vin rouge local (pas si mal). La perspective de devoir affronter six heures de bus pour gagner Olkhon Island ne m'enchante guère ce matin. Mais bon, on assume!

Deux heures plus tard, à la gare routière d'Irkutsk, mes deux compagnons écossais, deux Suissesses et moi-même cherchons désespérément le minibus sensé nous emmener sur l'île d'Olkhon. Grâce à Dieu, ou plutôt aux deux filles, nous trouvons notre moyen de transport. On est parti! Étonnamment, la route est en bon état et, au fil des heures, mon cerveau et mon estomac récupèrent. Il est presque 15h00 lorsque nous posons pour la première fois les yeux sur le Baïkal, sous un ciel gris. Nous franchissons les quelque 2 km nous séparant de l'île grâce à un petit bateau de pêche faisant office de ferry, plus pour les locaux que pour les touristes, encore peu nombreux à cette époque de l'année. Première surprise en atteignant l'île : de gros blocs de glace défendent l'accès au débarcadère, si bien que le frêle esquif doit s'y reprendre à plusieurs fois pour se frayer un chemin. Les touristes, ravis, prennent des photos ; les marins, voyant le bateau tanguer dangereusement, hurlent en russe ce que je suppose être : "Pas tous du même côté, bande de bœufs" !

Arrivés sur l'île, il nous faut encore prendre un autre véhicule jusqu'à Kuzhir, le chef lieu du coin. J'embarque dans un minibus bourré de locaux. En fait, je suis le seul touriste. Un vieux Russe à qui il manque une moitié de pouce s'évertue à faire la conversation tout au long du trajet, entre deux gorgées de vodka et d'une autre préparation pourpre qui m'est inconnue et qu’il n’arrivera pas à me convaincre de goûter. Éclats de rire dans le bus lorsque je tente de bredouiller quelques mots en russe. J'ai visiblement encore des progrès à faire…

Nous atteignons Kuzhir en fin de journée. La bourgade, qui abrite environ 300 âmes, à les allures d’un village de far-west : vaches et chiens déambulent joyeusement dans les rues poussiéreuses, entre carcasses de Ladas et petites maisons de bois cloisonnées. La poignée de touristes réside chez Nikita, une vaste pension de vacances où l'on offre le gîte et le couvert. On loge dans de charmants petits chalets chauffés au bois par un poêle. Ambiance "datcha" toute sibérienne, d'autant que l'établissement, sans eau courante, dispose de deux "banyas" (1), une institution sur ces terres reculées de Russie. A deux pas, le fabuleux Baïkal, dont les eaux encore partiellement prises par les glaces offrent l'un des paysages les plus somptueux qu'il m'a été donné de voir. Trois bus par semaine pour rallier le continent ; c'est tout vu, je prendrai le dernier.

Les deux premiers jours furent consacrés à la randonnées entre steppes dorées, plages et taïga. J’ai pris congé de Bryn et Francis, les Écossais, qui, après avoir tenté une fraîche nuit de camping, lignent déjà sur la Mongolie. Merci les gars pour ce petit bout de chemin parcouru en votre joyeuse et turbulente compagnie! Le deuxième jour, j’ai fait équipe avec un baroudeur belge pour une pleine journée de marche. Nous avions le projet de traverser l’île dans sa largeur, d’une rive à l’autre. Tout ce qu’il y a de plus réalisable sur le papier. Seulement voilà, sans carte ni boussole, nous avons dû tourner en rond un moment au beau milieu de la forêt sans vraiment savoir où nous allions. Bien organisés les mecs! Un chien noir, que j'ai surnommé Woolfy en raison de son goût pour la chasse aux vaches et aux écureuils, nous a accompagnés du matin au soir. Le jour suivant, je me suis joint à un groupe en partance pour visiter la partie nord de l'île, plus sauvage encore, à bord d'un minibus russe tout terrain. Là-bas, pas de routes, que des pistes crevassées, des steppes brunies par le soleil et des falaises vertigineuses surplombant les eaux prises par les glaces. Les paysages sont superbes. L'après-midi, nous gagnons Uzury, un hameau niché dans une petite crique de galets gris, entre deux pics plongeant dans les eaux du Baïkal. Les deux Suissesses rencontrées à Irkutsk et moi-même décidons de rester deux jours dans ce coin reculé, logeant dans une famille de paysans-pécheurs. Ceux-ci disposent en fait d'un petit bungalow particulier pour les invités. L'endroit est charmant et les plats préparés par Natacha, la maîtresse de maison, sont copieux et délicieux. Youri, le père de famille – et même grand-père – bredouille quelques mots clés en allemand ce qui nous permet d'avoir les infos de base pour notre séjour. Explorer les environs est fort agréable : les troupeaux de chevaux parcourent librement la steppe, où l'on ne rencontre pas âme qui vive, mis a part quelques timides marmottes. Seule mauvaise surprise, le coin semble colonisé par une armée de tiques. On oubliera donc le petit roupillon à l'ombre des pins pour cette fois…

Les derniers jours sur l'île, passés à Kuzhir, ont été moins cléments. Un vent froid et furieux s'est mis à souffler, tandis que le ciel changeait d'aspect très rapidement, comme pour rappeler que le climat est, ici plus qu'ailleurs, imprévisible. On s'est donc contenté de récupérer, de bouquiner, de discuter avec les locaux et de tenter de les défier au ping-pong. Nikita, le gérant de notre auberge, est un ancien champion russe de la discipline. Autant dire que même contre les mouflets du coin, ça n'a pas été simple! Sinon, juste avant le départ, j'ai accordé une interview exclusive à la télévision finlandaise pour un documentaire sur la Sibérie. Si si! Ils étaient surpris de voir un touriste suisse dans ce coin perdu et voulait savoir comment et pourquoi j'étais venu ici. Micros, deux caméras et interview menée par Ville Haapasalo, un acteur finlandais d’origine russe, au look de patron pêcheur, visiblement très populaire en Russie, si j'en juge par les regards admiratifs que lui portaient les gens du coin.

Déjà une semaine passée dans le cœur bleu de la Sibérie et il faut songer à la prochaine étape. Je suis donc rentré à Irkutsk pour organiser tout ça. Le visa pour la Mongolie étant en bonne voie, je devrais quitter la ville le 19 mai au soir en train, pour arriver le lendemain matin à Ulan Ude, centre du bouddhisme en Russie et dernière escale russe de mon voyage.

(1) "banya" : de quoi s'agit-il ? La plupart du temps, les "banya" se trouvent dans une maisonnette de bois comprenant au-moins trois pièces. La première, celle par laquelle on entre, sert de vestiaire et, si elle est assez grande, de lieu de repos avec tables et canapés. De là, on peut accéder à la deuxième pièce, que l'on peut considérer comme une salle d'eau. On y trouve de grands baquets d'eau froide ; c'est ici que l'on vient s'asperger d'eau et se rafraîchir en sortant de la troisième pièce. Celle-ci comporte un banc à étage en face duquel se trouve un four à bois garni de pierres. On s'installe sur le banc avec un baquet et on gicle de l'eau sur les pierres bouillantes. Montée immédiate de température et grosses suées garanties! Un délice après une rude journée passée au grand air de Sibérie.


Additional photos below
Photos: 14, Displayed: 14


Advertisement



19th May 2009

Vanskr
Wow ! moi qui suit venu à 6h30 au job ce matin ça sappe tout ça ^^ Je pensais pas que c'était si joli par là-bas dit-on. Excellentes tes photos :) Bonne entrée sur les terres de Gengis Khan. Enraged war? ^^
19th May 2009

"edit" Les deux Suissesses rencontrées a Irkutsk et moi-meme décidons de rester deux jours dans ce coin reculé! He ben .. tu as bien du t amuser dans les peaux de chamois avec mesdames lol ^^ sacré ferd! Sinon que dire d'autre que "magnifique" c est toujours un immense plaisir de lir tes aventures ! Continu.... Bonne chance pour la suite
19th May 2009

Heeyyy ! Non non mon petit DO, t'es loin du compte. Des Suisses allemaniques, tres sympas, mais non ! Les entendre parler a suffit a me tenir a bonne distance :) Et puis, apres les pays baltes et la Finlande, bouarff quoi :)
20th May 2009

No Comment...
Superbe ces photos.... les meilleures selon moi depuis le début de ton aventure ! Magnifique ! Sinon ça joue tjs toi ? Tjs tout fou de parcourir le monde et de faire le nomade ? ;) La fondue et les "frometons" ne te rendent pas encore nostalgiques ? :) ^^ Bonne arrivée dans le pays des yeux bridés alors ! A + :)
21st May 2009

Salut Rose ! Merci pour les éloges sur les photos, je me suis vraiment régalé sur l'ile. Les paysages sont si beaux que j'ai pas grand mérite finalement :) Oui ca roule toujours nickel, la fondue me manque pas trop, je compense avec le fromage russe qui est pas mal du tout. Par contre, des que vous allez commencer a parler des racks de chez Frauchiger, la je vais probablement verser une larme :D Sinon, comment cette montee sur la rue du chateau jusqu'a l'hosto ? Bon entrainement non ? :) A++
23rd May 2009

C'est de la bonne!
Salut a toi!!! Je vois que tu portes un regard sans haine sur le monde. Vraiment superbe les photos, t'assures un max! Profite bien chevalier des temps modernes. Que le grand Sarlak veille sur ta couche!
23rd May 2009

Tu es un sacré pwet!
Marrant ton voyage, les photos sont belles, les coins sympathiques et ça fait rêver par dessus le marché. Je ne connais pas d'autre journal de bord aussi passionnants. Continue comme ça car la plupart des gens qui font des blogs de voyage pondent de ces merdes sur Internet... Au fait, ça a pas l'air hostile les coins que tu visites. On pense trop souvent que les russes sont des tortionnaires violents et peu recommandables. Faut dire que ce pays a quelques camps retirés en Sibérie qui assurent une éducation des plus dures et aux conditions extrêmes.
23rd May 2009

Ouais ben le Rack va plus trop attendre..... il va tout bientôt pointer son ptit bout de côte par ici! héhé.... les travaux extérieurs ont bien avancé (surtout today!) et manque plus que le grill et les dalles à poser ! Après le RACK saignera sur la grille ! On pensera à toi.... ^^ Sinon la montée après le chateau c'est l'huile mais pas fait encore souvent... 3-4 fois... les jours de pluie ou si j'ai besoin de ma PUNTO ^^, je monte pas à pied ! Mais je m'y crois, à 7h du matin toute seule surplombant Monthey, le soleil levant (et les fumées de la CIBA au loin mais bon...!) ... ca donne aussi des ptites envies d'aventure et de trace..... :) Bonne suite à toi... a+ :D
24th May 2009

Salut les 2 nouveaux sur le blog, vraiment sympa de passer me dire bonjour. Nico, je retiens ton idee pour une connaissance du monde, bon plan pour financer le prochain tour :) Horgon, merci pour ces bons mots, je te souhaite de meme et bons debuts pour ce nouveau job. Trazera : he he merci mec, je fais ce que je peux ; je compte sur toi pour m'avertir a temps si commence a deraper vers le blog pourrave :) Rose : merci pour les news du "cabanon", pour quand le bapteme ? et vous lui avez choisi un nom ? le puits a gueules ? :D A ++ all, je me lance dans les steppes !

Tot: 0.823s; Tpl: 0.141s; cc: 14; qc: 30; dbt: 0.0236s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb