Page 3 of Absaroque Travel Blog Posts



Déjà presque un mois de passé! Hé bien oui, nous avons finalement quitté Ste-Lucie. Mon frère et sa femme nous ont quittés le 8 janvier; nos vacances se sont terminées pour un temps. À notre grande déception, nous n’avons pas pu aller en Martinique, la mer et les vents s’étaient ligués contre nous, il faudra que mon frère revienne pour la Martinique! Nous avons donc marché un peu (à cause de mon pied et du dos de Roseline), les visites se sont restreintes aux abords de l’île Pigeon, la plage, le marché de Castries et une soirée chez des amis venus en vacances dans leur famille. Ce fut une très agréable soirée sans compter que, de la terrasse où nous étions, nous avions une vue directe sur le mouillage au pied de l’île Pigeon dans Rodney ... read more
Un autre « sauvetage de bateau »
Même en vacance il faut travailler
La vue sur le mouillage de Rodney Bay et de l’île Pigeon


2011 est enfin fini! Nous espérons vivement que 2012 nous épargnera les problèmes de santé. Nous étions confiants que tout était terminé puisque la mise à l’eau s’était bien passée; cependant, quelques petits ennuis se sont quand même pointés, question de garder le rythme! Une fois au mouillage dans le lagon de Rodney Bay, nous découvrons que le moteur hors-bord se noie quelques minutes après le démarrage. Pas possible d’utiliser l’annexe, pas pratique au mouillage! Nos amis de Dame Licorne et de Méridien V nous servent de taxis, heureusement qu’ils sont là. Voyez-vous, nous sommes le 23 décembre et il ne reste qu’une journée pour faire le ravitaillement, de plus que nos invités arrivent le 25 et qu’on nous dit qu’ici le 26 et le 27 sont fériés… La pression monte un peu. Nous décidons donc ... read more
Absaroque est prêt
Voici le transporteur qui permet de placer les bateaux très proches les uns des autres
Ce chariot est téléguidé!!!


Dans l’avion qui nous ramène à Ste-Lucie, le lundi 12 décembre, je me remémore nos derniers jours au bateau, en juin dernier. Après une magnifique exploration des Grenadines, nous étions rentrés sur Ste-Lucie afin d’y laisser le bateau sur un mouillage dans le lagon de Rodney Bay. Notre intention était d’aller aider notre fille pour l’arrivée de son troisième garçon et qui avait entrepris des transformations majeures dans son logement; nous pensions nous absenter quelques mois seulement, deux à trois mois! La vie en a décidé autrement. Encore des plans qui n’ont pas été suivis!! Un contretemps majeur nous a obligés à rester au Québec SIX mois!!! Lors de notre périple dans les Grenadines, mon capitaine avait de sérieux problèmes que nous mettions sur le compte de l’arthrite : incapacité de forcer des bras et des ... read more
Grand-Papa, nommé Papiji, aide Matteo à faire du vélo,
Grande sortie en vélo avec Luca (le #1) et sa cousine de France (Claire)
Nous essayons de transmettre nos passions à nos petits-fils,


En ce 8 mai, nous voici donc à la porte d’entrée des Grenadines : Bequia. Ce n’est pas la première fois que nous nous arrêtons ici, cela nous donne un sentiment d’assurance réconfortant; de temps en temps c’est bon de savoir où aller sans avoir à éplucher les cartes. Nous nous approchons de la plage de façon à être bien à l’abri d’une éventuelle houle. On peut s’y rendre à la nage et nous profitons de la plage pour la première fois! Nous sommes heureux de constater que peu importe le nombre de fois qu’on arrête à une place, il y a toujours quelque chose à découvrir. Nous connaissons le marché de poisson et nous y faisons l’achat d’un superbe thon qui nous donne 4 filets pour autant de repas et cela pour moins de 14us$! ... read more
La boulangerie de Bequia
Vue du mouillage de Princess Margaret Bay
La plage est à portée de nage…


On a réussi! Enfin, nous avons mis les voiles et quitté les eaux de Ste-Lucie. De Rodney Bay, où nous avions dû retourner parce que le capitaine s’était cassé une dent, nous sommes allés entre les Pitons pour une nuit et avons finalement sorti toutes les voiles et vogué vers d’autres horizons! Le 6 mai, la traversée a été superbe : petites vagues de moins de 3 pieds au début et quelques vagues de 4pi vers la pointe nord de St-Vincent, toujours par le travers, un vent d’environ 15noeuds tout le long tantôt par le travers, tantôt à 70deg. Seul hic, un courant de 1.5n presque dans le nez nous a ralentis un peu. Le bateau était bien appuyé dans ses voiles et nous nous sommes ainsi laissés bercer pendant 7 heures (47.8mn au lieu de ... read more
Le souper de poisson à la créole!
La salle à manger, sous les palmiers!
Vue de notre mouillage dans Keartons Bay


Enfin, tout semble bien aller. Et nous envisageons de reprendre nos activités de visites touristiques. Et Ste-Lucie sera notre prochain objectif. Lorsque je nous présente au « réseau des navigateurs », en anglais Cruiser’s Net (une activité qui se passe sur les ondes de la radio VHF dans plusieurs ancrages touristiques où se retrouvent beaucoup de navigateurs, à voile ou à moteur), l’animateur du réseau me dit : « si vous pensez que vous n’allez rester que quelques jours sur cette île, détrompez-vous, personne ne reste moins que plusieurs semaines, voir des mois! » Puis, un bateau se présente au réseau pour dire au revoir : « Il semble que nous ayons réussi à trouver le moyen de quitter cette île »… ?? Y a-t-il ici quelque chose qui aspire les bateaux et les retient? Nous ... read more
La flottille des bateaux de la World ARC
La parade de tous les bateaux dans le port de Castries
De retour dans Rodney Bay,


Depuis une semaine, nous sommes à la Soufrière et aux Pitons, une réserve mondiale de l'Unesco. Nous voulions y faire du snorkel et de la marche. Jusqu'à maintenant, nous avons joué aux dés et au skip-bo; nous avons chercher sur Internet les règles de la belote à deux, du yum... de quoi faire passer le temps quoi! Oui, vous avez bien lu! Ici il y a internet. Il n'y a qu'un hotel superchic et je dois avouer que je ne m'attendais pas à pouvoir utiliser leur réseau. Pour l'instant, nous profitons des quelques rares accalmies pour aller nous dérouiller les jambes sur les terrains aménagés du resort. Il y a un sentier dans ce qu'ils appellent Rainforest... cela porte bien son nom!!! Vous aurez des photos et plus de détails plus tard. Ceci est un essaie ... read more


Ce mois de mars a été l’un des plus occupés de notre voyage, ce qui explique notre silence sur ce blog. Nous avons retrouvé nos amis à Fort-de-France : Journey, Persephone, Sylverheels et Impressionist. Nous visitons ensemble le quartier qui borde le port. Puis, le carnaval a occupé un bon trois jours de notre temps et nous a permis de retrouver nos amis André et Ghislaine de Méridien V, qui nous ont présentés les gens d’Océane et de Tenace (tous deux bateaux québécois) Nous profitons de notre séjour ici pour aller au Carrefour Dillon et faire le plein de cassoulet, de canard confit, de pâté…. de tout ce qui est nécessaire à une bonne alimentation sur un bateau quoi! Surtout quand on sait que plus au Sud on ne trouve rien de tout ça (à ce ... read more
Absaroque au pied du fort Saint Louis.
Le « dinghy dock » de Fort-de-France,
En Martinique, il n'y a pas que du rhum


Nous avons eu la chance, cette année, d’être en Martinique pour le carnaval. Ce sont des célébrations qui durent plus d’une semaine et qui sont très populaires; tellement, que le centre-ville de Fort-de-France est fermé à la circulation automobile durant ce temps. Même la plupart des commerces qui s’y trouvent ferment leurs portes; le parc du port est envahi par les kiosques de nourriture et de vêtements. Oui de vêtements car durant le carnaval, on change du quotidien! Le temps du carnaval culmine avec les derniers jours qui précèdent le mercredi des cendres, fête religieuse traditionnelle. Le dimanche, c’est le grand défilé tout en couleur. Le lundi, c’est la journée du « mariage burlesque » ou les femmes se déguisent en hommes et les hommes, en femmes (ce thème a perdu quelque peu de son sens ... read more
Il faut s’habiller selon les circonstances
On peut faire des extravagances
Je propose un chapeau au capitaine


Ste-Lucie est une grande île qui se remet rapidement de la bien triste visite de Tomas en novembre dernier. Ce sont surtout les routes qui ont le plus souffert, et le Sud de l’île en particulier. Dans Marigot Bay, rien ne transpire du passage de cet ouragan. Cette baie est une petite échancrure dans les falaises environnantes; à peine un huitième de mille de largeur, elle se faufile sur environ un demi mille entre deux murs couverts de palmiers et de verdure. Au deux tiers de sa longueur, une langue de plage sablonneuse et couverte de palmiers referme presque complètement la baie; par l’ouverture qui reste, on accède à l’équivalent d’un trou à ouragan (rempli de moorings) cerclé d’un côté par la mangrove et de l’autre, par un très chic complexe hôtelier attenant à une marina ... read more
Marigot Bay, la langue de sable et ses palmiers
Le chenal et les mouillages vus de la marina au fond de la baie.
Absaroque bien à l’aise dans ce paradis




Tot: 0.246s; Tpl: 0.013s; cc: 8; qc: 67; dbt: 0.0672s; 67; m:apollo w:www (50.28.60.10); sld: 1; ; mem: 6.5mb