Copacabana (ou Comment Manger Quelque Chose Comme de la Truite)


Advertisement
Published: March 10th 2012EDIT THIS ENTRY

8 mars 2012

Après un peu plus de douze heures de bus, je pose enfin mon posrtérieur endormi à La Paz. Il fait 0 degré celsius et je fais de la buée en respirant. Je regarde les gens autour de moi et je leur dit " Mucho Frio" sans cesse. Difficile de ne pas retenir ces deux mots en espagnol...car je les dis à tous les jours depuis mon arrivée en Bolivie. Je pense que ça signifie " y fait frette en criss".

Mon plan était de reprendre rapidos un bus pour Copacabana, sur les berges du lac Titicaca. Pas question de m´accrocher les pieds à La Paz.

Il est 8h00AM et le départ pour Copacabana (Copa) se fait à 8h00AM. J´arrive pile-poil pour repartir. Quatre heures de bus cette fois. Ffffffffff. Je vais devoir déjeûner aux chips dans le bus. Il faut ce qu´il faut!

Le lac Titicaca ( ce qui signifie "Roc du Puma" ou "Puma de pierre" ) est le plus grand lac naviguable en haute altitude au monde. Il est accroché au milieu des montagnes à une altitude de 3808m. Comparativement à ce que je croyais, il est loin d´être petit le lac au milieu des Andes. Il est plutôt gigantesque. Un légende raconte que ce serait le Dieu-soleil qui l´aurait remplit de ses pleurs en quarante jours. Mmm. Il devait avoir une sacrée grosse tête le Dieu-soleil!

Il y a beaucoup de touristes à Copacabana, malgré qu´on soit en basse-saison. Les "hostels" et les restos sont quand même vides et silencieux. Il y en a peut-être un peu trop... pour le mois de mars.

Les agences touristiques, alignées sur la rue menant au port sont toutes identiques. Aucune ne se démarque réellement. Elles présentes les mêmes posters fluos, les mêmes photos jaunit par le temps et il y a le même chien assoupit devant les mêmes portiques.

Petite promenade dans la ville.

Un peu partout, les grosses femmes joufflues portant le chapeau-melon vendent du pop-corn au kilo.

Alors qu´il se met à grêler, j´entre dans l´église centrale de Copa. À l´intérieur, la pauvre Sainte famille y est présenté plutôt mal en point. En effet, on dirait des mannequins cheap d´une boutique de linge cheap. Et le pauvre St-Joseph n´a que neuf doigts. Bon. C´est vrai qu´il était charpentier et qu´un coup de scie trop rapide et mal placé...

... bon, alors que je suis dans ces réflexions profondément théologiques, une fillette fait son entrée dans l´église avec un regard des plus sérieux. Elle tient entre ses petites mains un sac de plastique transparent avec de l´eau contenant un mignon poisson rouge.

Elle s´approche de l´autel... et se met alors à prier.

Et bien! Je crois bien que c´est l´heure du baptême de son petit copain à nageoires!




Pour souper, je me paye la spécialité du coin: de la truite pêchée directement du lac Titicaca. C´est incroyablement bon ce que le Dieu-soleil fait naître de ses larmes. Dommage que le vino tinto qui accompagne ma truite ne vient pas aussi du lac Titicaca!




9 mars 2012

Je me lance dans un long tour de bateau sur le réputé lac frontalier (le Titicaca sépare la Bolivie du Pérou).

Cinq heures sous le soleil, dans le vent frais, sur le toit d´un mini traversier... pour un trois heures de marche sur l´isla de la Luna (l´île de la lune) et l´isla del Sol (l´île du soleil). Notre bateau a deux moteurs mais il en utilise qu´un seul, question d´étirer la promenade. Ce n´est pas que je n´ai pas le pied marin mais mes orteils aiment bien la terre ferme.

Peu de vie sur l´isla de la luna à part quelques lamas et un guide improvisé qui nous exige de le suivre. Moi qui déteste les regroupements de touristes, je m´éclipse à la douce.

L´isla del sol est beaucoup plus impressionnante. Elle abrite quelques demeures rudimentaires, des "hostels", des cabanes transformées en restos et beaucoup de vendeuses de cossins à touristes. Alpagas, lamas, ânes et moutons passent sous mes yeux de gamin excité. Impossible de m´arrêter de tout photographier.

Tout en haut de "l´île du soleil", j´observe l´horizon nuageux qui flotte sur le lac translucide. Tranquilement, les gros nuages ouatteux se tassent et font apparaître des pics de montagnes enneigées. Encore une fois, c´est à couper le souffle.

Dernier arrêt avant Copacabana: les îles flottantes.

Paraît-il que sur le lac Titicaca, il y a des gens vivant sur des îles fait de roseaux qui flottent.

Et naviguent avec des bateaux de roseaux qui flottent.

Et puis vivant dans des huttes de roseaux qui flottent.

Et bien, peut-être qu´il en existe au Pérou, mais pas ici en Bolivie. C´est à se tordre de rire!




Nous voilà donc accosté sur un quai flottant recouvert de roseaux qui ne flottent pas.

Si on porte attention, on peut voir les barils vides supportant la fausse île non flottante.

De fausses huttes, avec de faux parasols et de faux lamas qui ne flottent pas.

Mega trappe à touristes!

"Ils veulent voir des îles flottantes.... alors on va leur en bâtir!" que se sont dit les gens de Copa.

Bien hâte de voir s´il en existent encore... à Puno (au Pérou).




L´heure du souper arrive enfin. J´ai l´estomac dans les talons.

Je me commande la Table d´Hôte: soupe, truite braisée et café. Succulent!

Total du repas: 17 bolivianos (+ ou - 3$).

J´aurais bient prit de la mayonnaise avec mes frites mais le serveur me l´a refusé... la mayo n´est pas inclus à ce prix là!




Note à Moi-Même:

Je n´ai vu aucun pêcheur sur le lac aujourd´hui... mais d´où viennent ces truites (Trucha) exactement? Il paraît même qu´elles soient en voie de disparition dans le Titicaca? Mais.... était-ce vraiment de la truite?




Etienne X


Additional photos below
Photos: 11, Displayed: 11


Advertisement



Tot: 0.136s; Tpl: 0.012s; cc: 7; qc: 28; dbt: 0.0247s; 28; m:apollo w:www (50.28.60.10); sld: 3; ; mem: 6.3mb