Pérou et Équateur 2003, la première expérience...


Advertisement
Ecuador's flag
South America » Ecuador » North » Quito
August 28th 2003
Published: June 2nd 2009EDIT THIS ENTRY

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Ce blog est encore en construction!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

..À ce moment la, les blogs étaient bien loin d'avoir pris une place importante dans notre routine de voyageur. Nous étions trop subjugué et émerveillé par tous les changements autour de nous dû à l'éloignement de notre chez nous. C'était le tout premier, celui qui provoqua le plus de questionnement et de remise en question, mais aussi celui qu'il est impossible d'oublier!

Sans trop réaliser ce qui se passe autour de nous, nous avançons dans notre trajet, nous ne le réalisons pas trop à ce moment là, mais nous sommes novices et beaucoup de gens tentent de profiter de cette candeur. Malgré tout, nous profitons bien de l'euphorie que nous procure le dépaysement de ce coin du monde!

C'est un voyage d'initiation qui nous a appris énormément de chose. Nous avons réaliser l'importance de budgeter convenablement pour arriver à nos fins. Nous en étions à nos tout début, nous avions réussi à ammasser seulement 1 500$ canadien et pensions pouvoir tenir près de 6 mois en Amérique du Sud. Une errreur de calcul significative qui nous sauta au yeux 2 mois seulement après notre depart quand nous avons réaliser qu il ne nous restait plus un sous..,..


Quito


Tout a débuté à Quito à 2 500 mètres d'altitude sur le plateau andin de l'Équateur. Joannie et Bettina, sont aux rendez-vous, elle nous aceuille avec banderolle et enthousiasme.




- "J'étais subjugué par ce que je voyais autour de moi, tellement, que j'ai de la difficulté à me remémorer les détails. Une chose est certaine, nous sommes arrivés au centro del mundo*, avons rencontré Pierre, le propriétaire, avons bû du rhum ou je ne sais trop quel mélange d'alcool, avons écouté les histoires fascinantes de nos deux amis et avons enfin, dormi!!!"


Sébastien







Banos


La première découverte s'appelle Banos. Une ville situé au coeur de la "cloud forest" du pays. Nous louons des vélos et savourons le moment... C'est au Los Nevados que nous partageons une chambre et sur le toit duquel nous pratiquons nos premiers mot en espagnol avec la serveuse au déjeuner.





Mindo


Ensuite, nous allons au nord de Quito à Mindo. C'est à cet endroit que nous décrochons véritablement pour la première fois du voyage. Il y a maintenant plus d'une semaine que nous sommes partis de la maison, nos 2 compagnes québécoises sont repartis et nous voila, seuls, dans un petit village qui donne l'impression d'être au bout du monde. Nous marchons ce qui a paru être des heures vers des chutes bien vantés par notre guide de voyage. Nous croisons pour la première fois Christina qui s'avèrera être sur notre parcours durant la preque totalité de notre voyage en Amérique du Sud. À ce moment, nous sommes encore timide vis-à-vis les autres voyageurs: nous ne voulons pas déranger et la barrière de la langue représente un bon défi à cette époque. Nous rencontrons tout de même notre premier israélien dans notre petit guesthouse familiale! Après quelques "Cusquena" probablement (je dis probablement parce que je ne me rappelle pas exactement la sorte de bière) nous avons partagé un repas "bien tranquilo" avec ce type. En plein coeur de la jungle équatorienne, ce fut aussi le moment idéale pour se familiariser avec le filet à moustique pour la nuit!


La laguna de Quilotoa


Ce qui nous attendais cette journée là était de très loin supérieur à ce que nous avions imaginer.





"Pour ma part je ne savais pas du tout pourquoi j'avais fait ce choix de tout laisser tomber derrière moi, appartement, boulot, voiture, stabilité etc... J'étais encore à me questionner à propos de ce qui pouvait y avoir de plus intéressant que ce que ma terre de naissance possédait. Accablé et même terrorisé par les effets indésirables que provoquaient, en moi, le gain d'altitude que nous étions en train de faire cette journée là, pour atteindre le vertigineux cratère de Quilotoa, j'avais beaucoup de difficulté à apprécier le moment que nous vivions. Par contre la couleur surnaturelle de l'eau sulfureuse, combiné avec l'éloignement et la tranquilité de ses sommets andins s'est à jamais imprégner dans ma tête comme étant un des plus beaux endroits que j'ai visité!"

Sébastien







Rio Bamba



Certainement pas la ville la plus intéressante en soi, mais le point de départ très convoité de centaine de touristes qui désirent monter sur le toit du train en direction d'Alausi. Nous arrivons tardivement à Rio Bamba, mais il restait encore des places pour le train de demain. Nous achetons les billets et partons faire les courses...jus, pains, fruits, etc...



Cuenca






Vilcabamba



Nous n'oublierons, sans aucun doute, le propriétaire de l'hostel. Avec son esprit "ultra mercantile", il avait réussi à dévier la route des "2 Trotteurs débutant" que nous étions, il profita adroitement de notre naiveté. Il nous ceuilla directement à l'arrêt d'autobus pour nous diriger dans son hostel en "apparence" merveilleuse... Nous profitons de l'occasion pour partir dans les montagnes du sud de l'Équateur. Dans un paysage montagneuxà couper le souffle, nous avons parcouru plusieurs kilomètres à dos de chevaux avec Christina et notre guide Pedro. Une première de ce genre pour Sébastien.




"Accorder sa confiance à un parfait inconnu, à mille lieux de chez soi, dans un environnement sauvage complètement inconnu est une tâche plus difficile à accomplir qu'elle n'en a l'air. Toujours est-il que j'ai apprécier énormément de galoper dans les montagnes au beau milieu de la nature équatorienne. Par contre, j'ai appris beaucoup cette nuit là, j'ai surtout appris qu'il y a des gens bons partout et que les plaisirs encourus d'une aventure comme celle-ci, sont de très loin supérieurs à la monotonie sécurisante des sentiers battus!"

Sébastien




















Pérou



En arrivant au Pérou, c'est le choc! Nous avons passés la nuit dans un bus inconfortable, plein à craquer avec tout l'atiraille typique, poules dans l'allée, chèvre sur le toit etc... Un militaire arrogant en a aussi profiter pour intimider les deux jeunes voyageurs que nous sommes pour une formalité d'entrée... 5$ sollars américains aura suffit pour le convaincre de nous laisser passer!




"C'était ma première expérience dans une ville frontière et je me sentais agressé par les vendeurs de devises, et tous les autres qui essayaient de soutirer un peu de nous. "

Sébastien






Trujilio



Nous dénichons une chambre dans un vaste hotel vide de Trujillio. Christina est toujours avec nous et décide de dormir dans un dortoir moins cher. Nous préparons des repas de la maison dans la petite cuisine derrière l'hostel et échangeons, entre autre, avec deux touristes qui réalisaient un projet bien à eux... Descendre du nors au sud toute le littoral du Pacifique en Hommer, comme quoi il y en a pour tous les goûts et tous les budgets!


Huaraz





C'est juste après notre départ de



Pucallpa



C'est définitivement un paysage typiquement amazonien qui nous attend à notre descente des andes dans l'Est du pays. De la végétation luxuriante à perte de vue, chaleur et humidité intense. Nous posons nos sacs dans un hostel plutôt miteux où il vaut mieux toujours garder un oeil sur les trucs que l'on laisse derriere soi. Nous en profitons pour faire un peu de lavage. Ensuite on trouve le bateau qui devrait nous ammener jusqu'à Iquitos: un rafiot en mauvaise état prêt à couler à cause du surpoids qu'on lui inflige, remplis de péruviens et de poules qui essait désespéremment de fuire le cusinier qui, pour sa part, semble avoir qu'une idée en tête: terminer son bouillon de volaille aussitôt que possible. Et nous au beau milieu de tout ça avec notre hamac, nos 12 litres d'eau embouteillé et nos sacs remplis de truc susceptible d'attirer l'attention de nos compagnons de voyage. On nous dit que le trajet en bateau est spécialement exténuant. En plus d'offrir aucun confort les bateaux sont parfois la cible de pirates qui parcourent les rivières annexe à l'amazone.




J'avais dépassé mes limites et je n'étais vraiment pas prêt à assumer cette aventure. Les péruviens en étaient venus à me faire peur après ce qui s'était passe à Chiquian. Dans certaine occasion, il est primordial de respecter ses limites. Il s'en suivi une discussion au sommet des 2 Trotteurs et nous en sommes rapidement venu à un conscensus.



Pisco



Isla Ballestas



Paracas



Cusco



Ollantetambo


Nous avons éré dans les rues de la ville toute la journée dans l'attente du train de soirée vers Agua Callientes qui nous permettrait de se rapprocher du Machu pichu. Tantôt assis dans le gazon à l'ombre d'un arbre, tantôt sur une pierre devant les commerces du centre du cvillage, tantot devant une spécialité péruvienne dans un resto abordable.



Aguas Callientes



Machu picchu








Additional photos below
Photos: 53, Displayed: 28


Advertisement



Tot: 0.172s; Tpl: 0.015s; cc: 9; qc: 48; dbt: 0.0354s; 48; m:apollo w:www (50.28.60.10); sld: 2; ; mem: 6.5mb