himalaya circuit


Advertisement
India's flag
Asia » India » Himachal Pradesh » Shimla
April 19th 2007
Published: April 19th 2007EDIT THIS ENTRY

shimlashimlashimla

Vue de Shimla en arrivant
Francais ci-dessous

Today June 5th, I am in my country and my hometown remembering a friend (whose birthday is today) who loves those mountains so much. I wanted to include my last circuit so this blog of my wonderful journey will be complete. Happy birthday dear friend. Happy reading.

April 19th

It's 43C in Delhi today. Thank God I leave for the mountains today. This heat is unbearable. One want to sit indoors under the AC forever. A circuit I am so looking forward to, having heard about this region and some towns like Shimla and Manali by so many people, locals and toursits alike.

Our first stop is Shimla. Wow I am pleaseatly surprised. Shimla does not look like any town or city I have visited so far in India. Nestled in the mountains , it has a distinct european feel to it. Very clean, very organized, very urban. Smoking is even prohibited in public. Anyone smoking will have to pay a fine of 500 roupies says a sign on the main pedestrian street called the mall. The loca l girls and women have distinct features and are very beautiful. Most are very well dressed
shimlashimlashimla

The Mall la rue principale et l'hotel de ville
in beautiful saris or salwar kameez. Men are just ok but well dressed from head to toe. The center of Shimla is for pedestrians only! Wow what a relief to simply walk on clean streets without having to look out for cow shit, dirt and garbage. Without hearing the tuk-tuks, car honking etc that one lives with in Delhi and Rajasthan. There are some tourists but the season has not officially started yet so we are blessed with more locals than travellers. I sit in a cafe on the Mall and people watch for an afternoon. This is refreshing and very pleasant. I love the vibe in Shimla and entering this new and complete region of India I can only look forward to the other cities of our itinerary.

After Shimla we go to Sarahan. Through a twisting, winding hairpin-heavy climb to 2,165 m. We have spectacular views of the snowcapped peaks. The air is fresh and pure here! What a difference with the polluted and very hot Delhi air. I visit the Bhimakali Temple, a pagoda-style temple which seems trapped in time. Beautiful wood carvings, surrounded by the snowy peaks of the mountains, this place has a calming effect. LIke if time has stopped, no worries in the world.

I am walking in the very small winding streets of Sarahan, main street is about 800 m long. A young girls asks me to take her photo. Usually you have to pay them a few roupies for a photo. I don't have change and don't want to pay anything anyway. So I say no. She insists. I tell her ok but I cannot give her roupies. She does not want money. So I take a few snapshots. Of course her friends, siblings, cousins etc. come running and all want to be in the photo. Then she asks that I come up to her house to show her mother. Off we go, surrounded by about 12 kids.

The mother is happy to see the pics and wants me to take some of her, the baby, the boys, the husbands. Like everywhere I have been in India, the whole family lives together as a little unit. Brothers, cousins, aunts, uncles and of course grand-parents.

The grand father is sitting away, on a rock looking at the commotion with a nice smile on his wrinkled face. He seems to have no worries on earth. I say hello to him and ask to take his photo. He does not mind and so I go down to his rock and snap a few shots. After which he gets up takes me by the hand and drags me to his house. I am hesitant. I don't know what he wants. Of course he does not speak English. He does not utter a single word in fact. I walk in his home. It's dark in there and there are 2 women. His wife and daugther in law. The floor is earth. The "house" is square and contains only 2 beds, one small table where sits a small balck and white TV. The dishes sit under the bed, directly on the earth floor. There is power but the lights are off. It's dar in here with only a few sunrays lighting up the place. The grandmother tries to communicate with me. Sorry I don't understand I tell her so she talks louder! As is I would better understand. Sign language is the only way to communicate but the messages get through and what ever limited hinid I know I use. They offer me water
Grand-pèreGrand-pèreGrand-père

Il était assis tranquillement et regardait d'un oeil amusé sa famille se faire prendre en photo
in a stainless steel glass they take from under the bed. It's pump water not bottled mineral water. It would not be the first time I drink it. But to be on the safe side I take only a small quantity. Just to be polite. Then they offer me food. It's close to noon so to be polite I accept their offer. However, to my surprise they bring me cooke rice on a plate but only for me. It's a huge plate. And to be polite I would need to eat it all. No waste but I just can't. Too much and very spicy. I offer to share with them but they wont have any of that. I decided to eat a bit and leave the rest. I am eating and they all just stare. There are about 15 people kids, grand-kids, adults! After the food I take a few photos of the 2 ladies I had not yet taken. Then the grand mother goes in a bag, hanging on a peg on the wall. I see clothes. She takes out a nicely ironed scraf the local women wear, including all the females in this house and wants to put it on my head. Why not? For a photo? But she tells me it's a gift. She wants me to have it. She insists in fact. I am having a great time but as conversation is limited just sitting there staring at each other is a bit uncomfortable after a while so I take leave.

Walking the streets back to my guesthouse everyone stares at this tourist with the local scarf on her head. The women smile, they seems happy and some even invite me for tea! The men look twice and also seem amused. So does the very friendly manager of my guesthouse. All in all a good day.

FRANCAIS

FRANÇAIS

Nous sommes le 5 juin. Je suis de retour à la maison mais j’ai négligé d’écrire sur mon dernier circuit dans les montagnes. La paresse et le manque d’accès à internet. Alors voilà.

19 avril
Il fait une chaleur suffoquante à Delhi. 43C!!! Heureusement je quitte ce fourneau infernal pour les montagnes. Tout ce qu’on veut faire ici c’est se réfugier dans une pièce climatisée et végéter tant il fait chaud. J’ai beaucoup entendu parler des montagnes et j’ai hâte de découvrir ces
Julie et sa capineJulie et sa capineJulie et sa capine

L'air un peu ridicule, je pose avec les aînés
régions. Shimla, Manali, Kalpa sont des noms qui me trottent dans la tête depuis que touristes et Indiens m’en ont parlé ces derniers mois.

Notre première destination de ce dernier circuit est Shimla. Je suis agréablement surprise. Shimla ne ressemble en rien à acune autre ville ni à aucun village de l’Inde que j’ai visité à ce jour. Nichée dans les montagnes, Shimla a un air très européen. Très urbain. Propre, organisée on respire un air pur. Celui des montagnes. Il est même interdit de fumer en public, dans la rue sous peine d’une amende de 500 Roupies. Les jeunes filles sont très jolies ici et on des traits distincts. Les saris et salwar kameez sont ravissants. Les couleurs gaies et chatoyantes et toujours agencées. Les hommes sont ordinaires mais eux aussi habillés correctement de la tête aux pieds. Les rues sont fermées aux voitures et autres véhicules alors il est très agréable d’y marcher. Pas besoin de faire attention aux bouses de vaches, aux ordures, pas besoin d’essayer d’éviter les tuks-tuks et les cyclos-pousses. On n,entend pas non plus les habituels klaxons. Comme c’est reposant. Il y a peu de touristes car la saison n’est pas encore commencée.
Les montagnes enneigéesLes montagnes enneigéesLes montagnes enneigées

Voici la première vue des montagnes aux neiges éternelles.
J’aime beaucoup l’atmosphère de Shimla. C’est prometteur pour les autres villes et villages que nous verrons dans les prochains jours.

Après Shimla nous nous rendons à Sarahan. La journée de voiture est longue et ardue. Le chemin est collé au flanc des montagnes. On dirait un grand serpent tant il est tortueux. Le ravin semble parfois très proche. Nous voyons enfin les montagnes de neiges éternelles. Que c’est beau! Ça me rappelle les rocheuses de notre grand Ouest canadien.

L'air est frais et pur. Plus facile à respirer qu'à Delhi où la pollution me dérange toujours chaque fois que j'y ai mis les pieds. Je visite le temple Bhimakali. De Style pagode, on dirait que le temps s'est arrêté ici. On construit et répare des choses autour du temple. Avec du bois, des outils primaires pour sculpter la pierre. Les morceaux éclatent. Les hommes n'ont même pas de lunettes de protection. L'ambiance ici est au calme et à la sérénité.

Je marche dans les petites rues du village. La rue principale mesure environ 800 m. je m'aventure dans une petite ruelle. Une jeune fille d'environ 10 ans me demande de prendre sa photo. D'abord, je refuse car
I feel on top of the worldI feel on top of the worldI feel on top of the world

with my local girl scarf I was a smashing hit.
je suis un peu tannée de payer pour chaque photo. Mais elle insiste et elle est toujours d'accord lorsque je lui dis que je n'ai pas de roupies. Elle pose et tout de suite sa soeur, ses cousins et cousines de joignent à nous pour une séance de photos. On s'amuse. Elle me demande de monter chez elle pour montrer les photos à sa mère qui regarde au loin.
Encore une fois séance de photos avec les mamans et les bébés. Les maris arrivent par la suite. Comme partout où je suis passée en Inde, la famille élargie habite ensemble... grand-parents, oncles, tantes, enfants et petis-enfants. Ça fait du monde en masse.

Le grand-père est assis au loin sur un gros rocher et regarde la scène avec amusement, un petit sourire en coin et les yeux pétillants. Je lui fais signe en lui demandant s'il veut que je le prenne en photo. Il accepte. Je me dirige vers lui et je m'excécute. Il me sourit. Ensuite il se lève de son rocher me fait signe d'approcher, me prend par la main et m'emmène. Nous allons chez lui dans sa maison. J'hésite sur le pas de la porte tout en jetant un coup d'oeil à l'intérieur. C'est sombre et il y a 2 femmes. J'apprends qu'il s'agit de sa femme et de sa bru. Alors j'entre. On m'assoit sur le lit. Comme mobilier il n'y a que 2 lits, une petite table en coin avec un téléviseur noir et blanc. Je découvre que la vaisselle est rangée sous les lits lorsqu'on m'offre à boire et à manger. J'accepte un verre d'eau sans penser que ce sera l'eau de la pompe et non une bouteille d'eau minérale... j'en bois à l'occasion mais je ne veux pas trop tenter ma chance. Pour être polie je bois quelques petites gorgées. On m'offre à manger. Comme il est près de midi, je pense qu'ils vont tous manger alors pour être polie, encore une fois, j'accepte en leur spécifiant que j'en veux très peu. On échange avec des gestes et mon hindi limité... tori tori khana (très peu de bouffe). On arrive avec une assiette remplie de riz. Je prends l'assiette et j'attends que les autres reçoivent leur nourriture. Mais non, comme c'est souvent la coutume ici, je dois manger d'abord et tous m'observent. Le riz est assez relevé et c'est tout ce qu'il y a mais j'en ai pour nourrir toutes les personnes qui m'entourent (environ une quinzaine de personnes, jeunes et moins jeunes). Je mange quelques bouchées et je dépose discrètement mon assiette sur le sol (en terre battue).

La grand-mère me parle. Je sourie, Je ne comprends rien. Avec des signes je lui fait comprendre que je ne comprends pas ce qu'elle me dit. Elle parle plus fort, elle crie presque en croyant que je comprendrai mieux. "J'entends grand-mère, je ne COMPRENDS PAS!!!!" Pas grave on vient à bout d'échanger. On parle des enfants j'en ai 2 madame, ek larki or ek larka. Une fille et un garçon. Ils sont grands! Enfin c'est amusant. Grand-mère se lève, fouille dans un gros sac en plastique suspendu à un crochet sur le mur et sort un foulard traditionnel que toutes les femmes du village portent sur leur tête. Elle me le met sur le coco et me dit très solonellement "its gift" "Keep". J'hésite mais elle insiste. Je la remercie de ce geste si généreux. Ils n'ont pas grand chose et elle me donne un de ses quelques foulards. Il était bien propre et bien repassé. Après quelque temps je quite ma famille car nous manquons de sujet de conversation et il est un peu gênant d'être assise dans la pénombre à se regarder et à se sourire. Ils ont l'électricité mais seuls les rayons du soleil éclairent l'intérieur de la maison. Au revoir mes amis, oui oui, j'ai pris votre adresse et je vous enverrai vos photos à mon retour au Canada.

Je déambule les rues pour retourner à mon petit hôtel de routard. Tout le monde me regarde. Les femmes sont contentes de me voir porter ce foulard traditionnel. Elles me disent "Sundar" je suis belle. Elles m'invitent à entrer dans leur commerce, dans leur maison pour un thé mais je dois filer. Les autres du groupe pourraient s'inquiéter. Même les hommes y regardent à deux fois et semblent amusés. Même le gérant super sympa de mon auberge fait la remarque que je suis très jolie avec ma "capine" sur la tête. Je rentre et me regarde dans le miroir. Je trouve que j'ai l'air épaisse pas jolie mais bon. A vous de juger.


Advertisement



Tot: 0.23s; Tpl: 0.013s; cc: 11; qc: 66; dbt: 0.0797s; 66; m:apollo w:www (50.28.60.10); sld: 2; ; mem: 6.6mb