Nouvelle-Zélande : Terre des Maori


Advertisement
New Zealand's flag
Oceania » New Zealand
May 18th 2011
Published: November 10th 2011
Edit Blog Post

JFK près de Pop's ViewJFK près de Pop's ViewJFK près de Pop's View

En route vers Milford Sound
Notre grande aventure autour du monde se poursuit enfin !!!

Nous sommes le 7 mai... 2010!

La soirée tire à sa fin lorsque nous atterrissons à Auckland, la plus grande ville de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande. En effet, le pays des kiwis est composé principalement de deux grandes îles filiformes (l’île du Nord et l’île du Sud) et de plusieurs autres petites îles.

Comme notre séjour à Auckland est de courte durée, nous optons pour un petit Bed & Breakfast tout près de l'aéroport. La propriétaire de ce petit B&B s'avère si aimable que nous y retournerons à quelques reprises lors de notre périple en Nouvelle-Zélande.

Dès le lendemain matin, nous voilà donc déjà repartis! Cette fois, en direction de Rotorua, ville située à environ trois heures d’autobus d’Auckland et reconnue pour la richesse de son héritage maori. Les Maori, peuple autochtone de la Nouvelle-Zélande (terre baptisée Aotearoa en maori), représentent plus de 35%!d(MISSING)e la population totale de cette municipalité. En comparaison, ils représentent environ 14%!d(MISSING)e la population totale du pays.

Peu de temps après avoir mis les pieds à Rotorua, et grâce aux services fort efficaces de l'office du tourisme, nous
Les guerriers maoriLes guerriers maoriLes guerriers maori

Mitai Maori Village, Rotorua
nous retrouvons vite dans le confort de notre petite auberge. En soirée, c’est un spectacle culturel maori qui nous attend au Mitai Maori Village. Ils envoient d’ailleurs un sympathique chauffeur maori nous y conduire. On fait alors déjà la découverte du sens d’humour légendaire de ce peuple!

Pour débuter la soirée, nous sommes témoins d’une petite cérémonie guerrière sur les eaux du ruisseau voisin. Sous les chants, les cris de ralliement et la lumière d’une torche enflammée, nous apercevons soudainement un canoë de bois glisser lentement sur l’eau avec à son bord plusieurs guerriers maori qui font danser leurs pagaies les unes après les autres, en parfaite cadence. Le canoë accosté et vidé de ses occupants, nous sommes ensuite invités à suivre ces guerriers qui ont vite pris le chemin des bois. Se faisant, nous aboutissons dans une grande salle où l'on retrouve un petit village maori reconstitué pour l’occasion. Débute alors un spectacle animé de façon dynamique et plutôt comique par celui que l’on a désigné comme chef du village. En plus des chants, de la danse et des rites que la vingtaine d’artistes nous offrent, nous avons également la chance d’assister à notre premier haka! Bien plus
Démonstration d'un HakaDémonstration d'un HakaDémonstration d'un Haka

Mitai Maori Village, Rotorua
qu’une danse guerrière, le haka est utilisé pour souhaiter la bienvenue aux visiteurs, pour honorer les accomplissements d’un membre de la communauté ou encore pour exprimer de très fortes opinions. Un haka est caractérisé par des mouvements très brusques et des paroles chantées mais surtout par le pukana où le danseur expulse pratiquement les yeux de ses orbites… et bien souvent en prenant bien soin de sortir la langue! Chose certaine, il est impossible de rester indifférent à cette tradition. En fait, c’est notre moment préféré de la soirée!

Le spectacle terminé, nous sommes conviés à prendre place sous un chapiteau pour un délicieux hangi. C’est ainsi que l’on nomme le festin traditionnel maori où agneau, volailles et légumes sont cuits pendant des heures dans une fosse creusée sous la braise. Un régal! Puis, afin de nous aider à digérer ce copieux repas, un sympathique guide nous emmène prendre une marche à travers les boisés environnants tout en nous racontant le mode de vie de ses ancêtres. Nous avons aussi la chance de voir les fameux « glow worms », de petits vers qui scintillent d’une couleur phosphorescente la nuit venue.

Le lendemain matin, on se rend à
Bain de boue bouillonnanteBain de boue bouillonnanteBain de boue bouillonnante

Wai-O-Tapu, Rotorua
Wai-O-Tapu qui signifie « les eaux sacrées ». Autrefois un sanctuaire maori important, le site de Wai-O-Tapu est l'une des réserves géothermiques les plus actives de la région. En effet, Rotorua est située au coeur d'une zone géologique excessivement animée alors que les geysers et les sources d'eau chaude abondent. Toutes ces manifestations géothermiques et la forte concentration de sulfure dans l'air donne d'ailleurs à la ville une odeur un peu particulière... …d’oeufs pourris! En sillonnant les sentiers de Wai-O-Tapu, nous sommes éblouis par la diversité des phénomènes naturels que nous voyons. Des lacs de boue bouillonnante, un geyser qui crache sa source d’eau chaude à plus de 20 mètres de haut, des cratères fumants, des réservoirs aux couleurs fluorescentes et un magnifique bassin orangé caractérisé par des milliers de petites bulles (le « champagne pool ») sont parmi les manifestations naturelles qui nous impressionnent le plus.

C’est donc tout souriant que nous nous rendons en après-midi sur le site de Te Puia, une autre réserve thermique. Ici, l’accent est mis sur l’héritage culturel maori et sur l’importance spirituelle que ces lieux pouvaient revêtir pour ce peuple. Pour la visite, nous avons d’ailleurs la chance de compter sur une
Chute d'eau immaculéeChute d'eau immaculéeChute d'eau immaculée

Wai-O-Tapu, Rotorua
charmante dame maori qui nous parle avec passion de la culture et de l’héritage légués par ses ancêtres. En plus des geysers et des bassins de boue bouillonnante, nous visitons aussi une école de sculpture de bois et de tissage où sont toujours enseignés les arts traditionnels autochtones. C’est aussi ici que nous avons la chance de voir deux petits kiwis en captivité. En danger d’extinction, ces oiseaux (qui ne volent pas) sont non seulement l’emblème du pays mais également le surnom que l’on donne aux habitants de la Nouvelle-Zélande.

Ayant manqué le dernier autobus de la journée, c’est une longue marche qui nous attend jusqu’à la rue Pukutua (que l’on s’amuse à prononcer « Pou’quoi toi... pas moi »!) où est située notre auberge. Le lendemain, nous reprenons l’autobus en direction d’Auckland, comblés par notre séjour à Rotorua mais surtout complètement sous le charme de la culture et du peuple maori. En effet, et tout en contraste avec les aborigènes australiens, les maori que nous avons rencontrés ou croisés un peu partout lors de notre passage ici semblent être des gens excessivement bien intégrés à la société néo-zélandaise. Bien sûr, tout n’est sûrement pas parfait mais dans l’ensemble
Lac jaune et pêcheLac jaune et pêcheLac jaune et pêche

Wai-O-Tapu, Rotorua
les Maori nous semblent être l’un des peuples autochtones les plus épanouis et les plus émancipés que nous ayons eu la chance de croiser. Chose certaine en tout cas, il s’agit sûrement des gens les plus drôles et les plus souriants qui soient!!

Puis à peine rentrés à Auckland et à notre petit B&B que nous repartons déjà - cette fois en avion - en direction de Queenstown, sur l’île du Sud.

Tout juste débarqués de l’avion, nous sommes émerveillés par la beauté du paysage alors que des douzaines de montagnes nous entourent! Pour notre première soirée à Queenstown, nous nous promenons dans les charmantes petites rues piétonnières du centre avant de s’arrêter dans un restaurant japonais où l’on passe une merveilleuse soirée à s’empiffrer de délicieux sushis. Puis, on regagne notre hôtel aux murs de carton (un autre!) pour une nuit qui n’est pas des plus reposantes…

Il est très tôt le lendemain matin lorsque nous allons chercher notre petite voiture de location. Nous avons décidé de se payer ce petit luxe afin de profiter pleinement des superbes paysages qu'offre l'île du Sud. Nous commençons notre petit ''road trip'' de dix jours par la magnifique route bordée par de nombreux lacs et vallées qui séparent Queenstown et le village de Te Anau, situé aux portes du parc national Fiordland. Nous passons la journée à rouler bien tranquillement, s'arrêtant presque à chaque kilomètre tellement les paysages sont photogéniques. Il faut dire que nous sommes doublement choyés : la route est pittoresque certes mais elle l'est d'autant plus sous les riches couleurs automnales, notre saison préférée à tous les deux. Nous croisons aussi les incontournables fermes de moutons néo-zélandaises et nous nous retrouvons à plusieurs reprises au beau milieu de ce qui semble être une scène directement tirée de la trilogie du Seigneur des agneaux ...euh, des anneaux!

Nous atteignons Te Anau en fin d'après-midi où les nuages nous ont malheureusement rattrapés. En cherchant pour une auberge, nous tombons sur une publicité de ce qui semble être un petit havre de paix abordable situé à une vingtaine de kilomètres dans le village voisin. Nous décidons donc de profiter du fait que nous avons une voiture et reprenons la route en direction de Manapouri et du Freestone Backpackers. Arrivés sur place, nous sommes encore plus ravis! On nous loge dans notre propre petite cabane de bois (alimentée par
RéflexionsRéflexionsRéflexions

Wai-O-Tapu, Rotorua
un panneau solaire) munie d'un grand lit, d'un petit divan de cuir, d'une cuisinette tout équipée, d'un coin repas et de notre propre poêle à bois pour bien se chauffer car les nuits sont très froides. On ne peut être plus enchanté de ce petit nid douillet après toutes ces auberges si bruyantes. Après une soirée près du feu et une bonne nuit de sommeil (quoique peut-être un peu moins pour J-F qui doit encore - comme pendant cette fameuse nuit glaciale passée dans un ger en Mongolie - se lever pour alimenter le feu la nuit durant...), on passe le lendemain à se prélasser sur notre petit perron en admirant la vue des montagnes avoisinantes et du lac Manapouri. Quel bel après-midi malgré le temps nuageux! Comme nous sommes pratiquement les seuls clients, nos seuls visiteurs sont les deux chevaux roux des proprios qui viennent brouter juste devant notre petit perron.

Le lendemain, nous quittons Freestone pour une autre route notoire pour ses paysages époustouflants : celle entre Te Anau et Milford Sound. Malheureusement, la région est aussi reconnue pour sa pluie abondante et ses nappes de nuages enveloppantes. Ce qui veut dire que nous parcourons cette route
Kim à travers les brumesKim à travers les brumesKim à travers les brumes

Wai-O-Tapu, Rotorua
presque entièrement sous un ciel couvert, ne pouvant admirer pleinement toute sa beauté. Les nuages laisseront tout de même place à un coin de ciel afin que nous puissions entrevoir le sommet enneigé de Pop's View et le soleil se pointera en fin de journée au moment même où nous atteignons Milford Sound.

Puis, ayant tant aimé notre petit refuge de bois, nous reprenons la route jusqu'à Manapouri pour y passer une autre nuit. À notre arrivée, il fait déjà nuit, le site est désert et les proprios sont absents. Nous nous installons donc dans la même cabane (ils ne barrent aucune porte!) en leur laissant une note que nous sommes de retour! Au menu, une autre belle soirée près du feu et un souper à la chandelle dans notre jolie cabane. Le matin venu, nous voilà repartis à nouveau en direction de Queenstown. Et oui, une seule route mène à notre prochaine destination ce qui veut dire que nous devons revenir sur nos pas et passer de nouveau la nuit à Queenstown. Puis, le lendemain matin, nous reprenons encore une fois la route, cette fois vers le fameux glacier Fox!!!

Avant d'atteindre le village de Fox Glacier,
Champagne Pool : bassin naturel d'eau chaudeChampagne Pool : bassin naturel d'eau chaudeChampagne Pool : bassin naturel d'eau chaude

Le nom de Champagne Pool provient des abondantes émanations de CO2 qui provoquent des bulles jusqu'à la surface
nous nous arrêtons pour admirer l'énième coucher de soleil de notre voyage. Quoique celui-ci, particulièrement spectaculaire, a transformé en miroir un immense lac et a peint de rose et orangé la chaîne de montagnes qui l'entoure.

À suivre...


Additional photos below
Photos: 68, Displayed: 30


Advertisement

Champagne Pool, Wai-O-TapuChampagne Pool, Wai-O-Tapu
Champagne Pool, Wai-O-Tapu

La couleur orange provient de dépôts d'arsenic et d'antimoine
Paysage irréelPaysage irréel
Paysage irréel

Wai-O-Tapu, Rotorua
Kim à Wai-O-TapuKim à Wai-O-Tapu
Kim à Wai-O-Tapu

Wai-O-Tapu, Rotorua
Un chef d'oeuvre naturelUn chef d'oeuvre naturel
Un chef d'oeuvre naturel

Wai-O-Tapu, Rotorua
ReliefRelief
Relief

Wai-O-Tapu, Rotorua


Tot: 3.24s; Tpl: 0.023s; cc: 9; qc: 70; dbt: 0.0375s; 3; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.5mb