Nouvelle-Zélande : la route de Coromandel


Advertisement
Published: April 3rd 2010
Edit Blog Post

Au sud-est d'Auckland, la côte forme une péninsule appelée Coromandel, réputée pour sa beauté naturelle préservée. L'endroit est certes touristique, mais la fin de la haute saison l'a rendu presque aussi solitaire que l'East Cape ; c'est pas moi qui vais m'en plaindre. Pour le reste, cette entrée marque la fin de ma "Quête", débutée sur la colline d’Edoras, voici un mois et demi. Je ne saurai dire si l'on a gardé le meilleur pour la fin ; mais le plus reconnaissable, ça c'est très probable.

Un dimanche à Hobbitebourg

Matamata est un petit bourg agricole comme tant d'autres dans le pays, à quelque 60 km au nord-ouest de Rotorua. En y regardant de plus près, toutefois, il y a des choses un peu plus singulières qu'ailleurs : ce panneau planté au milieu du village, indiquant Welcome to Hobbiton ; cette statue représentant un être décharné aux yeux rougeoyants, marquée d'une épitaphe : Gollum ; le site d'informations du coin, décoré d'étranges symboles dorés et vendant toute une panoplie de produits dérivés "Lord of the Rings", des timbres postaux à la bière hobbite.

Ce dimanche-là était un de ces jours radieux comme la Nouvelle-Zélande m'en a tant offerts depuis mon arrivée. La matinée avait plutôt bien commencé. Un tour à l'ouverture du spa polynésien de Rotorua, avec vue sur le lac et l'avantage de ne partager l'endroit qu'avec les tout premiers visiteurs. L'après-midi fut enchanteresse. Dix minutes à peine après avoir débarqué à Matamata, j'étais déjà à bord d'un minibus en partance pour Hobbitebourg. La capitale de la Conté se trouve bien à l'abri des regards indiscrets, au milieu d'une de ces vastes propriétés agricoles. Le seul moyen d'y accéder – à moins de disposer de son propre hélico – c'est de rejoindre un tour organisé. Pour cette raison, et parce que je n'aime guère ne pas avoir le choix, ce tour ne partait pas avec les faveurs de la cote. Cependant, comme à Edoras, la magie a opéré instantanément et le tour était d'une indéniable qualité ; les Kiwis sont vraiment pros lorsqu'il s'agit de tourisme. Après une jolie balade champêtre à bord d'un minibus baptisé "Merry", nous entrons dans le vif du sujet : Hobbitebourg ! Enfin, ce qu'il en reste, c'est à dire des trous de hobbits sans portes et sans jardins potagers. Ce bon vieux Sam doit enrager ! Je m'y attendais, pas de déception de ce côté-là. Pour le reste, le lac, l'arbre à fête et la colline au sommet de laquelle se trouve "Cul-de-sac", la demeure de Bilbon, tout y est, parfaitement reconnaissable.

Petit frisson supplémentaire : sur le flanc de la colline voisine, des travaux ont débuté. De nouvelles demeures sont en construction. Quelle en est la raison ? He, he oui, elle tient en deux petits mots qui suscitent déjà une agitation extrême dans les rangs des fans : The Hobbit. Le livre contant les aventures du jeune et intrépide Bilbon Sacquet est sur le point de prendre vie. Enfin, le premier volet ciné est annoncé pour 2012, mais les travaux sur le site de Hobbitebourg semblent indiquer que le tournage pourrait s'y dérouler dès la fin de cette année. Alors, si vous faites moins d'1m50 avec une bonne tronche de hobbit, et avez la main verte et/ou tenez la bière (je ne vise personne), surveillez les candidatures ; ils auront besoin de monde pour peupler la ville. Ce sera d'ailleurs probablement le seul moyen d'approcher le site durant la période de tournage.

Pour conclure le tour et revenir en douceur à la réalité, on nous a offert un petit bonus qui n'a rien à voir avec les films : la tonte d'un mouton en direct. C'est un savoir-faire, un métier et un sport également, des compétitions étant organisées régulièrement et jugées sur la rapidité et la qualité de la tonte de la bête. Howard, l'un des sheep shearers de la propriété, a mis moins d'une minute et demi pour tondre le volontaire désigné ce jour-là. Chapeau !

Coromandel

Et une région superbe de plus ; on commence a avoir l'habitude et j'arrive à bout de superlatifs. J'aimerai bien pouvoir vous dire que c'est pourri à souhait et que le coin ne vaut rien, histoire de changer un peu, mais pas moyen ! Alors, allons-y comme d'habitude. La péninsule de Coromandel figure parmi les premières destinations touristiques de l'île nord et, pourtant, je lui ai trouvé un petit air sauvage pas déplaisant. Bien sûr, il ne faut pas trop compter pouvoir profiter seul des attractions les plus réputées, telles que Hot Water Beach ou Cathedral Cove. La première attire nombre d'amateurs de plages, la pelle à la main. La plage a la particularité de se trouver juste au-dessus d'une zone géothermique ; ce qui fait qu'avec les bons outils, un peu de flair et de l'huile de coude, on peut se creuser une baignoire naturelle dans le sable qui se remplit d'eau chaude, tout en bénéficiant, à quelques pas, de la fraîcheur de l'océan. Son propre centre thermal, en gros. Non loin de là, Cathedral Cove déploie ses falaises de nacre, au-dessus de baies aux eaux cristallines. Comme si cela ne suffisait pas, une arche souterraine relie deux plages de sable blond. On comprend pourquoi l'endroit attire les foules.

Mais en dehors de cela, à cette époque de l'année, le voyageur pourra sans difficultés jouer les Robinsons sur la kyrielle d'autres plages, presque aussi belles, le long de baies isolées ou sur le front d'une paisible bourgade de vacances désertée. Même topo pour qui prend le chemin de l'intérieur des terres. Les reliefs tourmentés, encore largement préservés et couverts de forêts, se parcourent le long de pistes sinueuses offrant d'admirables panoramas. Pas si étonnant que cela d'y découvrir une retraite bouddhiste.

Amon Sul

Dernier site de tournage : la grande tour de garde d'Amon Sul, là où les hobbits se retrouvent face à face avec les Nazghuls et où Frodon se fait blesser par une lame de Morgul empoisonnée. Situé non loin de la côte ouest, à une centaine de km au sud de Auckland, cet endroit est assez particulier. Perdu au milieu de la cambrousse, on se demande si l'on est vraiment sur la bonne route, puis, derrière une colline, surgissent subitement ces immenses rochers au milieu des pâturages. Une fois n'est pas coutume, il faisait un peu gris le jour en question, mais cela ne suffisait pas à ôter toute majesté aux lieux. Quant à savoir lequel de ces rocs a été utilisé comme décor pour le film, mystère.


Additional photos below
Photos: 15, Displayed: 15


Advertisement



27th May 2012

coromandel nouvelle-zélande
très agréable de pouvoir obtenir des informations précises sur la nouvelle-zélande. Merci

Tot: 0.107s; Tpl: 0.02s; cc: 14; qc: 64; dbt: 0.0182s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb