Ouest qu'on va! Récit 6


Advertisement
United States' flag
North America » United States » Utah » Bryce Canyon
September 24th 2013
Published: September 25th 2013
Edit Blog Post

Jeudi 19 septembre 2013

Sommes au camping Moab Koa depuis 3 jours et décidons de réserver pour les 2 jours à venir. Le Canyonlands National Pk que nous projetons de visiter se trouvant à proximité du Arches Nat. Pk visité ces 2 derniers jours, nous préférons nous assurer une place que de prendre la chance de se frapper le nez sur des campings complets à l’approche de la fin de semaine. Ici nous sommes bien installés sur notre site de tente, douches gratuites et Wifi à notre disposition, immense camping avec sites assez rapprochés mais au moins légèrement boisé par endroits. Les tables des sites de tente sont recouvertes d’un toit de bois obliqué pour que nous ayons un peu d’ombre, pas si mal quand même!

Aujourd’hui décrétons jour de repos, nous en profiterons pour aller faire un tour à la bibliothèque et se réapprovisionner en denrées de toutes sortes. Mais surtout compléter le blogue 5 que vous aurez déjà reçu depuis belle lurette en lisant ces lignes.


Vendredi 20 septembre 2013

Visite du Canyonlands National Park, immense parc sur un territoire de 527 miles carrés, s’étant modelé depuis 10 millions d’années et surnommé « Amérique sauvage ». Formé de sable, sel et sédiments déposés par les mers l’ayant recouvert à maintes reprises, il est divisé naturellement en 3 sections par le passage et la rencontre plus au sud de 2 rivières importantes : la Colorado et la Green River. Les peuples ancestraux l’ont occupé depuis des milliers d’années et ce sont les « Pueblos » (même peuple qu’à Mesa Verde) qui furent les derniers de ces ancestraux; ils qui quittèrent il y a environ 700 ans sans doute en raison d’une grande sécheresse ici également. Il ne fut décrété Parc National qu’en 1964 après que les cowboys, les indiens, les découvreurs de rivières et surtout les prospecteurs d’uranium arrivés en nombre important dans les années 1950 l’eurent découvert et rudement exploité! Dès lors, toutes ces activités furent cessées.

Les trois territoires naturels sont : au nord formant un triangle entre les 2 rivières ce qu’on appelle « The Island of the Sky », immense plateau sur lequel passe la route, au sud-est le secteur « The Needles » et au sud-ouest, le secteur « The Maze ». C’est sur le plateau du nord (Island in the Sky) que nous circulons en voiture à 6000 pi. d’altitude et que jadis les chevaux et le bétail évoluaient. Peu de végétation y pousse à part les pinyon pines et les Utah junipers qui se contentent de10 po. de pluie par année.

Sous ce haut plateau soit 1200 pi. dessous se trouve un plateau de verts pâturages et de sandstone nommé le « White Rim » où vivent coyotes, cerfs et mouflons d’Amérique couleur beige se confondant avec le paysage. Sur ce plateau on retrouve également de hauts pics escarpés, des tours, des arches, des buttes, des flèches ainsi que de profonds canyons arides, sombres et lugubres 1000 pi. encore plus bas où passent entre autres les 2 rivières. On a l’impression de regarder les entrailles de la terre ou encore l’enfer lui-même : très impressionnant! Ainsi vu du haut plateau, nous contemplons 3 couches terrestres à des niveaux et aux structures complètement différentes.

La Green River rejoindra la Colorado Riverbeaucoup plus au sud pour ne former qu’une jusqu’à sa terminaison au Mexique.

Ici la température moyenne de l’été est100°Fet par temps clair on peut voir à100 milesde distance du plus haut plateau.

Tout ce parc est ceinturé par 3 chaînes de montagnes environnantes : The La Sals à l’est, The Abajos au sud et The Henry’s au sud-ouest.

Bref, une autre belle journée ponctuée de sentiers et de belles découvertes!


Samedi 21 septembre 2013

Nous quittons Moab en direction de l’autoroute 70 ouest jusqu’à la route 24 sud. Nous traversons des paysages surréalistes, presque lunaires nous rappelant les collines de Thedford Mines mais en plus gros. Au début sur plusieurs miles, que sécheresse et désolation, de longues plaines désertiques par endroits sans autre végétation qu’une petite touffe vert-pâle par ci par là seront succédées par après de hautes collines grises et crevassées par la sécheresse en nombre croissant au pied de montagnes escarpées. Du jamais vu! Il fait un soleil torride et nous sentons la chaleur intense à travers les fenêtres malgré la climatisation dans l’habitacle!

Après de longues et interminables heures et 240 kmparcourus sur cette petite route cabossée, nous arrivons enfin au « Capitol Reef National Park » à 16h30 où nous espérons avoir une place dans le camping national de 71 sites. Malheur, une barrière nous indique qu’il est complet! Nous passons outre cette barrière pour vérifier par nous-mêmes quand la « ranger » de l’endroit nous intercepte pour nous dire que 15 minutes auparavant un site s’était libéré, de remplir l’inscription, qu’il était pour nous! Je dirai encore une fois « bénis des dieux »…et merci!! Seul camping à proximité pouvant nous accueillir pour ce soir! Et que dire de l’endroit, grande plaine de verdure, véritable oasis au cœur de montagnes arides, couverte d’arbres matures, d’une petite rivière en cascades et d’herbe verte à travers laquelle on a développé 71 sites de camping asphaltés et bien délimités, aménagés de grandes tables à pique-nique et d’un foyer au charbon de bois. Et en comité d’accueil, de jolis petits chevreuils se promenant allègrement tout près de nous à travers le camping! Incroyable petit paradis insoupçonné et surtout inattendu!


Dimanche 22 septembre 2013

Il tombe moins de 10 po. de pluie par année dans ce parc cependant il a plu cette nuit; ce matin encore des averses et des orages après avoir eu droit au beau soleil au sommet des montagnes environnantes à notre réveil. On ne s’en fait pas, les conditions climatiques changent dans la demi-heure alors nous attendons le retour du soleil! Dès notre entrée dans le parc des affiches nous avisent de prendre garde aux « flash floods ». Ce sont d’abondants débits d’eau provenant des sommets et arrivant soudainement après aussi peu qu’un pouce de pluie. Ils sont plus fréquents fin-été et début-automne, ce que nous sommes présentement. Nous réalisons que des vestiges de ce phénomène climatique sont identifiés tout près de nous dans le camping à partir de la petite rivière en cascades, la Fremont River que l’on retrouvera partout dans le parc. Elle est sortie de son lit et a empiété sur le camping, arrachant trottoirs, arbustes et pierres sur son passage et laissant derrière elle boue et débris. L’eau est passée sur le terrain voisin du nôtre à la hauteur du siège de la table à pique-nique. Or à maints endroits dans le parc Capitol Reef où nous sommes, cet important débit d’eau ou flash flood a fait des ravages au même moment où le Colorado a subit ses inondations il y a moins de 2 semaines. D’ailleurs plusieurs sentiers pédestres et chemins du parc sont encore interdits actuellement pour cette même raison. Alors souhaitons-nous peu de pluie d’ici notre départ, d’autant plus que nous renouvelons notre site pour une deuxième nuit, histoire de se donner le temps de visiter sans se presser.

Le Capitol Reef National Park a subit un mouvement de la croûte terrestre en forme de repli de poche d’eau (Waterpocket Fold) il y a 65 millions d’années lors de la création du Grand Plateau du Colorado; il traverse le sud-central de l’Utah sur 90 miles de long, coupant littéralement la communication entre l’est et l’ouest et se terminant au sud aux abords de la Colorado River. On parle d’un des plus grands replis de la croûte terrestre d’Amérique du Nord. Le résultat est en fait une succession pêle-mêle de falaises colorées, dômes massifs, de hautes flèches, de monolithes colossaux, d’arches gracieuses et de canyons tortueux. Certaines structures rappellent même l’existence ancienne d’un grand désert (Capitol ou Navajo Dome d’où le nom du Parc). L’altitude du parc se situe entre 4000 pi. et 9000 pi., correspondant au Grand Plateau du Colorado dont il fait partie. On nous apprend aussi qu’ici l’air est plus pur que partout ailleurs dans les 48 autres états et que des sommets, nous pouvons voir à135 miles de distance, ce qui diminue progressivement en allant plus à l’ouest (ex. Grand Canyon) en se rapprochant de la Californie où l’air est de plus en plus pollué.

Tout comme dans les autres parcs, il y a une faune et une flore sauvage pouvant s’adapter aux conditions arides de l’endroit, on retrouve les mêmes spécimens : mouflons d’Amérique, coyotes, cerfs, aigles, pins pinyons, Utah juniper etc. si bien adaptés à ce climat.

Habité il y a plus de mille ans par les Indiens Fremont, on retrouve encore aujourd’hui les traces de leur présence par des pétroglyphes sur les murs rocheux.

Le peuple Mormon a ensuite habité les lieux dans les derniers siècles, on y voit des vestiges de leur culture et mode de vie. Entre autres l’école et la maison du premier habitant à s’y installer (la maison Behunin1882), petite cabane de pierre au pied des falaises où il habitait avec sa femme et ses 10 enfants (!). On retrouve encore aujourd’hui dans la région de Fruita où est situé notre camping, des vergers de pommes, pêches, cerises, abricots et poires, héritage de leur occupation du territoire.



Lundi 23 septembre 2013

Quittons notre magnifique emplacement de camping à Capitol Reef pour poursuivre notre route vers la 12 sud-ouest vers Bryce Canyon. Autre route panoramique, cette fois nous aurons tous les paysages possibles au cours du trajet. Nous prenons de l’altitude en passant de 5000 pi. où nous étions à 10,000 pi. durant le trajet sans s’en rendre compte, Nous traversons de magnifiques vallées, des forêts montagneuses de grands pins et de bouleaux blancs aux feuilles jaunies nous rappelant l’automne malgré la chaleur, de belles vaches noires broutent ici et là sur le bord du chemin sans faire cas de notre passage et ce, sur une longue distance, viennent ensuite d’autres profonds canyons escarpés et menaçants suivis d’un autre paysage lunaire et d’immenses buttes blanchâtres, crevassées et dénudées aux formes diverses. La route défile sur les sommets de ce paysage inhabituel nous permettant d’apercevoir à l’occasion et tout au fond, des terres cultivées et quelques habitations tel une oasis au milieu du désert!

Prenons la direction du Kodachrome Basin State Park pour notre soirée de camping, quelques miles avant Bryce Canyon. Ce parc qu'a découvert une expédition du National Geographic Society en 1949, devint fort populaire auprès des photographes de toutes sortes au point où cette Société a demandé la permission à Kodak de donner ce nom au parc alors que nous étions dans les débuts du film couleur! Nous sommes d'ailleurs éblouis par les nombreux obélisques naturels rencontrés dès notre arrivée. Camping au creux d'un large amphithéâtre montagneux de Sandstone, c'est une révélation pour ce soir!


Additional photos below
Photos: 46, Displayed: 30


Advertisement



25th September 2013

Fabuleux , toutes ces infos et ces images. Ça me rappelle tellement de beaux souvenirs. Ce qui me fait rire c'est que nous aussi avons eu de la pluie à Canyonsland, alors qu'il n'y pleut soi disant jamais. Dame nature garde ça pour les Québécois:)de beaux parcs sont à venir.profitez en!
25th September 2013

Wouah!
Encore une fois merci pour ces beaux souvenirs. En 1968, j'ai visité l'un de ces canyons, je ne sais plus lequel. Votre reportage me replonge dans le passé. Vous allez avoir de la matière pour nous faire une belle présentation au Collège St-Augustin? À la prochaine! Bizoux à marraine.
28th September 2013

Allô Jocelyn, Merci de ton commentaire, c'est vraiment gentil de nous lire mais n'y compte pas trop pour l'exposé à St-Augustin, on y met actuellement assez de temps comme ça!! H.& G. xx

Tot: 0.097s; Tpl: 0.021s; cc: 10; qc: 51; dbt: 0.0135s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb