Aloha from Hawaii


Advertisement
United States' flag
North America » United States » Hawaii
April 13th 2010
Published: April 19th 2010
Edit Blog Post

Aaaah Hawaii ! En voilà un nom qui fait rêver. L'archipel fait partie de ces coins retirés, à l'autre bout de la planète, que je ne pensais pas avoir l'occasion de visiter un jour. C'est un peu comme Tahiti : non seulement c'est pas la porte à côté, mais en plus ce n'est pas vraiment une destination budget. C'est dire que je mesure pleinement la chance qui m'a été donnée. Il se trouve que ce petit bout d'Amérique perdu dans le Pacifique jalonne justement la route qui me mène vers le Canada et que, même ici, il y a des backpackers.

Malgré d'intenses recherches, pas moyens de mettre la main sur Thomas Magnum, sa 308 GTS ou son patron Higgins et ses deux dobs. Désolé pour les fans du moustachu en chemise a cocotiers. Mais à part ça, tout y est : les plages clées, le surf, Pearl Harbor, les babas cool, les volcans et la Aloha attitude, animant presque tous les habitants de cette terre bénie des Dieux.

Un jour sans fin

Dimanche 4 avril, 20h35. Après une pleine journée dominicale, ma dernière aux Fijis, je grimpe à bord du vol Air Pacific qui doit m'emmener à Honolulu, sur l'île d'Oahu. Petite escale aux Samoas au beau milieu de la nuit, pour refaire le plein de carburant, et on repart. Arrivée à destination à 6h00 du mat', le... 4 avril. C'est toujours dimanche, celui de Pâques. Chic, une journée bonus sur Hawaii, j'aurais pu tomber plus mal. Pas besoin d'aller chercher l'explication du côté de Punxatawney, c'est juste la magie du franchissement de l'International Date Line, qui croise au beau milieu du Pacifique. N'empêche, c'est le truc idéal pour vous gourer dans la date de réservation de votre hôtel. Heureusement que j'ai le coup d'œil !

Honolulu : suivre la vague, de Waikiki Beach à Diamond Head

Waikiki, sur l'île d'Oahu, est l'une des plages les plus célèbres au monde. C'est aussi devenu un quartier du sud de Honolulu. Les grands noms de l'hôtellerie internationale ornent les buildings en front de mer, tandis que les marques de luxe les plus prestigieuses se côtoient dans les rues, où transitent des limousines blanches aux vitres teintées. Waikiki transpire le fric et le glamour ; je n'en attendais pas moins d'un lieu de villégiature si touristique. En dépit de l'urbanisation et de la foule qui s'y presse, la fameuse plage reste jolie, au-dessus de la moyenne. Il n'est toutefois pas difficile de trouver mieux dans les environs immédiats ; on est à Hawaii !

C'est aussi sur Waikiki Beach que le surf est né et a été popularisé. Il faut dire qu'avec ses longues vagues tranquilles, l'endroit s'y prête à merveille, ce qui en fait un excellent spot pour les débutants. Le long de la plage, entre les comptoirs de location de planches, plusieurs statues décorées de fleurs, célèbrent l'histoire des lieux et ses héros. Le plus fameux de tous reste incontestablement Duke Paoa Kahinu Makoe Hulikohola Kahanamoku, dit le Duke pour les intimes et pour les autres aussi, parce que c'est plus commode. Né à Honolulu en 1890, le gars fut double médaillé d'or et recordman du monde du 100 m nage libre, aux Jeux de 1912 et 1920 ; quatre ans plus tard, il finit second du 100 m derrière une autre icône de l'époque : Johnny "Tarzan" Weissmuller. Pratiquant le surf depuis son plus jeune âge, Duke fut un ambassadeur privilégié de ce sport et dévoila au monde la plage de Waikiki, qui deviendra dès lors le nouveau berceau du surf international. Lors de ses voyages, le Duke fit sensation en surfant sur les côtes californiennes et australiennes, déclenchant un engouement sans précédent dans ce qui deviendra les deux autres Mecque du surf. Mais plus qu’une légende, Duke était un surfeur exceptionnel : en juillet 1917, il aurait surfé une vague évaluée à dix mètres de haut et suivit son déferlement sur près d'un km ! Le pur !

Diamond Head est la crête d'un volcan assoupi qui domine Waikiki. La position stratégique des lieux en a fait un fortin militaire qu'il est aujourd'hui possible de visiter. Une sérieuse grimpette à travers les tranchées et les postes de garde récompense le visiteur, une fois le sommet atteint, par d'extensives vues sur Waikiki, Honolulu et les récifs coralliens qui bordent la côte.

Piège en haute mer

7 décembre 1941. Au petit matin, le ciel au-dessus de Pearl Harbor se constelle de près de 160 avions de combat japonais qui déversent un déluge de feu sur la base navale américaine. Bilan de cette attaque surprise menée en deux vagues successives : plus de 2’400 morts côté américain, et une dizaine de navire de guerre détruits. Les Etats-Unis allaient entrer en guerre. Moins de quatre ans plus tard, les Japonais signaient leur reddition dans la Baie de Tokyo, sur le pont du fer-de-lance de la marine américaine : l'USS Missouri.

Le fameux cuirassé, vétéran de la Guerre de Corée et de celle du Golfe, est aujourd'hui de retour à Pearl Harbor, ou il est possible de le visiter. Bien sûr, personne n'a oublié qu'avant cela, lors de sa dernière traversée en 1992, le vaisseau a été piraté par un groupe d'audacieux qui n'avaient pourtant aucune chance de réussir leur coup, car Steven Seagal était en cuisine et veillait sur sa bouillabaisse. Je me suis donc rendu en pèlerinage sur le cuirassé, réprimant difficilement un petit sourire en arpentant le pont avant dominé par les canons, les coursives intérieures, le pont de lancement des Tomahawk et, bien sûr, les cuisines !

Plus sérieusement, l'USS Missouri fait désormais partie intégrante du site historique de Pearl Harbor, à une demi-heure au nord de Honolulu. Le coin était en phase d'agrandissement lors de mon passage, mais il y avait déjà la possibilité de visiter un sous-marin, le musée de l'aviation et le mémorial proprement dit, lequel renseigne le visiteur et rend hommage à ceux qui sont tombés lors de l'attaque.

Oahu : East Coast & North Shore

Je vous disais que l'on peut certainement trouver plus belle plage que celle de Waikiki dans le coin. Et bien oui, une petite heure de bus vers l'est et l'on échoue avec délice à Kailua ou à Waimanalo. La Malaisie, l'Australie, puis la Nouvelle-Zélande, m'avaient déjà offert un sacré éventail de plages superbes, mais en arrivant sur la côte est d'Oahu, j'ai tout de même lâché un "tcheuuu" d'émerveillement. La pureté du sable et la couleur de la flotte, d'un de ces bleus azurs qu'on ne voit que sur les cartes postales, m'ont rappelé les plages de Cape Le Grand, en Australie de l'ouest. Sauf qu'ici la température de l'eau c'est pas 15 C°, mais 25 C°; juste parfait. En plus, le coin est vraiment peinard ; les vagues sont trop petites pour attirer les surfeurs. Il paraît que c'est ici que le sénateur devenu président, Obama, a l'habitude de passer ses vacances de Noël en famille. Il a bon goût le gars. Bon, évitez de venir en visite à ce moment-là, il y a plus d'oreillettes que de grains de sable sur la plage.

La côte nord de Oahu, c'est le domaine des surfeurs, des vrais, des pros, ceux qui ont le cheveux long, le tatouage dans le dos et une carrure à me faire passer pour un gringalet. Ici, la première question qu'on vous pose c'est "d'où tu viens ?", la seconde "est-ce que tu fumes ?". On ne vous demande pas si vous surfez, la réponse est évidente. Le soir venu, on se réunit autour d'une bière et d'un feu de camp, en évoquant les exploits de Kelly Slater. Et, tout au long de la soirée, la fumée du feu n'est pas la seule à monter vers les étoiles... Durant les mois d'hiver, les vagues deviennent gigantesques et des artistes du monde entier affluent pour se mesurer lors de compétitions dantesques. Lors de mon passage, début avril, il se murmurait que les vagues n’étaient pas bien grandes, mais il y avait tout de même nombre de surfeurs à l'eau et de miss sur la plage, pour assurer le spectacle !

Hula et aventures sur Big Island

Mon séjour à Hawaii n'aura pas été très long, mais j'ai quand même trouvé le temps de changer d'île durant trois jours.Big Island – dont le vrai nom, Hawaii, baptise communément tout l'archipel – est, vous l'aurez deviné, la plus vaste de ces îles. Située sur la côte est, Hilo est la ville qui détient le record de pluviométrie de tous les USA. C'est pourtant là que j'ai décidé de m'installer pour explorer l'île ; j'avoue que je n'avais pas connaissance de cette stat avant d'arriver. Je ne savais pas non plus que la ville accueillait un festival pour le week-end, et pas des moindres. Le Hula est peut-être le plus fameux de tous par ici. Il s'agit d'un concours de danses traditionnelles hawaiiennes qui voit se mesurer des troupes costumées venues de toutes les îles, voire même d'ailleurs. C'est aussi l'occasion de multiples festivités en ville, dont une parade de deux heures dans les rues. Le maire, les écoles, les associations locales, Miss Hula, la grand-mère de l'année et les princesses venues de chacune des îles ont défilé à pied, en voiture, en camion, en moto ou à cheval ; le tout sur fond de musique clée et à grand renfort de fleurs et de "Aloha". Super ambiance.

Mais la vraie raison de ma venue sur l'île, c'est le parc des volcans d'Hawaii, offrant l'occasion unique de voir de tout près l'un de ces monstres parmi les plus actifs au monde. Pour l'occasion, j'ai rejoint un groupe de jeunes voyageurs et nous avons loué une voiture pour explorer le parc à notre rythme. Une Allemande, un Australien, un Lucernois, un Thurgovien et, au beau milieu, le Valaisan de service ! Encore une splendide journée de plus à mettre à mon actif. Certes, l'activité volcanique était loin de son apogée, mais les paysages forgés par la lave restent spectaculaires. Depuis le centre d'information, juché au sommet de la caldera de Kilauea, soit disant le volcan le plus actif au monde, la route du cratère passe par des tunnels creusés par la lave et des champs de roche noire digne du Mordor et finit par conduire à l'océan. C'est là qu'elle se termine, car une précédente éruption l'a recouverte d'une couche de lave durcie. Il est possible de poursuivre à pied au milieu de ces rochers aux formes bizarrement plissées, jusqu'à atteindre les falaises, où l'eau et le feu se rencontrèrent dans un déluge de vapeur.

Le jour suivant, j'ai pris congé de mes compagnons et ai repris sérieusement l'entraînement, sur un VTT gracieusement prêté par le patron de mon auberge. Hawaii a sans doute l'un des climats les plus agréables au monde, reste que ce jour-là, le soleil cognait dur sur les premiers contreforts du Mt Mauna Kea. J'ai dégusté, mais je l'ai bien cherché ! Comme toujours, je voulais juste donner quelques coups de pédale dans les environs de Hilo, mais je me suis vite retrouvé à grimper à travers les villages et les champs cultivés. A bout de souffle et sans ma préparation spéciale sous la main, j'ai finalement retrouvé ma lucidité au bout d'une heure et demi. Malgré l'appel des hauteurs, il était temps de redescendre, j'avais un avion à prendre.

Ultime devoir

Bali, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Presque six mois n'ont pas suffit à me mettre à l'eau avec une planche. "Bah trop froid", "bah trop grosses les vagues". Ce coup-ci fini les excuses bidon. Quelques heures avant de prendre mon vol pour le Canada, je suis retourné sur Waikiki Beach. Juste pour le surf. J'oserais pas dire que ce fut glorieux, mais pour sûr encourageant et moins crevant que les souvenirs du Costa-Rica me laissaient supposer. J'étais pas très fier d'avoir laissé derrière moi l'Australie sans avoir essayé le surf, je ne pouvais décemment pas manquer ce rendez-vous à Hawaii !



Additional photos below
Photos: 22, Displayed: 22


Advertisement



19th April 2010

Non de bleu ! Ma cuisine est en brodel ! On peut même pas faire qqc jours de vacances en suisse ! ffffffffffffffttt couteau dans ton bide ! Sinon comme toujours c'est magnifique ! à bientôt !
19th April 2010

LOL, merci pour le commentaire Casey, ca m'a arraché un sacré fou rire ! A tres bientot mec !
20th April 2010

La remise en place
Sacré coup d'œil! Tu ne perds pas le nord qui semble être synonyme de chaleur. Cela dit, pas mal ta pose sur la vague, tu t'en sors super bien! A+ vieux et au fait, as-tu vu des singes par là-bas?
22nd April 2010

Salut Pierrot ! He he merci. Ouais, je sais, je suis en osmose avec l'océan des que je mets la botte sur ma planche :x Sinon, non pas de traces de singes a Hawaii. Pourquoi ca ?

Tot: 1.173s; Tpl: 0.069s; cc: 13; qc: 62; dbt: 0.0485s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 2; ; mem: 1.5mb