Israël, troisième jour. Haïfa.


Advertisement
Israel's flag
Middle East » Israel » Tel Aviv District » Jaffa
July 18th 2014
Published: August 23rd 2014
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0

Tel Aviv - Haïfa


15:33, bus Charleroi-Lille. Belgique.




Les jours se suivent et se ressemblent. Nous succombons rapidement à la routine tentante de l’auberge, et au charme des plages de Tel-Aviv. Les vacances « découvertes » font place à des vacances « vacances ». Et il faut dire que pour moi qui suis parti depuis deux semaines déjà, ça fait du bien.

Aujourd’hui, une petite excursion à Haïfa est prévue. On passe juste à la poste histoire d’acheter des timbres… mais apparemment toutes les postes du monde sont les mêmes car on repart pour Haïfa avec deux heures de retard. Ce n’est pas un super plan puisqu’il faut que l’on soit rentré avant 16h, dernier train en ce vendredi après-midi de Shabbat.

Dans le train, je repère un français qui parle au téléphone. Loin du touriste, il est vêtu d’un uniforme police-milice-militaire je ne sais pas, mais d’après ce que je comprends, c’est un français qui s’est porté volontaire pour « défendre Israël ». D’après ce que je comprends, il rêve d’être promu au rang de « guerrier », et veut participer au « combat ». Complètement fanatisé, il est d’ailleurs en train de convaincre son frère ou son cousin de le rejoindre.

Je me dis que si tous les soldats de Tsahal et les volontaires sont comme ça, j’ose à peine imaginer la situation à Gaza.

D’ailleurs sur le chemin de la gare, on croise des dizaines de militaires qui, je suppose, rentrent à la maison pour Shabbat. Ce qui me frappe n’est pas tant leur nombre que leur jeunesse. Imaginez-vous des dizaines de garçons et de filles à peine sortis de l’adolescence, bardés d’un énorme sac et d’une mitraillette automatique en bandoulière rentrer chez eux comme s’ils rentraient de l’école.

Le train s’arrête à Haïfa et nous lâche devant une vue assez impressionnante. Derrière nous, le port, devant nous, la montagne qui commence à grimper. Un palais et un jardin immenses descendent sur le flanc de la montagne, jusqu’à la ville.

Un peu étonnés, on se rapproche pour arriver au pied de la montagne. On ne peut malheureusement pas rentrer, mais on récupère une brochure. Il s’avère qu’Haifa a été le site choisi par les membres de la foi baha’i pour en faire leur centre mondial.

La foi baha’i me direz-vous ? Oui, ma réaction a été à peu près la même. J’apprends et découvre avec stupeur qu'elle est née en Iran, où ses adeptes se séparèrent de l’islam chiite.

Son fondateur, Baha’ullah fut exilé de son pays natal à la fin du 19ème siècle et arriva à Haifa puis à Akko, après les persécutions subies dans les pays musulmans voisins. La beauté du Mont Carmel l’impressionna et il désira que le Bab, l’ancêtre de la foi baha’i soit enterré à cet endroit. Vingt ans plus tard, les ossements du Bab furent enterrés à Haifa sur le site qui allait devenir plus tard le Centre Mondial de la Foi Baha’i.



Ces jardins sont des lieux de pèlerinages annuels pour les quelque 5 millions d’adeptes de la foi baha’i. La brochure décrit à la fois le lieu, mais explique aussi cette fameuse religion, dont les principales idées sont les suivantes :



· unité de l’humanité dans sa diversité

· unicité de Dieu et des religions

· recherche de la vérité d’une manière personnelle et indépendante

· égalité des droits de l’homme et de la femme

· abolition des préjugés de tout ordre, de race, de nationalité ou de religion

· recherche de la justice et de la coopération économique et l’élimination des extrêmes de richesse et de pauvreté

· accès à l’éducation pour tous

· harmonisation de l’esprit scientifique et des concepts spirituels et sociaux

· adoption d’une langue auxiliaire universelle

Moi qui n’avais jamais entendu parler de cette religion reste assez bouche bée. Je relève le nez de ma brochure, pour regarder les jardins magnifiques, mais ce n’est pas ça qui met un terme à ma surprise.

Le sanctuaire est coiffé d’un dôme doré de 40 mètres de hauteur, et recouvert de 14 000 briques recouvertes d’or. Il présente neuf faces qui représentent les neuf plus grandes religions du monde, il est entouré de plusieurs constructions exceptionnelles, dont la Chambre de Justice Universelle etc. Bref, vous voyez un peu le genre.

Les jardins splendides qui entourent le sanctuaire parviennent à se fondre harmonieusement dans le paysage des pentes du Mont Carmel. Je me fie à la brochure puisqu’on ne peut pas rentrer (brillante idée de partir la veille du Shabbat !) :



Ils sont composés de dix-neuf terrasses, la plus élevée est celle du Jardin Persan avec ses arbres au feuillage sculpté en étoiles à huit branches. Un escalier de pierre descend jusqu’aux stupéfiants jardins suspendus situés au-dessous. L’architecture du jardin est faite de neuf cercles concentriques qui ressemblent à des vagues qui vont en s’agrandissant, et dont le centre est le sanctuaire lui-même. Les jardins combinent pierre et métal auxquels s’ajoutent les jeux d’eau, les plantations et de vastes pelouses. L’allée centrale est bordée sur toute sa longueur de jolis massifs multicolores, admirablement entretenus qui viennent se mélanger à la végétation locale créant ainsi une petite réserve naturelle.

On reste là deux bonnes heures en longeant à pied cette « huitième merveille du monde » si l’on en croit le guide, que l’on peut apercevoir de côté.

Lorsqu’on rentre à Tel-Aviv, c’est à peine si on reconnait la ville. L’affluente, fluide, trépidante et tourbillonnante métropole n’est que devantures verrouillées et rues désertes. Aucun passant, aucune voiture, c’est une ville fantôme, et il faut qu’une sirène d’alarme retentisse pour que l’on trouve la compagnie d’un autre couple à l’abri d’un large mur. Encore une fois, scène assez incroyable à se presser contre un mur quitte à marcher sur des excréments canins. Il y a mieux pour rencontrer des gens, mais c’est assez loufoque.



Quelques coups sourds viennent ébranler le silence, puis la sirène se tait. C’est reparti.


Additional photos below
Photos: 8, Displayed: 8


Advertisement



Tot: 2.777s; Tpl: 0.049s; cc: 16; qc: 71; dbt: 0.0518s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 3; ; mem: 1.4mb