Touching ground / Retour sur terre


Advertisement
Sweden's flag
Europe » Sweden » Södermanland
October 28th 2010
Published: October 29th 2010
Edit Blog Post

ou : In a faraway land



It’s done. Still amazed by the unnatural efficiency of public servants here. What had taken me months to organize back home just took an hour or so to complete after our arrival. Chapeau, vraiment! So we have all the necessary papers, the keys to our appartment - or flat, both good here; that’s what you get from people learning British English but watching too much American TV - and a warm meal, bought somewhere cheap along the way. But we don’t have beds yet, nor any kind of furniture except an old armchair, a rickety table and a washing machine. Lili’s asleep on a pile of cushions and clothes.

First impressions?

La météo d’abord. It’s cold out here. I was expecting cold, it’s the end of October and the weather’s a lot like our own at this time of year, but there’s this biting wind coming in from the northern sea… Le visage nous gèle en quelques secondes, et le givre sur les cils fond dès qu’on cligne des yeux, si bien qu’on a perpétuellement l’air de pleurer. Belle façon pour Lili d’excuser ses larmes. Elle n’a pas encore voulu m’avouer son chagrin de vive voix. Je crois qu’elle s’efforce de le cacher, plus pour moi que pour elle. Brave petite puce. Je la sens tiraillée entre l’excitation de la nouveauté et l’angoisse de l’inconnu, exactement comme moi. Telle mère, telle fille, me direz-vous!

Points de repère ensuite. There are some familiar landmarks, which is soothing for my exacerbated self. To have this great body of water coming inland through the archipelago is reassuring. I don’t think man was meant to settle far from running water. It’s like an escape route, a backup plan, a neverending flow of life that keeps us going. Then there is the old town. We only saw it briefly passing by, but already I can tell the architecture is not far from what we know. I will undoubtedly go there for inspiration in the days to come. Et finalement, il y a la rue. Notre rue, maintenant. Le croirez-vous si je vous dis qu’on habite sur la rue « française »? Traduction libre, ici, mais c’est pas sorcier de séparer « franskagatan » en deux pour en comprendre la signification. Le quartier semble joli. Ce n’est pas en plein cœur de la ville, mais pas trop loin non plus. On va tâcher d’explorer les alentours dès qu’on aura vaincu le décalage et le mal du pays.

Je vais voir si Lili m’a laissé trois ou quatre chandails comme oreiller. Malgré le plancher dur et froid, malgré les bruits étrangers qui m’entourent, je crois que je vais dormir comme un loir cette nuit, pour la première fois depuis longtemps. It’s a relief to know we are finally here.



Advertisement



29th October 2010

Alice et moi on est bien contents de voir que tout va – j’ai envie de dire « pour le mieux ». Qui a besoin d’un lit, après tout? Lili et toi, vous allez redécouvrir ce qui compte, ce qui est véritablement important. Dans mon temps, on n’avait pas grand-chose et on s’amusait de rien. Tu vas voir, ma belle, tout va se placer. (Alice veut savoir si vous avez au moins les « essentiels », comme elle dit, pour la salle de bain et la cuisine?)
29th October 2010

*sigh*
P’pa, voyons, avec les « dans mon temps »… Des plans pour que je m’y mette moi aussi! Rappelle-toi nos trips de camping, Gab! Dans notre temps, c’était tente percée et eau quasiment rampante tellement elle allait pas vite! Bon, ça suffit le ressassage de souvenirs pas trop frais. Au moins vous avez vos papiers, votre toit et le ventre plein. Tu me disais pas que t’avais en fait une allocation prévue pour meubler l’appart? Pardonne-moi si je n’ai pas la larme à l’œil en t’entendant raconter ton malheur ;-) Ciao soeurette, le boulot m’appelle! xxx
29th October 2010

mon oeil
Let me rephrase the last part : Mat would never admit it, but he’s crying buckets even as I am writing these lines. « Pauvre sœur, » he laments over and over again. « Now who’s gonna sing me to sleep? »
29th October 2010

it's on
Let it be known that Natali was already off to work before I left this morning; thus, she cannot have seen the million tears I shed over your departure, sister dear. (and Nat, the war is on, you lazy officer)
29th October 2010

truce?
We love you, Gab! Hugs to Lili xxx (and none for you, mister M.)

Tot: 0.438s; Tpl: 0.014s; cc: 13; qc: 52; dbt: 0.0202s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb