Bohinj, Slovenia (Au Plus Près des Éboulements)


Advertisement
Slovenia's flag
Europe » Slovenia » Upper Carniola » Bohinj
November 25th 2022
Published: November 28th 2022
Edit Blog Post

24 nov

Je ne le croyais pas possible avec ces derniers jours dans l'épais brouillard mais aujourd'hui, le jour s'ouvre tout bleu et sans grincement sur le lac Bled.

Un soleil plutôt frileux fait scintiller les pointes glacées des grands M autour de la ville. J'aurais pu ne jamais les voir ces édifices rocailleux qui nous empoignent ici. Mais par chance, j'ai ce matin droit à un ciel dévêtu.

''Best day for Bohinj'' que m'avait dit cette fois l'hôte de derrière ses paupières à jamais demi clauses.

C'est qu'il a de bons conseils tout de même le tenancier, malgré son regard toujours vaporeux aux allures de batracien.

Il est 8am et je mange un burek dans la cuisine communautaire en repoussant quelques drosophiles en sous-location (plutôt normal toutes ces mouches à fruits, avec ce bac à compost plein sous l'évier).

L'hôte se mouille une poche de thé fleural et va s'allumer un pétard dans la courette.

Il pouffe de rire: il est heureux de quelque chose.

...

Je prend donc place dans ce bus qui m'amènera au lac Bohinj pour la journée.

J'espère rien de cette randonnée en fait: le lac Bled m'aura déjà beaucoup offert de poésie.



Alors qu'on quitte Bled, la perpétuelle brumasse s'enclenche à nouveau entre deux collines. Tout le paysage disparaît une fois de plus sous la ouate.

De petites fermettes prisonnières des verdoyants pâturages apparaissent nébuleuses ça et là le long de la route.

Il n'y a aucun faux plis dans le tableau. Tout est incroyablement en ordre: les toitures sont d'équerre et, de même circonférence, le bois de chauffage dans les cordes semblent étrangement tous venir de la même branche.

Dans les jardins de choux, les gros poulets picorent en parfait hexagone.



On ne voit pratiquement rien à l'horizon alors que le bus s'arrête au milieu d'un hameau éteint par la saison (Ukanc).

On est trois touristes à débarquer ici (on était justement que 3 passagers dans le bus).

Je fronce les sourcils: rien ici ne ressemble à un débarcadère.

Le bus repart en sens inverse. Ce serait donc à partir d'ici qu'à tâtons, ma randonnée autour du lac Bohinj doit s'élancer.



La touriste allemande du bus fait les premiers pas: elle mise sur le chemin à l'ouest, vers Slap Velica.

Elle semble savoir où elle va.

Pas moi.

Mon plan sera de la suivre de loin: mon itinéraire devra donc se construire au fur et à mesure de ses pas.

Sur le sol, une faible couche de neige semble tout doucement s'évaporer. Les brouillasses rendent la randonnée mystérieuse alors que je passe d'un champs vers une forêt mordorée et rocailleuse. Au loin, j'entend le bouillon d'une quelconque cascade.

Au dessus de tout, une brise finit par repousser le brouillard alors que se dévoile avec aplomb les remparts monumentaux des montagnes. Les Alpes nous encerclent ici aussi, abruptes et grandioses comme un Manhattan.

J'entend le bourdonnement des hélices d'un avion de guerre tout en haut des pics rocheux. Un bouquetin (capra Ibex) aurait peut-être manquer le pied: un trait d'éboulis fera gronder la vallée.



Au bout de ma route, la montagne a ouvert les valves: une étonnante source s'évacue en chute d'eau minéralisée vers les bas fond d'une gorge impénétrable de plus de 78 mètres de profondeur. Les bassins turquoises qui s'étagent alimentent le tranquille lac qui semble maintenant se situé plutôt derrière moi.

L'allemande avait quand même misé juste.

''Woah that's a surprise for me'' que j'ai lancé alors que la randonneuse terminait ses dernières gorgées de soupe au fond d'un thermos comme une silencieuse chouette dans le creux de son arbre.

''Always have surprises when travelling without expectations'': on était certainement d'accord là-dessus.



L'aller-retour vers Slap Velica occupa tout de même trois heures de marche de ma journée à Bohinj.

De retour à l'arrêt de bus perdu, me voilà qui m'enligne cette fois sur le chemin que je prévoyais faire initialement: le tour du lac Bohinj. C'était tout de même un hiatus magnifique cette chute imprévue, au plus près possible des éboulements.



Je croyais avoir vu le summum des paysages à Bled, mais voilà que se présente maintenant le lac en crystal du Parc National de Triglav.

Le ciel bleu et l'indécise chaleur sont de retour: les nuages me font enfin révérence.

Le lac sans ride miroite les hauts monts enneigés des alentours.

Sur un coin de plage, je visite les coleverts qui viennent becqueter les graines de citrouille dans le fond de ma paume. Ça me fait sourire.

''Don't feed the birds'' que j'ai lu après coup. Je le savais peut-être mais j'ai malheureusement flanché.



J'allonge ma promenade le long du lac translucide en ne croisant que quelques rares marcheurs en digestion.

C'est dans un silence absolu que parfois vient chatouiller le chant délicat d'une mésange ou le craquement de la fonte des neiges.

Un kayak vient fendre les ondes. Son reflet s'encyclise: il paraît que ça porte malchance de casser un miroir.

À chaque bout de rive, je dois sans cesse m'arrêter tellement la vue m'époustoufle. Je regarde au loin dans les pentes et les vallées en enviant les amoureux du plein-air voyageant dans une Slovénie estivale: on pourrait ici aisément rallonger ses vacances de plusieurs semaines.



Après un autre trois heures de marche sur le croissant nord du lac, je retrouve finalement la route pavée et Ribcev Laz, là où je pourrai prendre cet autre autocar pour retrouver Bled.

Juliette, une voyageuse qui fait du woofing dans les environs de Maribor, ne pourra pas prendre sa place dans l'autobus. La jolie française voyage avec son copain canin (Zoro) et les chiens sont interdit d'embarquement dans les bus slovène. Sans autre choix, elle devra partir pour Bled en auto-stop.

Au chaud, je la regarde lever le pouce de mon banc d'autocar.

L'engin démarre.

Devant moi, une vieille femme froissée ramène des denrées du coin: du sarrasin, du kilso mleko, du miel et des gâteaux à la crème.

Une petite tête se lève de ses sacs d'épicerie: surprise, la malicieuse a caché, elle, son toutou dans ses légumes-racines.



Demain: direction Postojna.

Ça se dit mal ça, Postojna.



Etienne X



Notes à Moi-Même:

1- Comment faire sourire les gens en Slovénie? En les remerciants en slovéne: Hvala.

2- La Slovénie, c'est trendy (ce sont les mots de l'allemande)


Additional photos below
Photos: 9, Displayed: 9


Advertisement



Tot: 0.386s; Tpl: 0.011s; cc: 53; qc: 221; dbt: 0.2227s; 1; m:domysql w:travelblog (10.17.0.13); sld: 1; ; mem: 1.7mb