Bled, Slovenia (Déchirer la Brume)


Advertisement
Slovenia's flag
Europe » Slovenia » Upper Carniola » Bled
November 22nd 2022
Published: November 24th 2022
Edit Blog Post

22 nov

Ljubljana se réveille à peine alors que, sur la pointe des pieds, je m'éloigne du Celica Hostel. La gare de bus est tout près, ce qui a facilité mon arrivé sur la capitale, et maintenant en facilite aussi grandement ma sortie.

J'entre dans le grand bus qui doit rejoindre Bled et les paysages de cartes postales de la Slovénie.

''Only you, que me dit le chauffeur, only you go to Bled today''

Personne n'a osé les montagnes ce matin, sauf moi: je suis complètement seul dans le grand bus qui part vers les Alpes.

Les touristes se déverse au compte-gouttes en cette saison morose de novembre.



Le bus démarre léger et puis se presse hors de la ville.

La campagne quadrillée vu à mon atterrissage s'étend dès lors jusqu'aux montagnes à la fin des routes. Les pâturages d'un vert d'Irlande brillent au travers d'une brume insistante qui se lève des bois dénudés par l'automne. Ambiance de chasse aux sangliers.

Rapidement, une fine pluie vient nous brouiller le mardi. Le crachin serré est à quelques degrés seulement de se floconner.

Rien d'orageux au dessus de nous heureusement, c'est simplement grisonnant jusqu'au bout du ciel.

Ça ne regarde pas bien pour la suite de ma journée ça.

Pas surprenant d'avoir autant de verdure dans le fond, avec cette température de crapauds.



On passe de village en village qui portent des noms avec plein de K, de P, de Z et tout plein d'accents sur les consonnes.

Autour des clochers, les rares maisons ont des allures de legs familiaux.



Plus on s'approche de Bled et des montagnes, plus les demeures ressemblent à des chalets alpins.

Après quelques courbes, le bus termine enfin sa course à un patelin tranquille noyé par la pluie (Bled: 5100 habitants). Le fameux lac Bled se laisse rapidement entrevoir entre les grands hôtels vides et possiblement fermés jusqu'à Noël.

En haut d'une colline, une forteresse et une église surveille l'étendue d'eau cristalline que varicelle présentement la pluie.

J'irai saluer les canards de sous mon parapluie mais sans plus: la randonnée autour du splendide lac Bled sera certainement plus agréable les deux pieds au sec.

On prédit la fin de la pluie que pour demain. J'espère un grand soleil alors que, sans surprise, un ciel plutôt couvert sera annoncé.



23 nov

Ma montre-cadran sonne à 5AM comme prévu (moi qui voyage sans téléphone).

Je m'entête ce matin à atteindre un point de vue dans les montagnes pour voir le soleil se lever sur Bled

(Ce soleil qu'on prévoit absent mais que j'oserai tout de même incanter).

''Best view of the lake'' que m'avait mentionné l'hôte qui sent fort le cannabis en aperçevant mon trépied.

''Maybe no fog in the morning'' qu'il avait aussi ajouté.

Ça avait dès lors consolidé ma décision.



La pluie a heureusement cessé durant la nuit.

Vissé à ma lampe frontale, je m'élance alors dans les rues délavées de Bled.

Rien ne bouge dans la ville. Quelques réverbères allument la route qui rejoint le lac, leur halo brouillé par l'humidité qui étouffe la nuit.

Derrière les grands hôtels, j'embarque sur la promenade qui longe l'eau opaque et invisible du lac Bled. Au bout des quais, les canards regroupés sont toujours enfermés dans leur sommeil.



En suivant mon faisceau lumineux, je m'éloigne du centre-ville à la recherche du chemin qui doit me mener à Velika Osojnica, sur la rive opposée à mon auberge.

Sous un arbrisseau, deux pêcheurs lancent eux leur rayon frontal sur le bout de leur perche: la truite mord bien aux dernières heures de la nuit.



Il est 6h30AM lorsque je retrouve enfin l'entrée de cette fameuse fente qui ouvre la forêt.

Aveuglé par la noirceur de la montagne, je ne sais plus trop où je suis, ni où je vais alors que je pose mes bottes cette fois hors de la promenade bien balisée d'autour du lac.

Ma lumière balaye flou devant moi. La spongieuse route s'enfonce maintenant sous mes pas alors que je vise un 756 mètres de dénivellation dans les bois.

Il fait près de 2 ou 3 degré. Je suis heureusement habillé pour une température sous zéro.

Mais seul en randonnée nocturne, les doutes peuvent aisément nous retrouver à un carrefour mal indiqué.



Par chance, quelques flèches apparaissent tout de même aux bons moments, réalignant souvent ma route vers les hauteurs.

Après 45 minutes d'ascension, je me retrouve enfin tout en haut, à un banc de parc ennuyé au bout du chemin.

Le ciel est alors bleu gris, à rebord du jour. Il est 7h15AM: le paysage est fin prêt à se dévoiler.

Tout en bas, le lac Bled prend sans surprise le rôle principal de la pièce, avec son île en forme de larme sur laquelle son église solitaire rend si romantique et si lune de miel la ville.

Mais tout en hauteur, ce sont les alpes juliennes et les pointes enneigées du Karavanke qui volent certainement la vedette.

Dans la brume, la pluie et les nuages, les impressionnantes montagnes dentelées demeuraient silencieuses derrière le décor.

Mais ici et maintenant, les alpes emmurent le ciel qui doucement s'ouvre sur l'aurore.



Un soleil timide tire bientôt légèrement la nuit et vient quelque peu réchauffer la campagne.

La brume cachée dans les bois bien vite se soulève en nuages et s'étire maintenant en filet sur le lac.

Le moment est majestueux.

Ces quelques minutes vaudront certainement ces dernières heures d'efforts en pleine nuit.

Ce levé de jour deviendra sans doute l'un des plus sublime que j'aurai expérimenté jusqu'à présent

(je me rappelle de cette vue magnifique sur Bromo à Java, Indonésie...)



J'observe le mouvement de la brume qui ne ralenti pas sur le paysage. Le voile nuageux se recourbe bientôt et vient enlacer le lac comme une écharpe. Bientôt, le spectacle se termine sur une nuée d'applaudissements imaginaires.

Les rideaux se ferment au ralentit

et les nuages finiront par m'avaler aussi totalement.

Je suis seul dans l'assistance: je ne le serais certainement pas à la même heure en été.

Les plus beaux paysages se dessinent souvent dans le silence absolu.

...

Malgré que je sois désormais étouffé par la brouillard, ma descente se fait quand même plus aisément que ma montée dans la totale noirceur.

La forêt est vide et le chemin aqueux de feuilles mortes se déroule en pente jusqu'à rejoindre le lac.

Les cloches de l'église sur l'île maintenant résonnent, l'écho se balançant invisible d'une rive à l'autre.

Mon retour sera fantômatique.

Mais derrière le voile, je sais maintenant qu'il y a d'immenses flancs enneigés

qui cherchent à déchirer la brume.



Etienne X



Note à Moi-Même:

Question d'un touriste français à l'auberge: ''Du coup, est-ce que vous mangez des pâtes au Canada?''

Advertisement



25th November 2022

Poesie
Tu vies et écrits des moments de poésie. Très agréable à te lire mon cher neveu

Tot: 0.073s; Tpl: 0.01s; cc: 17; qc: 23; dbt: 0.0302s; 1; m:domysql w:travelblog (10.17.0.13); sld: 1; ; mem: 1.1mb