Varsovie (Warszawa), Poland (L'accueil de la Sirène)


Advertisement
Poland's flag
Europe » Poland » Masovia » Warsaw
July 14th 2017
Published: July 16th 2017
Edit Blog Post

14 juillet



"Warsaw of strong walls;

why was the emblem Mermaid

with sharp sword,

given you by the Kings?"

Zygmunt Laukowsi, 1653



J'arrive à l'aéroport de Varsovie après une escale frigorifiante de neuf heures à Keflavik en Islande.

Wow Air.

L'alléchant prix de l'aller-retour Montréal / Varsovie avec la compagnie low cost islandaise m'a fait totalement oublier de porter attention aux longues escales sur mon billet.

Neuf heures d'attente à l'aller... et quinze heures d'attente de nuit au retour à Keflavik.

Cette fois (pour l'aller), une pluie lourde et glacée m'empêchera de sortir de l'aéroport aux allures d'un IKEA perdu au milieu de la toundra.

Ce sera une frigorifiante attente sur les bancs neufs et inconfortables du hub donc, là où s'accumulent les voyageurs passant de l'Amérique à l'Europe, et vice versa.

Il fait 9 degré présentement en Islande.

On est en juillet.

N'arrivez jamais en Islande sans veste

ni même pour une escale.

...



Loin de l'image d'un guetto, Varsovie est une solide capitale européenne moderne.

Ça sonne dur, gris et pauvre Varsovie.

Mais sachez que c'est loin derrière ces souvenirs de misère que Varsovie pouvait évoquer.



Quand on arrive de Montréal de nuit, ce sont les rues neuves, lisses et sans trous qui marquent d'abord le montréalais en voyage.



Mon chauffeur de taxi ne dit mot alors qu'on se rapproche du centre-ville.

Un beat de discothèque fait battre le cœur de la Citroën alors que le polonais derrière le volant switch son GPS pour le mettre en mode Facebook.

Il "likera" quelques photos de profil en attendant aux lumières rouges.



Je ne me sent aucunement dépaysé à ce moment-ci: il est vrai que j'étais aux Philippines il y à peine trois mois.

...



L'auberge où je débarque (Oki Doki Hostel) est saturé de jeunes voyageurs.

157 lits en dortoirs.

Je suis sur la route du typique Eurotrip d'adolescents qui testent pour la première fois leur autonomie loin de leurs parents.



C'est une pas très jolie statue de sirène derrière sa vitrine qui m'accueille en premier.

Elle est là, sur le premier palier, culottée d'une queue en écailles en papier mâché et armé d'une épée torsadée.

Regard neutre.

Un sein exagérément nu attire l'attention tandis que l'autre refuse de se dévoiler, caché derrière un bouclier en pastille.

Femme-Poisson.

Femme-Désir.

Femme-Guerrière.



Et puis, sur le deuxième palier de l'édifice, la même créature se retrouve aussi là, peinte large sur l'un des murs de l'hostel.

Bizarrement, c'est l'emblème de la ville de Varsovie (Warsaw) cette sirène guerrière.

La légende raconte que deux sirènes nées dans la mer Baltique (au Nord de la Pologne) se sont mises à voyager sans l'accord de leur père Triton.

La première s'arrêta au port de ce qui deviendra Copenhague (Danemark)... mais la deuxième se perdit en entrant par erreur à l'intérieur des terres, suivant la rivière Vistule.

Fatiguée, elle s'arrêta sur une plage de sable blanc (ce qui deviendra Varsovie) et se mit à chanter (parce que c'est ce que ça fait les sirènes: ça nage et ça chante).

Rapidement, les fermiers des alentours entendirent la plainte de la sirène perdue et tombèrent tous en amour avec sa magnifique voix céleste.

Cupide et jaloux, l'un des fermiers kidnappa la pauvre créature échouée

et garda à jamais le chant de la triste sirène pour lui seul.

Voilà. C'est ce qu'on raconte ici.



"And why the Mermaid is armed like a warrior?"

"To protect the City" qu'on me répondra.

Ça fait du sens.





15 juillet



L'entrée dans la vieille ville de Varsovie est marquante pour le voyageur.

Une longue rue fermée aux voitures amène les milliers de touristes derrière les anciennes fortifications de la ville médiévale.

Il y a beaucoup de touristes à la ronde: des européens surtout.

Les accents se mélangent dans les rues.

Mais, c'est incontestablement le polonais qu'on entend d'abord.

Ils sont venus de partout au Pays, les Polonais en vacances.



À l'intérieur des remparts, de longues allées de macadam nous permettent de passer de Rynek en Rynek (les places centrales) où les marchands de légumes ont aujourd'hui cédés leur espace (modernité oblige) aux terrasses des restos chics.

Le long des passages, des façades colorés invitent au magasinage de souvenirs ou à la dégustation de sorbets multicolores, de gauffres sucrées ou d'inventives pâtisseries.



De luxueuses calèches passent de temps à autres, conduit par des chapeaux melon sans sourire.

Des familles y sont , calées fièrement au fond des bancs en cuir, levant le menton pour profiter pleinement de leur court instant de bourgeoisie.

Au loin, on entend peut-être le piano de Chopin qui entame une valse ou une balade romantique à travers les réverbères.



Dans le cœur de la vieille ville, une statue de la mythique sirène guerrière joue la vedette sous les éclats des flashs de milliers d'appareils-photo.

Mais la statue n'est qu'une imitation (dit-on).

Peur des vandales, les autorités l'auraient remplacée par une copie de l'originale.

Ça me fait penser à la théorie de la Joconde au Louvre ça...



Beaucoup de bâtiments de la vieille ville ne sont pas les constructions originales non plus.

Le palais a été remplacé

et les églises à bulbes, reconstruites.

Cette fois, c'est la Guerre qui a tout rasé.

La Guerre.

On en parlera encore beaucoup de la Guerre ici.



Demain: .... serai en route vers la frontière de la Biélorussie.



Etienne X



Notes à Moi-Même:

1- Vu à l'aéroport de Reykjavik: 10 raisins pour 8$ canadien

2- Vu à Varsovie: boisson énergisante Mike Tyson

3- Polonais connus:

Jean-Paul II, Marie Curie, Kopernik, Frédéric Chopin, Roman Polanski


Additional photos below
Photos: 14, Displayed: 14


Advertisement



Tot: 2.258s; Tpl: 0.051s; cc: 16; qc: 33; dbt: 0.0304s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 2; ; mem: 1.4mb