République tchèque : Opération Ste Barbe


Advertisement
Published: April 15th 2009
Edit Blog Post

Aujourd´hui, DO et moi avons décidé d´aller rendre hommage à la Ste Barbe, en son église de Kutna Hora. L´édifice, ainsi que le centre historique de cette ville située à environ 60km à l´est de Prague ont été classés par l´UNESCO au patrimoine mondial de l´humanité.

DO venant de Vochov et moi de Prague, on se retrouve donc de bon matin en dehors de la capitale, au lieu dit "le parking Ikea". Dépourvus de carte, l´itinéraire en voiture nous est encore bien mystérieux, mais avec notre légendaire sens de l´orientation, nous partons extrêmement confiants. Confiance et patience se révèleront d´ailleurs de primordiales vertues pour ce périple. D´abord, nous sommes confrontés aux embouteillages de Prague, dont le périphérique autoroutier est encore en construction. Au beau milieu d´une foule de camions, nous parvenons à accrocher la bonne voie pour sortir de la capitale et entrer dans la rase campagne. Ensuite, faisant confiance à un panneau de déviation, nous quittons la route principale pour nous engager sur une route isolée truffée de nids-de-poule. Nous traversons de petits hameaux perdus au milieu de nulle part, sans croiser âme qui vive ou presque, ce qui commence à nous faire douter de la justesse de cet itinéraire. Arrivés à Tousice, nous faisons un arrêt-photo remarqué dans sa gare, qui n´a visiblement plus connu pareille affluence (2 personnes) depuis longtemps. Toujours confiants, nous poursuivons un bon quart d´heure et, récompensés, nous retrouvons enfin la route principale. Utilité de cette déviation ? Franchement, je pense qu´on ne le saura jamais!

Après 2h15 de route, nous atteignons notre but. Kutna Hora est une charmante bourgade médiévale si paisible que le temps semble ici s´écouler plus lentement qu´ailleurs. La silhouette hérissée de la Ste Barbe domine la ville et darde vers le ciel ses trois domes noirs pointus, rappelant la forme de chapiteaux... ou d´une barbe à trois tresses tendues vers les cieux, c´est selon... En chemin vers l´église, nous croisons d´étranges personnes toutes de blanc vêtues. Intrigués, nous décidons que nous chercherons à en savoir plus, mais après avoir nous être recueillis dans la Ste Barbe. L´édifice impressionne avec ses multiples arches extérieures que parcourent d´inombrables gargouilles. L´intérieur est plus sobre, rappelant que nous ne sommes "que" dans une église et non dans une cathédrale. Nous y apprenons que Ste Barbe est la protectrice des mineurs et nous faisons le rapprochement avec les personnes bizarrement accoutrées que nous avons croisées en ville. Il doit y avoir une mine à visiter dans le coin.

Nous quittons donc la Ste Barbe pour retourner en ville. Nous ne tardons pas à découvrir l´entrée d´un musée qui propose effectivement la visite d´une ancienne mine d´argent et rejoignons in extremis un petit groupe d´anglophones en partance pour la mine. Après nous être parés de blanc de pied en cape, avoir pris casque et torche électrique, nous sommes fin prêts. La guide donne les dernières recommandations et prévient que nous allons descendre à plus de 35m sous la surface, que l´endroit est sombre et humide et que certains passages ne dépassent pas 1m de haut et 50cm de large. Dernière chance pour les claustrophobes d´abandonner. DO et moi échangeons des regards amusés où percent tout de meme une pointe d´anxiété.

Mais plus question de reculer maintenant. Notre joyeuse troupe traverse donc le village sous l´oeil curieux des passants. Nous franchissons une grille qui se referme derrière nous et empruntons un vieil escalier de fer qui plonge en colimaçon dans les profondeurs. Passée la dernière marche, nous entrons en file indienne dans la mine proprement dite, un dédale d´étroits boyaux humides où seule la lueur de nos lampes perce les ténèbres. Au fil de la visite, les passages se font plus exigus encore. Les mineurs en herbe évoluent tantôt en pas chassés, tel des sumos avec leur aileron (comprenne qui pourra), tantôt tete baissée et genoux fléchis. Finalement, après une demi-heure, nous retrouvons la lueur du jour. Indemnes!

Heureux de cette petite aventure inattendue, nous prenons congé de notre guide et des autres mineurs d´un jour pour regagner la Corsa. Pour le chemin du retour, nous nous procurons une carte, bien décidés à feinter ces embouteillages. Nous optons pour une petite route qui nous parait relativement éloignée du périphérique praguois. Grave erreur ! Si la première heure se passe bien, la suite se révèlera plus difficile. Nous perdons, puis retrouvons plusieurs fois notre chemin et finissons par être bloqués près d´une heure dans les encombrements que nous pensions si malicieusement éviter. Enfin, nous nous retrouvons par miracle sur la bonne voie d´autoroute, jusqu´à ce que j´indique une mauvaise direction au pilote. Pas de casse toutefois, juste un peu de temps perdu.

Au finish, nous nous séparons là où nous nous étions retrouvés le matin même, ravis de cette splendide journée. Eh oui, la Ste Barbe ça se mérite, et on l´a fait !

Advertisement



15th April 2009

Lol j'aime bien la photo ou nous sommes les deux devant la Saint-Barbe on dirait que je suis gay !! Sinon effectivement ce fut une journée mémorable ! Et je pense que commencer par la visite de la Saint-Barbe te sanctifia pour le reste de ton périple !! Bonne Suite monsieur Ferdinand !!! Et que la Sainte-Barbe te garde jusque en Russie et ailleurs !! Amen
16th April 2009

Barbelor !
Ah voilà la fameuse St.Barbe ! Effectivement on voit clairement les trois tresses dressées vers les cieux :) Do t'as vraiement des poses du gars qui s'y croit ^^ COSTARD BLANC !

Tot: 1.832s; Tpl: 0.048s; cc: 13; qc: 38; dbt: 0.0242s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.3mb