El país de los Catrachos


Advertisement
Honduras' flag
Central America Caribbean » Honduras » Western » Gracias
January 7th 2012
Published: January 11th 2012
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0


Depuis San Juan del Sur, il s'en est passe des choses...Je suis allee dans le Nord a Popoyo, sur la cote Pacifique, des plages desertes, trop belles, mais que des surfers (faudrait vraiment que j'essaie un jour...). Puis je suis allee voir Fernando, Luz et le nouveau ne a Masaya, j'ai ete visiter Leon (ou j'ai fait du Sanboarding sur le plus jeune volcan du monde, le Cerro Negro, toujours actif, truc de ouf), tres belle ville au coeur de la revolution sandiniste. Bonne ambiance nocture et charmantes ruelles trufees de belles eglises, dont la plus grande d'Amerique centrale, la Basílica Catedral de la Asunción de León.

Je suis ensuite partie pour le Nord, Esteli, avec sa magnifique cascade a quelque 20 minutes du centre en bus, la Estanzuela. Apres j'ai fait le canyon de Somoto avec mon CS Gonzalo, super*

On change donc de pays pour se retrouver ... En Honduras... Quelle idee? Sans vraiment le savoir j'allais me diriger dans une vraie aventure, celle dont chaque voyageur rêve. Au coeur de la culture. Se sentant part du quotidien des gens, sans être chapeaute par une organisation quelconque... Je prends donc un peu de temps pour vous ecrire ou j'en suis. Apres avoir quitte le canyon de Somoto au Nicaragua, j'ai passe la frontiere Nicaragua-Honduras. Je suis arrivee a San Lorenzo, une petite ville au sud du Honduras et j'ai visiter un peu les alentours. Fait ami ami avec quelques personnes. Premiers contacts avec ce peuple et vraiment plutot bien surprise. Ils sont encore plus hospitaliers, acceuillants, serviables, aimables que ce que j'ai connu jusqu'a present (et c'etait deja pas mal...), enfin vraiment humbles et disponibles. C'est un truc de ouf. Apres avoir passe une nuit a San Lorenzo, je ne savais pas vraiment quelle decision prendre vu que c'etait nouvel an et tout et tout. J'etais invitee par un Couchsurfer a Tegucigalpa et un autre a San SAlvador, mais ca faisait qd mm pas mal de voyage pour une fete du 31 et un rush dont j'avais pas vraiment envie vu que j voulais rester dans la region pour visiter le golfe de Fonseca, une pure merveille- je suis etonnee que ce ne soit pas plus touristique, parce que c'est vraiment hors du temps, charmant, maman tu adorerais le Honduras avec ses petites ruelles, ses maisons basses toute alignees pleines de couleurs. Chaque village que je visite, j me dis que tu aimerais trop. Ca me fait un peu pense aux bourgades du sud de la France, avec son odeur de pin . Alors j'ai decide d'aller passe nouvel an sur la Isla del Tigre, a Amapala, une petite ile dans le golfe entournee d'autres petits iles, vue sur le Nicaragua, le Honduras et Le Salvador. C'etait vraiment extraordinairement beau. Superbe ambiance pour nouvel an. Pas l'ambiance fretillante d'une ville, plutot simple et tranquille, mais joyeux. Feux dans les rues, feux d'artifices, petards- c'etait tres intime J'ai fait deux trois amis, j suis sortie, j'ai danse au son de la musique latinoo (je crois que je vais essayer de trouver un cours au Guatemala) et fete nouvel an las-bas sans voir la tronche d'un seul touriste. Si tu veux de l'integration va en Honduras. Je me suis retrouvee sans argent pour rester sur l'ile, pas de bancomat, donc j'ai du repartir le 1. Mais vu que c'etait ferie et dimanche, je savais que niveau transport ca allait ete la galere. J ai pris la lancha qui relie Amapala a Coyolito (cool comme nom) facilement et dans la lancha y avait une famille. Avec un enfant. J'ai demande a la dame si elle savait comment prendre le bus et tout... et tout naturellement je lui ai demande un ride jusqu'a la capitale. Elle a bien sur demande a son mari (ce n'est pas une blague les latinos sont encore tres machos, observe ca a plusieurs reprises...ca sera dur pour moi de trouver l'amour de ma vie ici***) et il a accepte, non sans apprehension. Mais j'ai use de mes charmes de locutrice. J'ai commence a sympathiser...Et au final ils m'ont emmene partout c'etait trop bien. On a donc ete a Tegucigalpa, la capitale, ou la famille de Pedro vit, on a visite le Picacho, un monstre parc avec un Christ geant et une superbe vue sur Tegus. De fil en aiguille je suis restee avec eux. Passe un bonne soiree avec un charmant jeune homme, un de ces neveu, ca change. Promenade nocturne dans l'une des villes les plus dangereuses d'Amerique centrale, lol, trop trop trop charmant (bon j'etais accompagnee...), avec des petites ruelles tellement petites que tu passes juste a deux. C'etait bien agreable. J'aime la vie nocturne. Ensuite je suis allee avec eux passer une nuit a Taulabe, dans la famille de Brenda. On a ete voir les grottes de Taulabe, une pure merveille naturelle, avec stalactites et compagnie. Ma rencontre avec sa famille a ete assez bouleversante. Tout ce qui s'est passe en deux jours* Impressionant. J'ai joue avec les enfants, appris un peu sur les gens, leur mode de vie. Ils sont vraiment trop adorables. Un coeur ouvert et une curiosite a tout va. Ils me demandent toujours la meme chose au depart, mais c'est charmant. Ils sont tres impressionnes quand je leur dit d'ou je viens, chaque fois ils me font remarquer que je voyage tout seule...oui toute seule...et j'ai pas peur'?? Ils ont encore plus peur que les gringos* c'est lol. Si tu sais les mettre a l'aise, ils sont toujours prets a tout t'expliquer, a t'accompagner et te montrer ce qu'ils ont, ce qu'ils savent. Ils ont vraiment envie de s'ouvrir au monde, de partager de bonnes discussions. Mais ca reste basique. Ca part pas dans le philosofico-theorique de la vie. C'est plus simple comme ca. En tout cas ce sont des gens genereux et bons, presque plus qu'au Nicaragua, et las-bas c'etait deja bien chaleureux+**. En retour j'essaie de laisser une empreinte a mon tour, en les bouleversant avec me gentillesse. en leur montrant que les gringos aussi sont bons et genereux. Je sais me faire aimer je crois... Il y a eu echange de cadeau et tout. Tres fort en emotion en un jour. J'ai fini par recevoir un collier avec une croix et Jesus. Youpi. Mais j'ai suivi tes conseils mam et accepte le cadeau avec un grand sourire et un calin. C'est en faisant des erreurs qu'on apprend... Sa belle soeur a cuisine de la chandega, ou un truc comme ca j suis plus sur. TOut ce que je sais c'est que j'ai mange sans demande ce que c'etait. Et apres j'ai demande. Ben c'est le coeur, le foie et les tripes du cochon. Ben c'etait specialement bon. Aussi decouvert un truc que je kiffe trop (apres la soupe de poisson au lait de coco et la cuajada du nicaragua), la baleada du Honduras. Dona Suzana, la mere de Brenda m'a appris a les faire. Trop simple* DE la farine de mais, beurre, eau. EN garniture frigoles et queso )haricots en pate et fromage. J suis ensuite allee passer une derniere nuit avec eux, chez eux enfin, a San Pedro Sula, la 2eme ville la plus dangeureuse d'Amerique latine. Les maras, gangs locaux paraitrait-il sont encore tres actifs. Tu vois bcp plus de militaires en Honduras. C'est assez surprenant apres le Nicaragua ou j'en ai presque pas vu. Mais j suis toujours la, lol. Et ca contraste pas mal avec la gentillesse, l'amabilite, la simplicite et la bonte de ces gens. Pedro, le papa me fait bien marrer. Il a encore plus peur que toi papa, mais vis qd mm dans une ville super dangeureuse. Un peu paradoxal ou normal...bizarre en tout cas LOL. VOila. Je viens d'entamer ma route vers l'Occident. La partie "culturelle", avec les tribus Lencas et Lempiras (nom de la monnaie locale) qui vivent recules dans les montagnes, de beaux paysages. Seule la culture Lenca perdure, avec comme tradition quelques fetes typiques, la maniere de porter leur enfant dans le dos attache a la taille par un tissu special et le fait de se couvrir le visage et le corps...pas tres loin de la culture musulmane apres tout.

Le village dans lequel je suis "Gracias", est absolument divin. Je pense que je vais etre epatee par la route Lenca qui va me mener aux petits villages de La Campa, San Sebastian et deux autres dont je me rappelle pas le nom.

Je vais aller voir si je trouve un transport pour les eaux thermales.

Les eaux thermales etaient une pure merveille (enfin de l'eau bonne chaude). J'ai rencontre trois mecs d'un coup (ca fait un peu beaucoup, mais c'etait cool). 2 locaux et un mec de San Pedro. Ils m'ont ramenee et apres on est alle manger une pizza, plutot anti-digestive, mais pas mal. Le lendemain je suis allee me promener dans le Celaque, quand meme obligee. Bon je me suis pas faite tout le trajet jusqu'en haut, pas assez bien equipee, il faut camper et tout, et seule, ca craint un peu, surtout au niveu du froid qu'il fait en haut* Mais l'odeur des pins, la nature environnante etait bien plaisante. Discussion et partage de moto taxi avec un Suisse-Allemand, plutot bizarre, mais sympa. Y a de ces gens quand meme, faut se les farcir. J'ai ensuite repris la route vers San Rosa De Copan, again,

y allí en la noche me sentí un poco sola. No sé que me paso, pero para la primera vez de mi viaje, sentí nostalgia, falta de mi familia, una ganas de para esto, que no tenia mucho sentido ser tan sola. Pero al final, después de una tarde en skype con victoria (menos mal) y una noche fría, al día siguiente, ya me había pasado. Irme otra vez, moverme, me salvo otra vez. Me fui a Corquin, donde encontré un chico "internacional" decimos, que tenia una tienda alli y que hablaba super bien ingles. Hemos practicado una hora y aunque entendí que el ya había vivido y conocido muchos lugares, cosas, etc, sentí como una tristeza, un dolor, una rabia. Y entiendo esto. La falta de la cosa más importante en la vida, el amor. La desilusión que sientes cuando no amas a alguien. Siempre busco una persona para amar, me di cuenta de esto. Es como la mejor droga. Pero es la mas peligrosa. Te vuelve uno loco. Pues asi es. La vida es cruel. No puedes tener todo lo que quieres cuando quieres. Tienes que elegir. Siempre. Y hay siempre buenas cosas y malas cosas que pasan en las elecciones que hace uno. Se llama equilibrio.

De Corquin, elegí alejarme todavía un poco mas en dirección de un pueblo llamado Belen Guancho (bien perdido, pero bien bien...). En el bus, practique con el chofer y el chico, ellos preguntándome cosas, y como ya...pero bueno. Al final me salvaron de dormir en la calle lol. El hotel que tenia que estar abierto era cerrado, y entonces me quede con ellos. Fueron dos días absolutamente hors du commun, una experiencia a parte. Viviendo su vida, su cuotidiano, entendí que aunque esta difícil, se puede lograr. Se puede encontrar cosas tan bonitas como estar recibido por pura generosidad de corazón. Que gente, que país más maravilloso. Entonces vivi como ellos. Lentement mais surement. Cocinando, comiendo, andando al mercado el domingo el la mañana, descansando, hablando con la gente. Observando, entendiendo. La cultura de esta gente es bien lejos de la nuestra. Estamos viviendo como en dos mundos distinto, tan al nivel de cuotidiano, que de la comodidad, del trabajo, del tema de los niños, del lugar de la mujer, del hombre en la sociedad. Tienen caras dura, por lo que llevan una vida difícil, pero una sonrisa y casi se olvide uno de este hecho. Es lo que me gusta de los latinos. Son gente buena. Y nosotros un poco somos malos. Lo veo con los turistas. Es tan loco cuando observo como un turista va tomando de la cultura sin de verdad dejar a footprint… Tomar sin dar. Pero se puede conseguir a viajar distinto. Viajar con el corazón abierto. Con una ganas de amar a esta gente. Es lo que intento. Cada día. Nunca bajando la mirada. Porque asi voy. Curiosa, sincera y amante del viaje, de la gente, de los encuentros. Pero que pena (o menos mal…) que los hombres no sean un poco más guapo. Creo que nunca me iría jajaja. Ahora estoy en Copan Ruinas, back in tourist land. Vamos a comer en restaurante, vamos a “hacer el turista”. No me quejo porque un poco lo extrañaba. Raro no? Pero si. Queria compartir un poco de lo que vivo, pero es difícil por lo que la mayor parte de los turistas no viajan asi. Son mas guidado, menos free-style…Pero bueno. Se deep down, que voy a encontrarla. La persona que me hace sentir que no estoy sola. Que alguien piensa como yo. Con quien puedo compartir de verdad quien soy yo. Sin tener que dar en la falsedad. El juego pero es interesante. No saber quien tienes de frente a ti. Y empezando a conocer, ya saber como son. Entender su psicología, su manera de ser. Creo que tengo esta posibilidad ahora. Digo, para saber si la persona me gusta a no. Y la mayor parte de las veces, no me gustan tanto. Quiero mas gente loca como yoooooooooooo** A ver cuando. Hoy fui a las Ruinas Mayas, un sitio bien loco, muy impresionante, e históricamente incomparable. Manana creo que me quedo un dia mas, y luego voy a Guatemala. Antigua. Conocer un poco de gente, de fiesta, y aprender a bailar. De veras*

Advertisement



Tot: 2.38s; Tpl: 0.16s; cc: 6; qc: 46; dbt: 0.0572s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 2; ; mem: 1.4mb