L’île de la Dominique, pas une petite Nature!


Advertisement
Dominica's flag
Central America Caribbean » Dominica » Roseau
March 25th 2012
Published: March 30th 2012
Edit Blog Post

Le debut du sentierLe debut du sentierLe debut du sentier

Patricia et Fabrice, de Cigale, y vont d'un bon pas.





Le 14 mars au matin, nous sommes debout à 05h30 afin d’être prêts pour le départ de la randonnée; Méridien V vient nous chercher en annexe et nous rejoignons les autres au quai de « SeaCat ». Ce boat boy contrôle plusieurs moorings ici, à Roseau, et organise des activités touristiques pour les équipages des bateaux. Les deux autobus partent à 6h30 et nous sommes tous les 16 (14 québécois et 2 français) au début du sentier à 7h10.



Nous avons notre lunch et un litre d’eau par personne, un sac à dos chacun. J’ai mis un pantalon capri (genre legging), JP un short, et nous avons enfilé nos bottes de marche. Nous sommes prêts!!! Du moins on le pensait… La marche, pour nous, a duré 9h; nous sommes rentrés les derniers à 16h15. Les autobus nous retrouvaient à 16h30!



Tout d’abord, chapeau et merci à Jean et Jacinthe, de Océane 2, pour avoir organisé cette sortie.







Toute une expérience… heureusement que nos vieux corps tiennent encore le coup; le mien en pleine crise d’infection urinaire et celui de mon capitaine avec toute
Mon capitaine dans une eclaircieMon capitaine dans une eclaircieMon capitaine dans une eclaircie

ca commence bien doucement...
la médication qu’il prend. Nous n’aurions sans doute pas dû nous lancer dans cette aventure dans l’état où nous étions, surtout sans avoir préalablement pratiqué un peu de marche en montagne. Nos jambes nous ont fait comprendre ensuite pendant 4 jours ce manque de préparation. Mais nous avons complété le parcours et nous sommes fiers de l’avoir fait. Un très gros merci à Méridien V pour avoir assuré le rôle de serre-file, et surtout à André et Ghislaine pour leur aide. Ils nous ont accompagnés durant toute la dernière partie de la randonnée.







Que dire de ce parcours : on monte, on descend, on traverse une rivière à guai; on remonte plus haut, on marche sur une crête pour redescendre à pic de l’autre côté vers la vallée de la Désolation; on traverse un champ de source sulfureuse, on redescend, on traverse un ruisseau plusieurs fois, on remonte et finalement on accède aux abords du Lac Bouillante (Boiling Lake). Un lac au centre duquel on voit un bouillon formé par les gaz qui s’échappent du sol, l’eau y est à 180F…on ne s’y baigne pas! Il a fallu plus de 4 heures pour y arriver. On engouffre notre lunch, debout, enveloppés dans une vapeur humide. Puis, à peine une demi-heure plus tard, on entreprend le retour. Il faut tout refaire à l’envers, ce qu’on a descendu il faut le remonter parfois avec les mains et les pieds. Des bâtons de marche auraient été d’un très grand secours… même si la majorité du sentier est aménagé avec l’équivalent de marches en rondin. En chemin, on prend le temps de faire une trempette dans un ruisseau d’eau chaude, nos corps fatigués nous en remercient.







Les photos rendent difficilement l’ampleur des paysages et des dénivellations; de plus l’odeur de souffre n’est pas visible sur les photos…











Une perte à déclarer: mes (Denise) bottines de marche encore une fois. Je ne comprends pas, des chaussures d’à peine deux ans et qui nous ont suivis au Québec; elles n’ont donc pas passé 6 mois dans le bateau enfermé durant la saison des ouragans. En matière synthétique cette fois, toute la semelle antidérapante s’est décollée, il semble que la colle n’a pas tenu le coup. Mon autre paire était en cuir,
Ca monte hein?Ca monte hein?Ca monte hein?

Ouf! Oui, c'est haut repond Josiane de Umialtak
des Merrell, et la même chose était arrivée lors de notre marche aux Seven Sisters à Grenade. Que se passe-t-il dans nos bateaux pour que nos chaussures s’abîment comme ça?



De retour au bateau, on prend une douche, on mange un morceau et on va au lit!!







Le lendemain, Michel et Brigitte, de Sea Kite, nous ont organisé un tour de l’île en autobus, question de se reposer un peu de la veille. Cette fois nous ne sommes que 10; Méridien V, Océane 2 et Tenace ont déjà repris la route vers la Martinique.



La Dominique est verte… partout! Des rivières à profusion dont une, la Layou, coule pas très loin de la capitale Roseau. Il y a 10 ans, un glissement de terrain loin en amont avait mis les gens en alerte et c’est seulement il y a 4 mois que tout ce sable a finalement déboulé dans la rivière. Cela a fait de celle-ci une immense carrière où les camions s’affairent à débarrasser tout le sable du lit de la rivière. Nous avons fait l’équivalent d’un demi-tour de l’île et nous avons terminé cela par une visite à Emerald Pool, en pleine forêt vierge… Superbe!



Toute la journée, chaque montée et descente du camion donnait lieu à un concert de « aïe », « ouch », « ohaa »… les muscles des jambes de tous et chacun donnaient l’impression d’être en béton!







Le mercredi 15 mars, tout le monde se dit au revoir, nous reprenons chacun notre route. Nous, d’Absaroque, remontons jusqu’à Portsmouth, au nord de l’île dans la baie de Prince Rupert. Nous y retrouvons Francis et Michèle de Cappuccino, nous sommes très heureux de retrouver leur accent chantant du midi!


Additional photos below
Photos: 49, Displayed: 25


Advertisement

Une pause au sommet du sentierUne pause au sommet du sentier
Une pause au sommet du sentier

Il vente, ca rafraichit!
On marche sur la crete,       On marche sur la crete,
On marche sur la crete,

c’est là-bas, au bas du flan dénudé que se trouve la vallée de la Désolation…
La jonction de deux ruisseauxLa jonction de deux ruisseaux
La jonction de deux ruisseaux

A gauche de l'eau froide de surface et à droite de l'eau chaude emergeant du sol sulfureux
Arret dans un "spa" pour triatement a la boue sulfureuseArret dans un "spa" pour triatement a la boue sulfureuse
Arret dans un "spa" pour triatement a la boue sulfureuse

C'est bon pour la peau et les genoux de Jean-Pierre
Toute une experience !Toute une experience !
Toute une experience !

Une experience "optimale" dixit François d'Umialtak
On remonte encore   On remonte encore
On remonte encore

quand est-ce qu’on arrive ?
On y est !     On y est !
On y est !

Voici le gros bouillon au centre du lac.
Tout le monde mange avidement son lunch       Tout le monde mange avidement son lunch
Tout le monde mange avidement son lunch

entouré d’une brume tiède et odorante


Tot: 2.733s; Tpl: 0.066s; cc: 10; qc: 58; dbt: 0.0477s; 2; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb