Tortuguero, c'est trop pour moi


Advertisement
Published: December 3rd 2022
Edit Blog Post

Le 18 août 2022,



Les filles nous réveillent à 5:00. Décidément, les vacances ne sont pas des plus reposantes... C'est jour de départ, après le déjeuner, nous ramassons nos affaires et nous rendons compte que nous avons perdu une autre de nos gourdes d'eau, fort probablement chez Don Olivo, notre activité d'écotourisme d'hier après-midi. Ca fait 2 gourdes perdues dans la même journée, ce n'est pas fort notre affaire. Aussi, fait-on un petit détour chez Don Olivo et on retrouve sans peine la gourde perdue de notre progéniture. Nous poursuivons ensuite notre route vers Tortuguero. En chemin, c'est la galère pour trouver un guichet automatique, mais heureusement, on finit par y arriver. Le trajet est pénible, ralenti par de nombreux travaux. On fait le calcul sur une portion de notre route: on parcourt un gros 66 kilomètres en exactement 1hre37... C'est désespérant et on finit par arriver un peu juste pour notre réservation de bateau-bus à destination de Tortuguero. C'est que Tortuguero est une destination assez spéciale... C'est un petit village de 2000 habitants coincé entre plusieurs canaux aquatiques et la mer des Caraïbes. L'endroit est connu pour son parc national où l'on peut observer une faune impresionnante, en particulier des tortues. On ne peut rejoindre le village qu'en bateau, au terme d'une navigation d'environ 1 heure sur d'étroits canaux. Sur place, les ruelles sont le plus souvent en sable, et il n'y a aucune voiture, les gens se déplacent à pied ou en vélo. Bref, une destination unique, mais aussi, assez rustique. On passe en coup de vent à la salle-de-bain puis on commande quelques casados (plats du jour) au petit resto de l'embarcadère pour un gros 8$ par assiette. C'est maintenant l'heure de prendre notre bateau-bus. L'organisation est impressionnante, nous sommes une horde de touristes pour une bonne dizaine de bateaux. Notre hôte airbnb nous a déjà réservé le passage avec l'un des capitaines. On le retrouve facilement puis on embarque dans le bon bateau. Fait cocasse, la dizaine de bateaux partent tous l'un à la la suite de l'autre, à la même heure, mais il faut dire que la navigation est difficile, on racle le fond et des troncs d'arbre à quelques reprises. Ce doit être question de sécurité. Le trajet est fascinant: on aperçoit deux iguanes, un crocodile, un singe-araignée, un vautour à tête rouge ainsi qu'un grand hocco, un autre bel oiseau. À notre arrivée au petit port de Tortuguero, un guide nous attend pour nous mener à notre location airbnb. Il est vraiment sympathique et nous donne quelques repères dans le village. Puis, il nous escorte en une dizaine de minutes jusqu'à notre petite maison verte située à la lisière de la jungle.



Notre hôte, Rodrigo, nous y attend. Il nous fait faire le tour du propriétaire puis nous laisse tranquilllement nous installer. La maison est bien équipée et mignonne, je dirais même luxueuse pour un endroit comme Tortuguero, mais ce ne sera pas le paradis pour nous. C'est que l'offre d'hébergement ici est assez limitée et rustique. Impossible de trouver quelque chose avec tous nos critères habituels, dans l'ordre: de l'espace pour une famille de 5, de l'air climatisé et une piscine pour les enfants. Cette petite maison verte, la dernière à l'extrémité du village, isolée, est le mieux qu'on ait pu faire. Devant nous, c'est la jungle, le parc national de Tortuguero. Un endroit de rêve pour voir la faune locale...Je verrai d'ailleurs une grosse famille de singe-araignées passer dans l'arbre juste devant la maison. Mais nous avons une surprise de taille avec notre petite cabane: les fenêtres n'ont pas de vitres ni de moustiquaires et on voit des trous béants dans l'entretoit... Bonjour la jungle et toutes ses petites créatures rampantes... En prime, il doit faire 40 degrés, sans parler de l'humidex... Tant pis, on ferme tous les volets (mal-ajustés, en plus) et on part l'unique module d'air climatisé qui ne fournit tout simplement pas... J'appréhende grandement la nuit à venir, avec la chaleur et les insectes... Nous allons ensuite voir la mer des Caraïbes, toute proche. Mais on est loin de l'image typique des Caraïbes. Ici, la mer est tout simplement dangereuse: courants d'arrachement puissants et requins-bouledogue ne nous donnent pas trop envie de se baigner. Personne ne s'y risque d'ailleurs, locaux comme touristes. La mer est brunâtre d'être si agitée, et les vagues partent dans toutes les directions. Bref, on se trempe seulement les orteils, mais ça rafraichi quand même un peu. De retour à la maison verte, les filles sont bien contentes: apparemment, Netflix se rend jusqu'ici, c'est déjà ça. Carl et moi buvons un petit rhum en regardant avec un peu d'angoisse la nuit tomber. Il n'est même pas rendu 20:00 que nous avons déjà eu la visite de grenouilles et de geckos dans la cuisine, sans parler d'une sauterelle géante dans la chambre des filles. Au moins, avec Netflix et ses bonshommes, les filles n'ont rien remarqué... J'essaie de me convraincre que la température a baissé avant d'aller me coucher de bien bonne heure. La nuit ne sera pas bonne je crois...



Le 19 août 2022,

Après une nuit où je n'ai dormi que d'un oeil, le réveil sonne à 5:00 car nous avons rendez-vous devant la maison à 5:45. Rodrigo nous attend pour nous mener auprès d'un guide francophone, réservé par ses soins, pour une visite animalière dans les canaux de Tortuguero. Nous quittons donc avec lui et rejoignons rapidement le port. Nous ne sommes pas les seuls, tous les touristes en ville semblent s'y être donné rendez-vous. Tandis qu'on attend sagement notre guide, les filles s'en donnent à coeur joie avec tous les chiens en liberté qui viennent leur quémander de l'affection. Enfin, notre guide francophone, Hugo arrive. Nous avons choisi de nous offrir le luxe d'un guide privé francophone pour cette balade dans les canaux car on voulait: 1- que les filles soient le plus intéressées et le plus engagées possible dans l'activité 2- éviter de déranger les autres touristes si jamais nos filles se montraient un peu trop grouillantes et bavardes à 6:00 du matin. Avant le départ officiel, nous devons aller en bateau au bureau du parc pour montrer nos billets d'accès. Mais naturellement, tous les touristes doivent faire de même alors on patiente un gros 15 minutes dans notre embarcation tandis qu'Hugo s'acquitte de cette tâche pour nous. Enfin, c'est un départ. On quitte le quai tranquillement dans une chaloupe à rames manoeuvrée par Hugo. Dans la jungle, autour de nous, on entend le vacarme des singes hurleurs et on les aperçoit de temps à autre entre les branches. La jungle est très vivante à cette heure. Notre guide nous donne une tonne d'explications, autant sur le village que sur la faune que nous sommes susceptibles d'apercevoir. Puis, le spectacle commence véritablement: plusieurs oiseaux exotiques (anhinga d'Amérique-cousin du cormoran, quelques couples de perroquets verts, toucans, frégates), une tonne d'iguanes, des basilics, un vautour à tête rouge, etc. Ensuite, dans le détour d'un petit canal couvert de lianes, on arrive en vue d'un caïman. Maé, en tête du bateau, a une petite frayeur quand on arrive près de la bête. C'est que nous en sommes bien près, dans notre petite chaloupe basse. La visite avec Hugo est fascinante, mais malheureusement, pas très au goût des filles. C'est que le tour est définitivement orienté vers le public adulte, alors, vers la fin de notre promenade en chaloupe, nos petits monstres commencent à bouger beaucoup malgé la tonne de collations qu'on a apporté... Avant de nous ramener au port, Hugo nous parle des jaguars de Tortuguero. Il est parfois possible d'en apercevoir le soir, lorsqu'ils sortent sur la plage pour chasser les tortues. Sinon, hors de la période de ponte, les jaguars viennent souvent dans le village la nuit pour chasser les animaux domestiques et les poules... et ils passent sur le petit sentier sableux juste devant notre petite maison verte!!! On pose un regard nouveau sur notre coquette maison lorsqu'on y retourne vers 8:30 pour prendre notre déjeuner.



Aujourd'hui, la journée est juste magnifique, avec un plein ciel bleu et beaucoup de degrés celcius au thermomètre. On décide de passer la matinée à la plage. Tout le monde a la consigne stricte de ne pas aller dans l'eau au-delà de la hauteur du genou. Les filles s'en donnent à coeur joie avec Papa en construisant un immense château de sable décoré de coquilles et d'écailles de tortue. C'est vraiment un bel avant-midi au soleil, mais malgré les toutes les couches de crème solaire appliquées, on brûle tous un peu, et ce, en 2 ou 3 heures à peine. On retourne rapidement à la maison pour se changer et enlever tout le sable. En chemin, en plein coeur du village, on voit un couple d'aras verts s'envoler juste devant nos yeux. On repart ensuite en direction d'un petit restaurant ayant au menu de la pizza, ça fera changement des plats de riz et poulet, ou poulet et riz. Nous passons dans la 'rue' principale de Tortuguero, bordée de jolies boutiques et de mignons cafés et restaurants. L'endroit a vraiment beaucoup de charme et le côté touristique cohabite de manière harmonieuse avec le côté local. Arrivés au restaurant, à notre grande déception, on nous annonce qu'ils n'ont plus de pizza... Tant pis, on se rabat sur de délicieux milkshakes et smooties accompagnés de deux plats de pâtes gigantesques qui nourriront sans peine toute notre famille. On fait un peu de lèche-vitrine, on visite le parc local puis on s'essaie pour aller visiter la portion terrestre du parc de Tortuguero... mais ça fermait finalement à 14:00, nous sommes arrivés trop tard. Tant pis, ce sera farniente à la maison pour le reste de l'après-midi!



Après un souper à la bonne franquette, Rodrigo vient nous chercher à 19:10 pour nous ramener au port. Nous y retrouvons à nouveau Hugo, cette fois accompagné d'un groupe de français. Au programme ce soir: observation de la ponte des tortues sur la plage, l'activité-phare du village. Le mois d'août est l'un des meilleurs mois de l'année pour observer le phénomène. Mais cette activité d'observation est très très structurée et encadrée. Les photos sont interdites et il faut être habillés de couleur sombre. Hugo nous fait sortir du village en marchant dans le noir total, en silence et au pas de course, s'il-vous-plait. Tous les groupes de touristes ont rendez-vous dans un abri extérieur situé à un peu plus de 1,5 km du village. Là, chaque guide explique à son groupe, en chuchutant et dans le noir presque total, le processus de ponte des tortues et les règles quant à l'observation de ce soir. Des 'spotteurs officiels' de tortues circulent sur la plage et doivent alerter un autre garde-parc qui se tient près des groupes de touristes. Les touristes sont ensuite autorisés, un ou deux groupes à la fois, à rejoindre la portion de plagre où pond la tortue. Les gardes-parc s'assurent que la ponte est bien entamée avant d'autoriser un seul groupe à la fois à s'approcher, pour observer la tortue pour une période de 2 minutes, en alternance. Bref, c'est hyper-normé pour le bien des tortues, sincèrement on ne s'attendait pas à tant, mais avec de jeunes enfants, ce n'est clairement pas idéal. Après une quinzaine de minutes dans le noir, un spotteur de tortue appelle notre groupe, nous aurons notre tortue à observer. Mais la tortue est située à l'orée du village, sur le chemin que l'on vient de parcourir, à plus d'un kilomètre à pied. On repart donc au pas de course. Cette fois, on doit impérativement être dans le noir total et en silence, sinon on se fait rappeler à l'ordre. Mélie ne suit plus, on doit la porter, elle s'endort dans nos bras et sur nos épaules tandis qu'on la ballotte. Puis on débarque sur la portion de plage où nous attend 'notre' tortue. Elle est en train de creuser son trou, à quelques 15 mètres de nous. Trois ou quatre gardiens supervisent l'opération car elle est en difficulté. Beaucoup de racines l'empêchent de mener à bien son travail mais elle pond tout de même une trentaine d'oeufs. Notre groupe est appelé pour aller voir la bête, une 'petite' tortue d'environ 150kg. On est scotchés, elle est énorme et si impressionnante! Malheureusement, étant en position difficile, elle cesse de pondre et recouvre plutôt ses oeufs. Bien que lente, elle est étonnament puissante. En contrepartie d'avoir manqué la ponte, les gardes nous autorisent à rester près de la tortue pour une dizaine de minutes. On en oublie presque l'épreuve de course dans le noir avec Mélie dans les bras. Le moment est magique, Danaé et Maé contemplent en silence tandis que Mélie dort dans le sable, à côté de nous. Le tour se termine ensuite, nous laissant avec une impression mitigée: nous avons vécu un moment unique, mais est-ce que l'effort et les gros $$ en valaient la peine pour une famille comme la nôtre?? Pas certaine... Puis, c'est retour à la maison. Deux grenouilles nous y attendent à l'intérieur... Papa gère l'évènement tandis que je donne les douches en vitesse pour enlever la tonne de sable accumulé au fil de la journée. Puis, c'est repos du guerrier pour tous. Cette fois, j'arrive à dormir sans problème.



Le 20 aoùt 2022,

Aujourd'hui, c'est jour de transport. Je ne suis pas mécontente de quitter notre petite maison verte, mais le village de Tortuguero a fait une forte impression sur moi, peut-être plus encore que la faune environnante. Seulement, je crois que l'endroit est plus appréciable entre adultes qu'avec de jeunes enfants. Notre bateau doit quitter à 8:40, Rodrigo nous accompagne pour une dernière fois au port, on le remercie chaleureusement. Notre bateau-bus quitte finalement avec quelques minutes d'avance pour nous emmener à l'embarcadère. Sur place, nous récupérons la voiture et filons pour le petit village de Cahuita, sur le bord de la mer des Caraïbes. Un problème de GPS (ou peut-être de la fille qui s'occupe du GPS...), nous rallonge le trajet de 35 minutes. En chemin, on improvise un arrêt dans un petit soda-resto qui semble être le nec-plus-ultra des camionneurs. On commande 2 assiettes de riz et poulet, ou poulet et riz, et toute la famille se régale et mange plus qu'à sa faim pour un gros 12$ cad. Ça roule ensuite comme un charme jusqu'à notre nouvelle maison. Notre hôte, française, nous y attend. On a l'impression d'arriver dans un vrai rêve animalier. La cour est immense et à tout moment on peut y observer des agoutis, des lézards, des iguanes, des toucans et des basilics, sur trame sonore de singes hurleurs. On hallucine, c'est le paradis! Et que dire de la piscine, immense et pour nous tous seuls! Tandis que notre hôte nous fait faire la visite des lieux, notre belle Danaé trouve le moyen de tomber dans la piscine tout habillée! Elle nous confirme que la température de celle-ci est parfaite! Après le départ de notre hôte, nous allons tester nous-même la jolie piscine puis en fin de journée, nous reprenons la voiture pour aller faire l'épicerie dans un village voisin. Il s'agit de l'épicerie la mieux approvisionnée que nous ayons testé au Costa Rica, le Super Negro! Pas certaine qu'un nom comme cela aurait passé le test au Québec cependant! On se prépare ensuite un bon petit repas qu'on déguste sur la terrrasse puis on passe une soirée bien tranquille à se détendre à l'extérieur.

Nos bonnes adresses:

https://fr.airbnb.ca/rooms/30791662?source_impression_id=p3_1670107730_Ll79ZCISU9TRCJdY (pour ceux qui aiment être TRÈS proches de la nature, Tortuguero)

https://www.airbnb.com.sg/rooms/20633716?adults=2&children=2&infants=0&pets=0&check_in=2022-08-10&check_out=2022-08-13&previous_page_section_name=1000 (gros coup de coeur, chaudement recommandé à tous)


Additional photos below
Photos: 31, Displayed: 31


Advertisement

Photo volée de notre fameuse tortue...Photo volée de notre fameuse tortue...
Photo volée de notre fameuse tortue...

Car les photos sont aussi interdites....





Tot: 0.295s; Tpl: 0.015s; cc: 12; qc: 52; dbt: 0.0685s; 1; m:domysql w:travelblog (10.17.0.13); sld: 1; ; mem: 1.2mb