Ayoye Hanoi, Vietnam


Advertisement
Vietnam's flag
Asia » Vietnam » Red River Delta » Hanoi
February 26th 2011
Published: February 26th 2011
Edit Blog Post

21 février 2011

(Encore à Hué)



Comme il y a un bain impeccable dans la chambre du guesthouse, je me dis que je pourrais en profiter ce matin pour me faire tremper le voyageur.

J'ouvre les valves.

L'eau est parfaitement bouillante, comme je l'espérais.

Mais comme je suis au Vietnam, ce qui s'évacue du robinet n'a rien de translucide.

Et comme je suis au Vietnam aussi, le réservoir d'eau chaude ne suffit pas à remplir la baignoire.

Je me retrouve donc dans une flaque brunâtre comme si je me baignais dans une tasse de thé tiédasse.





À l'auberge, on se loue des vélos, question de se dégourdir les jambes et de découvrir la ville royale autrement.

Ma bécane grince comme une vieille balançoire.

Je suis inquiet.

J'ai un peu peur que le guidon se détache de ma monture ou que ma chaîne éclate comme un collier de perles.

Les passants me regardent passer.

Je fais le bruit d'un matelas à ressorts lors d'un ébat sexuel torride non protégé.

Tout pour me sentir en sécurité quoi.



On embarque sur une artère principale: nos vélos sont rapidement entraîné par le flot du traffic motorisé.

Lorsqu'on roule en ligne droite, tout se passe bien.

Mais du moment qu'on affronte un carrefour, ça se corse considérablement.

On est alors engloutit par la masse étouffante de motos.

On ne fait que suivre la vague, en oubliant toutes règles de la route.



L'expérience est un peu effrayante dois-je avouer.

Heureusement, on s'en sort tous deux indemnes.

On aura toutefois droit à un mal de tête instantané,

et une bonne irritation des poumons causée par la pollution aussi.

Les deux bécanes, elles, ont sans doute l'habitude de cette folie routière.

Mais je suis pas mal certain qu'elles ont de constants mal de tête elles aussi.



...



On quitte maintenant Hué pour se rendre à Hanoi, capital du Vietnam.

Il est 17h00.

En fait, notre sleeping bus quittera réellement Hué... que vers 19h00.

Du retard, toujours du retard.

Encore une fois, la durée du trajet sera de 12 heures,

et le bonheur sera, comme à l'habitude dans les transports ici, plus ou moins au rendez-vous.



À quelque part dans la nuit, il s'est mis à pleuvoir gravement.

La visibilité est alors tombée nulle dans le bus.

Il était alors impossible de voir quoi-que-ce-soit à travers la buée givrant les vitres à mes côtés...

et voilant le pare-brise devant le chauffeur.

Écrasé par l'humidité, je me suis endormi sur ma trop petite couchette.



Durant mon inconfortable sommeil, la route en très mauvais état m'a réveillée à quelques reprises.

En fait, j'en ai que de vagues souvenirs.

Je me rappelle avoir entrouvert les yeux quelques fois durant ma nuit... à cause des secousses d'une route fissurée par la pluie.





22 février 2011

On arrive à la capital vietnamienne de très bonne heure.

La ville est déjà bien réveillée, quoiqu'aucun des passagers du bus ne l'est encore totalement.

L'engin s'arrête ... et, sans nous avertir, des vietnamiens qui attendaient son arrivé y entrent précipitamment... et se mettent à nous harceler avant même de

nous laisser le temps de sortir de sous notre couverture louche en laine délavée:

''Cheap guesthouse, free shuttle bus, downtown Hanoi''...

Les rabatteurs nous tendent leurs dépliants sous le nez en les secouant comme des éventails.

Ouf.

Mais donnez moi, au moins, le temps de descendre de ma couchette!



...



On arrive finalement à un guesthouse cheapette proposé par un des types insistants du bus.

On visite rapidement les lieux avant d'accepter l'offre.

La chambre est grande et propre, le prix est bas... et nous sommes situé tout près du vieux quartier.

Parfait.

Le hic, c'est qu'on se trouve probablement sur la quasi ruelle la plus crade de tout Hanoi.

Un marché aux poissons se trouve directement au bas des marches de l'entrée de notre guesthouse.

Odeurs de marée basse.

Ça frétille de partout dans l'étouffante rue.



On y vend du poisson bien sûr, et des fruits de mer.

On y trouve aussi... du crapaud.

En effet, juste là, une soixantaine de batraciens terreux sont regroupés dans un filet aux allures de baluchon.

Désespérément, les bêtes à verrues tentent de sauter hors du piège.

Wow. Jamais vu autant de batraciens au même endroit.

Et comment ça se cuisine du crapaud?

Aucune idée.

Mais ça doit certainement se servir avec un accompagnement de riz.



...



On marche plusieurs heures dans le vieux quartier d'Hanoi, suivi d'une longue marche pour se rendre à la mausolée d'Ho Chi Minh et à la pagode au pilier unique (Môt Côt).

Je peux maintenant vous le confirmer, Hanoi est loin d'être extraordinaire.

Les rues du vieux quartier sont trop étroites, il y a trop de traffic, l'air est suffocant, il y a vachement trop de bruits et la population est visiblement plus pauvre qu'au sud du Vietnam.

Ayoye Hanoi.



La journée se termine, et j'ai mauvaise mine.

J'ai un mal de tête insistant comme un lendemain de brosse de pirate

et mes sinus sont bouchés jusqu'aux yeux.

Ce sont les effets de la pollution j'imagine.



Etienne X



Note à Moi-Même:

Aujourd'hui à Hanoi, j'ai vu un chien embroché en méchoui.


Additional photos below
Photos: 11, Displayed: 11


Advertisement



Tot: 0.086s; Tpl: 0.05s; cc: 8; qc: 24; dbt: 0.013s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 4; ; mem: 1.2mb