The Ancient Cities of Anuradhapura, Mihintale, and Polonnaruwa


Advertisement
Published: May 10th 2017
Edit Blog Post

Pour ce blog, j’ai regroupé les photos des 3 sites historiques majeurs du nord du Sri Lanka. C’est ce que les spécialistes appellent le Triangle Culturel ; trois destinations envoûtantes et primordiales si l’on veut mieux connaitre et comprendre le Sri Lanka.



Dans l’ordre, le plus petit site de Mihintale est un endroit saint fréquenté par de très nombreux pèlerins car c’est ici, au IIIe siècle avant J.C., que le roi Dewanampiya Tissa se convertit au bouddhisme après avoir rencontré Mahinda, le disciple de Bouddha venu d’inde pour répandre la doctrine pacifiste de son maitre. C’est en mémoire de cette rencontre que le premier stupa du Sri Lanka fut construit sur le merveilleux site rocheux de Mihintale. Le grand stupa domine la jungle des collines environnantes ainsi qu’une petite cité monastique (beaucoup d’anciens temples millénaires en ruines) où vivent encore un groupe de moines qui maintiennent les traditions ancestrales avec des cérémonies au quotidien (concert de tambours accompagnant les dépôts d’offrandes, prières, méditation, et accueil des pèlerins). Les petits moines protègent également les touristes des singes agressifs et chapardeurs.



A13km de là, se trouve une autre ville sainte, beaucoup plus étendue et encore plus monumentale
Gorgeous little MihintaleGorgeous little MihintaleGorgeous little Mihintale

In 247 the son of Indian Buddhist Emperor (Ashoka) met the king of Sri Lanka in Mihintale and converted him on the spot to buddhism.
: Anuradhapura. Le site était déjà habité au IVe siècle avant J.C., et 119 rois se sont succédés à la tête de cet empire jusqu’au XIe siècle. Les siècles passent mais la ferveur religieuse demeure. Nous avons assisté à une énorme cérémonie où des milliers de dévots se sont rejoints pour célébrer la pleine lune. Tous vêtus de blanc, ils sont venus se recueillir ensemble autour du stupa blanc gigantesque et déposer des offrandes pendant que les moines enroulaient un large ruban aux couleurs du bouddhisme autour de la base du stupa. Quelle ferveur ! La plupart des monuments d’Anaradhapura sont en ruines pour deux raisons majeures : ils ont été construits il y a plus de 10 siècles en arrière et il y a 1000 ans de cela, la ville a été abandonnée. Engloutie par la jungle, elle est tombée dans l’oubli pendant 8 siècles… jusqu'à ce qu’un britannique découvre ces vestiges architecturaux lors d’une partie de chasse. Il ne reste plus grand chose des palais et des monastères au milieu de la jungle, mais les temples restent actifs (certains stupas et dagobas ont été rénovés et attirent plus que jamais la foule). C’est ce culte et cette piété
grosse cérémonie à Anaradhapuragrosse cérémonie à Anaradhapuragrosse cérémonie à Anaradhapura

big gathering for the Full Moon
qui rendent Anaradhapura fascinante.



Et le troisième site, Polonnaruwa (les noms Sri Lankais sont impossibles à prononcer ou à se rappeler, demandez à mon père les endroits qu’il a visités au Sri Lanka, vous allez rire !) qui est peut être la ville historique du SL la plus intéressante et agréable à découvrir. Au XIe siècle, la capitale Anuradhapura est ravagée par des envahisseurs Indiens, le roi émergeant s’installe à Polonnaruwa qui grandira pour devenir un des plus grands centres urbains d’Asie du Sud au XIIe siècle. Le roi Parakrama Bahu 1er fit notamment construire le lac géant de Topawewa. Alimenté par un canal de 16km, le lac est tellement grand qu’il ressemble à la mer et offre un bel environnement pour une baignade (chaude) ou une ballade en admirant le coucher de soleil. Même si la ville de Polonnaruwa est également tombée dans l’oubli, submergée par la forêt tropicale pendant des siècles, les ruines de Polo (étant plus récentes) sont plutôt bien conservées.



Quand on pense au Sri Lanka, on se rappelle immédiatement des plages, des currys, des sourires, des champs de thé et des Bouddhas de Polonnaruwa. Les bouddhas sculptés (Kalu Gal Vihara) dans la paroi de granit au nord du site se rapprochent de la perfection artistique, avec d’incroyables rendus des plis de robe et les expressions quasi humaines de ces statues. C’est d’ailleurs ce gigantesque bouddha couché qui est en couverture du Guide du Routard. Et puis, que dire des dagobas colossaux, du détail du sous-bassement du temple qui renfermait la relique de la Dent de Bouddha (à l’époque - vous vous rappelez qu’elle est maintenant conservée à Kandy), et des sculptures d’éléphants, de buffles, d’oies sur les pierres de Lune ?



Nous avons loué des vélos à la journée aussi bien à Polonnaruwa qu’à Anuradhapura. Même si les vélos étaient vieux et rouillés, on s’est bien amusé et cela nous a permis de changer de rythme après le bus et les visites à pieds.



Les photos ne montrent pas la chaleur torride à laquelle on a dû faire face. Il faisait près de 40° entre midi et 15 heures. A vélo, on ne ressent jamais trop la chaleur car on est en mouvement et il y a de l’air, mais dès qu’on s’arrêtait pour visiter un temple ou faire le tour d’un complexe
chauds aux pieds!chauds aux pieds!chauds aux pieds!

à Anuradhapura
de ruines, nous ruisselions de sueur (charmant !) et gare aux coups de soleil. Le plus drôle, c’était quand il fallait se déchausser à l’entrée des stupas, aux heures les plus chaudes de la journée, et que le sol empierré ou dallé était brûlant à faire cuire des œufs : mes parents se sont déchaussés la première fois, puis ils ont décidé de garder leurs chaussettes, mais même en chaussettes, le sol incandescent leur a vite rappelé qu’ils n’avaient pas la plante des pieds aussi épaisse et dure que les Sri Lankais qui ont marché nus pieds toute leur vie. J’ai serré les dents pour faire le tour de chaque monument… parfois en courant d’une ombre à l’autre. Je me souviens que les sensations de brûlures sur la voute des pieds duraient de longues minutes mêmes une fois les chaussettes et chaussures remises.



Dernière remarque : on a vu beaucoup de paons sauvages au Sri Lanka, dans les champs, dans la forêt, au milieu des ruines… Jolies créatures qui fuyaient nos vélos, mais ne craignaient ni les bus ni les voitures. Comme quoi, on s’habitue à tout.







For this blog entry, I have grouped pictures of 3 major cultural sites as they share similar historical significance, and are located in the same region (central north, above Kandy within 100km).



- In spite of its smaller size, Mihintale holds great religious importance as it is there, on top of the hill in 247BC, that the young king of Sri Lanka met the Buddha’s disciple, Mahinda. The king was drawn by the Buddha’s philosophy and quickly converted. Mihintale is therefore associated with the early introduction of Buddhism to Sri Lanka. It’s a lovely walk up the hill, among ruins of the ancient monastery, dagoba, stupa, reclining and sitting Buddhas of all sizes (one being gigantic!) and numerous caves to meditate, and boulders to climb on to take in the view over the jungle: beautiful! Musicians announce the beginning of ceremonies, and you can be sure to run into many locals who pay their tribute to this sacred site.



- 13km from Mihintale lies the ancient city of Anuradhapura, capital of Sri Lanka during a thousand years (until the 11th century). It’s a fantastic complex of crumbling palaces, temples in ruins, huge (renovated) dagoba, and the best is that most of these sites remain in use as holy places. There is a real fervour, a lively religious atmosphere around Anuradhapura. We got to witness a huge ceremony prior to the Full Moon where thousands of Buddhists clad in white gathered around the imposing white Ruvanlisaya Dagoba. Monks were unfolding a giant ribbon with the Buddhist colours around the Dagoba. The temple was so full, people could net get in anymore so they that sat outside the temple, picnicking, listening to the prayer calls. The scale of the ruins is huge so we rented bicycles to wander around the jungle. In the 11th century, when the city was abandoned after the raid of an Indian army, the jungle took over the city and fell into oblivion until the 19th century: So much mystery!





- The 3 of us also rode bikes to visit the ancient city of Polonnaruwa (not far from Sigiriya Rock) that became the capital of Sri Lanka after Anuradhapura (11th, 12th and 13Th centuries). Although the archaeological remnants are 1000 years old, they are much younger and in better shape than Anuradhapura’s vestiges. The Polonnaruwa complex is fascinating and there is so much to discover. We visited the ruins of the round temple that used to house the Buddha Tooth Relic (now found in Kandy). There is also a 9m-long Stone Book that weighs 25 tonnes with inscriptions and carvings on it, that apparently was dragged from Mihintale (100km away! How?)! And of course, the highlight is Gal Vihara rock carvings, where 4 Buddha images were sculpted in a long chunk of granite. The finesse of the sculptures, the details within the faces, the robes; it’s remarkable, close to perfection!





Pictures do not show it, but temperatures were close to 40° and my parents said they had never sweated this much ever in the past, not even in the UAE. The funniest moments were when we had to take off our shoes to enter the temples or the sacred dagoba, but the outside terraces were scorching hot and we had to jump from one foot to another in order not to get burned! It was crazy! We kept our socks on, but it truly was unbearable. The locals walked past us, bare feet, carrying incense sticks, smiling… They never wear closed shoes there and the skin of their soles is as strong as leather.


Additional photos below
Photos: 124, Displayed: 28


Advertisement



11th May 2017
les gardes de l'entrée des temples d'Anuradhapura

Tres amigoes
Love this shot Jeremy
11th May 2017

Dagobas
Great pics Jeremy. I've posted some in "Cathedrals, grand churches, mosques & places of worship" thread in the Photography Forum.

Tot: 0.21s; Tpl: 0.023s; cc: 20; qc: 153; dbt: 0.0452s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.8mb