Corée du Sud : Jeju, l'île aux merveilles - Part I


Advertisement
South Korea's flag
Asia » South Korea » Jeju
August 25th 2009
Published: August 30th 2009
Edit Blog Post

Imaginez une île, au large de la Corée du Sud, née il y a bien longtemps de la furia des volcans. Imaginez une nature dominée, mais harmonieuse et protégée, une île où l'on a fait de l'écologie une religion et de la quiétude et la simplicité un mode de vie, une île dont la roche noire et poreuse couvre les sentiers, borde les plages et délimite les champs, un lieu où les insulaires continuent de vivre de la pêche et de l'agriculture, où de petits villages endormis bordent la côte, où le soleil est suffisamment généreux pour qu'on y cultive le mandarinier et le citronnier, où de paisibles gardiens de pierre veillent sur des lendemains presque toujours radieux, où la pêche en apnée est avant tout une affaire de femmes, où les jeunes mariés se rendent en lune de miel, où les bacheliers viennent tailler la route pour quelques jours, sur leur vélo ou leur scooter, où la beauté légendaire des paysages a inspiré de nombreuses productions cinématographiques et où les routes sont belles et le trafic si infime que les chauffeurs de bus se permettent allègrement de griller les feux rouges. Et bin, Jeju a tout cela, et certainement plus encore. Il est peu de destinations que je recommanderais sans hésitation à tout le monde. Jeju en fait partie, tant il me paraît évident que ce lieu est susceptible de charmer tout un chacun, du baroudeur endurci au dandy soucieux de son petit confort. Quant à moi, au beau milieu de ces deux extrêmes, vous devinerez à mes mots que j'ai été plus que conquis par cette île.

Du repos sous les cascades de Seogwipo

La traversée en ferry depuis Busan fut assez agitée, la faute à deux Milanais – un Interiste et un Milaniste – qui se sont mis en tête de vider les réserves de bière et de soju du navire. Et comme ils avaient visiblement besoin d'aide, je les ai accompagné jusque tard dans la nuit. Après avoir échappé de justesse à une bande de vieux coréens gavés de soju qui voulaient à tout prix me marier avec une fille du bord, je regagne sain et sauf la cabine-tatami que je partage avec une bande de jeunes, tapant le carton jusqu'au petit matin.

C'est donc bon plissé que je débarque à Jeju City. Dans un de ces moments où la lucidité se fait absente, je décline les offres de taxi et me mets à parcourir la ville avec mes 20 kg sur le dos. Il est 6h30 du matin, l'air est encore frais, pas désagréable pour une petite marche, le temps de remettre les idées en place, de décider où je vais passer la nuit et de suer un bon coup! Une heure et un changement de t-shirt plus tard, me voilà à bord d'un bus à destination de Seogwipo, deuxième ville de Jeju, située sur l'autre versant du Mt Halla, le volcan éteint qui domine toute l'île. C'est une charmante petite cité située en bord de mer, le long de falaises noires comme le jais. Flâner le long des rues tranquilles et explorer les cascades alentours ont facilement rempli cette première journée.

A l'assaut du Mt Halla

Il faut venir jusqu'ici pour gravir le toit de la Corée du Sud. Rien de très impressionnant dans les faits, puisque ce paisible géant dépasse à peine les 1'900 m d'altitude, mais la renommée du Mt Halla est ailleurs. La légende raconte que c'est sur les flancs du volcan que poussent les herbes nécessaires à la fabrication du fameux Elixir de Vie (ah que de souvenirs rolistes, parfois douloureux, ce nom m'évoque!). A l'époque déjà, l'ami Qin Shi Huang (mais oui, souvenez-vous, le gars qui le premier a unifié la Chine et s'est constitué une armée de soldats en terre cuite, il y a plus de deux mille ans), obsédé par l'idée de vivre éternellement, envoya un explorateur ratisser la montagne à la recherche des fameux composants. Lors de sa première expédition, celui-ci dut renoncer à accoster sur ces rivages inhospitaliers. Il ne revint jamais de sa deuxième expédition et l'empereur, comme tout le monde, dut se résoudre à passer l'arme à gauche.

A défaut de pouvoir me mettre en quête des composants de la fameuse décoction – mes talents d'herboriste étant ce qu'ils sont (lamentables) – j'ai remarqué qu'en ville, des échoppes vendent ledit breuvage qui, s'il ne promet pas la vie éternelle, paraît avoir toutes les vertus curatives imaginables. Résolu à laisser ce mythe intact, j'ai préféré m'abstenir d'en vérifier le bien fondé pour m'élancer vers les hauteurs. Comme d'habitude, je n'ai pas résisté bien longtemps à l'appel de la montagne et, dès le deuxième jour, j'ai emmené mon tout nouveau t-shirt et ses trois gorilles jusqu'au sommet. Un peu plus de six heures de marche, essentiellement à travers la forêt sur des chemins bien tracés mais parfois piégeurs, m'ont permis de boucler les 17 km aller-retour. En ce samedi, il y avait passablement de monde sur la montagne, mais rien de comparable avec ce que j'ai connu sur le Tai Shan. Les Coréens sont plus pros que les Chinois lorsqu'il s'agit de partir en randonnée. Les sentiers étaient envahis de petits gnomes trekkeurs en full set épique dropé chez Adidas ou Diadora (je rappelle pour l'occasion qu'un full set comprend ici au minimum un chapeau, une paire de lunettes, un foulard, un t-shirt long sleeves, un windstopper, une paire de gants, des frocs, une paire de chaussures, une musette, un sac a dos et un linge pour s'éponger).

Seongsan : à l'ombre de Sunrise Peak

Aaah Seongsan, ça c'est un joli coin! Ce village tranquille, qui doit abriter un millier d'âmes, est niché sur une fine bande de terre, au pied d'un cône volcanique tronqué cerné par la mer. Le soir venu, les vieilles du village installent leurs chaises dans la rue et hèlent le touriste pour lui proposer un gîte pour la nuit. Mais c'est surtout pour ses aubes que le lieu est réputé. Au petit matin, les touristes encore ensommeillés grimpent sur la crête dentelée de ce volcan miniature pour voir le soleil sortir des eaux. Fabuleux spectacle! Il faut dire que ce lieu à la géographie si particulière semble presque irréel, trop féerique pour être naturel. Pas difficile de comprendre pourquoi l'UNESCO en a reconnu la valeur exceptionnelle, au même titre que le Mt Halla et les tubes souterrains creusés par la lave.


Additional photos below
Photos: 16, Displayed: 16


Advertisement



30th August 2009

Splandide
Cette fois c'est décider je vais faire l'effort de prendre l'avion et allez en corée ! Mille merci de nous faire envie comme çà mon pti leps !
1st September 2009

NICE
wow~~~is this sunset or sunrise? i guess you describled the pics but i can't read french:( you can write korea!!nice~~
4th September 2009

Hi there ! Most of the pictures are sunrise, however the last one is at dusk :)

Tot: 1.474s; Tpl: 0.05s; cc: 13; qc: 62; dbt: 0.0384s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb