Vigan, Philippines (ou Comment Devenir James Dean)


Advertisement
Philippines' flag
Asia » Philippines » Vigan
April 12th 2017
Published: April 12th 2017
Edit Blog Post

9 et 10 avril



Je quitte finalement Sagada pour clairement faire deux longues journées de bus pour atteindre Vigan sur la côte ouest de l'île de Luçon.

C'est que je suis profondément dans les montagnes ici, sacrément loin des voies rapides.

(Grand inspiration)

Je m'arme donc de patience et me lance dans un 6 heures de bus le long des corniches de la cordillère pour rejoindre Baguio... où je dormirai 1 nuit pour ensuite reprendre un bus climatisé (heureusement) pour un 7 heures de route cette fois... pour (enfin) mettre les pieds à Vigan... avec la tête décidément dans le cul.

(Grande expiration)

Je rejoint ainsi l'océan et la chaleur des tropiques.



Protégé par l'Unesco, Vigan a son cachet bien à elle.

Sa vieille ville transpire fort encore ses influences espagnoles, avec ses bâtiments larges comme des manoirs et ses boutiques d'antiquités où se tiennent des vieilles statues de bois des divers Saints catholiques, debout telles les gardiennes de l'histoire coloniale.



Nerveux, j'entre dans le vieux quartier (Mestizo District) sans avoir de réservation d'hôtel.

C'est le début de la semaine sainte, et les Philippines tombent en vacances jusqu'à Pâques.

Beaucoup de familles se retrouvent donc ici, à Vigan, faisant considérablement gonfler les prix des chambres d'hôtel.

Hausse de la demande et baisse de l'offre.



Les rues pavées du quartier refusent l'entrée des tricycles (motos) et des véhicules motorisés, laissant la voie libre pour les piétons et les nombreuses calèches fatiguées qui font tinter leurs clochettes pour gagner leur passage dans la foule.

Les vieux bâtiments défraîchis rappelle l'Espagne, ou qui sait, le Mexique peut-être.

La chaleur est lourde,

lourde comme les sac-à-dos que je traine d'hôtel en hôtel pour me trouver une chambre pas trop dispendieuse dans le quartier touristique.

"Maybe Riverside Hotel. Budget hotel near center" que me dit le réceptionniste d'un chic hôtel pouvant m'offrir que la suite présidentielle.

Bon. Comme il n'est que 16h, je décide de continuer mes recherches et d'aller trouver ce "Riverside Hotel" à quelques blocs du 5 étoiles.

Au gros pire, je donne du lousse à ma bourse et je me paye une nuit de Roi Saoudien.





J'arrive donc au "Riverside Hotel" tout près... et réalise au premier coup d'œil qu'il y a une erreur d'orthographe flagrante sur la façade: on aurait dû lire "Sewerside Hotel" au lieu de "Riverside Hotel".

Ouais. Je me dis qu'ici, je devrai oublier la vue panoramique sur l'Océan turquoise.



Je passe sous un large balcon décrépit et apparaît dans la cours-arrière en désordre de l'hôtel.

Le bureau de la réception est posé là, dans un capharnaüm pas possible sous les palmiers.



Derrière le comptoir bordélique, quatre femmes qui jouent à Candy Crush sur leur cellulaire lèvent la tête et me fixent d'un regard globuleux de poisson comme si j'étais Jésus qui aurait ressuscité quelques jours en avance.

"You have room?" que je leur demande, plutôt étonné par leur réaction (C'est un hôtel. Qu'y a-t-il de surprenant de voir arriver un voyageur?)

Les quatre morues se mettent alors à discuter en tagalog (langue des Philippines), se chuchotant des manigances devant moi, sans gêne, comme si j'étais absent ou totalement niais.

"You have room?" que je leur relance.

"Yes we have" que me dit l'une des filles en ouvrant grossièrement sa bouche en cœur surmaquillé.

"How much?"

"Single room 600 pesos" qu'elle me dit hésitante (600 pesos philippins équivaut à plus ou moins 18$ canadien).

"Can i see the room?" que je demande.

Les femmes se regardent.

"Yes" qu'elles me répondent en canon.



La moins bien nourrit m'amène alors au deuxième étage et m'ouvre une porte pas plus épaisse qu'un grand carton.

La chambre ne pourrait pas être plus crade.

Du moisi couleur charbon grandit presqu'à vu d'œil dans les coins.

L'humidité est étouffante.

Le lit double au centre de la pièce ressemble à une barque à la dérive.

Horrible nid à poux.



"Do you have a better room?" que je demande à l'hôtesse qui, accrochée au portique, semble s'en ficher totalement.

"Yes" qu'elle me dit.

...

"Can i see?"

"Yes" qu'elle me redit.



On m'amène donc au troisième étage où l'on m'ouvre une autre porte en carton.

La chambre qu'on me présente maintenant n'est qu'un tantinet plus vaste que la première visitée.

Ça fait donc plus d'espace pour faire grandir le moisi grisâtre qui possède l'hôtel.

"How much for the room?" que je demande complètement dégoûté.

L'hôtesse dans le portique reste coite.

Elle ne décidera pas seule du prix de la suite royale.



C'est au retour à la crasseuse réception que je saurai le prix...

"1600 pesos (48$ canadien!)" qu'elles me diront après consensus.

(Il y a une surcharge importante: c'est la semaine que Jésus renaît après tout).

"1600 pesos?" que je m'esclaffe

(JAMAIS je ne dormirai ici, même si on me payait. Une nuit ici serait une épreuve de Fear Factor)

"No" que je lance catégoriquement aux réceptionnistes.

"No" que je leur répète en reculant tout doucement... pour ne pas les effrayer,

pour ne pas les rendre peut-être plus agressives.



C'est là que j'ai compris,

alors que les morues de la réception ouvraient leur bouche en cerceaux comme des poissons qui gobent une mouche...

c'est là que j'ai compris que le "Riverview Hotel" n'est pas un hôtel ordinaire.

Dormir, dormir n'était pas ce qu'on devait faire au "Riverview Hotel".

...



De retour au cœur de la vieille ville, je me trouve finalement un hostel potable, peu cher et à deux pas de l'église centrale du Mestizo District.

Je paierai 390 pesos philippins ici (plus ou moins 12$ canadien) par nuit... en pleine semaine sainte.

C'est viser dans le mile ça, je vous jure.

Et c'est 4 fois moins cher que l'hôtel à morpions ça.

Amen.



11 et 12 avril



Il y a foule dans la vieille ville de Vigan.

Beaucoup de citadins de Manille profitent du romantisme de la ville coloniale pour leurs vacances.

Il y a beaucoup de photos de cellulaire qui se prennent aux alentours.



Souvent, sur la rue piétonnière principale, les gens fixent leur regard sur moi.

On se sourit.

"Hello sire" qu'on me lance alors en ricanant.

"Hello sire": je l'entendrai durant tout mon séjour aux Philippines celui-là, comme si c'était le début d'une comptine apprise à l'école.



Il y a très peu de touristes caucasiens dans les rues de Vigan.

J'en ai croisé peut-être 3 en 3 jours des blancs: ça préfère la plage et le sud les occidentaux.

On est pourtant bien ici, dans ces quelques rues interdites aux véhicules autres que les calèches.



J'entre dans un restaurant d'une chaîne inconnue (Max's Restaurant) et m'y assois à l'air climatisée.

Les serveurs sont intimidés.

Ils m'envoient leur stagiaire.

"Hello sire. Are you ready to order?"

...

"Can i have the menu?"

"Yes sire. Something else?"

"Eeeeee.... give me two minutes to choose something please".

Il y a nervosité évidente chez le stagiaire.

"I'll take ... the vegetable omelett (with pork) and a Royal (orangeade) please" (!! les temps sont durs pour les vegans à Vigan).

"Yes. can i have your name sire?"

"Eeee... name is difficult (je l'ai déjà testé). Let's say... (je réfléchi)... James Dean"

(je me trouve très drôle).

"Ok" que le stagiaire me dit en notant mon nouveau nom sur son calepin.



J'ai toujours voulu être James Dean.



Le lendemain, je retourne au même restaurant pour reprendre la fameuse "vegetable omelett (with pork).

On me reconnait (je suis le seul blanc dans la foule).

Le gérant m'accueille: "Hello James Dean" qu'il me dit sérieusement

(je me trouve très très drôle).



Etienne X



Notes à Moi-Même:

1- Un nettoyage chez le dentiste ici coûte 800 pesos philippins (24$ canadien).

2- Les ladyboy ne font pas nécessairement de bons barbiers.

3- Est-ce que c'était inclus ça, le massage d'épaules surprise après m'être fait raser?

4- Thank you for the pizza, Comida Del Norte Bistro.


Additional photos below
Photos: 11, Displayed: 11


Advertisement



Tot: 2.283s; Tpl: 0.055s; cc: 25; qc: 156; dbt: 0.0871s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 2; ; mem: 1.7mb