Week 6: Manila - Pahiyas Festival (Lucban)


Advertisement
Philippines' flag
Asia » Philippines » Quezon » Lucban
May 18th 2016
Published: May 18th 2016
Edit Blog Post

Total Distance: 0 miles / 0 kmMouse: 0,0


WEEK 6 : Manila – Pahyas Festival (Lucban)




Bali c’est fini et il faut se remettre au travail : dur dur. J’avoue que j’ai un peu de mal à me mettre dans l’optique du mémoire et du rapport de stage alors qu’il y a tant de choses à découvrir et à faire ici.

Par exemple cette semaine, je suis allée au marché, à la piscine (le matin s’il vous plait), au mall près de chez moi et en ai profité pour manger coréen, j’ai discuté avec plein de nouvelles personnes (le garde de l’université, les voisins…), j’ai cuisiné de la fleur de banane dans du lait de coco (un délice) et j’ai assisté à des matchs de basketball en plein air. Comme ici c’est l’été et que les Philippins sont des fans de ce sport, le terrain de basket à 3min de chez moi est réquisitionné tous les soirs pour des tournois. Je peux vous assurer que le niveau est assez élevé. Surtout, je ne sais pas comment ils font pour jouer avec la chaleur. Avec tout ça, pas le temps de travailler. Je reconnais qu’il serait plus juste de dire, je ne me donne pas le temps de travailler^^.

Cette semaine c’était aussi la semaine des élections. Le lundi était donc férié pour permettre aux Philippins d’aller voter, le dimanche étant réservé pour la religion. Au niveau des élections, tout est groupé. Ils votent pour le président, le vice-président, les sénateurs, les conseillers et les maires (vive la continuité politique…). Voter leur prend donc environ 15min et surtout la queue est immense. Parfois, ils peuvent attendre plus de 2h pour atteindre l’isoloir. Il faut vraiment être motivé. La différence d’organisation est aussi notable. Pour savoir si quelqu’un a déjà voté, à la fin du vote, la personne doit tremper son doigt dans de l’encre. Assez sommaire comme processus mais apparemment ça marche.

Pendant les quelques jours précédents les élections, je me suis donc un peu intéressée aux débats. C’est simple pour la présidentielle, les Philippins ont le choix entre une candidate avec un cancer phase 3, une célébrité, la fille d’un ancien candidat mort pendant sa campagne, un sénateur et un futur dictateur… Ça donne envie de croire en la politique philippine. La campagne est en fait digne d’un show TV. Le grand vainqueur est le potentiel futur dictateur (heureusement que je pars dans 3mois^^).

En dehors de ça, le point culminant de ma semaine sera sans aucun doute, le Pahiyas festival à Lucban (3h30 de Manille en bus).

Le nom du festival Pahiyas provient des mots philippins « Hiyas», qui signifie « bijou » et Pahiyas», qui signifie « décoration ». Le festival est une vielle tradition agricole commencé au 16ème siècle célébrant la fête de la moisson. Il est tenu en l'honneur de San Isidro Labrador, le saint patron des agriculteurs, des paysans et des ouvriers.

Il a évolué au fil des années pour inclure de nombreuses activités et est aujourd’hui l’un des plus réputés et des plus colorés du pays. Dorénavant, il ne se limite plus à l'église, mais à la grande majorité des maisons de la ville. Celles-ci sont décorées avec des fruits, des légumes, des tiges de riz, des grains de riz, des fleurs et toutes sortes de récoltes agricoles (blé, mais). Les décorations traditionnelles appelées « kiping » sont faites à base de farine de riz, colorée et façonnée en forme de feuille. Les récoltes sont exposées à l'avant des maisons afin que le curé puissent les bénir lors de la procession.



Chaque maison et famille tentent de se surpasser pour la décoration. Un concours annuel a lieu pour la plus belle, la plus colorée, la plus créative, la plus attrayante. Une fois que le gagnant ait déclaré, les décorations comestibles sont jetées dans la foule tout comme des friandises gratuites. Certaines maisons font également cuire et frire les kipings.



Mon expérience de ce festival fut une des meilleures de tous mes voyages. Les conditions étaient idéales car je m’y suis rendue avec une personne de ma famille philippine, Jeng et ses amis. En effet, un de ces derniers possèdent un "cubo", une maison en bambou à Tabayas (15km de Lucban). Nous sommes donc partis le samedi vers 17h pour arriver à 21h et être tout de suite invitées à nous joindre au vidéoké. Aux Philippines, le karaoké fait partie de la culture. On ne se retrouve pas entre amis sans chanter. La soirée alternera chansons anglaises et philippines avec des chanteurs plus ou moins bons. Je vous laisse deviner dans quelle catégorie je suis…



Vient l’heure de se coucher, à même le sol de la cuisine avec 6 autres personnes. Et oui, c’est aussi ça vivre local J. Je suis réveillée à 5h30 par les gens prenant leur petit déjeuner à base de riz bien sûr. Je décide donc de profiter de ce réveil matinal pour aller visiter les alentours, c’est-à-dire la verte campagne philippine. Encore une fois, les paysages sont magnifiques entre les cultures, les palmiers, les montagnes. Je décide de faire un petit jogging histoire de pouvoir manger de délicieux « rice cakes » par la suite.



Nous décidons ensuite d’aller en ville pour faire le marché et acheter de quoi cuisiner un sinigang maison. Après le repas, c’est parti pour le Pahiyas Festival. L’épreuve sera d’y arriver. En effet, celui-ci attire de nombreux philippins et comme il n’y a qu’une route principale pour arriver à Lucban, celle-ci est complètement bouchée. Après quasiment 1h de perdue dans les transports, nous décidons d’abandonner notre jeepney et de poursuivre à pied pour les 8 derniers kilomètres. Nous apprendrons que cette décision était la bonne car il aura fallu 4h aux autres pour atteindre le festival.



Une fois arrivées, transpirantes mais excitées, la foule nous happe. Nous assistons à une procession puis parcourons les différentes rues pour apprécier les diverses décorations. C’est complètement fou, quasiment toutes les maisons jouent le jeu, les couleurs sont incroyables et l’atmosphère est dingue. La plupart des propriétaires nous invitent à monter sur leurs balcons et nombreux sont les personnes m’interpellant pour une photo. En effet, parmi les milliers de personnes présentes, je ne croiserai qu’un « blanc ». C’est dire combien je suis au cœur de la culture philippine, ce qui me ravit. Après environ 3h de déambulations, nous décidons de goûter aux célèbres « Habhab de pancit » et « longgonisa ». Le premier est une spécialité connue de Lucban fait de nouilles sautées, de morceaux de porc haché, de crevettes et de légumes mélangés avec juste la bonne quantité d'épices. Il est placé dans une feuille de bananier rectangulaire et mangée sans utiliser d'ustensiles d’où le nom "Habhab" qui signifie littéralement manger avec votre bouche. Le deuxième est une petite saucisse faite de viande de porc hachée mélangée avec des herbes et beaucoup d'ail. Le combo parfait appelé « Long-Si-Log » est composé des saucisses, de riz et d’un œuf trempés dans du vinaigre. C’est super bon.



La nuit tombée, nous continuons notre tour dans la ville et l’atmosphère est totalement différente. Les maisons sont éclairées et sous cet angle, les décorations ressemblent un peu à celles de Noel. La musique jaillit de partout, les gens dansent et m’invitent me joindre à eux. Je me retrouve donc à danser au milieu de la rue entourés de Philippins ravis tout comme moi qui m’éclate. La soirée se termine avec un concert d’un groupe très connu. Encore une fois, tout le monde chante en Tagalog ce qui a pour effet de me larguer^^. En effet après environ 25km parcourus, je commence à fatiguer.





Vers 22h, nous reprenons la route inverse comme tout le monde. Pour échapper aux longues heures de queue pour monter dans un jeepney à la station « légale », nous continuerons notre route un peu plus loin et montrons sur le toit d’un jeepney en escaladant le capot. Là encore la sécurité est plus que douteuse avec une trentaine de personnes sur le toit, accrochées comme elles le peuvent aux unes et aux autres. Dans les montées, le moteur du véhicule n’étant pas assez puissant, nous sommes priés de descendre pour parcourir les quelques mètres à pied et de remonter ensuite. Même si le trajet est fort inconfortable, le spectacle des étoiles est magnifique. Pour prendre le bus nous ramenant à Manille, nous attendrons encore 1h. Finalement, je me retrouve dans mon lit à 5 après une journée fantastique, à marquer dans les annales. C’est fou comme je suis chanceuse !!!


Additional photos below
Photos: 53, Displayed: 28


Advertisement



Tot: 0.991s; Tpl: 0.019s; cc: 10; qc: 55; dbt: 0.022s; 1; m:saturn w:www (104.131.125.221); sld: 1; ; mem: 1.4mb